Porter la faucille et le marteau : c’est pas « cool » !

On dirait que les symboles soviétiques deviennent de plus en plus « cool ». Un nombre de personnes croissant semble avoir oublié – ou n’avoir jamais appris – les crimes commis au nom de l’idéologie communiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 254 mélenchon

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Porter la faucille et le marteau : c’est pas « cool » !

Publié le 13 juin 2012
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis Montréal, Québec.
Publié en collaboration avec l’Institut économique de Montréal.

L’autre jour, alors que je passais par la gare centrale de Montréal, j’ai vu deux adolescents d’environ 16 ou 17 ans qui portaient chacun un t-shirt rouge vif avec les lettres « CCCP » et le tristement célèbre symbole de la faucille et du marteau imprimés en jaune sur le devant. Comme le sait tout bon adepte de hockey, CCCP est l’abréviation russe désignant l’ancienne Union soviétique.

Je me suis arrêté et j’ai tenté d’initier une conversation avec ces jeunes. Connaissaient-ils la signification de ces symboles ? Savaient-ils que des millions de personnes avaient connu la souffrance ou la mort en raison des agissements du funeste régime soviétique ?

Malheureusement, ils semblaient hautement indifférents à mon discours.

On dirait que les symboles soviétiques deviennent de plus en plus « cool » au Québec, y compris parmi certains groupes s’étant formés dans le contexte des « manifestations étudiantes » (même si la vaste majorité des étudiants n’en font pas partie). Un nombre de personnes croissant semble avoir oublié – ou n’avoir jamais appris – les crimes commis par l’Union soviétique et au nom de l’idéologie communiste.

Qu’aurais-je dit à ces jeunes s’ils avaient été davantage ouverts à la discussion ?

J’aurais probablement commencé en leur parlant de la terreur rouge, pendant laquelle des centaines de milliers de paysans et de travailleurs – les deux groupes que représentent prétendument la faucille et le marteau – ont été assassinés par le régime communiste dans les années suivant la Révolution russe.

Ensuite, je leur aurais parlé des dizaines de milliers de prisonniers exécutés dans les camps de concentration soviétiques dans les années 1920, sans oublier les 700 000 personnes tuées lors des Grandes Purges à la fin des années 1930.

J’aurais certainement mentionné les famines de 1921 et de 1932-1933, créées artificiellement par le régime soviétique, qui ont causé la mort de cinq millions et de six millions de personnes, respectivement.

Pour de plus amples renseignements, je leur aurais recommandé Le livre noir du communisme : crimes, terreur, répression. Publié en France en 1997, cet ouvrage a été coécrit par plusieurs universitaires européens – dont certains à gauche du spectre politique, soit dit en passant. Ils ont estimé que l’Union soviétique était responsable de la mort d’un total de vingt millions de personnes.

Et ces jeunes pensent que les symboles soviétiques sont « cool » ?

Les atrocités du régime soviétique devraient être largement connues, qu’on soit jeune ou moins jeune. L’ignorance manifestée à ce sujet en dit beaucoup sur la qualité de notre système d’éducation.

Heureusement, il existe des organismes comme Tribute to Liberty, qui vise à construire à Ottawa un monument en l’honneur des victimes du communisme. Le projet a été approuvé par la Commission de la capitale nationale et tente maintenant de recueillir des dons. Je viens de leur verser 200 $ pour réserver deux « briques » virtuelles.

Comme le souligne l’organisme, plus de huit millions de personnes habitant au Canada ont des racines dans des pays autrefois ou actuellement gouvernés par des régimes communistes. Étant donné que le quart de nos concitoyens ont un lien personnel avec le communisme et ses victimes, peut-être qu’une partie d’entre eux pourraient discuter avec ceux qui portent ou affichent fièrement des symboles soviétiques.

Et peut-être qu’une fois que ce monument sera construit, je pourrai dire à ces gens de prendre le prochain train pour Ottawa pour s’informer un peu à propos de l’Histoire.

Quelle que soit votre orientation politique (gauche, droite, centre, etc.), porter la faucille et le marteau n’est tout simplement pas « cool ». En fait, « pas cool » est un euphémisme pour qualifier ce qui est en réalité un total manque de responsabilité intellectuelle et morale.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

 

 

L’opium des intellectuels

Ces intellectuels de gauche, dont Aron est si proche, à tout le moins par sa formation normalienne et philosophique, il les accuse de trahir leurs propres valeurs en se laissant subjuguer, à la fois par une doctrine du XIXe siècle que l’histoire a démentie, par un État dont la nature totalitaire devrait leur être odieuse et par un parti qui en est le représentant et l’exécutant dans nos frontières. Contr... Poursuivre la lecture

Un récent roman bulgare de Theodora Dimova paru en 2022 nous permet de plonger dans un épisode historique méconnu qui fait écho à l’actualité en Europe de l’Est : Les Dévastés.

Retour dans une Bulgarie passée sous le joug soviétique.

 

La Bulgarie choisit l’Axe

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie a décidé de s’allier à l’Allemagne nazie qui a vu en elle un pion majeur dans sa volonté de conquérir la Grèce et la Yougoslavie. Pourtant, après le déclenchement de l’opération Barbarossa par l’Allemagne, le... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles