Décision de la FIFA sur le port du voile : décryptage

Les autorités internationales chargées d’organiser le football ont cédé au lobbying de certaines monarchies du Golfe, qui financent de prestigieux clubs de football. Les femmes ont donc été sacrifiées sur l’autel d’une coopération internationale qui s’exprime en espèces sonnantes et trébuchantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo FIFA (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décision de la FIFA sur le port du voile : décryptage

Publié le 11 juillet 2012
- A +

Les autorités internationales chargées d’organiser le football ont cédé au lobbying de certaines monarchies du Golfe, qui financent de prestigieux clubs de football. Les femmes ont donc été sacrifiées sur l’autel d’une coopération internationale qui s’exprime en espèces sonnantes et trébuchantes.

Par Roseline Letteron.

Le 5 juillet 2012, les règles internationales du football ont été modifiées, pour autoriser les joueuses à porter le voile dans toutes les compétitions officielles. Les autorités internationales chargées d’organiser ce sport ont cédé au lobbying de certaines monarchies du Golfe, qui financent de prestigieux clubs de football. Les femmes ont donc été sacrifiées sur l’autel d’une coopération internationale qui s’exprime en espèces sonnantes et trébuchantes. Bien sûr, la nouvelle règle est présentée comme expérimentale, et devrait faire l’objet d’un nouvel examen en 2014, mais il s’agit là d’une sorte de figure de style destinée à susciter l’adhésion.

L’IFAB, émanation du communautarisme britannique

L’auteur de la règle n’est pas, comme il a été dit, la Fédération internationale de football association (FIFA), association de droit suisse fondée en 1904, et qui regroupe 208 associations nationales. L’autorisation du voile a été décidée par l’International Football Association Board (IFAB), beaucoup moins connue, mais très influente. L’IFAB a été créée en 1886 dans le but d’harmoniser les règles du jeu qui, à l’époque, n’étaient pas identiques dans chaque pays. Elle réunissait quatre associations du Royaume-Uni, région qui a vu la naissance du football, représentant l’Angleterre, l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord.

Après 1904, la FIFA a adhéré à l’IFAB, le principe étant qu’elle dispose du même poids juridique dans l’IFAB que les quatre membres fondateurs. Rien n’a changé aujourd’hui. Les fondateurs ont quatre voix et la FIFA, c’est à dire le reste du monde, a également quatre voix. Même si les décisions sont prises à une majorité pondérée des 3/4 des votants, le calcul est rapidement fait. Il suffit aux britanniques de réunir deux voix supplémentaires de la FIFA pour faire passer n’importe quelle décision. Or, chacun sait que le Royaume Uni pratique un communautarisme décomplexé, que le port du voile y est parfaitement autorisé, chaque communauté faisant l’objet d’un traitement séparé.

Il est vrai que l’IFAB est aujourd’hui étroitement rattachée à la FIFA, et que cette dernière s’estime liée par  ses décisions. En l’espèce, la décision nouvelle fait bien peu de cas du règlement sur « les lois du jeu« , dont la « loi n° 4 » prévoit que « l’équipement de base obligatoire ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle« . Certes, un voile n’est pas une « inscription« , mais il permet tout de même d’affirmer une conviction religieuse, L’IFAB, prévoyant cette objection, précise qu’elle considère le voile comme un signe culturel et non pas religieux. Une telle affirmation, sorte de pirouette juridique, n’a pas d’autre objet que de contourner le principe de neutralité du sport, et d’autoriser finalement le port du voile,  y compris dans un but de prosélytisme religieux.

Mépris de la Charte Olympique

La Charte Olympique interdit pourtant tout prosélytisme religieux dans le cadre des Jeux Olympiques. Son article 50 al. 3 se montre très ferme sur ce point :  » Aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique« . Doit on en déduire que les autorités internationales du football violent allègrement la Charte Olympique ? La question est évidemment posée, dès lors que la FIFA accepte désormais que des compétitions médiatisées servent de support à une pratique de prosélytisme religieux. Le football, largement professionnel, dont les joueurs bénéficient de financements exceptionnels, était déjà bien éloigné de l’idéal de Coubertin. Force est de constater qu’en acceptant des joueuses voilées, il s’en éloigne encore davantage.

A dire vrai, cela n’a rien de surprenant, car le CIO s’est toujours montré tiède, pour ne pas dire inexistant, à l’égard de la question du voile. En 2008, aux Jeux Olympiques de Pékin, on a recensé pas moins de quatorze délégations comportant des athlètes voilées. Le CIO n’est donc guère plus courageux que la FIFA. Alors que l’Afrique du Sud de l’Apartheid était exclue des Jeux Olympiques, on autorise aujourd’hui un traitement séparé pour les athlètes des pays musulmans. Les femmes contraintes à porter le voile ne sont elles pas victimes d’une forme d’Apartheid ?

Le droit français 

Heureusement, les décisions de la FIFA, comme celles de l’IFAD, sont entièrement dépourvues de valeur juridique en droit français. La Fédération française de football est une association fondée en 1919, et reconnue d’utilité publique en 1922. Ses statuts indiquent qu’elle se propose d' »entretenir toutes relations utiles avec les associations étrangères affiliées à la FIFA, les organismes nationaux et les pouvoirs publics« . Une association française n’est donc pas liée par les décisions d’une association de droit étranger. Au demeurant, son caractère d’utilité publique confère aux pouvoirs publics un certain nombre d’éléments de contrôle, pour s’assurer que la Fédération française respecte les principes généraux de notre droit, et notamment la laïcité. La Fédération en est d’ailleurs pleinement consciente, et elle s’est hâtée de diffuser un communiqué mentionnant son « souci de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité qui prévalent dans notre pays et figurent dans ses statuts« . En conséquence, elle persiste dans son interdiction du port du voile dans les compétitions.

On pourrait alors considérer que le débat est clos et que la France est à l’abri de tels errements. Sans doute, mais cette délibération de l’IFAB constitue un précédent fâcheux, susceptible d’être utilisé à l’appui de revendications communautaires, pour ne pas dire obscurantistes. Sur ce point, c’est un mauvais coup pour la cause des femmes.

Sur le web

Lire aussi une autre analyse sur Contrepoints, en humour.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Vous pouvez toujours le croire….

    «La laïcité n’a rien à voir»

    http://www.charentelibre.fr/2012/07/07/la-laicite-n-a-rien-a-voir,1104300.php

  • « Au demeurant, son caractère d’utilité publique[ la FFF]confère aux pouvoirs publics un certain nombre d’éléments de contrôle », peut on lire.

    rappelons que la laïcité s’applique à la sphère publique c’est à dire à tout ce qui relève du tribunal administratif. La FFF ne relève pas des compétences d’un tribunal administratif.

    Ensuite qu’en, en 1801, Bonaparte a conclu un concordat avec l’église catholique c’est parce que : « l’État ne se prononce pas sur la vérité du catholicisme mais [le ] prend comme un fait […] ayant un UTILITE SOCIALE ». Le fait que l’Église ait une utilité sociale ne faisait pas d’elle qu’elle se devait de se soumettre à la laïcité (le mot laïcité n’existait pas du reste à cette époque). Il en va de même avec la 3F. Le fait qu’elle ait un intérêt public ne fait pas d’elle une administration qui elle est soumise au devoir de neutralité…

    • Tout à fait, la FFF et la FIFA sont des associations et s’appliquent les règlements qu’elles veulent. Ce ne sont pas des services publics, et même si elles relevaient du domaine public, pourquoi ne doit-on pas y autoriser le port du voile?

  • Si le port du voile devient obligatoire oui c’est un problème mais si la FIFA ne fait qu’autoriser le port du voile quel est le problème? Qu’est-ce qui choque? La FIFA fait ce qu’elle veut de ses règlements.

  • Sur le principe, si on se pose la question « d’autoriser », c’est qu’on a un problème. La règle en général c’est quand même l’autorisation, sauf démonstration du caractère nocif pour autrui du comportement visé.
    Après, les sports ont des règles parfaitement arbitraires, qui interdisent ou rendent obligatoires des choses dont on peut discuter … ou pas. C’est pas plus idiot d’interdire le voile ou inversement de le rendre obligatoire (pourquoi pas ?) que de s’interdire de jouer avec les mains. Personne n’est obliger de jouer au foot suivant ces règles -là, ni même de jouer au foot tout court.
    Donc en fait on s’en fout, de ce que l’IFAB décide. Libre aux opposants de faire sécession et de créer une fédération dissidente qui a d’autre règles (ce genre d’événement arrive régulièrement)? Si j’étais une footeuse scandalisée, je crois que c’est ce que je ferais, et comme je suppose que le poids du monde islamisant est largement plus faible dans le foot féminin, qui est quand même le principal intéressé, ça aurait de bonne chance de marcher.

  • C’est la fatwa de la FIFA.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le capitaine des Bleus, c’est au tour du chef de l’État d’aller de son avis sur la polémique entourant la Coupe du monde de football au Qatar. En marge d’un déplacement au Forum de coopération Asie-Pacifique en Thaïlande, Emmanuel Macron a estimé qu’il ne fallait pas « politiser le sport ».

Lui-même frappé par une polémique sur sa potentielle venue à Doha en cas d’accession de l’équipe de France en demi-finale de la compétition, Emmanuel Macron a purement et simplement refusé de participer aux discussions sur les conditions de tr... Poursuivre la lecture

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Par Olivier Sibony.

De la débâcle du PSG au Camp Nou, on peut tirer toutes les leçons de leadership et de management des hommes. Et la presse ne s’en prive pas (pour en obtenir un résumé rapide, lisez à haute voix la première partie du titre de ce post, sans les virgules).

Mais il peut être amusant d’y voir aussi un bel exemple de prévision probabiliste. On se souvient que Luis Enrique, l’entraîneur de Barcelone, a eu, la veille du match, des propos prémonitoires : « S’ils en ont marqué quatre, on peut en mettre six ». Ce qui pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles