Austérité bien ordonnée commence par soi-même

Nos parlementaires viennent de rayer de leur vocabulaire le mot « transparence » en rejetant l’amendement qui aurait permis un contrôle de leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) mais également de la « réserve parlementaire » enveloppe dont l’usage est à leur totale discrétion.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Austérité rigueur (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Austérité bien ordonnée commence par soi-même

Publié le 25 juillet 2012
- A +

Nos parlementaires viennent de rayer de leur vocabulaire le mot « transparence » en rejetant l’amendement qui aurait permis un contrôle de leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) mais également de la « réserve parlementaire », enveloppe dont l’usage est à leur totale discrétion.

Par Geneviève Frixon de l’Association des Contribuables de l’Intercommunalité d’Aubagne.
Publié en collaboration avec Le Cri du Contribuable.

Le débat sur cette indemnité-là n’est pas nouveau. La pétition de Contribuables Associés pour la transparence des frais de mandat avait déjà déclenché un véritable scandale et Libération du 21 juillet 2012 nous apprend que le député UMP Henri Guaino a estimé : « qu’en les obligeant à justifier leurs frais, les députés ne seraient plus libres ».

Doit-on encore et toujours rappeler les propos de Margaret Thatcher : « que l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a rien de bon à ce que quelqu’un d’autre paie ; cette autre personne, ce sera vous. L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables ».

Selon Le Monde du 20 juillet 2012, « seuls 24 députés ont voté pour l’amendement « transparence » ».
La majorité du groupe socialiste a voté contre ; six ont voté pour et sept de ses membres se sont abstenus.
Le reste de la gauche soit s’est abstenu – écologistes et Front de gauche -, soit n’a pas pris part au vote dans le cas des radicaux de gauche.

Les députés UMP se sont prononcés très largement contre l’amendement. Six ont voté pour : Georges Fenech (Rhône), Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne), Pierre Morel-A-L’huissier (Lozère), Fernand Siré (Pyrénées-Orientales), Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Dominique Tian (Bouches-du-Rhône).

Les centristes, à l’inverse, se sont tous prononcés pour l’amendement « transparence », soutenu par le président du groupe UDI, Jean-Louis Borloo.

Les deux députés du Front national, non inscrits, Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse) et Gilbert Collard (Gard), ont voté pour l’amendement.

Nous pouvons rendre hommage à M. Dominique Tian seul député des Bouches du Rhône, toute étiquette confondue, qui, dans un courrier adressé à Contribuables Associés, écrit : « la conduite des parlementaires doit être exemplaire, un système des IRFM rendu plus transparent par des contrôles et par la vérification des notes de frais me parait être une piste cohérente et correspondre à une gestion plus lisible des finances publiques ».

Aucun changement dans la continuité des privilèges !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ils foutent la gerbe.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Parmi les 577 députés élus, un peu moins de la moitié (275) occupaient déjà un siège au Palais Bourbon lors de la précédente législature. 165 députés briguant une réélection ont échoué, dont 65 éliminés au premier tour et 100 battus au second. En 2017, sur 345 députés candidats à une réélection, 140 seulement l’avaient emporté. La législature avait été ainsi marquée par un fort renouvellement.

Parmi les nouveaux députés élus lors de ce scrutin du 19 juin 2022, 103 sont des femmes. Les députés réélus sont surtout des hommes, 190 vont re... Poursuivre la lecture

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

Tous les groupes au Palais Bourbon vont voir un certain nombre de leurs troupes quitter l’Assemblée nationale. Au total 113 députés sortants (décompte à fin mai 2022) ne se représenteront pas aux élections législatives des 12 et 19 juin ; soit 20 % des effectifs de l’Assemblée nationale (il y a 577 députés au total). C’est un chiffre significatif mais pas exceptionnel.

En 2012, déjà, environ 20 % des sortants avaient décidé de ne pas briguer un nouveau mandat. Quant aux élections de 2017, elles semblent être une exception : plus de 37 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles