Ahurissant ! Quand un ancien ministre reconnait avoir menti !

Philippe Lellouche : « Faut-il maintenir la Grèce dans la zone euro ? Nous repoussons la réponse à cette question depuis janvier 2010, date à laquelle j’étais encore ministre des Affaires européennes. J’étais soumis à un devoir de réserve mais je n’ai jamais cru un instant que les Grecs pourraient rembourser tout l’argent que nous leurs avons remis. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Lellouche

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ahurissant ! Quand un ancien ministre reconnait avoir menti !

Publié le 18 juin 2012
- A +

Pierre Lellouche : « Faut-il maintenir la Grèce dans la zone euro ? Nous repoussons la réponse à cette question depuis janvier 2010, date à laquelle j’étais encore ministre des Affaires européennes. J’étais soumis à un devoir de réserve mais je n’ai jamais cru un instant que les Grecs pourraient rembourser tout l’argent que nous leurs avons remis. »

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Pierre Lellouche en 2010

Je vous recommande cette interview de Pierre Lellouche sur Atlantico.

Voilà un ancien ministre qui dit: « Nous sommes à présent face à une réalité : faut-il maintenir la Grèce dans la zone euro ? Nous repoussons la réponse à cette question depuis janvier 2010, date à laquelle j’étais encore ministre des Affaires européennes. J’étais soumis à un devoir de réserve mais je n’ai jamais cru un instant que les Grecs pourraient rembourser tout l’argent que nous leurs avons remis. Tout cela devrait nous coûter pas loin de 150 milliards d’euros. »

D’accord, ce n’est jamais que Monsieur Lellouche, celui, entre autres, qui militait pour que la France s’engage avec les USA pour agresser l’Irak. Nous savons depuis longtemps que l’intérêt de la France n’est pas fondamentalement sa préoccupation première. Néanmoins, outre l’opinion que l’on peut se faire de dirigeants qui savent pertinemment qu’ils commettent des erreurs qui coûteront cher au pays et qui non seulement les font, non seulement ne les dénoncent pas mais, en plus nous expliquent exactement le contraire « Notre engagement à l’égard de la Grèce ne nous coûtera rien, il ne s’agit que de garanties… » (Mme Lagarde devant l’Assemblée Nationale), comment ne pas s’étonner que de plus en plus de Français souhaitent se débarrasser définitivement d’un certain nombre de politiciens qu’ils jugent menteurs et corrompus ? Oui, la Grèce va coûter cher à la France, à l’Allemagne, à tous ceux qui ont « cautionné » les multiples plans de refinancement de ce gouffre sans fonds alors que tous les professionnels dignes de ce nom ne cessent de répéter depuis le début qu’il est inévitable que la Grèce fasse défaut et que plus nous remettrons d’argent dans le puits plus grande sera notre perte.

Il en est de même aujourd’hui avec l’Espagne, avec le Portugal, demain avec l’Italie et la France. Combien de mensonges, combien de ministres qui, pour conserver leur poste, sacrifient leur honneur ?

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pinocchio
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse au conflit en cours est fondé à conclure que la Russie ment. Et elle ne ment pas beaucoup, comme on pourrait s’y attendre de la part d’un pays en guerre, ni énormément, comme s’y emploient en général les tyrannies, mais tout le temps. Depuis neuf mois, a-t-on entendu le Kremlin énoncer une seule vérité claire et nette ? Jamais. Moscou émet un flot ininterrompu de trucages, de désinformation et de contre-vérités, au point qu’elle semble incapable de reconnaître que deux et deux font quatre. Et c’est le cas. Un phénomène q... Poursuivre la lecture

La Grèce
0
Sauvegarder cet article

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises Institute

L’économie grecque a enregistré une chute record de 14 % au deuxième trimestre de 2020 et ce tandis que les efforts du gouvernement pour « assainir » l’économie dirigent le pays vers le franchissement de seuil de 200 % du ratio dette/PIB, comme prévu par le FMI. Pendant ce temps, les déficits budgétaires du gouvernement ont atteint de nouveaux sommets, environ 7 %.

La réponse gouvernementale à la récession

Le gouvernement grec a tenté de lutter contre la crise économique ... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Le quasi conflit actuel oppose principalement la Grèce soutenue par la France à la Turquie pour la propriété du plateau continental autour des îles grecques. Il oppose aussi la France à la Turquie à la suite d’un incident naval entre un navire de guerre français et un navire turc qui livrait des armes à la Libye malgré l’embargo de l’OTAN.

Cela a réveillé de sanglants souvenirs millénaires que les Européens voudraient oublier. Mais le président turc met de l’huile sur le feu, autant par conviction personnelle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles