Cabinets ministériels : autant de conseillers que sous Sarkozy

On nous avait annoncé une Présidence « normale » et « exemplaire », notamment en resserrant les effectifs des ministères et en prônant la parité. Mais le nombre officiel de conseillers et de membres des cabinets ministériels est équivalent à celui du premier gouvernement Fillon. Et les femmes sont sous représentées dans les cabinets.

On nous avait annoncé une Présidence « normale » et « exemplaire », notamment en resserrant les effectifs des ministères et en prônant la parité. Mais le nombre officiel de conseillers et de membres des cabinets ministériels est équivalent à celui du premier gouvernement Fillon. Et les femmes sont sous représentées dans les cabinets.

Un article du Cri du Contribuable.

La session extraordinaire est terminée, ministres et parlementaires ont pris quelques jours de repos, comme la majorité des Français. Cette période de calme permet de faire le point sur les membres des cabinets ministériels, dont la composition est à peu près définitive. Malgré les consignes visant à limiter le nombre de conseillers, avec 38 ministres, on ne peut pas vraiment constater une maîtrise des effectifs.

Aujourd’hui, le nombre officiel de conseillers et membres des cabinets ministériels serait de 538. Par comparaison au premier gouvernement Fillon, en 2007, c’est un de plus. Ce chiffre se situe dans la droite ligne des gouvernements Jospin, qui comptaient environ 500 membres de cabinets. L’inflation avait atteint son paroxysme sous Raffarin.

Ironiquement, si la parité hommes-femmes est respectée au niveau des ministres, les femmes sont sous-représentées dans les cabinets. En effet, elles sont seulement 6 à exercer la fonction de Directeur. Enfin, les cursus et parcours professionnels de l’ensemble des membres n’est pas encore connu, mais il y a fort à parier que la grande majorité provienne du secteur public, comme à l’accoutumé.

Plus de la moitié des directeurs de cabinet ont fait l’Ena (École nationale d’administration), soit 21 sur 38. Pour le reste, encore un peu de temps à attendre, afin de savoir s’il dépasseront la barre de 70% issus de la fonction publique des précédents gouvernements. Restera à connaître les coûts de fonctionnement des cabinets, qui prennent en compte les autres personnels (chauffeurs, cuisiniers…) et qui ont une fâcheuse tendance à augmenter avec le temps.

—-
Sur le web.