Jean-Marie Le Guen s’engage pour la faillite de l’industrie du tabac en France

Le député Jean-Marie Le Guen estime ce lundi dans les colonnes du Parisien qu’il fallait taxer les « superprofits » des fabricants de tabac au motif que ces derniers – selon ses termes – sacrifient notre santé et les finances publiques des Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cigarette taxes (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jean-Marie Le Guen s’engage pour la faillite de l’industrie du tabac en France

Publié le 17 juillet 2012
- A +

Le député Jean-Marie Le Guen estime ce lundi dans les colonnes du Parisien qu’il fallait taxer les « superprofits » des fabricants de tabac au motif que ces derniers – selon ses termes – sacrifient notre santé et les finances publiques des Français. Un bien beau moyen de faire partir de France l’industrie du tabac.

Par Georges Kaplan.

Le député Jean-Marie Le Guen estime ce lundi dans les colonnes du Parisien qu’il fallait taxer les « superprofits » des fabricants de tabac au motif que ces derniers – selon ses termes – sacrifient notre santé et les finances publiques des Français. Bien sûr, toujours selon le député susnommé, cette mesure « n’aura aucun effet sur le prix du paquet de cigarettes ou sur le pouvoir d’achat des Français » : ça, c’est le rôle de l’augmentation de 6% prévue pour l’automne. Décidément, l’inventivité de nos élus en matière fiscale n’a d’égal que le génie créatif dont ils sont capables pour justifier leur matraquage.

D’une part, et c’est un fumeur qui vous le dit, ce ne sont pas les cigarettiers qui sacrifient notre santé mais ce sont les fumeurs qui font le choix conscient de consommer un produit dont ils savent parfaitement qu’il n’est pas bon pour leur santé. Si le simple fait de gagner de l’argent grâce à la vente de tabac suffit à se rendre coupable de vouloir sacrifier la vie des honnêtes gens, alors, avec un prix de vente des cigarettes composé à 80% de taxes, le criminel en chef c’est l’État. Il suit de la remarque précédente qu’affirmer que l’industrie du tabac ruine nos finances publiques alors que les taxes que nous payons sur chaque paquet génèrent près de 13 milliards d’euros de rentrées fiscales annuelles, c’est décidément nous prendre pour des imbéciles. Enfin, il va de soi que si l’on ponctionne leurs profits, lesdits cigarettiers n’auront d’autre choix que d’augmenter leurs prix de vente… ou de mettre la clé sous la porte.

Gageons que d’ici quelques mois nous allons assister à la fermeture des dernières usines de cigarettes encore installées en France, à la disparition de quelques milliers de bureau de tabac et à une belle série de licenciements économiques dans toute la filière de distribution. Cela donnera sans doute l’occasion à l’un ou l’autre des imbéciles qui nous gouvernent de déclarer qu’il « n’accepte pas ».

« La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent », Albert Einstein


Augmenter les taxes sur le tabac stimule la contrebande et le crime organisé, sur Contrepoints

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • D’autant plus que, tel qu’il a présenté le projet (à savoir une taxe sur le chiffre d’affaire), cette nouvelle taxe ressemble furieusement à l’excise ad valorem déjà en vigueur en France.
    Si le problème est que cette taxe ne finance pas la SECU, alors il ne tien qu’à l’Etat d’y remédier…

  • De plus pour une responsabilisation complète, il faudrait supprimedéfinitivement la sécu et libérer le secteur de la santé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo d'une personne déguisée en Picsou
5
Sauvegarder cet article

Le Covid-19, le dérèglement climatique, la montée des dictatures et des guerres, les pénuries et l’inflation qui en résulte, tout cela est inintéressant : rétablissons l’ISF, taxons les dividendes et ces problèmes disparaîtront !

Les besoins financiers de l’État ont explosé avec le « quoi qu’il en coûte » et les divers « boucliers » anti-inflation. Les tribunes se multiplient pour réclamer d’augmenter la pression fiscale sur « les riches ».

La folie égalitaire est à la mode, se répand sur les réseaux sociaux et même dans des jou... Poursuivre la lecture

Le gouvernement l’a annoncé fin septembre : une énième augmentation du prix des cigarettes va avoir lieu d’ici à 2024.

Entre autres, une taxation spécifique pour le « tabac à chauffer » sera prévue (les sticks de cigarette qui s’insèrent dans un appareil électronique pour vaporiser le tabac). Si le projet s’inscrit dans le Programme national de lutte contre le tabac (PNLT), prévu de 2018 à 2022, il traduit surtout une volonté d’indexer le prix du paquet sur l’inflation, et ainsi compenser le manque à gagner pour les caisses de l’État.<... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles