Mamie, papy et les banques

On peut réprimander les banques, ou les enfants. Mais tant que les politiciens vont jouer à papy et mamie, le problème va empirer. Un jour ou l’autre, il faudra changer de stratégie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints482 Papy Hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mamie, papy et les banques

Publié le 25 juillet 2012
- A +

On peut réprimander les banques, ou les enfants. Mais tant que les politiciens vont jouer à papy et mamie, le problème va empirer. Un jour ou l’autre, il faudra changer de stratégie.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Les parents ou les psys qui s’inquiètent de la prolifération d’enfants-roi devraient jeter un œil sur le monde de la finance. Ils verront ce qui arrive, à long terme, quand on gâte et pourrit ces grands bébés.

Plusieurs scandales font surface ces jours-ci. Les milliards $ perdus par la banque JP Morgan, et cachés par ses courtiers. La manipulation des taux d’intérêt (Libor) par plusieurs grandes banques — sous le regard complice du gouvernement, soulignons-le. Et le blanchiment d’argent criminel par la banque HSBC.

Mais doit-on vraiment s’en surprendre ? Quand les politiciens décident que les contribuables vont sauver le cul des banques quoiqu’il arrive, cela entraîne des conséquences.

Bébés gâtés

Dans son livre A capitalism for the people, l’économiste Luigi Zingales illustre avec brio ce problème d’« aléa moral ».

Imaginez que vos enfants se comportent mal. Vous essayez de les discipliner, mais chaque fois, leurs grands-parents arrivent et les « sauve ». Pour acheter la paix, et préserver l’harmonie familiale.

À court terme, leur intervention semble bénéfique. Les enfants sont contents, personne ne pleure, et la belle journée se poursuit. Mais à long terme ? On se retrouve avec des enfants gâtés pourris, et des parents malheureux.

Le lien avec la politique ? Les grands-parents ont une motivation à gâter leurs petits-enfants, poursuit Zingales : la gratitude de ces derniers, et la paix temporaire. De plus, mamie et papy ne subiront pas les conséquences à long terme des comportements impunis des enfants — puisqu’ils sont rarement à la maison, et qu’ils vont mourir bientôt.

De la même façon, les politiciens sont heureux de sauver les banques ou les pays qui dépensent trop. Car ils en profitent. C’est rentable politiquement d’avoir une économie qui donne l’impression (artificielle) de bien aller. Les politiciens profitent aussi de la gratitude des banquiers « sauvés », surtout lorsque viendra le temps de se trouver un emploi dans le privé… Et comme les grands-parents, les politiciens risquent peu de souffrir des conséquences à long terme de leur geste. Ils ne seront plus au pouvoir quand ces conséquences se produiront.

De pire en pire

Mais comme avec les enfants, si vous refusez de laisser le marché punir les mauvais comportements financiers, vous ne ferez qu’empirer la situation. Le capitalisme repose sur le principe qu’un individu doit subir les conséquences de ses erreurs. Sinon, jamais il n’apprendra.

Cette « politique de sauvetage », note Zingales, a commencé en 1994. Lors du sauvetage de l’économie mexicaine et du Peso. (Et surtout, des banques américaines, qui avaient prêté des milliards à ce pays.) Ce geste — et la promesse implicite de futurs sauvetages — a éliminé la peur chez plusieurs prêteurs et PDG. Grave erreur. La peur est un élément clé pour discipliner les décisions financières, rappelle l’auteur.

Résultat : aujourd’hui, l’aide gouvernementale est une drogue, dont le système financier est accroc, écrit Zingales. Arrêtez de lui en donner, et la panique s’empare des marchés. Sauf que, comme un junkie, le système financier en réclame toujours plus. Jusqu’au jour où ce sera impossible pour l’État de le sauver.

Vous vous souvenez de 2008 ? On disait qu’il fallait sauver les banques américaines, car elles étaient « trop grosses pour tomber ». Devinez quoi ? Aujourd’hui, elles sont 23% PLUS grosses qu’il y a 5 ans… selon le professeur Neil Barofsky, qui a lui-même supervisé le plan de sauvetage des banques en 2008.

On peut réprimander les banques, ou les enfants. Mais tant que les politiciens vont jouer à papy et mamie, le problème va empirer. Un jour ou l’autre, il faudra changer de stratégie. Et laisser le marché sortir sa strap.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • En restant d’accord globalement avec l’article, je pense qu’une des expressions utilisées a de fortes chances d’être infondée :

    « La manipulation des taux d’intérêt (Libor) par plusieurs grandes banques — sous le regard complice du gouvernement, soulignons-le. »

    Le terme ‘manipulation’ sous-entend qu’il y avait un but à atteindre, or quand on examine les conséquences qu’a une sous-évaluation du Libor dans le contexte où elle a été pratiquée, le but à atteindre est difficile à trouver.

    Le Libor est un indice composite des taux pratiqués par les banques de la place de Londres pour les prêts inter-bancaires. Par la suite cet indice est utilisé comme base pour fixer d’autres taux, le principal étant le taux des emprunts immobiliers en angleterre.

    En ce plaçant dans le contexte de l’époque, quelles sont les conséquences de la sous-évaluation :
    – Le credit-crunch interbancaire à déjà commencé, les banques ne se prêtent de toute façon qu’a minima. Le gain engendré par un Libor sous-évalué est faible, voir négligeable.
    – Les crédits immobiliers n’ont pas encore été affectés dans une large mesure par le credit-crunch, donc un Libor sous-évalué implique des taux plus faibles consentis aux particuliers par les banques…. d’où un manque à gagner pour les banques.

    A qui profite le crime ? pas aux banques, donc ‘manipulation’ est un terme probablement infondé dans le contexte.

    Il faut savoir que dans une période de credit-crunch, les banques ne se prêtant que le minimum possible, déterminer de tels taux est particulièrement compliqué. D’autant plus dans un pays traditionnellement plus libéral (que la france par exemple) où l’état ne vient pas offrir sa garantie à la première secoussette venue, le marché interbancaire est temporairement amoindri, rendant la détermination de cet indice particulièrement hasardeuse.

    En gros : le Libor a été sous-évalué parce que la plupart des banques ne savaient pas quoi mettre dans la case ‘Taux pratiqués’, vu qu’elles ne prêtaient rien ou presque rien pendant cette période. Elles n’avaient rien à gagner à sous-évaluer l’indice.

  • « La manipulation des taux d’intérêt (Libor) par plusieurs grandes banques — sous le regard complice du gouvernement, soulignons-le. »

    Les régulateurs ont certainement été complices, ou n’ont pas cherché tres profond, du moins au coeur de la crise.

    Rappelons qu’un complice écope en général de peines réduites par rapport aux peines des criminels.

    Les banquiers fixaient le libor tous seuls, comme des grands. Ils ont donné des signaux erronés au marché pendant des années. Les banquiers sont les véritables criminels. Le scandale du libor est une abomination, une horreur sans nom, qui devrait déjà se solder par des arrestations et des mises au pilori méritées.

    Et Contrepoints n’y a consacré aucun article spécifique, c’est bien dommage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
energie solaire eolienne
11
Sauvegarder cet article

Les irresponsables

Facétie du climat pardon de la météo, voilà qu'en moins de deux semaines, nous sommes rapidement passés de la salade niçoise à la raclette : d'un coup, les températures sont tombées et, avec elles, l'intérêt immédiat de certains pour un dérèglement climatique qui n'en finit pas de revenir tous les ans avec une régularité quasi-saisonnière.

Rassurez-vous cependant : les baveux de plateaux télé ont très rapidement adapté leur discours et, peu embarrassés par leur mémoire limitée à quelques minutes, ne voient donc dans ce changement météo... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Par Pierre Fleury-Le Gros. Un article de The Conversation

Une proposition de loi vient d’être votée par le Sénat pour faire évoluer les conditions de mise en jeu de l’irresponsabilité pénale pouvant conduire un délinquant à échapper à toute condamnation.

Le gouvernement vient concurremment de présenter au Conseil d’État un projet de loi destiné à limiter l’irresponsabilité pénale lorsque l’abolition du discernement résulte d’une intoxication volontaire. Ces démarches font suite à la vive émotion engendrée par l’affaire Sarah Hal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles