Le Mécanisme Européen de Stabilité, puissant facteur d’instabilité

Le Mécanisme Européen de Stabilité est donc un puissant facteur d’instabilité dans la crise de la dette publique européenne. Il rendra les prévisions de marché encore plus opaques et alimentera l’incendie de la crise de la dette publique, soit exactement l’inverse de ce pour quoi il a été conçu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 257 euro équilibre

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Mécanisme Européen de Stabilité, puissant facteur d’instabilité

Publié le 14 juin 2012
- A +

Le Mécanisme Européen de Stabilité est un puissant facteur d’instabilité dans la crise de la dette publique européenne. Il rendra les prévisions de marché encore plus opaques et alimentera l’incendie de la crise de la dette publique, soit exactement l’inverse de ce pour quoi il a été conçu.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Pauvre Espagne ! À peine son secteur bancaire était-il sauvé que les taux d’intérêt repartaient à la hausse

PARIS – Le taux à 10 ans de l’Espagne a atteint un plus haut depuis la création de la zone euro mardi en milieu d’après-midi, la méfiance des marchés à l’égard de la dette du pays s’accentuant malgré l’annonce du plan de sauvetage des banques.

Vers 16H10 (14H10 GMT), le rendement espagnol se tendait à 6,756% contre 6,487% lundi soir. La situation de l’Espagne est pire que la semaine dernière, a estimé un opérateur pour qui le plan annoncé samedi n’a pas apaisé les craintes sur la situation du pays.

Dans une autre dépêche, chacun y va de sa petite explication. Est-ce la Grèce et la sourde menace qu’elle pose à la zone euro ? Est-ce le fameux plan à 100 milliards et les questions qu’il soulève ? « Les investisseurs ne savent pas très bien quoi en penser », expliquent des économistes du Crédit Agricole à propos de ce plan. On ne saurait mieux dire, car en fait l’origine de la manne – venant soit du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF), soit du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) – aura bien plus d’influence que tout le reste sur les marchés, y compris l’utilisation qui sera faite de l’argent.

Pourquoi les banquiers et les acteurs de la finance se concentrent-ils à ce point sur l’origine des fonds venant au secours du secteur bancaire espagnol ?

Contre toute attente, les sommes avancées devraient être absorbées par les dispositifs existants – FESF et MES – sans que les États moins endettés de la zone euro (l’Allemagne, pour ne pas la nommer) ne remettent la main au pot. Mais FESF et MES ne fonctionnent pas exactement de la même manière, et comme on dit, le diable est dans les détails.

Le FESF a été mis en place au printemps 2010 comme mesure transitoire jusqu’au lancement du MES le premier juillet de cette année. Il devrait s’éteindre en 2013. Le MES, lui, a vocation à être permanent.

Le FESF dispose de 440 milliards d’euros dont une bonne partie a déjà été engagée. Le MES peut plus ou moins emprunter sans limite, mais dépend des économies nationales selon leur force respective : 27% pour l’Allemagne, 20% pour la France, 18% pour l’Italie et 12% pour l’Espagne (oui, un pays ayant besoin d’aide peut contribuer au fonds destiné à le secourir : dans la zone euro on n’est plus à une aberration près…).

Les deux fonds peuvent souscrire des obligations auprès des marchés financiers à un taux préférentiel, puisqu’une dette mutualisée est moins risquée qu’une dette assumée par un seul acteur.

Le parallèle s’arrête là, car FESF et MES ne sont pas soumis aux mêmes règles juridiques. Affirmer que MES disposerait d’avantages particuliers serait un euphémisme ; pour comprendre ce qu’il en est, rien de mieux qu’une petite vidéo d’Allemands inquiets pour l’indépendance de leur pays face à la monstruosité légale que représente le MES…

Les présentations étant faites, un économiste du Crédit Agricole, Frédérik Ducrozet explique le mystère de la hausse des taux :

Beaucoup de détails sur le plan d’aide restent inconnus et des détails qui comptent, notamment (…) qui du FESF ou du MES prêtera l’argent à l’Espagne. Dans l’hypothétique scénario extrême d’une restructuration de la dette espagnole, en tant que créancier, le FESF serait en effet logé à la même enseigne que les autres prêteurs.

En revanche, les prêts du MES sont dits seniors c’est-à-dire que le fonds serait remboursé en priorité et au détriment des autres créanciers, un scénario qui peut entretenir les craintes du marché, vu que les investisseurs privés se verraient relégués derrière le MES.

Les avantages du MES ont un revers. Les garanties dont il peut juridiquement se prévaloir lui permettent certes d’emprunter à bon compte, mais elles effraient d’autant plus les créanciers en concurrence avec lui lorsqu’il s’agit de souscrire à de la dette publique.

Qui accepterait de prendre place sur la ligne de départ d’un marathon en sachant que le coureur d’à côté fera le trajet en voiture ?

Alors, c’est vrai, rien ne dit pour l’instant que le MES interviendra en Espagne. Les Européens se tâtent. Le FESF est un fonds « normal » et donc soumis à des règles normales : ses statuts prévoient que les États aidés soient exclus de la liste des garants, reportant la caution sur les autres et faisant grimper leur dette publique, ce qui fait rechigner certains pays de la zone euro. Le MES, lui, est doté de fonds propres et prévoit que tous restent garants, même ceux sous perfusion, si bien qu’une nouvelle aide ne changerait rien pour les contributeurs.

Mais voilà, la simple possibilité que le MES puisse intervenir à un moment ou un autre, lorsqu’il existera officiellement, plane déjà comme une épée de Damoclès sur le marché des obligations publiques à cause de sa qualité de prêteur « senior ». Et qui dit risque dit taux plus élevés pour couvrir ce risque. D’où la hausse subite des taux espagnols, italiens et tutti quanti.

On peut parier que dès que le MES interviendra pour soutenir un pays, les taux d’intérêt de ce dernier exploseront, personne n’acceptant de devenir de facto un créancier de deuxième catégorie. Ce qui poussera immanquablement le MES à intervenir davantage, et rapidement, le conduisant à assumer de proche en proche l’entier de la dette de ce pays. Si cette manière de faire règle d’une certaine façon l’écart de traitement entre créanciers normaux et créanciers prioritaires (ceux-ci s’effaçant en faveur de celui-là) les centaines de milliards d’euros dont le MES est initialement doté ne suffiront évidemment pas à lui faire absorber autant de dette publique…

En fin de compte, les avantages juridiques dont est doté le MES ne feront qu’augmenter la défiance des marchés financiers envers la zone euro.

Le Mécanisme Européen de Stabilité est donc un puissant facteur d’instabilité dans la crise de la dette publique européenne. Il rendra les prévisions de marché encore plus opaques et alimentera l’incendie de la crise de la dette publique, soit exactement l’inverse de ce pour quoi il a été conçu. Brillante invention !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Aujourd'hui, alors que les idées socialistes redeviennent populaires dans le monde entier, chacun devrait se souvenir d'une grande expérience involontaire qui a montré la supériorité du capitalisme sur le socialisme. On dit que si même les Allemands n'ont pas réussi à faire fonctionner le socialisme, cela en dit long sur cette idée. Cette histoire est désormais présentée dans le film Life behind the Berlin Wall, qui a reçu le Audience Choice Award for Short Films à l'Anthem Film Festival, le plus grand festival de films libertariens au monde.... Poursuivre la lecture

Le journal Cicero a révélé qu’un rapport transmis au ministre de la Transformation climatique démontrant qu’il fallait maintenir les centrales nucléaires en Allemagne a été caché par ce dernier. Un rapport occulté dans le but de faire valider la politique des Verts de fermeture des centrales allemandes. L’opinion publique est choquée, et le prestige des Verts terni.

 

Par Markus C. Kerber[1]

Robert Habeck, vice-chancelier et ministre Vert de l’Économie et du Climat, est auteur de livres pour enfants (avec sa femme), ... Poursuivre la lecture

7
Sauvegarder cet article

Notre nouveau et brillant Premier ministre se trouve propulsé à la tête d’un gouvernement chargé de gérer un pays qui s’est habitué à vivre au-dessus de ses moyens. Depuis une quarantaine d’années notre économie est à la peine et elle ne produit pas suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins de la population : le pays, en conséquence, vit à crédit. Aussi, notre dette extérieure ne cesse-t-elle de croître et elle atteint maintenant un niveau qui inquiète les agences de notation. La tâche de notre Premier ministre est donc loin d’êtr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles