Les médicaments inutiles

Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l’Institut Necker, affirment dans « un livre choc » qu’un médicament sur deux est inutile.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints681 médicaments

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les médicaments inutiles

Publié le 13 septembre 2012
- A +

Par René Le Honzec.

Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l’Institut Necker, affirment dans « un livre choc », le Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, qu’un médicament sur deux est inutile. 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

    Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’économisme de gauche le plus archaïque est bien parti pour revenir peu ou prou aux affaires et, avec lui, le magistère d’économistes théoriciens non-pratiquants, comme Élie Cohen, réputé faire consensus. L’objectivité et l’omniscience prêtées à ceux-ci par ce dernier reposent depuis longtemps sur un dosage subtil et pourtant largement déséquilibré entre libéralisme et interventionnisme d’État agrémenté d’antinucléarisme « raisonnable ». 

 

Dans cette caste séculairement omniprésente sur les plateaux télé, on trouve le dis... Poursuivre la lecture

Chaque 26 juin, la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues rappelle combien les drogues (licites et illicites) ont une importance majeure d’un point de vue de santé publique et relèvent d’une dimension globale, au-delà des politiques nationales.

Au cours des dernières années, l’augmentation des saisies de cocaïne en France et ailleurs et la multiplication des violences – telles que les narchomicides à Marseille – ont attiré l’attention sur la puissance croissante des groupes internationaux engagés dans le trafic (notamme... Poursuivre la lecture

Interrogé par une commission du Sénat, le Directeur de l’organisation professionnelle des entreprises du médicament opérant en France explique pourquoi il y a des pénuries de médicaments en France, et des délocalisations.

Le contrôle des prix, abaissés de façon directive, conduit à une éviction du médicament et à une baisse de la qualité. L'Allemagne, le Portugal, la Suède ont annoncé prendre des mesures pour revaloriser les prix afin que les médicaments puissent se vendre dans leurs pays. Entre la France et l'Allemagne l'écart de prix... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles