Inflation : combien de temps avant ?

Combien de temps encore avant son arrivée? Telle est la question qu’on doit se poser sur l’inflation quand on voit la création monétaire actuelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cliquer pour agrandir

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inflation : combien de temps avant ?

Publié le 15 septembre 2012
- A +

Combien de temps encore avant son arrivée ? Telle est la question qu’on doit se poser sur l’inflation quand on voit la création monétaire actuelle.

Par Georges Kaplan.

Base monétaire de la zone Euro (Cliquer pour agrandir)

Entre août 2008 et août 2012, la BCE a injecté 849,8 milliards d’euros dans l’économie (essentiellement via les deux LTROs à 36 mois) ; soit un quasi-doublement de la base monétaire. Pourtant, contrairement à ce que prédit la théorie quantitative de la monnaie, nous n’observons pas d’accélération sensible de la hausse des prix.

La raison – exactement comme aux États-Unis – est extrêmement simple : cet argent est, dans son immense majorité, resté sur les comptes des banques auprès de la BCE (i.e. leurs comptes courants et/ou leurs comptes rémunérés). Fin-août 2012, ces réserves excédentaires (augmentées du solde des comptes rémunérés) atteignaient 746,3 milliards d’euros – 88% de l’injection monétaire des 4 dernières années.

Le 11 juillet, la BCE a eu beau cesser de rémunérer les dépôts des banques, rien n’y a fait ; elles se sont contenté d’arbitrer entre leurs comptes et l’argent est resté à la BCE. Toute la question tient en quatre mots :

Combien de temps encore ?


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ils nous disent que c’est la faute aux réglementations bancaires et assurancielles. Vous ne les croyez pas ?

    • Ils (l’entité maléfique je suppose) disent surtout que c’est la seule solution pour sortir de la crise de la dette.
      En gros on pourra être content quand on aura enfin une inflation délirante…

  • « Entre août 2008 et août 2012, la BCE a injecté 849,8 milliards d’euros dans l’économie (essentiellement via les deux LTROs à 36 mois) ; soit un quasi-doublement de la base monétaire. Pourtant, contrairement à ce que prédit la théorie quantitative de la monnaie, nous n’observons pas d’accélération sensible de la hausse des prix.

    La raison – exactement comme aux États-Unis – est extrêmement simple : cet argent est, dans son immense majorité, resté sur les comptes des banques auprès de la BCE »

    Il est parfaitement normal que la monnaie injectée par la BCE ne crée pas d’inflation. La BCE a été obligée d’injectée de la monnaie dans le système a cause de la déflation de la masse de « quasi monnaie » en circulation. La quasi monnaie, ce sont toutes les créances bancaires liquides normalement utilisées pour faire de la compensation des échanges à l’intérieur du système bancaire. Comme la qualité des actifs bancaires est de plus en plus sujette à caution du fait des bulles de mauvais investissements qui ont eu lieu, forcément ils ont du mal à circuler. La BCE prend sur elle les créances considérées par le marché comme douteuses, et injecte de la monnaie centrale pour permettre la compensation des échanges par le biais des LTRO, ce qui relance le système pour quelques temps.

    De ce que j’ai compris, le problème plus fondamental, c’est que les actifs devenus douteux sont des créances venant de pays de la zone euro en difficulté sur des pays « sains » comme l’Allemagne. Ca se voit très bien par l’évolution des soldes target 2 après les LTRO. Les pays en excédent commercial prêtent au pays faibles, ce qui leur permet d’écouler leur production. Avec le LTRO, on a évité une faillite chez les italiens et espagnols, et une crise de surproduction en Allemagne/Pays bas. Les LTRO ont permis de relancé la machine économique européenne pour un cycle, mais il est inévitable qu’elle cale à nouveau, car aucun redressement significatif des balances commerciales n’a eu lieu, donc aucun ajustement de consommation ou de compétitivité. Pourtant, ces ajustements devront avoir lieu, c’est inévitable. Le pari de Draghi et autres sinistres de l’UE, c’est que grâce au temps « monnayé » par la BCE, les politiques pourront provoquer ces ajustement avec une relative douceur par rapport à ce qu’induirait un défaut de paiement généralisé. Mais ce pari ils ne peuvent pas le gagner, et ils le savent. Donc en fait, c’est du bluff. Dans ce contexte, c’est tout simplement criminel.

    • Cette monnaie crée donc très peu d’inflation. Elle « inflate » le système du montant du bénéfice fictif réalisé sur les créances pourries en pension à la BCE. Ce faisant, elle enrichit et récompense les mauvais investisseurs, et leur permet de continuer à détruire l’économie. A priori, la musique va continuer à bercer tout le monde jusqu’à ce que la destruction du système soit telle qu’on en arrive à une situation de pénurie.

      Et là .. c’est le grand saut dans l’inconnu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doug French.

L'économiste autrichien moyen dirait que la Réserve fédérale crée de l'argent par vagues, avec pour preuve les impressions de l'indice des prix à la consommation de 8,6 % selon le Bureau of Labor Statistics ou de plus de 15 % selon le calcul de shadowstats.com de John Williams, basé sur la façon dont le gouvernement calculait l'IPC en 1980. Il est certain qu'au mieux, le dollar américain n'est que la chemise sale la plus propre du panier à linge des devises.

Mais le dollar de l'oncle Sam continue de se renforcer... Poursuivre la lecture

inflation
2
Sauvegarder cet article

Par Alexander William Salter.

Si la décomposition de l'inflation en ses éléments constitutifs est empiriquement délicate, son essence est simple. L'inflation est le résultat de trop d'argent pour trop peu de biens. Milton Friedman a popularisé cette règle empirique. La combinaison de son intelligibilité et de son pouvoir explicatif explique pourquoi elle est encore largement utilisée.

Mais tout le monde n'a pas reçu le mémo. Les politiciens, les bureaucrates, les journalistes et les universitaires de Very Online cherchent âpreme... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles