Portrait-robot d’un député de 2022 : vos nouveaux représentants vous ressemblent ils ?

Homme, moins de 50 ans et plutôt cadre, voilà le profil des occupants de la nouvelle Assemblée nationale. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Rishabh Dharmani on Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Portrait-robot d’un député de 2022 : vos nouveaux représentants vous ressemblent ils ?

Publié le 21 juin 2022
- A +

Parmi les 577 députés élus, un peu moins de la moitié (275) occupaient déjà un siège au Palais Bourbon lors de la précédente législature. 165 députés briguant une réélection ont échoué, dont 65 éliminés au premier tour et 100 battus au second. En 2017, sur 345 députés candidats à une réélection, 140 seulement l’avaient emporté. La législature avait été ainsi marquée par un fort renouvellement.

Parmi les nouveaux députés élus lors de ce scrutin du 19 juin 2022, 103 sont des femmes. Les députés réélus sont surtout des hommes, 190 vont retrouver leur siège.

 

La moyenne d’âge

La moyenne d’âge de la nouvelle Assemblée nationale est de 48,5 ans (en 2017, celle-ci était de 48,8 ans contre 53 à 54 ans pour l’âge moyen d’un députés élu en 2012).

La tranche d’âge la plus représentée chez les hommes est entre 51 et 55 ans. Chez les femmes, 37 élues ont entre 46 et 50 ans.

25 députés ont moins de 30 ans. Les deux députés les plus jeunes élus ont 21 ans : il s’agit de Tematai Le Gayic, régionaliste élu dans la première circonscription de Polynésie française, qui devient le plus jeune député de l’Histoire de la Ve République. Et de Louis Boyard, élu Nupes-LFI dans la 3e circonscription du Val-de-Marne.

21 députés ont 70 ans et plus. José Gonzalez, 79 ans, élu RN dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône, est le doyen de l’hémicycle.

 

Le sexe

Les hommes représentent 62,7 % des élus du Palais Bourbon (en hausse de 1,6 point par rapport à 2017).

Avec 215 femmes élues, nous sommes encore loin de la parité. Elles étaient 224 élues en 2017. Cette année là la parité n’était pas respectée, pourtant il s’agissait d’un record (elles n’étaient que 155 lors de la législative 2012-2017).

Comme en 2017, c’est le groupe LR qui est le moins paritaire, avec 18 femmes sur 61 élus (29,5 %). À l’inverse, l’alliance de gauche Nupes compte 43,6 % députées. La majorité présidentielle compte 40,4% de femmes et le RN 37,1 %.

 

Les catégories professionnelles

Les nouveaux élus sont des cadres à plus de 30 %.

Du point de vue des catégories socioprofessionnelles, parmi les 174 élus les plus représentés sont des cadres (dont 75 issus de la fonction publique et 66 sont des cadres administratifs et commerciaux d’entreprise), puis viennent les professions libérales (58) et les professions intermédiaires (55). Sur les 49 artisans, commerçants et chefs d’entreprise élus dimanche, on compte 23 chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus et un seul artisan. À noter, la présence de 12 agriculteurs, 38 élus sans activité professionnelle et non retraités et deux étudiants.

Chez les femmes, ce sont les professions libérales. La profession qui regroupe le plus d’hommes élus est celle de cadre de la fonction publique.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

La poussière de la bataille électorale est à présent retombée et, avec elle, certains yeux joyeusement fermés se sont rouverts aux réalités de terrain.

 

Ainsi donc, finalement, on se retrouve bien avec les trois blocs politiques qu’on pouvait prévoir une fois le premier tour passé (à savoir Rassemblement national, Nouveau front populaire et macronistes en nombre décroissant de bulletins). Cependant, ce second tour a fourni quelques surprises, puisque l’ordre initialement prévu a subi des tensions de surface (et on se retro... Poursuivre la lecture

Nommé ministre du logement jeudi 8 février, Guillaume Kasbarian avait accordé un entretien à Contrepoints en novembre dernier en tant que député Renaissance de la première circonscription d'Eure-et-Loir et président de la Commission des affaires économiques.

 

Contrepoints : Bonjour Monsieur le Député, merci d’avoir accepté de nous accorder cet entretien. Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas, pourriez-vous nous parler de votre parcours et nous raconter ce qui vous a amené à vous engager en politique et à ... Poursuivre la lecture

Aujourd'hui 20 novembre, le septennat fête ses 150 ans. Bien qu'il ait été remplacé depuis plus de vingt ans par le quinquennat, il suscite toujours des nostalgies. Or, l'idée singulière de confier le pouvoir à quelqu'un pendant sept ans, ce qui est long dans une démocratie, est le résultat d'une loi conçue comme provisoire. Un provisoire qui devait durer 127 ans !

L'adoption du quinquennat en 2000 a pourtant laissé des inconsolables du septennat si on en juge par des propositions récurrentes de le rétablir sous la forme d'un mandat pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles