La sarabande des missions et rapports

Le gouvernement Ayrault multiplie les commissions, méthode bien connue qui permet d’évacuer les problèmes que l’on ne veut pas résoudre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La sarabande des missions et rapports

Publié le 4 septembre 2012
- A +

Le gouvernement Ayrault multiplie les commissions, méthode bien connue qui permet d’évacuer les problèmes que l’on ne veut pas résoudre.

Par Michel de Poncins.

Depuis peu, le gouvernement Ayrault multiplie les missions et rapports parfaitement inutiles. En voici des exemples.

Lionel Jospin préside une commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique. Il dispose, pour mener cette tâche impossible à définir, de trois mois, de 14 assistants et de spacieux bureaux dans un quartier chic de Paris.

Louis Gallois dirige une mission sur la compétitivité des entreprises. Personne ne peut comprendre pourquoi cet éminent personnage a accepté de dire du neuf sur un sujet traité par de multiples rapports publics ou privés.

Arnaud Montebourg a confié à un polytechnicien une mission sur la santé de Peugeot. N’importe quel boursier sait répondre à cette question puisqu’il s’agit d’une société cotée qui ne peut rien cacher de ses comptes.

Les antécédents

Évacuer les problèmes que l’on ne veut pas résoudre en créant une commission est une méthode de gouvernement très ancienne.

Christine Boutin avait été gratifiée par Sarkozy d’une mission sur la mondialisation et ses conséquences sociales ! Michel Rocard, qui dispose du train de vie princier d’un ancien premier ministre, s’est fait nommer « Ambassadeur pour les négociations dans les pôles », fonction luxueuse qui doit gêner énormément les nombreux diplomates tout à fait capables de gérer ces problèmes.

Passons aux rapports. L’Assemblée nationale a produit au moins 8000 rapports dont personne n’a aucun besoin réel. Pour les autres assemblées nous ignorons le chiffre ; avec le nombre de collectivités, il doit être immense. Un seul exemple : Juppé avait commandé à Stoleru un rapport sur « Une étude de la proposition américaine pour l’effet de serre » !

La pyramide abusive

Cette sarabande à laquelle se livre Jean-Marc Ayrault est orchestrée par les innombrables élus dont souffre la France. Les étrangers en sont stupéfaits. Aux élus de base s’ajoutent ceux des intercommunalités et d’autres étranges structures comme le grand Paris.

À côté, il faut compter une quarantaine de ministres ou équivalents, une vingtaine d’entre eux veulent d’autant plus marquer leur passage qu’ils sont inutiles.

La sarabande n’est qu’un sous-produit naturel de la pyramide.

Les coûts

Deux précieuses indications nous ont été fournies.

Quand Madame Boutin obtint sa mission, une curiosité journalistique révéla son salaire, à savoir 9 500 € par mois. Avec d’autres ressources prises sur l’argent public, elle se trouvait percevoir 17 500 €. Elle eut l’élégance de renoncer à son nouveau salaire. Deo gratias.

Le salaire de la patronne n’était qu’une goutte d’eau dans le coût total de la mission. Il fallait trois salariés de très haut niveau à la tête d’une formidable bureaucratie…

Monsieur Claude Barral, vice-président du conseil général de l’Hérault, avait reçu 320 000 F (49 000 euros) pour un rapport sur la « démoustication du littoral ». Le rapport indiquait que le moustique « est agressif et pique du printemps à l’automne », et que « les larves du moustique se développent dans l’eau et viennent respirer à la surface » .

Que faire ?

Il n’y a aucune chance visible que la voie électorale nous délivre du boulet insupportable supporté par les entreprises dans un univers très concurrentiel. Les élus devraient nous protéger des Princes qui nous gouvernent. Ils sont devenus les Princes agissant selon leur bon plaisir et leurs intérêts changeants.

Ceux qui manipulent les élections au sommet n’ont aucune raison à leur âge de changer quoi que ce soit. Ils se chuchotent entre eux que ce fut toujours comme cela.

Nous devons ne pas être dupes et ne pas cesser d’informer.

Pour le reste, espérons modestement que le réveil ne sera pas trop brutal.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Heureusement que François II devait réduire les commissions Théodule….

    Si sa manière de calculer est inverse aux lois mathématique, alors la réduction du déficit veux dire augmentation, l’augmentation du nombre de fonctionnaire veut dire réduction (ce serait bien pour cela)….

    on va mourir de rire et de dettes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre en sont restés abasourdis : au sommet de l’État, la crise sanitaire comme la politique vaccinale ont été pratiquement co-gérées par des cabinets de conseil privés, notamment McKinsey. Dans leur essai Les infiltrés, les deux journalistes rendent compte de pratiques généralisées, opaques et acceptées à tous les niveaux depuis au moins Nicolas Sarkozy et cela dans toutes les activités de l’État.

? Cabinets de conseil : « Macron dit une chose qui n’est pas vraie : la hausse n’es... Poursuivre la lecture

Il faut se pincer pour le croire. Dans une interview récente, Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle, indiquait vouloir créer un « grand ministère de l’Industrie et de l’Innovation ». La situation est en effet préoccupante : notre pays n’a créé aucun acteur mondial dans les nouvelles industries et le fiasco du vaccin covid français reste dans toutes les têtes.

Le retard de nos PME, notamment en matière de digital, est évident. S’il veut rester une grande puissance, notre pays doit réagir. La solution est-elle pour auta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles