Crises : mensonges et oublis

La présentation de la crise actuelle qui est faite dans les médias est influencée, consciemment ou inconsciemment, par une idéologie dominante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crises : mensonges et oublis

Publié le 3 septembre 2012
- A +

La présentation de la crise actuelle faite dans les médias est influencée, consciemment ou inconsciemment, par une idéologie dominante.

Par Vladimir Vodarevski.

La manière dont l’histoire et l’actualité nous sont présentées est influencée, consciemment ou inconsciemment, par une idéologie dominante. Le résultat est d’occulter des faits qui sont contraires à cette idéologie, et à éviter ainsi soigneusement tout débat. Cela se vérifie dans la présentation des crises économiques, comme celle de 1929, et la crise actuelle.

À propos de la crise de 1929, nous avons appris qu’elle a été causée par la spéculation. Que le président Hoover n’a rien fait, se contentant d’attendre la reprise. Puis, Roosevelt est arrivé, avec son New Deal. Grâce à une politique de relance, il a redressé l’économie.

Ce tableau ne correspond cependant pas à la réalité. Il occulte la politique monétaire de la Fed, qui a provoqué une expansion puis une brusque contraction de la masse monétaire. Hoover a également lancé une politique protectionniste, qui a entraîné le protectionnisme des partenaires commerciaux des USA. Il a par ailleurs eu une politique budgétaire dépensière. (Cf. à ce sujet : La grande dépression démystifiée).

Dire qu’ensuite le New Deal a relancé l’économie est aller un peu vite en besogne. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale que la croissance est vraiment revenue. Comme par hasard, c’est après l’abandon du protectionnisme, avec les accords du GATT, et le rétablissement d’une certaine discipline monétaire, avec les accords de Bretton Woods.

La crise actuelle est également présentée de manière très idéologique. Elle serait due à la dérégulation des marchés financiers. Cette dérégulation a favorisé la course au profit des établissements financiers, provoquant un développement exponentiel des marchés financiers, et aboutissant à un effondrement. La solution serait donc de re-réglementer la finance, et d’accroître le rôle de l’État.

Dire que la finance est dérégulée est un mensonge éhonté. Les établissements financiers sont soumis aux critères de Bâle, déclinés dans toutes les législations des pays occidentaux. Ainsi, ces agences de notations tant décriées sont-elles imposées par la réglementation. Ainsi les banques doivent-elles investir dans des actifs bien notés selon les critères de Bâle, sinon elles doivent augmenter leur niveau de fonds propres, et donc obérer leur rentabilité, ou encore elles risquent d’être mal notées elles-mêmes. Les actifs subprime étaient ainsi recommandés selon la réglementation (Cf. par exemple : Notations, une crise provoquée par la réglementation ).

D’autre part, le rôle des États dans la crise est soigneusement éludé. Or, c’est le gouvernement US qui a décidé de favoriser le crédit aux populations insolvables, par l’intermédiaire des agences Fannie Mae et Freddy Mac, qui refinancent les prêts hypothécaires. Les conditions de refinancement ont été considérablement assouplies. De même, avec le Community Reinvestment Act. En Espagne, ce sont les caisses d’épargne, organismes non cotés, proches des pouvoirs régionaux, et à vocation sociale, qui ont le plus financé l’immobilier et les projets des régions, et qui connaissent le plus de difficultés.

Enfin, la politique accommodante de la Fed, qui a relancé l’économie à coups de création monétaire, et même de la BCE, qui a laissé croître sans contrôle la masse monétaire, ne sont jamais citées.

La politique monétaire est au cœur de la crise actuelle comme de celle de 1929. Mais elle n’est absolument pas évoquée. Il n’y a aucun débat sur le sujet.

Aujourd’hui, le président de la Bundesbank menace de démissionner pour protester contre la politique de la BCE. Parce que justement le débat monétaire est occulté. Il est unanimement décrit comme un mouton noir, qui veut empêcher la relance de l’économie. Mais, si l’idéologie mainstream est si persuadée d’avoir raison, pourquoi ressent-elle le besoin d’empêcher tout débat ?

On nous parle beaucoup de démocratie, de pouvoir du peuple. Mais, pour que le peuple ait du pouvoir, il faut qu’il ait de l’information.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Rappel salutaire de certaines vérités.

    En marge, pourquoi utiliser le terme « mainstream » et pas « dominante » pour parler de la pensée économique dominante? Ce n’est pas mieux en français?

  • Les connards de fachos comme vous devraient voir ce blog interdit. Comme raconter de telles inepties si ce n’est lié au fait que les libéraux sont cons et égpïstes par nature ? On voit bien ici la limite de leurs raisonnements à peine plus développés que ceux d’un gamin de classe de petite section !

  • Au fait, il me semble que la règlementation de Bâle a aussi des ratio de pondération plus avantageux pour les banques concernant les crédits hypothécaires, ainsi que les achats d’obligation étatiques.

    Mais n’aurait-on pas pour l’instant un petit problème de bulle immobilière et obligataire ???

  • L’auteur oublie de rappeler que si la croissance est revenue aux USA après la guerre c’est après que les dépenses et les impôts ont été massivement baissés, tout comme en 1921.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles