Chouette, du géoingéniering pour nous sauver du désastre !

Puisque la terre se réchauffe et que nous maîtrisons totalement la climatologie, créons des nuages artificiels, pardi ! Fastoche & sans danger !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rechauffement.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chouette, du géoingéniering pour nous sauver du désastre !

Publié le 24 juillet 2012
- A +

Comme vous le savez déjà, la Terre se réchauffe, c’est horrible, c’est abominable, c’est violent et ça va tous nous conduire à une mort certaine. Tous les scientifiques sont d’ailleurs d’accord dans un consensus spontané pour admettre que c’est bel et bien l’industrialisation galopante de l’humanité qui a déclenché l’augmentation des quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, qui a entraîné en conséquence la hausse des températures et surtout pas l’inverse (que les températures s’accroissant, le CO2 relâché dans l’atmosphère aurait augmenté). Et cela n’a évidemment aucun lien avec l’activité solaire.

Partant de cette constatation qui fait froid chaud dans le dos, il était logique qu’il y a maintenant quelques décennies de cela, les gouvernements de toute la planète se rassemblent pour, enfin, décider d’actions concrètes et éviter la catastrophe. Quelque part, c’est beau de voir tous ces dirigeants se regrouper, affréter des douzaines d’avions, brûler 400 T de kérosène pour chacun d’eux et s’envoyer à n’importe quel endroit de la planète (de préférence dans le tiers-monde) pour discuter de la pollution que provoquent les avions et les infrastructures high-tech, s’apitoyer sur la pauvreté qui les entoure, et comment combattre tout ça par exemple en taxant les billets d’avions des touristes qui vont dans le tiers-monde en brûlant 400 T de kérosène par voyage. Enfin, une fois les discussions terminées, c’est aussi beau de voir ces dirigeants remballer leurs affaires, cramer à nouveau 400 T de kérosène pour revenir dans leurs villes occidentales bourrées d’électronique et d’infrastructures high-tech qu’ils méprisent.

Cela dure maintenant depuis une vingtaine d’années à un rythme frénétique dans les endroits les plus tristes et sérieux du monde comme Cancun ou Rio, et, de conférences en regroupements idoines de dirigeants bedonnants trimballés d’avions en salles climatisées, les normes se sont accumulées permettant aux consomm’acteurs que nous sommes tous, vibrants du désir de bien faire, de prendre conscience de tout ce qui restait à faire pour que notre monde, enfin, soit en harmonie.

Car le but, avoué, limpide, désirable, est là : faire en sorte que la Terre puisse supporter harmonieusement l’Humanité. Et comme l’impact de cette dernière est, à l’évidence, de plus en plus important (mais si, voyons), il faudra tout faire pour, au choix, réduire l’impact ou réduire l’Humanité. La première solution a été longtemps étudiée, proposée à tous ces imbéciles de citoyens qui, globalement, préfèrent continuer à vivre et à sortir de la misère quitte à recracher du CO2 comme jamais, à brûler de méchantes quantités de pétrole pour améliorer leur existence. Le récent échec du dernier sommet de Rio montre toute l’étendue de la problématique : les gens refusent assez clairement de faire les petits efforts de rien du tout pour, au choix, mourir paisiblement ou retourner à la terre, avec un quignon de pain et quelques décilitres d’eau croupie pour le petit-dèj.

La réduction du CO2 n’ayant pas fonctionné, il reste heureusement la seconde solution : réduire, autoritairement, l’Humanité. Pour cela, on peut envisager sans rire de bricoler un virus (ou d’en devenir un, comme le souhaitait un temps le Prince Philip d’Edimburgh) afin d’éliminer le surplus de population.

L’autre solution, c’est de mettre en place une expérience à l’échelle planétaire, un truc de dingue rigolo mais d’ampleur vraiment biblique, avec une forte potentialité de merdoiement catastrophique, et des effets secondaires indésirables évidents et nombreux. Cette expérience est actuellement en cours d’étude par un groupe de sociopathes scientifiques probablement en mal de financement pour leurs recherches. L’idée est à la fois simple et complètement barrée : puisque les vagues de chaleurs se font plus importantes avec le réchauffement climatique, injectons dans l’atmosphère d’importantes quantités d’aérosols divers et variés afin de la refroidir. Après, c’est une simple question de dispersion, et tout ira bien.

Government Demotivator

Enfin, tout ira aussi bien qu’on peut l’imaginer lorsqu’on bidouille un domaine qu’on maîtrise aussi bien que la climatologie. On n’a qu’une idée très balbutiante de la façon dont la météorologie fonctionne, avec les résultats qu’on peut observer sur les prévisions, quasiment tous les jours. Et, parallèlement, nous n’avons aucune maîtrise du climat au-delà de bâtiments fermés et de nos véhicules (et encore, pas tous et pas tout le temps).

Certes, l’homme, par différents essais audacieux, a su un peu maîtriser la chimie, un peu aussi de biologie (et encore, beaucoup reste à faire), à maîtriser une partie des mécanismes de l’atome sans qu’on puisse réellement prétendre à la maîtrise complète des effets secondaires. Il me paraît un peu prétentieux, devant ces avancées modestes de l’humanité, de prétendre vouloir modifier et contrôler le climat au-delà de quelques hectares, et encore. D’autant que, très manifestement, si la science nous a permis de maîtriser ce que nous pouvons prétendre maîtriser, ce n’est certainement pas en allant de consensus en consensus, et de réunions politiques en réunions politiques. Il me semble dès lors indispensable de réellement s’attaquer à la compréhension fine du climat avant d’en vouloir modifier les comportements, tout comme il fut nécessaire de comprendre les grands principes de bases de l’atome avant de faire des réacteurs nucléaires.

Du reste, on croît halluciner en voyant que ces propositions de bidouillages climatiques sont sérieusement étudiées par certains groupes écologistes, puisqu’il s’agit là d’une intervention massive sur une biosphère que ces mêmes groupes voudraient rendre à sa virginité initiale, avant l’abominable intervention de l’homme et tous ses joujoux crados.

Eh oui : comme tout constructivisme délétère, cet écologisme-là cherche, bien avant l’harmonie de l’homme avec son milieu, à formater l’humanité à ses propres lubies, quitte à la passer au pilon si cela s’avère nécessaire…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • De retour de vacances… pour constater que les négationistes ne dorment jamais sur contrepoints 🙂

     » pour admettre que c’est bel et bien l’industrialisation galopante de l’humanité qui a déclenché l’augmentation des quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, qui a entraîné en conséquence la hausse des températures et surtout pas l’inverse (que les températures s’accroissant, le CO2 relâché dans l’atmosphère aurait augmenté).  »

    Oui, l’augmentation du CO2 atmosphérique est bien d’origine anthropique, c’est indéniable et personne du reste ne le nie… Un billet sur skepticalscience vient de paraître à ce sujet:

    http://www.skepticalscience.com/anthrocarbon-brief.html

    Mais sur WUWT on vous dit la même chose (c’est dire le concensus !)

    http://wattsupwiththat.com/2010/06/07/some-people-claim-that-theres-a-human-to-blame/

    « As I said, I think that the preponderance of evidence shows that humans are the main cause of the increase in atmospheric CO2. It is unlikely that the change in CO2 is from the overall temperature increase. »

    • Vous êtes partis en vacance?!

      Vous n’avez pas pris l’avion, j’espère? Ni la voiture? ni le train?

      • Mais non voyons! Il est parti à vélo, parce-que Gaïa l’aurait puni s’il avait pris un engin motorisé.
        Ah non mince, pas en vélo: fabriquer un vélo ça pollue énormément, de l’extraction du minerai ou du pétrole (plastique) au transport final. Et donc ça tue les ours polaires.

        Alors il est parti à pieds, juste avec sa chemise. Ah non, sans chemise, sans rien, car fabriquer des vêtements ça pollue aussi!

        Conclusion: Warm revient d’un camp nudiste du Cap d’Agde vers lequel il a fait le voyage à pieds.

    • Je pense qu’à ce point là, ce n’est même plus du négationnisme: c’est du délire qui relève de la psychiatrie…

      • Bat : « c’est du délire qui relève de la psychiatrie… »
        ——————–
        Oui, oui, c’est comme ça que ça se passe en URSS pour ceux qui n’adhèrent pas à la pensée unique. Les asiles psychiatriques soviets sont remplis de ceux qui « nient » la science officielle.
        Pov Bat, elle s’est trompée d’époque.

        • Je reconnais que l’argument de la folie est employé dans les régimes totalitaires pour discréditer les opposants. Mais il ne s’agit pas du tout de cela ici.

          Dites-moi comment vous appelez quelqu’un qui dit objectivement et sans aucune retenue n’importe quoi à longueur de journée, qui est totalement inaccessible au raisonnement et qui, chaque fois qu’on lui montre que c’est n’importe quoi, y trouve argument pour prouver qu’il a raison (et que, en passant, l’immense majorité des gens qui prétendent le contraire sont soit des imbéciles manipulés par un grand complot, soit des agents communistes, soit des aveugles limite débiles)?

          Si vous avez d’autres termes que « délire » et « psychiatrie », je l’emploierai bien volontiers…

          • Hummm… Je l’appelle Bat.

          • Bat : « Dites-moi comment vous appelez quelqu’un qui dit objectivement et sans aucune retenue n’importe quoi à longueur de journée, qui est totalement inaccessible au raisonnement et qui, chaque fois qu’on lui montre que c’est n’importe quoi, y trouve argument pour prouver qu’il a raison »
            ——————
            Effectivement, je l’appelle Bat, ou mieux, le troll-multi-pseudo-Bat.

          • miniTAX: « Effectivement, je l’appelle Bat, ou mieux, le troll-multi-pseudo-Bat. »

            La paranoïa est une seconde nature, sur Contrepoints… Comme quoi, ma remarque était sans doute un peu excessive, mais pas totalement fausse… 😉

            Je reconnais que je fais parfois un peu de provoc’, appelez ça trollage si ça vous chante, mais je maintiens quand même l’idée sous-jacente de mon intervention: dès qu’il est question d’environnement et/ou de science, Contrepoints vire dans le n’importe quoi. Ce n’est pas une question de camps qui s’opposeraient (même si vous le lisez comme cela, en partie à tort je pense), c’est une ligne éditoriale assumée de refus de comprendre la démarche scientifique dans son essence (ce qui est votre droit) et de diffuser ce n’importe quoi en le faisant passer pour de la science (ce qui est plus discutable car vous trompez, quelque part, le lecteur en utilisant des apparences du discours scientifique, et ce qui suscite généralement des réactions, dont les miennes).

            Je l’ai déjà dit: je ne suis pas libérale (au sens d’adhérer à la doctrine comme une croyante), mais je trouve le libéralisme passionnant. C’est pourquoi je lis Contrepoints qui est un canard assez riche, quoique parfois très énervant. Et je trouve dommage que vous vous décrédibilisiez totalement par le mélange des genres douteux que vous faites dès qu’il est question de science et d’environnement.

          • @ Moi, miniTAX

            « Hummm… Je l’appelle Bat. »

            Excellent! 😀 😀
            C’est clair que la description colle tellement bien!

            @ Bat

            Franchement, renseignez-vous. Le débat est loin d’être clos au sein de la communauté scientifique. Et les résultats de l’expérience CLOUD du CERN a rajouté encore plus de soutes.

            « c’est une ligne éditoriale assumée de refus de comprendre la démarche scientifique dans son essence »

            Non mais franchement vous vous rendez compte de l’énormité des bêtises que vous sortez? Je n’en ai malheureusement pas l’impression. J’en ai lu des co*ies, et celle-là doit faire partie du top 10!

          • « c’est une ligne éditoriale assumée de refus de comprendre la démarche scientifique dans son essence »

            De la part de quelqu’un qui soutenait, dans un autre post, que celui qui contredit une théorie scientifique doit en proposer une autre, franchement niveau connaissance de la démarche scientifique, ça se pose là.

            « je ne suis pas libérale (au sens d’adhérer à la doctrine comme une croyante) »

            Non, je confirme, vous ne l’êtes pas. Sinon vous ne confondriez pas le libéralisme avec une doctrine.

            Ou bien prouvez que s’en est une. Ou est le dogme? Ou est l’utopie?
            Si le libéralisme n’est que la défense de quelques principes, sans se poser de question concernant l’organisation de la société, si ce n’est de vérifier que les principes sont respectés, ce n’est pas une doctrine.

            Personne ici ne défend autre chose que la liberté et les droits. La raison principale qui nous fait nous opposer aux thèses réchaufistes, c’est qu’elles cherchent à réduire l’une et l’autre.

          • @ Moi: « De la part de quelqu’un qui soutenait, dans un autre post, que celui qui contredit une théorie scientifique doit en proposer une autre, franchement niveau connaissance de la démarche scientifique, ça se pose là. »

            Si c’est ce que vous avez retenu de ce post plus ancien, c’est que vous persistez et vous signez dans votre souhait d’ignorance. Libre à vous. Mais cela montre que c’est bien une position assumée, non un accident.

            Sans réécrire trois pages sur la question, faire de la science ne consiste pas à trouver quelques papiers ou experts qui disent le contraire de la théorie que vous combattez, en ignorant à peu près tout de ce qui sous-tend ladite théorie, pour en déduire ensuite que cela « fiche tout par terre » (comme je l’ai lu), en utilisant des arguments contradictoires quand il s’agit d’essayer d’argumenter quelque peu ce jugement pas très nuancé.

            Or, cette mauvaise façon d’aborder la production scientifique est celle de beaucoup des contributeurs de Contrepoints sur les sujets scientifiques et environnementaux, avec une inconstance parfois assez comique dans les modes de raisonnement. Pour prendre un exemple tout simple: quand on parle de climat, toute incertitude ficherait bien entendu en l’air tout l’édifice; quand on parle de gaz de schiste —pour prendre un autre thème abordé aujourd’hui—, des incertitudes de nature assez similaires sont niées ou prouveraient même l’innocuité du procédé. Dans un cas, l’incertitude prouve que les scientifiques sont des obscurantistes, dans l’autre elle prouve que les critiques des scientifiques sont des obscurantistes.

            Si vous considérez Warm comme un troll, c’est simplement parce que vous ne comprenez pas qu’il ne s’agit pas simplement de jouer à qui a trouvé le plus d’études disant ceci ou cela, mais aussi de mettre ces études en perspective les unes par rapport aux autres, et par rapport aux grands courants de recherche. Or, c’estq uelque chose d’inexistant ici: comme je l’ai dit il y a quelques jours, on est dans la « science » sans mémoire, sans contexte et sans méthode.

            Je n’ai pas la science de Warm sur les sciences climatiques, aussi je ne cherche pas à contredire tel chiffre ou telle mesure car je ne suis pas compétente pour les apprécier pour eux-mêmes. Mais je le suis pour montrer pourquoi les brandir de la manière dont vous le faites sur Contrepoints (et de la manière dont le font de nombreux sceptiques, comme Duran) n’est pas pertinente.

            Vous pouvez dire tout ce que vous voulez sur le fond: ça chauffe, ça refroidit, n ne sait pas, etc. Dès lors que la procédure de base supposée étayer votre conclusion est fondamentalement mauvaise, vous serez à côté de la plaque… Et je dis la même chose aux « réchauffistes » militants qui arrivent aux conclusions contraires des vôtres avec la même méthode bancale.

          • Allez-y mettez vos paroles en pratique. Faites-moi une synthèse des milliards d’études tombées sur le sujet, je vous regarde. De toute façon ce n’est pas comme ça qu’on fait.

            Non, le rôle du contradicteur est d’apporter des faits contraires à la théorie, le rôle de l’autre est de les expliquer.

            Du reste, je ne vous est pas vu mettre en pratique vos belles paroles sur contrepoints.

    • Les « négationnistes »… Non, on dit les « négationniste nazis pédophiles tueurs d’oursons ».

  • « Et cela n’a évidemment aucun lien avec l’activité solaire. »

    En effet, aucun lien… Les études s’accumulent pour rejetter l’hypothèse solaire.

    Encore tout dernièrement :

    A Decade of the Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer: Is a Solar–Cloud Link Detectable?
    http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.1175/JCLI-D-11-00306.1?journalCode=clim

    « The study identifies no statistically significant correlations between cloud anomalies and TSI/GCR variations, and concludes that solar-related variability is not a primary driver of monthly to annual MODIS cloud variability. »

    Même conclusion ici:

    http://www.purdue.edu/discoverypark/climate/assets/pdfs/Relationship%20of%20Lower-Troposphere%20Cloud%20Cover%20and%20Cosmic%20Rays_%20An%20Updated%20Perspective.pdf

    « It is concluded that the observational results presented, showing several years of disconnect between GCRs and lower-troposphere global cloudiness, add additional concern to the cosmic ray–cloud connection hypothesis. In fact, this has been done in themost dramatic way with the measurement of record-high levels of GCRs during the deep, extended quiet period of cycle 23–24, which is accompanied by record-low levels of lower-troposphere global cloudiness. »

    A lire également, toujours dans la littérature récente

    Solar irradiance, cosmic rays and cloudiness over daily timescales
    http://www.benlaken.com/documents/GRL_LakenCalogvic11.pdf
    « Using these composites we test for the presence
    of a robust link between solar activity and cloud cover over
    large areas of the globe using rigorous statistical techniques.
    We find no evidence that widespread variations in cloud
    cover at any tropospheric level are significantly associated
    with changes in the TSI, GCR or UV flux, and further conclude
    that TSI or UV changes occurring during reductions
    in the GCR flux are not masking a solar-cloud response. »

    No statistically significant effect of a short-term decrease in the nucleation rate on atmospheric aerosols
    http://www.atmos-chem-phys-discuss.net/12/15373/2012/acpd-12-15373-2012.pdf

    • Warm : « En effet, aucun lien… Les études s’accumulent pour rejetter l’hypothèse solaire. »
      ————————–
      Ah bon, ils font encore des études sur le lien entre soleil et réchauffement, alors qu’il n’y a…. « aucun lien » (dixit Warm) ?
      Danc ce cas, on se demande qui peut encore financer ce genre d’études ?

      Dire que mecs comme Warm veulent nous faire croire que la science est « settled », qu’il n’y a *** « aucun lien » *** entre les deux et que ceux qui croient qu’il puisse y avoir un lien sont des « négationnistes ».
      A moins que, à moins que, Warm ne soit en train de mentir comme un goret….

      • Pourquoi m’accuser moi de mensonge ? J’ai mis en lien 4 études qui ont toute moins d’un an (je pourrais vous en sortir plus d’une vingtaine pour ces dernières années, mais bon, il paraît que donner des références, c’est « troller :-)): tous les auteurs qui affirment qu’il n’y a aucun lien entre le réchauffement récent et l’activité solaire sont des menteurs ?

        Ensuite, contrairement à ce que les négationistes dans votre genre prétendent, aucune hypothèse n’est à priori rejettée pour des raisons idéologiques: toutes les pistes sont minutieusement examinée, que ce soit l’hypothèse des rayons cosmiques, l’effet d’Iris de Lindzen, ou les nuages de Spencer…

        Finalement, il n’a jamais été prentendu que le soleil n’a pas de lien avec le climat, juste qu’il n’explique pas le réchauffement récent. Il vaut donc la peine d’étudier ces effets.

        A ça me fait penser à une étude récente qui a modélisé les effets des RC en suivant l’hypothèse de Svensmark:

        The present-day decadal solar cycle modulation of Earth’s
        radiative forcing via charged H2SO4/H2O aerosol nucleation
        http://www.iac.ethz.ch/doc/publications/Kazil-etal-GRL2012.pdf

        « Globally and annually averaged, the solar cycle modulation of Earth’s radiative forcing, arising from the increase in atmospheric ionization by galactic cosmic rays from solar maximum to minimum, via charged nucleation of aerosol, the direct aerosol effect, and the cloud albedo effect, amounts to -0.05 W m2. A limited relevance of this variation for the Earth’s atmosphere and climate can be inferred, given that
        Earth’s radiative forcing changes by -0.24 W m^2 from solar maximum to minimum because of a decrease in total solar irradiance. »

        • Warm : « Pourquoi m’accuser moi de mensonge ? J’ai mis en lien 4 études qui ont toute moins d’un an (je pourrais vous en sortir plus d’une vingtaine pour ces dernières années, mais bon, il paraît que donner des références, c’est « troller 🙂 ): »
          ————————-
          Pour le malcomprenant Warm, le mensonge, c’est pas de coller 4 études. C’est de coller 4 études qui VONT-DANS-TON-SENS tout en balayant sous le tapis les études qui fichent en l’air ta propagande, car il y en a de ces études.

          Alors on peut faire soit deux hypothèses, 1) soit tu es complètement crétin pour croire qu’il n’y a que des études dans qui vont dans ton sens, 2) soit tu es un escroc pour ne PAS citer les autres études alors que tu sais pertinemment qu’elles existent.
          Comme je sais que tu es un escroc, je pencherai pour 1)+2)

          Ce n’est pas pour rien qu’au tribunal, on demande de jurer de dire la vérité, TOUTE la vérité, rien que la vérité, un concept qui semble hors de portée de ton petit cerveau de propagandiste. Si tes crétineries étaient faites devant la Cour, tu aurais perpète incompressible pour parjure, escroquerie en bande organisée et outrage aux magistrats.

          Mais comme tu es sur un forum libéral, on te laisse débiter tes crétineries qui démontrent par elles-même mieux que quiconque l’ampleur de tes mensonges. N’est elle pas belle la liberté d’expression ?

          • Doucement MiniTAX. Pas la peine de devenir insultant.

          • « Pour le malcomprenant Warm, le mensonge, c’est pas de coller 4 études. C’est de coller 4 études qui VONT-DANS-TON-SENS tout en balayant sous le tapis les études qui fichent en l’air ta propagande, car il y en a de ces études. »

            Des études qui démontrent l’effet du soleil sur le réchauffement du XXe siècles ? Non, il n’y en a pas…

        • Une liste de papiers rien qu’en 2012 sur le lien entre soleil et réchauffement, liste dont le lien est ici et http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html#Solar que bien évidemment, notre Warmiste balaye sous le tapis. Ca fait un paquet de chercheur « négationnistes » à persifler pour notre propagandiste. « Aucun lien » qu’il dit, warf, warfff.

          Dans la « science » des réchauffistes, il suffit d’ignorer un fait pour qu’il n’existe plus. Cherchez l’erreur…

          High-resolution sea surface reconstructions off Cape Hatteras over the last 10 ka
          (Paleoceanography, Volume 27, February 2012)
          – Caroline Cleroux et al.

          Hydroclimate of the northeastern United States is highly sensitive to solar forcing (PDF)
          (Geophysical Research Letters, Volume 39, February 2012)
          – Jonathan E. Nichols, Yongsong Huang

          Bicentennial Decrease of the Total Solar Irradiance Leads to Unbalanced Thermal Budget of the Earth and the Little Ice Age (PDF)
          (Applied Physics Research, Volume 4, Issue 1, pp.178-184, February 2012)
          – Habibullo I. Abdussamatov

          Multi-scale harmonic model for solar and climate cyclical variation throughout the Holocene based on Jupiter–Saturn tidal frequencies plus the 11-year solar dynamo cycle (PDF)
          (Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, March 2012)
          – Nicola Scafetta

          Variability of rainfall and temperature (1912–2008) parameters measured from Santa Maria (29°41′S, 53°48′W) and their connections with ENSO and solar activity
          (Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Volume 77, pp. 152–160, March 2012)
          – P. H. Rampelotto et al.

          Strong evidence for the influence of solar cycles on a Late Miocene lake system revealed by biotic and abiotic proxies
          (Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, Volumes 329–330, pp. 124–136, April 2012)
          – A. K. Kern

          Trends in sunspots and North Atlantic sea level pressure
          (Journal of Geophysical Research, Volume 117, April 2012)
          – Harry van Loon et al.

          Assessment of the relationship between the combined solar cycle/ENSO forcings and the tropopause temperature
          (Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Volume 80, pp. 21–27, May 2012)
          – Alfred M. Powell Jr., Jianjun Xu

          Tree ring based precipitation reconstruction in the south slope of the middle Qilian Mountains, northeastern Tibetan Plateau, over the last millennium
          (Journal of Geophysical Research, Volume 117, April 2012)
          – Junyan Sun, Yu Liu

          Solar influences on atmospheric circulation
          (Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, May 2012)
          – K. Georgieva et al.

          Does the Sun work as a nuclear fusion amplifier of planetary tidal forcing? A proposal for a physical mechanism based on the mass-luminosity relation (PDF)
          (Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Volumes 81–82, pp. 27-40, June 2012)
          – Nicola Scafetta

          • Pas de lien vers les études… vous avez peur qu’on y regarde de plus près ?

            Sinon, je vous rappelle ce que j’ai écrit plus haut:

            « Finalement, il n’a jamais été prentendu que le soleil n’a pas de lien avec le climat, juste qu’il n’explique pas le réchauffement récent. Il vaut donc la peine d’étudier ces effets »

            Inutile donc de nous balancer des études de paléoclimatologie pour nous démontrer quoi que ce soit (sauf si l’étude comporte la fin du XXe siècle..)… Elle ne démontreront strictement rien quand à l’évolution du climat induit par les émissions de gaz à effet de serre…

            Ce qu’il faut nous sortir, c’est une étude qui prouve que ce sont les variations du soleil sur ces 100 dernières années qui sont la source principale de l’évolution climatique globale…

            Une revue « 2012 » sur le sujet:

            Solar Influence on Global and Regional Climates
            http://www.eiscat.rl.ac.uk/Members/mike/publications/pdfs/2012/286_Lockwood_SurvGeophys2012.pdf

          • Warm : « Pas de lien vers les études… vous avez peur qu’on y regarde de plus près ? »
            ———————————————————
            Bah si, j’ai donné le lien des études, arrête de mentir, encore, et encore.

            ———————————————————
            Warm : « Ce qu’il faut nous sortir, c’est une étude qui prouve que ce sont les variations du soleil sur ces 100 dernières années qui sont la source principale de l’évolution climatique globale… »
            ———————————————————
            C’est déjà sorti, et pas que « une » étude, il suffit de lire dans le lien. Mais évidemment, pour un escroc comme toi, montrer les preuves et les faits qui ne vont pas dans le sens de ta propagande, c’est comme donner la confiture aux cochons.
            Mais merci quand même pour ta tentative d’enfumage.

          • Warm : « Une revue « 2012 » sur le sujet:
            Solar Influence on Global and Regional Climates »
            ————————————-
            Justement, voici par ex. ce qu’on lire du résumé de cette revue, que tu as toi-même collée :
            « In particular, recent research indicates that winters in Eurasia
            may have some dependence on the Sun, with more cold winters occurring when the solar activity is low. »

            Interprétation à la sauce super-menteur Warm : « aucun lien entre soleil et réchauffement ». Bah oui, c’est de la « settled » science, ma bonne dame !

            Question, quand sait-on que super-menteur Warm ment ?
            Réponse, quand il a les lèvres qui bougent.

    • Ah non, tu vas pas recommencer à troller toi! C’est lassant à la fin! C’est extrêmement pénible de lire ta mauvaise foi.

      Et miniTAX va encore te répondre, tu vas rétorquer, il va te répondre etc. et ce petit jeu va durer pendant 3 jours avec 258 commentaires à la fin…

  • Manquait plus que warm et Bat les piliers de contrepoints 🙂

  • Okay … admettons quelques instants pour vous faire plaisir, Warm et Bat, que les scientifiques aient raison sur le rechauffement/dérèglement climatique et les causes anthropologique de ce dernier …

    Donc, on fait quoi à partir de là ? Franchement, si vraiment on a lancé un truc mauvais, d’ici qu’on arrive à stopper nos émissions de CO2, de méthane (pensez au génocide de vaches …), etc … et que le climat cesse son rechauffement … ben il sera déjà amplement trop tard, les terribles catastrophes que nous annoncent les scientifiques seront arrivées. Dans ce chaos, l’homme n’aura que deux possibilités: s’adapter ou crever. J’ai entière confiance en l’homme pour choisir la première option. Quant à la vie sur terre et à la nature, je me fais pas trop de souci non plus. Notre bonne vieille planète bleue a déjà encaissé bien pire que l’action humaine, sous forme de météorite nottament. Elle s’en est remise.

    Bien, maintenant qu’on sait qu’on a déjà fait assez de connerie comme ça. Vous croyez vraiment que la bonne idée c’est d’en rajouter une couche en prétendant « Maitriser le climat » comme le propose les scientifiques que h16 dénonce ? Sérieusement, les scientifiques ne sont pas déjà d’accord sur le rechauffement, ses causes, des études sont menées dans tous les coins pour comprendre ce qui se passe, la météo n’est même pas fichue de prédire avec 100% de certitude le temps qu’il fera dans 2 heures et vous croyez que des rigolos peuvent prétendre maitriser le climat ?

    Redescendez sur terre, on s’en fiche que un tel soit « négationiste », un tel « climatosceptique » ou un autre « rechauffiste ». Ce que h16 dénonce, c’est que des malades s’appuyent sur les thèses d’un groupe (en l’occurrence, les rechauffistes) pour ensuite prétendre qu’ils vont tout résoudre d’un coup de baguette magique. Et ça, c’est très dangereux, ça de sacrés probabilités de causer une immense catastrophe et de tout foutre en l’air avant même qu’on ait le temp de dire « Oups ! ».

    Soyez un peu malin, essayez de voir le fond du message, au dela de l’enrobage de l’auteur. Vous savez très bien quel enrobage défend Contrepoints, assumez le et venez débattre du fond, pour autant qu’il y’ait à débattre.

  • «  »In particular, recent research indicates that winters in Eurasia
    may have some dependence on the Sun, with more cold winters occurring when the solar activity is low. »

    Interprétation à la sauce super-menteur Warm : « aucun lien entre soleil et réchauffement ». Bah oui, c’est de la « settled » science, ma bonne dame !

    Question, quand sait-on que super-menteur Warm ment ?
    Réponse, quand il a les lèvres qui bougent. »
    ————-

    Arrêtez avec vos strawman à répétition… Si j’essayais de vous convaincre que la neige est blanche, vous arriveriez à me traitez de menteur en rétorquant que vous avez plein de preuve que l’herbe est verte… Encore une fois, bien sûr que l’activité solaire module le climat, mais cette activité n’est pas la cause du réchauffement récent… du reste, vous ne mettez pas la phrase précédente de l’abstract:

    « The best estimates of the solar influence on the global mean air surface temperature show relatively small effects, compared with the response to anthropogenic changes (and broadly in line with their respective radiative forcings). »

    • Warm : « Encore une fois, bien sûr que l’activité solaire module le climat, mais cette activité n’est pas la cause du réchauffement récent… du reste, vous ne mettez pas la phrase précédente de l’abstract:

      « The best estimates of the solar influence on the global mean air surface temperature show relatively small effects, compared with the response to anthropogenic changes (and broadly in line with their respective radiative forcings). »
      ———————————————————————
      Il n’est pas question de lien soleil-« réchauffement récent », strawman sorti de ta bouche vu que je ne l’ai ni nié, ni affirmé, mais de ta stupide fable de « AUCUN LIEN » (tes propres mots) entre soleil et réchauffement.

      « AUCUN », tu sais ce que ça veut dire, ou tu balances des mots sans les comprendre ???? Or selon ta propre citation, d’un auteur réchauffiste qui plus est, on peut lire qu’il y a un « petit effet du soleil sur la température » (« small effects). Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui fichent en l’air ton affirmation stupide.

      Donc ton histoire de « AUCUN LIEN » (tes propres mots) est bien ce qu’elle est : pure foutaise, comme on peut s’y attendre. Mais comme dab, quand on te met ton nez dans ton caca, tu changes de sujet, tu fais diversion, tu racontes n’importe quoi pour noyer le poisson au lieu de reconnaître simplement que tu as menti comme un porc.

  • « C’est déjà sorti, et pas que « une » étude, il suffit de lire dans le lien. Mais évidemment, pour un escroc comme toi, montrer les preuves et les faits qui ne vont pas dans le sens de ta propagande, c’est comme donner la confiture aux cochons.
    Mais merci quand même pour ta tentative d’enfumage. »
    ———–

    J’attends toujours votre étude qui fait le lien entre le réchauffement récent (jusqu’à nos jours) et l’activité solaire.. Il n’y en a pas dans votre liste…

    En attendant, 3 citations…

    2 de Scafetta, qui est l’auteur de 2 papiers dans votre liste:

    http://www.agu.org/pubs/current/si/links/2005GL025539.pdf

    « These findings would confirm that anthropogenic-added climate
    forcing might have progressively played a dominant role in climate change during the last century and, in particular, during the last decades. »

    http://ruby.fgcu.edu/courses/twimberley/EnviroPhilo/NoHemi.pdf

    « Since 1975 global warming has occurred much faster than could be reasonably expected from the sun alone. »

    Ensuite, une d’un autre « spécialiste » du soleil, Courtillot:

    http://ruby.fgcu.edu/courses/twimberley/EnviroPhilo/Courtillot.pdf

    « The observed correlation between temperature and magnetism fails after the mid-1980s, when solar irradiance and magnetic activity drop, whereas temperature continues an accelerated rise [12]. This is when anthropogenically-induced global warming might first become apparent. Having lost the “Sun–Magnetism– Climate connection”, which seems to have prevailed over geological until very recent times, may be a worrying loss… »

    Bref, même les auteurs les climato-sceptiques n’arrivent pas à démontrer un lien soleil-climat qui collerait avec le réchauffement récent…

    • Warm : « J’attends toujours votre étude qui fait le lien entre le réchauffement récent (jusqu’à nos jours) et l’activité solaire.. Il n’y en a pas dans votre liste… »
      —————————
      Bah si, il y en a, arrête de mentir.

      —————————————-
      Warm : « Bref, même les auteurs les climato-sceptiques n’arrivent pas à démontrer un lien soleil-climat qui collerait avec le réchauffement récent… »
      —————————————-
      Les sceptiques n’ont jamais prétendu que seul le lien soleil-climat expliquerait le « réchauffement récent », donc ton sempiternel strawman => poubelle.

      Mais ce n’est pas parce qu’ils reconnaissent ne pas tout savoir sur le soleil-climat ou soleil-réchauffement récent que ça veut dire qu’il y a, je te cite « aucun lien ». D’ailleurs, il faudrait d’abord que tu nous expliques quelle serait la logique du critère sorti du chapeau du « réchauffement récent » ? Parce que le soleil qui réchauffe le climat pendant l’optimum médiéval ou l’optimal romain aurait décidé comme par magie de ne plus agir « récemment » ?
      Bref, tu ne maîtrises même pas la logique élémentaire et tu prétends nous décréter des vérités sur la climatologie, non mais quelle grosse blague.

      Pas étonnant qu’avec des clowns dans ton genre, le public est toujours plus climato-sceptique, malgré la propagande officielle, la complicité des merdias et des ONGs catastrophistes et des milliards de $ dépensés en communication pour répandre la bonne parole du GIEC. Si tu échoues aussi lamentablement, c’est tout simplement parce les faits ne sont pas de ton côté et que la « science » que tu étales ne vaut pas un clou, CQFD.

      • « Les sceptiques n’ont jamais prétendu que seul le lien soleil-climat expliquerait le « réchauffement récent », donc ton sempiternel strawman => poubelle. »

        Ah ben on progresse ! Vous reconnaissez donc que les GES ont un effet sur le climat ! Allez, je suis prêt à reconnaître que 5% du réchauffement entre 1950 et 2012 est du au soleil, de battre ma coulpe et avouer que je suis un menteur pour avoir négligé un si petit effet vous reconnaissez que 95% est induit par les GES ! :-).

        Pour info, voilà l’évolution de l’irradiation solaire et des températures depuis la fin des années 70:

        http://www.woodfortrees.org/plot/pmod/normalise/plot/pmod/normalise/trend/plot/uah/normalise/plot/uah/normalise/trend

        Et les rayons cosmiques suivent le même chemin (plus RC, c’est normalement un climat plus froid, si on en croit Svensmark)

        http://cr0.izmiran.rssi.ru/scripts/nm64queryD.dll/mosc?PD=1&title=Moscow&dt=0&base=9600&Res=1_month&y1=1978&y2=2012&m1=1&m2=1&d1=1&d2=31&h1=0&h2=23&mn1=0&mn2=59

        «  »AUCUN », tu sais ce que ça veut dire, ou tu balances des mots sans les comprendre ???? Or selon ta propre citation, d’un auteur réchauffiste qui plus est, on peut lire qu’il y a un « petit effet du soleil sur la température » (« small effects). Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui fichent en l’air ton affirmation stupide »

        L’auteur parle d’un petit effet induit par les fluctuations entre les phases de hautes activités et basse activités solaires (je cite « with more cold winters occurring when the solar activity is low »)… effet tout à fait documenté, (dont je parle depuis ma première intervention ), résultat d’un forçage de 0.25W/m^2, si mes souvenirs sont bons… Mais une suite de haut et de bas sur un cycle de 11ans n’explique pas pourquoi on arrive à une dérive progressive de la température vers le haut…

        Finalement, l’expression « aucun lien » n’est pas de moi, mais vient du billet de H16… Il ironise en renvoyant à un de ses propres billets où il commence par dire « l’étude CLOUD du CERN accrédite la thèse que les modèles climatiques utilisés pour établir les causes anthropiques du réchauffement climatique seraient faux « . L’un des premiers commentaires montre que billet est interprété comme accréditant la thèse solariste « Taxons le soleil »: il nie complètement l’effet des GES sur le réchauffement récent et l’attribue au soleil, et c’est vous qui vous trouvez en flagrant délit de mensonge en affirmant que « Les sceptiques n’ont jamais prétendu que seul le lien soleil-climat expliquerait le « réchauffement récent »,

  • Vous n’êtes pas sans avoir remarqué que même si largement plus de la moitié de la population mondiale est urbaine aujourd’hui, les villes ne représentent au total qu’une fraction faible de la surface terrestre du globe, et plus encore de la surface totale, océans inclus. Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’effet « îlot de chaleur urbaine » ou UHI en anglais (Urban Heat Island). L’effet UHI augmente de parfois plusieurs degrés la température atmosphérique de la couche d’air de basse altitude des villes par rapport à une campagne recevant exactement le même rayonnement solaire du fait que les villes réfléchissent plus la chaleur du soleil que les végétaux, et que les installations de chauffage tendent également à irradier de la chaleur vers l’atmosphère basse. Ce phénomène local, en l’état actuel des connaissances, n’a pas de conséquence sur le climat des campagnes environnantes (la chaleur ainsi retransmise ne se propage pas au delà de l’ilôt urbain) et ne peut donc pas être considéré comme un facteur de réchauffement climatique global, même s’il a évidemment une influence très directe sur la température moyenne subie par les citadins. Donc, pour homogénéiser des stations rurales et des stations urbaines, il faudrait RETRANCHER l’effet UHI des stations urbaines. Les données brutes aux USA des stations rurales montrent que les températures mesurées depuis 1998 sont inférieures au « plateau » observé entre 1935 et 1960. Pas terrible pour vendre (en leur piquant des sous avec de nouvelles taxes) de la peur aux braves citoyens dont on voudrait qu’ils changent de mode de vie, n’est-ce pas ?

    Depuis les révélations du Climate Gate, de nombreux groupes de scientifiques indépendants ont disséqué les différences entre données brutes de températures et données ajustées fournies soient par le CRU (l’unité anglaise dont sont parties les mails piratés), le GISS (le centre de la Nasa qui coordonne nombre de mesures terrestres), et d’autres tels que le NCDC ou NOAA.

    Le professeur suédois Wibjorn Karlen a mis en évidence des anomalies entre températures mesurées et températures « ajustées » par le CRU pour la Scandinavie. Ce qui est également intéressant dans cette affaire scandinave, c’est que Karlen a commencé à avoir des doutes bien avant le Climate Gate. L’analyste indépendant EM Smith a découvert que sans la moindre raison explicitée, la station météo de Prague-Klementinum, une des plus anciennes et fiables qui ait enregistré la température au sol depuis 1775, a été purement et simplement supprimée des échantillons représentatifs servant à calculer les températures moyennes par le GHCN, l’organisme basé en Arizona qui alimente les bases de thermomètres servant ensuite au GISS ou au CRU pour leurs analyses. Le problème est que cette station, loin de montrer un réchauffement en république tchèque, montrait un refroidissement depuis 1800. Le GHCN a préféré reconstituer les températures du passé par modélisation à partir d’une station installée depuis l’après guerre sur l’aéroport de Prague Ruzyne. Le professeur Jan Zeman, de l’Université de Prague, explique ici pourquoi l’abandon de la station de Klementinum arrangeait bien les réchauffistes, et a recalculé le réchauffement corrigé de l’effet « ilôt de chaleur urbaine » estimé à partir des différences récentes entre la station de Klementinum et de Ruzyne. Il en déduit que le réchauffement moyen observé est de 0,25°C par siècle, pas de quoi sauter au plafond de frayeur.

    Je pense que la raison qui pousse nos politiques à s’attaquer coûte que coûte à un problème inexistant est qu’un faux problème est pour mieux que pas de problème du tout. Ils sont aujourd’hui dans une frénésie de démonstration qu’ils s’attaquent aux problèmes du monde, quitte à créer ou imaginer ces problèmes pour mieux justifier leurs gesticulations. Le train du GIEC a beau dérailler, la caravane de l’environnementalisme le plus coercitif continue d’avancer comme si de rien n’était, sur le vieux continent tout du moins. Tout laisse croire que nous gouvernants imaginent que leur mission est désormais de faire avancer nos pays contre l’intérêt des populations qui y vivent. J’avoue être incapable de voir clair dans les raisons de cet acharnement de nombre de gouvernants à vouloir nous imposer de telles charges au nom de faux problèmes et de principes dévoyés. Corruption ? Imbécillité ? Aveuglement ? Idéologie ? Aucune de ces hypothèses ne me satisfait pleinement. Alors quoi ? Hélas, la multiplication des révélations de scandales, fraudes avérées, erreurs « malencontreuses » et conflits d’intérêts au sein du GIEC, si elle a manifestement retourné nombre d’opinions mondiales, ne semble en rien vouloir faire évoluer les lignes de conduites politiques des gouvernements européens en général, et Français en particulier, sans oublier les USA et l’ONU. Pire, tels des docteurs Knock déterminés à nous rendre malades pour pouvoir justifier leurs honoraires de médecins, nos politiciens semblent à tout prix vouloir rebondir sur les échecs du GIEC pour aller plus loin dans les politiques environnementalistes contraignantes.

    Les problèmes les plus urgents et aussi les plus dangereux sont la pollution et la démographie galopante dans certaines partie du globe. Nos politiques sont aujourd’hui dans une frénésie de démonstration qu’ils s’attaquent aux problèmes du monde, quitte à créer ou imaginer ces problèmes pour mieux justifier leurs gesticulations. Leur soucis est moins de faire que de montrer qu’ils sont en charge, qu’ils mènent la barque, qu’ils assument leurs soit disantes responsabilités. C’est pour eux se donner l’illusion du plein pouvoir, de la maîtrise absolue sur tout. Et c’est vrai à tous les niveaux : chaque fait divers semble être porteur d’un nouveau projet de loi. Chaque annonce de fermeture d’usine provoque la réaction et la mobilisation des acteurs politiques et du gouvernement. Il y avait réunion de crise à Matignon au plus haut sommet de l’Etat. Alors quand on est dans cet état d’esprit, et qu’on vous annonce le réchauffement climatique, que voulez vous, c’est plus fort qu’eux : c’est une occasion en or de prouver qu’ils peuvent tout sur tout. De montrer qu’ils sont des demi dieux capable de commander aux éléments. Qu’importe que le péril et sa cause supposée soit fondé ou pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles