L’Aristocratie de l’influence

Arnaud Montebourg souhaite déléguer des experts au chevet d’entreprises fragilisées par la crise. Que faut-il en penser ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Aristocratie de l’influence

Publié le 6 juillet 2012
- A +

Arnaud Montebourg souhaite déléguer des experts au chevet d’entreprises fragilisées par la crise. Que faut-il en penser ?

Par P.L.

Je viens d’apprendre que notre ministre de la croissance érectile, souhaite déléguer des experts au chevet d’entreprises fragilisées par la crise.

Imaginez-vous dans cet état d’esprit, et abstraction faite de l’ingérence intolérable de l’État dans les affaires privées, qui choisiriez-vous comme experts ?

Sans aucun doute, feriez-vous appel à des hommes et des femmes d’expériences, ayant déjà vécu des situations comparables, ou, au contraire, ayant réussi à développer des entreprises avec des résultats probants. Des Business Angels, par exemple. Des Xavier Niels (fondateur de Free), des Alain Afflelou, des Marc Simoncini (fondateur de Meetic), Olivier Heckmann (co-fondateur de Multimania) ou d’autres personnes de cette trempe dont la réussite éclatante permettrait de libérer un peu de leur temps pour devenir les pompiers d’entreprises en difficulté, en leur prodiguant conseils et expériences.

Que nenni !

En Socialie, on ne valorise pas le mérite ou le talent.

C’est un peloton de 22 commissaires régionaux, dont voici la liste et les CV, qui vont intervenir ! Des gens qui n’ont jamais été confronté aux affres de la création d’entreprise, mais, au dire même du ministre (et c’est bien ça le plus scandaleux), des hommes de réseaux, qui connaissent les bons interlocuteurs, qui peuvent avoir de l’autorité (menacer ?) sur une banque par l’intermédiaire de la Banque de France par exemple ou par les services fiscaux.

« À quoi vont servir les vingt-deux commissaires au redressement productif que vous avez nommés ? » demande le journaliste du Parisien

« Ils accompliront dans les régions, auprès des entreprises de moins de 400 salariés, le même travail que nous faisons tous les jours au ministère pour les plus grosses. Par exemple, convaincre un banquier ou un donneur d’ordre, demander des efforts à l’État, aussi, pour aider à recapitaliser, via des fonds spécialisés, ou étaler des créances. » (Extrait de Le Parisien)

« Nous fonctionnons au cas par cas, explique-t-on au service de communication du ministre. Mais nous allons nous appuyer sur la BPI [Banque publique d’investissement] pour remettre du cash dans l’économie réelle, essayer de recouvrer la souveraineté de l’État sur certains secteurs stratégiques, négocier avec les banques. On peut également proposer un arsenal législatif et réfléchir aux moyens de favoriser la préférence française. » (Marianne)

À part les commissaires du Limousin, de la Lorraine et du Languedoc Roussillon qui ont eu au moins une expérience dans des entreprises privées, les autres n’ont jamais connu le lien qui existe entre leur efficacité, la qualité de leur travail et la réussite de la structure qui les employait.

Si vous connaissez les bons interlocuteurs, vous pourrez vous en mettre plein les fouilles. Sinon vous n’êtes là que pour payer les largesses du prince.

La victoire de Hollande était déjà celle des réseaux d’énarques. Nous voilà en pleine immoralité affirmée, revendiquée même, tout en se grimant sous les traits de justice sociale, de relance juste et de normalité. Voici venu le temps, toute honte bue, de la Société de l’influence, du copinage, des réseaux, de la collusion et des passe-droits. Ayn Rand était vraiment une visionnaire !

—-
Le titre de ce billet « L’Aristocratie de l’influence » est celui d’un chapitre de Atlas Shrugged d’Ayn Rand.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Hallucinant, affolant de lire des trucs pareils
    Je suis pour 0% d’IS, 0% de subventions… et aucune intervention d’incompétents !
    ouh ! il veut enrichir encore plus les capitalistes, ouh ! il n’est pas généreux ni fraternel, ouh ! il veut transformer la France en paradis fiscal !
    1) ce que l’on donne à l’un, on ne peut le donner aux autres.
    2) L’argent produit par les investissements doit bénéficier à tout ceux qui ont participé à cette production demandée par le marché. Production demandée à un prix accessible sinon c’est du gadget comme la voiture 220v. Pour faire simple, des trucs qui se vendent.
    3) toi techno-scientifico-socialiste essayer de comprendre 1) et 2)
    4) toi techno-scientifico-socialiste comprendre que j’ai raison grâce à une actu bien sympathique malgré ces temps çi !
    L’Irlande a levé 500 millions d’€ à 1.80%, souscription 2.8 fois, ce qui prouve la confiance retrouvée après avoir été exclue du marché pendant un an et demi, mais par quel miracle celtique, ce retournement ?
    IS 12%, le plus faible taux avec ceux des pays de l’est. Un IS simple, un taux unique sur une assiette simple, pas l’IS français, si toi faire comme je veux alors toi moins spolié. Il fallait voir à l’époque les techno-bruxellois outrés de financer un « paradis fiscal ». Où en sont : Grèce, Portugal, Espagne ?
    C’est l’amour à la plage (ah-ouh cha-cha-cha)
    Et mes yeux dans tes yeux (ah-ouh ah-ouh)
    Baisers et coquillages (ah-ouh cha-cha-cha)
    Entre toi et l’eau bleue (ah-ouh ah-ouh)
    …de NIAGARA c’est pas anodin comme chute.

  • « Par exemple, convaincre un banquier ou un donneur d’ordre,.. » Ca me rappelle une scène du film de Scorsese « les Affranchis » où les deux principaux protagonistes du filme (De Niro et Ray Liotta) arrivent à convaincre facilement un des leur client de les payer en le menaçant d le jeter … dans une cage de Lyon dans un zoo. Efficace.

  • On remplace le système de l’énarque qui va pantoufler dans une grosse boîte privée en accointance avec l’Etat par un système de pseudo conseillers pour des entreprises plus petites qui pourront s’en mettre plein les poches en toute discrétion.

  • Le bon fil pour rappeler un bon mot de Reagan : Quelle est la pire phrase de la langue anglaise? Sa réponse: Bonjour, nous faisons partie du gouvernement et voulons vous aider “

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles