Le G20 a fait la leçon à l’Europe

De la rencontre de Los Cabos, on ne retiendra qu’une chose importante : les dirigeants du monde entier ne veulent pas s’engager dans un cercle vicieux protectionniste, bien qu’ils soient attentifs aux accros qui se multiplient en matière de concurrence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 284 Hollande G20

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le G20 a fait la leçon à l’Europe

Publié le 30 juin 2012
- A +

De la rencontre de Los Cabos, on ne retiendra qu’une chose importante : les dirigeants du monde entier ne veulent pas s’engager dans un cercle vicieux protectionniste, bien qu’ils soient attentifs aux accros qui se multiplient en matière de concurrence.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Un sommet de plus, un sommet sans intérêt. À Los Cabos, au bout de la Californie mexicaine, le G20 n’a pas dérogé à la tradition : aucun accord, de nombreuses passes d’armes (notamment entre Obama et Poutine) mais ni perspective nouvelle ni décision : sans doute tant mieux. Naguère, sous la présidence française, le G20 s’était illustré en prônant la relance par les stimulants budgétaires. Cette fois-ci il ne s’est rien passé, et la grande idée de la taxe Tobin a elle-même été rangée au placard.

Une exception cependant : les Européens ont subi une attaque frontale, qu’ils ont d’ailleurs mal digéré. Juan Manuel Barroso a dû protester, en faisant remarquer que les États-Unis n’étaient pas à l’abri d’erreurs plus grossières encore et que l’Europe a ses maillons faibles sans pour autant que la chaîne soit brisée.

Il est vrai que le futur de l’Europe est peu lisible pour ses partenaires mondiaux. Les solutions adoptées pour limiter la crise des dettes publiques et des banques espagnoles n’ont pas convaincu, et l’avenir de l’euro est très incertain. La nouvelle tension entre Paris et Berlin a de quoi surprendre et inquiéter et un François Hollande transparent n’a rassuré personne.

Par-dessus tout, les pays du BRIC craignent que la crise européenne ne déclenche une nouvelle crise financière et monétaire mondiale. L’Europe représente 60 % du commerce mondial, il est vrai réalisé pour les trois quarts à l’intérieur de l’aire européenne. Mais certaines activités sont très sensibles à la santé de l’économie européenne : entre autres énergie, transports internationaux, matières premières, électronique, automobile.

De la rencontre de Los Cabos, on ne retiendra qu’une chose importante : les dirigeants du monde entier ne veulent pas s’engager dans un cercle vicieux protectionniste, bien qu’ils soient attentifs aux accros qui se multiplient en matière de concurrence.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, le président français Emmanuel Macron s'est emporté contre la "loi sur la réduction de l'inflation" américaine, un texte législatif qui offre des subventions aux voitures électriques et qu'il considère comme une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qualifiant cette initiative de "non amicale".

Ce qui est troublant, c'est qu'en réponse à cette initiative protectionniste américaine, Macron veut répondre par le protectionnisme européen, puisque la France et l'Allemagne envisagent maintenant un Buy ... Poursuivre la lecture

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Par Kody Jensen. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Mark Twain est largement considéré comme l'un des plus grands auteurs américains. Naturellement, des personnes de toutes convictions ont essayé de le revendiquer comme leur allié politique. Des libéraux classiques aux progressistes, des personnes de tous les horizons politiques ont trouvé en Twain une âme sœur.

Une preuve du côté des libéraux classiques pourrait être ce que Twain a écrit dans une lettre à propos du président américain Grover Clevel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles