Euro : « Il faut attendre »

Le Premier ministre grec Antonis Samaras, Angela Merkel et François Hollande nous ont offert ces derniers jours un beau spectacle médiatico-politique… pour nous expliquer qu’il faut attendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Euro : « Il faut attendre »

Publié le 25 août 2012
- A +

Le Premier ministre grec Antonis Samaras, Angela Merkel et François Hollande nous ont offert ces derniers jours un beau spectacle médiatico-politique… pour nous expliquer qu’il faut attendre.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

Nous avons commencé hier matin avec la plus grande partie des médias plagiant le Bild, à propos du courageux Samaras [le Premier ministre grec, NdT] voulant du temps supplémentaire, et ne voulant pas quitter l’euro.

Ensuite nous avons terminé la journée avec la plus grande partie des médias plagiant le Süddeutsche Zeitung, à propos du courageux Samaras… donnant cette fois sa garantie personnelle que les Huns récupéreraient leurs euros. La « garantie de remboursement » était le choix de citation fait par le Spiegel.

Je vous avais prévenu que vous ne verriez rien d’autre que du théâtre. Et vous devez réellement vous demander à quoi ces derniers jours ont bien pu servir. Depuis le début, il était évident que rien n’allait se passer avant que le rapport de la Troïka soit terminé en septembre. Ainsi, ni Merkel ni Samaras n’avaient quelque chose de consistant à proposer.

Et voilà ! Après toute cette action, le Guardian a fini la journée avec un reportage nous expliquant que les espoirs de la Grèce de recevoir un peu plus de temps « ont subi un revers quand les leaders européens ont refusé de prendre leur décision avant le mois prochain. »

Merlande.

Merkel et Junker, nous explique-t-on sérieusement, « ont prévenu tous les deux que le futur de la Grèce dépend du verdict de la Troïka des prêteurs, qui annoncera en septembre si Athènes tient les objectifs de son plan de sauvetage en cours. » Cela provient d’un journal qui a perdu 16% de son tirage en un an, et a perdu dans le même temps 76,6 millions de livres sterlings. Vous comprendrez pourquoi.

Et enfin, nous avons pu observer le spectacle de Merkel et Hollande – ou devrions nous l’appeler le spectacle Merlande ? Sans doute le plus théâtral – Le Monde l’a décrit comme « au centre d’un ballet diplomatique ». Bref, nous avons eu de quoi nous amuser. Il est difficile d’être mieux informé.

—-
Sur le web.
Traduction : Nicolas B. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

En brandissant à nouveau la menace d’un troisième conflit mondial, la Russie rappelle aux plus aguerris la sinistre crise de Cuba et ramène l’Occident à la logique de blocs qui n’a jamais cessé de hanter le locataire du Kremlin. Une sémantique forte inversement proportionnelle à l’état d’une armée qui connaît aujourd’hui une déroute peut-être passagère, mais réelle, alors que des frappes ukrainiennes ont visé des dépôts de carburant sur le territoire russe, à quelque 150 km de la frontière.

Dans ce conflit, la position allemande contin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles