Sauver les démocraties en Europe

Dans son ouvrage, le président de la République tchèque souhaite « Sauver les démocraties en Europe » de ceux qui veulent lui imposer un destin bureaucratique et dirigiste. Il le fait avec talent et maints arguments économiques et politiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sauver les démocraties en Europe, par Vaclav Klaus (crédits François-Xavier de Guibert, tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sauver les démocraties en Europe

Publié le 1 juillet 2012
- A +

Dans son ouvrage, le président de la République tchèque souhaite « Sauver les démocraties en Europe » de ceux qui veulent lui imposer un destin bureaucratique et dirigiste. Il le fait avec talent et maints arguments économiques et politiques.

Par Bogdan Calinescu.
Publié en collaboration avec l’aleps.

Ce n’est pas facile pour un homme d’État d’écrire un ouvrage iconoclaste. Surtout lorsqu’il est encore en fonctions. Il faut dire que Vaclav Klaus n’est pas à son premier coup de poing. Il l’a déjà fait avec Planète bleue en péril vert publié en France par l’IREF en 2009 qui s’en prend aux ayatollahs du réchauffement climatique. Klaus n’aime pas les clichés et l’économiquement correct. Il déteste les solutions étatistes et adore les libertés qu’il considère comme les seuls remèdes à la crise actuelle. C’est un politique intelligent et cultivé (il cite Bastiat plusieurs fois dans son livre) qui veut changer le cours de l’Histoire.

Mais contrairement à ce que soutiennent ses détracteurs, Vaclav Klaus est un européen convaincu. Sauf qu’il ne veut pas de l’Europe telle qu’elle est imaginée par certains technocrates à Bruxelles. Il s’étonne de voir qu’on n’a toujours pas tiré les leçons de la chute du communisme : « Instruits par le communisme, instruits par l’échec complet et évident de l’État, nous croyons aussi beaucoup plus au marché qu’il n’est d’usage en Europe occidentale et c’est pourquoi nous sommes tellement déprimés par le modèle économique et social non productif et paternaliste qui domine en Europe actuellement ». Et il ne vit pas en France… La principale conséquence de cet interventionnisme est la crise actuelle qui n’est pas seulement une crise de la dette mais plutôt la crise du « paradigme européen, qu’il s’agisse du modèle d’intégration européenne ou du fonctionnement économique et social européen ».

Le président tchèque s’oppose à l’ « européisme », ce « conglomérat d’idées » proche des idéologies les plus néfastes car il considère le marché comme une « anarchie que l’État doit corriger ». Ceux qui le soutiennent sont les privilégiés du système. Difficile de s’en débarrasser. Il considère l’euro comme le résultat d’une « décision politique » et pense que la plus grande partie de l’impact économique positif de l’intégration européenne tient à la libéralisation des échanges et des investissements.

L’ouvrage de Klaus est plus qu’un essai politique et économique. C’est un Manifeste,  un Appel au changement, avant qu’il ne soit trop tard : « Nous devrions enfin dire clairement qu’on ne peut plus continuer ainsi. Hélas, il est impossible de le dire lors des sommets européens qui se succèdent à l’infini, pratiquement semaine après semaine. Il ne s’agit pas non plus de prendre une mesure unique, bien au contraire, il s’agit d’une solution systémique, ce qui suppose que la politique revienne en Europe ». Pas à Bruxelles évidemment. « La politique ne peut être que là où se trouve la démocratie, c’est-à-dire au niveau de l’État… ». Le prix à payer pour cette « politique européenne » c’est l’absence de croissance. « La sortie de la crise européenne actuelle, écrit Klaus, passe forcément par un renouveau des libertés civiques et économiques, par l’allègement du fardeau insupportable des coûts de l’État social et tout aussi insupportable, par la remise en cause du poids grandissant de l’environnementalisme dans l’économie avec ses sommets contre les émissions de CO2, enfin par la victoire de la libéralisation de l’économie, par la déréglementation et par la remise en cause radicale de la politique des subventions ». Pourvu que d’autres chefs d’État le suivent dans ces actions…

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Vaclav Klaus propose toujours des démonstrations admirables (sur le réchauffisme en particulier) et l’on ne peut que se rallier à ses positions puisque par ailleurs nous constatons l’échec, puis l’échec et encore des échecs et a contrario, faire le contraire c’est la réussite sans risque, quasiment une évidence.
    Je ne vote plus depuis 1983 en référence à mon droit personnel et autoritaire de refuser une démocratie dévoyée par le keynésianisme. Etes vous bien certain de glisser un bulletin dans l’urne ? Ne serait-ce pas plutôt un chèque en blanc ?
    Le bulletin a été précédé d’une « profession de foi », lol! qui vous a certainement convaincu de son honnêteté, sa compétence, son dévouement… Si vous demandez au poissonnier si son poisson est frais, il faut vous attendre à une unique réponse, de toute bonne foi.

  • Naissance d’un national-libéralisme ?
    Merci d’avoir sorti cet auteur, qui à part vous le ferait cher contrepoint ?

  • Il est connu sur youtube pour faucher un stylo !!!!!! ROFL

    http://www.youtube.com/watch?v=ClcySxosw7w

    Par ailleurs il a voté non à la constitution de 2005, un vrai électron libre ce type !!!!

    http://www.amazon.fr/livre-blanc-lEurope-nations-Europ%C3%A9ens/dp/2868399096

  • « Your comment is awaiting moderation. »
    Hein ? Y’a de la modération ici maintenant ? Où c’est juste pour moi ?

  • on ne peut qu’être de son avis,il est temps de cesser ce rêve d’une europe unie décidée par Bruxelles et qui envoie tout le monde dans le mur

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

À la fin de l'année dernière, un sommet important s'est tenu à Bruxelles entre l'Union européenne et le bloc commercial de l'ANASE, qui regroupe un grand nombre d'économies d'Asie du Sud-Est à croissance rapide. Ce bloc ayant également conclu un accord de libre-échange avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande en 2009, il revêt une importance majeure.

Malgré les efforts en cours, un véritable accord de libre-échange (ALE) entre l'UE et l'ANASE n'est pas attendu de sitôt. Le diplomate indien chevronné Gurjit Singh a souligné que les sanct... Poursuivre la lecture

vers de farine
8
Sauvegarder cet article

Sapristi, les habitudes culinaires européennes évoluent de plus en plus vite ! La nouvelle a fait quelques remous sur les réseaux sociaux : depuis quelques jours, l’Europe autorise l’utilisation de deux insectes dans l’alimentation humaine à savoir le ver de ténébrion (ver de farine) et le grillon domestique.

En pratique, cette introduction d’insectes dans le catalogue des substances autorisées dans la nourriture humaine n’est pas nouvelle puisqu’il y a deux ans, en janvier 2021, l’Europe avait déjà autorisé les larves de scarabée moli... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles