Milton Friedman et l’école de Chicago sur le rôle de l’État

Si Milton Friedman admet que le fonctionnement des marchés libres n’est pas parfait, il considère que les défaillances de l’État sont la plupart du temps supérieures à celles des marchés, raison pour laquelle son périmètre d’intervention doit être précisément circonscrit à quelques activités.

Si Milton Friedman admet que le fonctionnement des marchés libres n’est pas parfait, il considère que les défaillances de l’État sont la plupart du temps supérieures à celles des marchés, raison pour laquelle son périmètre d’intervention doit être précisément circonscrit à quelques activités. Dans cette vidéo de l’Institute for Humane Studies, le Dr Nigel Ashford expose avec clarté ce point de vue du chef de fil de l’école de Chicago.

Un article de l’Institut Coppet.

Selon Milton Friedman et l’école de Chicago, dans le but d’évaluer les mérites d’une loi, on doit mesurer les résultats de cette loi. Les lois peuvent avoir de bonnes intentions, mais l’école de Chicago exige qu’on mesure leurs conséquences, et pas seulement les intentions.

L’école de Chicago admet que les marchés échouent parfois. Mais les administrations échouent aussi. Elle soutient qu’une défaillance de l’administration est presque toujours supérieure à une défaillance du marché. C’est pourquoi elle croit que l’administration devrait être considérablement limitée.

Que dit l’école de Chicago au sujet du juste rôle de l’administration ? Selon la pensée de Friedman, que vous pouvez trouver dans ses livres populaires Capitalisme et Liberté et La liberté du choix, l’administration devrait avoir quatre domaines de responsabilité :

  • L’armée et la police,
  • L’administration judiciaire,
  • Les biens publics (comme la défense) et les externalités négatives (comme la pollution),
  • La protection des enfants et des handicapés mentaux.

Vidéo sous-titré par l’Institut Coppet.

—-
Également disponible sur le site de l’Institut Coppet : Milton & Rose Friedman, La liberté du choix (1980)

Autre vidéo sous-titrée par l’Institut Coppet : « Free to choose » par Milton Friedman

Retour au sommaire de l’édition spéciale « Milton Friedman, le centenaire »