Le Savoir en captivité : explosion du prix de l’université ivoirienne

L’université publique ivoirienne devrait ré-ouvrir. Mais l’annonce d’une augmentation des frais d’inscription, difficilement justifiable par la libéralisation de l’Université, inquiète la population du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
captivité

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Savoir en captivité : explosion du prix de l’université ivoirienne

Publié le 4 août 2012
- A +

L’université publique ivoirienne devrait ré-ouvrir. Mais l’annonce d’une augmentation des frais d’inscription, difficilement justifiable par la libéralisation de l’Université, inquiète la population du pays.

Par Nicolas Madelénat di Florio.
Publié en collaboration avec Audace Institut Afrique.

Les médias nationaux l’ont annoncé : l’université publique ivoirienne devrait, enfin, ré-ouvrir. Pourtant, déjà, des voix s’élèvent pour protester. En effet, après le massacre des arbres du campus de Cocody, après la filtration des passages à l’entrée de cette université par un groupe de militaires, la dernière mesure vient d’être publiée : les frais d’inscription vont augmenter [1]. Cette annonce n’a pas manqué de surprendre et d’inquiéter la population du pays.

Le régime ivoirien, se présentant comme libéral, déclare vouloir inscrire l’Université dans une logique d’ouverture vers le monde grâce à un programme de modernisation. Ne voulant pas augmenter la charge de ce service public pour toute la population, il choisit de faire peser ces frais sur les étudiants. La réalité est pourtant tout autre car, si le campus a été rénové pour partie, après les nombreuses dégradations engendrées par la guerre, il est assez étrange de penser que repeindre les bâtiments suffira à améliorer la qualité des cours, à garantir la sécurité des étudiants et des professeurs, ou à relancer la recherche, abandonnée depuis déjà bien trop longtemps, voire à encourager les enseignant-chercheurs, exilés, à revenir.

Cette augmentation des frais est difficilement justifiable par la libéralisation de l’Université. Entendons par libéralisation l’ouverture annoncée permettant à l’université ivoirienne une mise à niveau. Elle ressemble plutôt à une mesure désespérée pour équilibrer des budgets aussi précaires que la sécurité dans le pays. Notons que l’octroi du marché de la rénovation à des amis du pouvoir a d’évidence contribué à une augmentation significative de l’enveloppe des travaux. Les préceptes libéraux auraient, eux, imposés un appel d’offre ouvert en bonne et due forme. De plus, une université respectant les préceptes libéraux tendrait à la transparence et n’hésiterait pas à justifier, clairement, les raisons de l’augmentation de ses frais, trouvant dans la publicité ainsi offerte au public un atout de plus pour améliorer l’offre de formation, la diversité des cours, la qualité des laboratoires de recherche, la variété des publications. Ce n’est pas le cas en Côte d’Ivoire.

Victor Hugo disait qu’en ouvrant une école, nous fermerons une prison. Cette situation serait-elle l’expression d’une crainte du pouvoir vis-à-vis des universitaires, et des étudiants ? En verrouillant le chemin de la liberté offert par l’Université aux jeunes, le Gouvernement prive le pays d’une partie des instruments intellectuels nécessaires à la rénovation, à l’amélioration des structures de l’État, de sa gouvernance, et de la gestion des fonds publics.

Saint Augustin, déjà, prophétisait que l’éducation seule permet de sortir les Hommes de la pauvreté, du vice, et de la corruption de l’esprit et du corps. La Côte d’Ivoire, berceau de l’Humanité comme l’est toute l’Afrique, ne doit pas oublier ces sages paroles divinement inspirées. En augmentant les frais d’inscription et en empêchant l’apparition d’un climat favorable aux études, à la Recherche et plus largement au partage du Savoir, l’État souille la source de liberté qu’est l’Université. Cela risque de maintenir durablement la société civile dans une faiblesse alimentée par le manque de connaissance. C’est pourtant le contre-pouvoir d’une société civile organisée qui donnera du volume à la démocratie en Afrique. Cette augmentation brutale des frais d’inscription risque d’éloigner des amphithéâtres de nombreux étudiants et, plus particulièrement les jeunes filles qui, dans la culture africaine, sont souvent les premières sacrifiées. Cela est contraire à toute voie de progrès et éloigne encore le pays de la voie de l’émergence.

—-
Sur le web.

Note :

  1. Le tarif annoncé est de 100 000 FCFA à 300 000 FCFA : Licence à 100 000 FCFA, Master à 200 000 FCFA et Doctorat à 300 000 FCFA sachant que le SMIC est à 60 000F en Côte d’Ivoire.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « La Côte d’Ivoire, berceau de l’Humanité comme l’est toute l’Afrique, »Oh sans blague…..
    Flamby vient de leur lâcher 3milliards€,il n’y a qu’a demander on en a plein

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les résultats d’admission pour les masters sont donnés à partir du 4 juin via la plateforme monmaster. Comme chaque année, ceux-ci sont surprenants. Des étudiants major de promotion se retrouvent sans rien ou très mal classés, d’autres aux résultats faibles sont admis dans des masters pourtant réputés. Des résultats surprenants quand on ne connait pas le fonctionnement de ce système, mais très logique quand on est au fait de l’enseignement supérieur.

Mon Master, c’est Parcoursup en pire : il s’agit de faire entrer une masse d’étudiants... Poursuivre la lecture

Le chaos semble donc s’être définitivement installé dans certaines universités, en France et dans le monde occidental.

 

Pour les Français, maintenant largement habitués à voir ces mouvements faussement spontanés éclore avec une régularité d’horloge normande au rythme des agendas politiques franchouilles ou internationaux, la surprise n’est que partielle : après tout, ce n’est qu’une année supplémentaire de couinements plus ou moins vifs, et il semble acquis qu’un certain nombre d’établissements français s’organisent pour c... Poursuivre la lecture

Boualem Sansal est un auteur connu à la fois pour son talent et pour son remarquable courage, lui qui a fait le choix de rester dans son pays, où il est pourtant censuré, menacé, et régulièrement insulté.

À travers cette fiction, qui avait fait beaucoup parler d’elle en 2015 à sa sortie, et pour laquelle il reçut le Grand prix du roman de l’Académie française, il dénonçait les dérives du radicalisme religieux et la menace que celui-ci représente pour les démocraties. Avec un titre en forme de clin d’œil à l’œuvre et l’esprit du très cé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles