Cabinets ministériels : autant de conseillers que sous Sarkozy

On nous avait annoncé une Présidence « normale » et « exemplaire », notamment en resserrant les effectifs des ministères et en prônant la parité. Mais le nombre officiel de conseillers et de membres des cabinets ministériels est équivalent à celui du premier gouvernement Fillon. Et les femmes sont sous représentées dans les cabinets.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cabinets ministériels : autant de conseillers que sous Sarkozy

Publié le 5 août 2012
- A +

On nous avait annoncé une Présidence « normale » et « exemplaire », notamment en resserrant les effectifs des ministères et en prônant la parité. Mais le nombre officiel de conseillers et de membres des cabinets ministériels est équivalent à celui du premier gouvernement Fillon. Et les femmes sont sous représentées dans les cabinets.

Un article du Cri du Contribuable.

La session extraordinaire est terminée, ministres et parlementaires ont pris quelques jours de repos, comme la majorité des Français. Cette période de calme permet de faire le point sur les membres des cabinets ministériels, dont la composition est à peu près définitive. Malgré les consignes visant à limiter le nombre de conseillers, avec 38 ministres, on ne peut pas vraiment constater une maîtrise des effectifs.

Aujourd’hui, le nombre officiel de conseillers et membres des cabinets ministériels serait de 538. Par comparaison au premier gouvernement Fillon, en 2007, c’est un de plus. Ce chiffre se situe dans la droite ligne des gouvernements Jospin, qui comptaient environ 500 membres de cabinets. L’inflation avait atteint son paroxysme sous Raffarin.

Ironiquement, si la parité hommes-femmes est respectée au niveau des ministres, les femmes sont sous-représentées dans les cabinets. En effet, elles sont seulement 6 à exercer la fonction de Directeur. Enfin, les cursus et parcours professionnels de l’ensemble des membres n’est pas encore connu, mais il y a fort à parier que la grande majorité provienne du secteur public, comme à l’accoutumé.

Plus de la moitié des directeurs de cabinet ont fait l’Ena (École nationale d’administration), soit 21 sur 38. Pour le reste, encore un peu de temps à attendre, afin de savoir s’il dépasseront la barre de 70% issus de la fonction publique des précédents gouvernements. Restera à connaître les coûts de fonctionnement des cabinets, qui prennent en compte les autres personnels (chauffeurs, cuisiniers…) et qui ont une fâcheuse tendance à augmenter avec le temps.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Le double langage des politiques classique. L’obésité se trouve partout ; le nombre de députés, l’inflation des fonctionnaires des collectivités territoriales, le nombre de ministre par comparaison aux autres pays, le nombre de sénateurs (aux USA 102, en Allemagne 69 et chez nous 336) et j’en passe. Hélas, compte tenu de l’inculture économique ambiante, les français gobent tout cela. Bonjour la faillite.

  • Une inflation prévisible. Mais que diable allons-nous faire dans la galère hollandaise ?

  • Démonstration par l’absurde d’une sous-estimation con-génitale d’une nécessité de gestion efficace par l’Etat.
    Puis il faut bien proportionner les effectifs à l’enflure des règles et lois à venir sous ce gouvernement.
    Dans les pays limitrophes U.E., il fut constaté que les effectifs varient dans un ratio de 2 à 1 entre des cultures politiques semi-libérales et celles typiques de régions hyper-socialistes ; la loi du nombre se répète donc ici. Ces apparatchiks pourront se targuer de vivre avec moins de stress de charge, ni d’un harcèlement par le public mécontent de leur gestion obscure ! ;-(

  • Bien les gauchos vous vous emmerdez pas !!! Vous n’avez passé votre temps lors du quiquénat de Nicolas à le critiquer ! Commencez donc par balayer devant votre porte et vivement 2017 pour le retour de la DROITE FORTE au pouvoir !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles