Lyon : les impôts locaux ont augmenté de 65% en dix ans

Les contribuables du département du Rhône ont vu leurs impôts locaux augmenter, entre 2001 et 2012, de 25 à 239%, selon les communes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logic immo P 1 Dossier Local LyonPont passager sur la Saone ˆ Lyon.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lyon : les impôts locaux ont augmenté de 65% en dix ans

Publié le 16 septembre 2012
- A +

Les contribuables du département du Rhône ont vu leurs impôts locaux augmenter, entre 2001 et 2012, de 25 à 239%, selon les communes. Les Lyonnais paieront cette année 65% de plus qu’en 2001. À comparer à une inflation de 20,2% sur la période !

Par Michel Vergnaud, président de CANOL.
Publié en collaboration avec le Cri du contribuable.

CANOL, l’association des contribuables du Rhône, vient de calculer l’évolution moyenne entre 2001 et 2012 de la taxe d’habitation et de la taxe foncière bâtie versée par les foyers aux collectivités du Rhône pour chacune des communes du département.

Chaque année, le contribuable paie une taxe d’habitation et éventuellement une taxe foncière sur les propriétés bâties, s’il est propriétaire de son logement. Le montant des taxes ainsi perçues est réparti entre les différentes collectivités : communes, syndicats intercommunaux, intercommunalité, département, région.

Augmentation dans toutes les communes sauf une

Toutes les communes du Rhône ont procédé à au moins une augmentation de leurs taux, généralement après une élection, de façon à en mettre la responsabilité sur la gestion de la précédente municipalité ou du précédent conseil et à se donner des marges de manœuvre pour toute la mandature !

Toutes sauf une, Saint-Clément-sous-Valsonne, dont la somme des taux a diminué de 1% pour la taxe d’habitation et 10% pour la taxe foncière bâtie !

Le record est établi par St-Romain-en-Gier avec 168% d’augmentation pour la taxe d’habitation et 205% pour la taxe foncière bâtie !

Il est à noter que la taxe d’habitation perçue par le département du Rhône, qui était dotée d’un taux de 4,71% en 2001, porté à 6,37% en 2010 (35% d’augmentation en plus de la hausse des bases !) sont désormais perçues par l’intercommunalité… sans que ces taux soient revus à la baisse.

Enfin la part de taxe foncière perçue par les régions françaises (1,68% en 2001 et 2,12% en 2010 pour la région Rhône-Alpes, soit 26% d’augmentation en plus de celle des bases) a été transférée aux départements en 2011, et majorée d’une partie des frais de gestion (5%) perçus par l’État.

Total des taxes ménages perçues par les collectivités

C’est l’addition des montants de la taxe d’habitation et de la la taxe foncière bâtie perçus par logement au niveau de chaque commune. Les augmentations vont de 25% à 239% ! Nous rappelons que l’évolution du coût de la vie décrété par l’État pour la période est de seulement 20% !

Afin de rendre plus facile les comparaisons, nous avons dressé le même tableau pour les 24 communes du Rhône de plus de 10 000 habitants. Les croissances vont alors de 41% pour Meyzieu à 77% pour Tassin et Villeurbanne.

Pensez-vous que ces augmentations sont justifiées par l’amélioration de vos conditions de vie ? Et que vous n’aviez pas une meilleure utilisation de ce prélèvement supplémentaire sur vos revenus ?

Nos élus ne sont pas raisonnables !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Cela prouve qu’il faut inscrire dans la constitution un taux maxi de prélèvements.
    Seul ce type de garde-fou peut nous protéger des politiques et des groupes de pression qui vivent de l’argent public.

  • Habitant Lyon , j’en sais quelque chose.Si encore cet argent améliorait nos conditions de vies , pourquoi pas . Mais c’est le contraire qui se passe . A Lyon et sa périphérie il est de plus en plus difficile de circuler , car des sommes fantastiques sont gaspillées à supprimer des stationnements , des vois de circulations , pour laisser la place à des voies réservées utilisées 3 fois par jour par des transports en commun souvent vides. C’est terrible . Il faut toujours payer plus et on nous empeche de travailler.Je compte serieusement m’exiler mais non pas pour des raisons fiscales mais juste pour retrouver une qualité de vie qui a disparu à Lyon et dans beaucoup de villes françaises.

    • Ne vous inquietez pas, d’ici quelques mois seules les voitures non-polluantes pourront circuler à Lyon, ce qui nous promet une hausse spectaculaire de nos conditions de vie.

    • C’est exactement ce qui se passe à Metz depuis qu’un socialo est devenu maire.
      Ville importante la moins endettée de France avec 15 millions avant, le budget du Mettis (transport public) atteint 230 millions, qui seront payés pas impôts sur les privés et sociétés, augmentation des coûts de parking, de billets etc. etc., des dingues, en pleine crise lancer de tels dettes est tout simplement une folie digne de l’asile.

  • Mais non, on vous dit que les socialos de tous poils sont d’excellents gestionnaire.; D’ailleurs, en 2014, la France connaitra un budget en équilibre. Puisque Porcinet l’a dit, c’est que c’est vrai, non mais !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nafy-Nathalie.

Rappelez vous ! Octobre 2018, je vous contais la belle histoire d’un candidat devenu président qui s’était engagé en campagne sur le fait de restituer du pouvoir d’achat aux citoyens en réduisant, puis supprimant la taxe d’habitation. Cela semblait si cocasse que la seule conclusion qui s'imposait était celle d'une immense couillonnade.

Trois ans plus tard, au moment où Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, annonce que les promesses du Président seront tenues, j’ai eu envie de faire un bilan.

Qu’avait... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles