Les conditions d’emprunt de l’État espagnol s’envolent

L’État espagnol a réussi à réaliser un emprunt de 3 milliards d’euros à 12 et 18 mois, mais ses taux d’intérêt se sont envolés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les conditions d’emprunt de l’État espagnol s’envolent

Publié le 21 juin 2012
- A +

L’État espagnol a réussi à lever 3 milliards d’euros à 12 et 18 mois, mais ses taux d’intérêt se sont envolés.

C’était la première émission espagnole depuis l’annonce du plan de sauvetage de certaines de ses banques le 9 juin dernier. L’État espagnol a réussi à emprunter 3 milliards d’euros, mais à des conditions fortement dégradées par rapport à une émission similaire il y a un mois. Les investisseurs ont en effet demandé 5,074% pour la ligne 12 mois (vs 2,985% en mai) et 5,107% sur la ligne 18 mois (vs 3,302% en mai).


Les conditions d’emprunt à long terme se sont aussi fortement dégradées, le taux 10 ans dépassant la barre des 7% et atteignant un niveau inédit depuis l’intégration par l’Espagne de la zone euro (janvier 1999) :

Une autre adjudication est prévue pour l’Espagne ce jeudi 21 juin, mais cette fois-ci les ibériques espèrent placer 2 milliards d’euros à long terme. L’Agence France Trésor (AFT) procèdera à une adjudication ce même jour.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

La découverte de l’espionnage pratiqué par la direction nationale du Parti Populaire à l’encontre de la présidente madrilène Isabel Diaz Ayuso a plongé la formation dirigée par Pablo Casado dans une crise inédite. À plus d’un an des élections législatives nationales, son successeur devra faire un choix qui déterminera l’avenir de la droite espagnole : quelles relations le Parti Populaire entretiendra-t-il avec Vox ?

Pablo Casado, un président soumis aux diktats moraux de la gauche

La députée et porte-parole du PP, Cayetana Alvarez de T... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Klein. Un article de Conflits

Communauté autonome la plus vaste d’Espagne avec 94 000 kilomètres carrés (soit plus que neuf pays membres de l’Union européenne), la Castille-et-León est une terre de contrastes. Peu densément peuplée (25 habitants au kilomètre carré), elle est marquée par un imaginaire rural. Pourtant, une bonne partie de sa population vit dans les aires urbaines de Valladolid (plus de 400 000 habitants), Burgos, León et Salamanque (environ 200 000 personnes chacune). La droite y a gagné les élections régiona... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles