Comment l’administration Obama manipule les chiffres de victimes de l’armée américaine

L’administration Obama a trouvé la recette miracle pour aider les troupes à réduire les victimes civiles dans leurs nombreux conflits à travers le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Militants armées US

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’administration Obama manipule les chiffres de victimes de l’armée américaine

Publié le 18 juin 2012
- A +

L’administration Obama a trouvé la recette miracle pour aider les troupes à réduire les victimes civiles dans les nombreux conflits de l’armée américaine à travers le monde.

Par Pierre-Yves Saint-Onge, depuis Montréal, Québec.

L’administration Obama a trouvé la recette miracle pour aider les troupes à réduire les victimes civiles dans leurs nombreux conflits à travers le monde. En s’inspirant des méthodes économiques modernes pour manipuler les chiffres et statistiques publiées par le gouvernement (comme les données sur l’index des prix à la consommation), le gouvernement a simplement, par décret, décidé qu’en calculant les pertes, un militant serait maintenant simplement tous les mâles d’âge militaire dans une zone ciblée. C’est beaucoup plus facile que de tenter de déterminer si un jeune homme est un ennemi ou pas… s’il pourrait en être un, on le compte comme tel !

Voici un extrait d’un article sur le sujet dans le New York Times :

Mr. Obama embraced a disputed method for counting civilian casualties that did little to box him in. It in effect counts all military-age males in a strike zone as combatants, according to several administration officials, unless there is explicit intelligence posthumously proving them innocent.

Counterterrorism officials insist this approach is one of simple logic: people in an area of known terrorist activity, or found with a top Qaeda operative, are probably up to no good. “Al Qaeda is an insular, paranoid organization — innocent neighbors don’t hitchhike rides in the back of trucks headed for the border with guns and bombs,” said one official, who requested anonymity to speak about what is still a classified program.

This counting method may partly explain the official claims of extraordinarily low collateral deaths. In a speech last year Mr. Brennan, Mr. Obama’s trusted adviser, said that not a single noncombatant had been killed in a year of strikes. And in a recent interview, a senior administration official said that the number of civilians killed in drone strikes in Pakistan under Mr. Obama was in the “single digits” — and that independent counts of scores or hundreds of civilian deaths unwittingly draw on false propaganda claims by militants.

But in interviews, three former senior intelligence officials expressed disbelief that the number could be so low. The C.I.A. accounting has so troubled some administration officials outside the agency that they have brought their concerns to the White House. One called it “guilt by association” that has led to “deceptive” estimates of civilian casualties.

“It bothers me when they say there were seven guys, so they must all be militants,” the official said. “They count the corpses and they’re not really sure who they are.”



Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Laurent Sailly.

L’information sur les viols commis en France par les GI’s a longtemps été cantonnée aux cercles familiaux des témoins et des victimes. Il y a eu des viols et des crimes partout où les GI étaient stationnés, à Reims, Cherbourg, Brest, Le Havre, Caen... À la fin de l'été 1944, peu après l'invasion de la Normandie, des femmes commencent à se plaindre de viols commis par des soldats américains. Des centaines de cas sont rapportés. Mais difficile d’écorner l’image des libérateurs qui consentirent au sacrifice ultime. Il ... Poursuivre la lecture

Par Trevor Thrall. Un article de Libre Afrique

Une récente vidéo, montrant l'armée camerounaise exécutant deux femmes et deux enfants par balle à la tête, a choqué de nombreux Américains, dont la plupart ignorent certainement que depuis 2002, les États-Unis ont entraîné près de 6 400 soldats camerounais, ont vendu 6 M$ d'armes américaines au Cameroun, et ont offert à son armée une aide à la sécurité d’un montant de 234 M$.

La torture sous les yeux des Américains

Pis, ce type d’incidents n’est pas nouveau au Cameroun. En 2017, Am... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Jeudi 9 août, Mike Pence, vice-président des États-Unis, a annoncé la création d’une force armée spatiale pour 2020, sous l’impulsion du président des États-Unis Donald Trump. Ce dernier avait déjà fait part de sa volonté de créer une nouvelle branche de l’appareil militaire américain sous l’égide du Pentagone, ce qui, au-delà du caractère futuriste de la déclaration, pose autant de questions en droit qu’en termes économiques.

Space Force all the way!

— Donald J. Trum... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles