Népal : de l’impasse politique à la dictature ?

La situation politique au Népal devient très inquiétante. Il semble que la stratégie des maoïstes ait réussi et qu’ils mènent le Népal vers une dictature communiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Népal : de l’impasse politique à la dictature ?

Publié le 14 août 2012
- A +

La situation politique au Népal devient très inquiétante. Il semble que la stratégie des maoïstes ait réussi et qu’ils mènent le Népal vers une dictature communiste.

Un article d’Un Monde Libre, depuis le Népal (*).

En 2006, les maoïstes avaient conclu un accord de paix avec les autres forces politiques pour mettre fin à une décennie de guérilla en promulguant une nouvelle constitution au Népal par le biais de l’Assemblée Constituante. Une constitution provisoire a été promulguée et les élections ont eu lieu en 2008. Le parti maoïste a été en mesure de s’imposer comme le plus grand parti dans l’Assemblée Constituante à travers les élections. (La fraude électorale et les captures de bureaux de votes par les maoïstes pour obtenir la victoire ont été semble-t-il tolérés comme un « coût nécessaire » pour les amener à un processus de paix.)

L’Assemblée Constituante avait deux ans pour promulguer la nouvelle Constitution mais en raison de l’instabilité politique et de l’inefficacité de tous les partis politiques, le délai a été prolongé à plusieurs reprises. Au cours des quatre années de ce processus de rédaction de la constitution, les partis n’étaient en réalité pas en mesure de faire beaucoup en la matière. La constitution devant être approuvée par consensus ou à la majorité des deux tiers, les maoïstes se sont assurés de diverses façons que les critères ne soient pas atteints.

Le 27 mai 2012 était la date limite pour la promulgation de la constitution. Mais, en dépit de tous les efforts, un consensus n’a pas été réuni et l’Assemblée Constituante n’a pas été en mesure de livrer la constitution. Donc, à minuit ce jour-là, l’Assemblée Constituante a été dissoute jetant ainsi le pays dans une impasse politique critique.

Pendant ce temps, les maoïstes ont fomenté plusieurs conflits à travers leurs groupes affiliés à travers le pays et le conflit le plus sensible qu’ils ont instillé est ethnique. Au-delà des lignes politiques, le Népal est aujourd’hui fortement divisé entre lignes ethniques. Il est important de noter que le Népal a plus de 100 groupes ethniques aux identités et langues distinctes. Durant les derniers mois de nombreux affrontements violents ont eu lieu entre les différents groupes ethniques dans des quartiers, au niveau populaire, mettant ainsi en péril la coexistence pacifique.

Actuellement, les maoïstes, en tant que plus grand parti, dirigent le gouvernement et, depuis que le mandat de l’Assemblée Constituante a expiré, il semble qu’ils vont continuer à diriger le gouvernement, sauf si un nouveau mandat est décidé par des élections. Mais, le 30 juin, la commission électorale a exclu une tenue des élections auparavant envisagée pour le 22 novembre prochain.

L’actuel premier ministre du pays – qui est l’un des commandants suprêmes du parti maoïste – s’était engagé après la dissolution de la Constituante à une nouvelle élection, mais cette perspective s’éloigne. En outre, techniquement, le gouvernement actuel n’a pas le mandat pour décider une élection. Ces promesses de nouvelles élections ressemblent à une nouvelle stratégie pour confondre le grand public et les autres partis politiques. Fait encore plus intéressant, c’est le gouvernement actuel maoïste qui dirigera le pays jusqu’aux prochaines élections. Donc, il y a en réalité peu d’incitation de leur part à organiser des élections.

Si l’on observe les maoïstes sur les six dernières années, il semble bien qu’ils n’aient pas l’intention de présenter une constitution démocratique du tout. Ils semblent vouloir établir une république populaire sur la base de leur utopie (marxiste, léniniste, maoïste). Toutefois, si le processus politique est en mesure de les pousser à une élection, ils ont gagné du terrain au sein de la base populaire, notamment en comparaison avec d’autres partis politiques, et avec leur Armée Populaire de Libération et maintenant le pouvoir de l’État et les ressources qui vont avec, ils pourraient être en mesure de recueillir une victoire écrasante et donc finir par promulguer une constitution tout à fait dans leur ligne idéologique.

La feuille de route initiale de 1995 et la promesse des maoïstes de « capturer » l’État par tous les moyens (par la guérilla, la rue et le parlement et/ou le gouvernement) semble se réaliser.

Dans l’intervalle, ils ont été en mesure de rallier à leur cause une grande partie des médias, des intellectuels ainsi que d’autres forces. Et tous les autres partis importants semblent soit occupés par leurs propres dissensions internes ou soit très naïfs pour ne pas comprendre la stratégie maoïste. La réaction initiale du grand public au lendemain de la dissolution de la Constituante, premier jour de cette histoire sombre, a été d’espérer que les maoïstes les mèneront vers une voie politique stable.

Pour les maoïstes, le moment est sans doute approprié pour déclarer un régime autoritaire et il ne serait pas surprenant qu’ils embarquent le pays vers une dictature à parti unique dans les six mois ou l’année à venir.

Une voie de sortie à la crise politique actuelle pourrait être la formation d’un gouvernement de consensus avec tous les partis nationaux et l’annonce d’une date réaliste pour les élections législatives. En même temps, un comité constitutionnel pourrait s’appuyer sur le travail qui a été fait jusqu’à présent par l’Assemblée constitutionnelle dissoute et s’assurer d’avoir un projet prêt à être approuvé par le parlement nouvellement élu. Mais pour mener le pays dans cette direction, il faut un chef de file qui ait la confiance de tous, indépendamment des clivages politiques. Et personne ne semble avoir cette stature au Népal…

—-
Sur le web.

(*) L’auteur de cet article a préféré rester anonyme pour raisons de sécurité.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Encore un parano avec son communisme. Il ne vous reste que bombarder Népal avec des frappes chirurgicales et humanitaires.

  • Le Nepal laisse indifferent les peuples de ce monde. La chine derriere ces histoires horribles est un pays tres puissant qui impose le respect ou en tout cas oblige au silence. Les medias ne parlent pas de ces sujets et la classe politique n a rien a gagner a se mettre la chine sur le dos. Reste des milliers d humains qui souffrent…

  • Certes la situation au Népal est préoccupante !
    Si le pays se dirige vers une dictature rien n’est moins sûr qu’elle soit
    « communiste » d’autres forces politiques et l’armée ont la capacité de former un régime autoritaire.
    En 2006 les partis existants et gouvernants depuis des décennies se sont alliés au parti Maoïste car ils avaient perdu tous pouvoirs, le Roi ayant décrété qu’il gouvernerait seul. A ce moment-là les Maoïstes ont saisi l’opportunité de baisser les armes et de rentrer sur le terrain politique.
    En 2008 il n’est pas très objectif de dire que « La fraude électorale et les captures de bureaux de votes par les maoïstes pour obtenir la victoire ont été semble-t-il tolérés comme un « coût nécessaire… » Ceci est faire affront à un peuple qui espérait pouvoir enfin vivre sur un mode démocratique et surtout égalitaire. Il ne faut pas oublier que si le système des castes (selon le pouvoir) n’existe pas, il est bien présent. Le pays étant sous la coupe du système des ethnies et religieux.

    Si la nouvelle constitution n’a pas vu le jour il ne faut pas en rejeter exclusivement la faute sur les communistes. TOUS les partis politiques sont responsables et ceux qui avaient perdu le pouvoir n’ont jamais été disposés à traiter afin de trouver un compromis.

    Le conflit ethnique existe depuis fort longtemps et point n’est besoin des communistes pour l’alimenter. Les maoïstes ont seulement permis que ce conflit s’exprime.
    La Chine semble observer aujourd’hui une neutralité face aux Maoïstes. Rappelons toutefois qu’elle a aidé le Roi contre les
    « révolutionnaires maoïstes » dans le passé.

    L’Inde, pays le plus voisin et le plus accessible n’est certainement pas disposé à laisser s’installer un régime communiste aux portes de sa frontière dans la mesure où ce pays fait face à une forte opposition des « Natalistes » qui pourraient trouver un repli stratégique dans la région du Terrai népalais.
    Dernier point : La corruption. Cette dernière est de plus en plus présente. Rien d’étonnant dans la mesure où les partis politiques sont affaiblis par la mésentente et laisse la place à un pouvoir parallèle
    ALORS OUI LA SITUAUION AU NEPAL EST PREOCUPANTE CAR LA MAJORITE DES GENS DU PEUPLE SE POSE LA QUESTION DE SAVOIR S’IL VA ÊTRE POSSIBLE DE SORTIR DE LA PAUVRETE ET ACCEDER AU TRAVAIL, AUX SOINS, A L’EDUCATION …..Etc.
    Il n’y a pas de pétrole au Népal.
    Sa seule richesse est l’eau dont l’Inde a bien besoin. Pour la communauté Internationale aucun intérêt. Donc « Petit Poucet Népalais » doit se débrouiller avec ses grands voisins qui ne se sont pas amis. Amis !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

"Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l'originalité, le suspense, la rapidité d'écriture et l'indignation féroce sont tels qu'... Poursuivre la lecture

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le fédéralisme flamand est un succès avéré, dans quasiment tous les domaines. La Flandre n’a jamais été aussi prospère. Gand, Bruges, Leuven sont au faîte de leur art de vivre, parmi les plus belles, actives et créatives cités d’Europe du Nord. Anvers renoue avec son glorieux passé, celui de l’un des plus grands ports du monde.

Le fédéralisme wallon est tout aussi éclatant, mais d’échec, d’insuccès, de complaintes, de rancœurs et de misère. Pourtant, depuis un demi-siècle, c’est la Flandre qui finance massivement la Wallonie, non le co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles