2007-2012, le devoir d’inventaire des libéraux

En ce début du mois de juin 2012, il m’apparaît utile d’exercer un droit d’inventaire libéral sur les causes directes et profondes de l’adversité qui accable notre pays et qui, en particulier depuis 2007, me paraissent relever plus de l’atrophie morale et intellectuelle des hommes que de tout autre motif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 232 Sarkozy Hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2007-2012, le devoir d’inventaire des libéraux

Publié le 8 juin 2012
- A +

En ce début du mois de juin 2012, il m’apparaît utile d’exercer un droit d’inventaire libéral sur les causes directes et profondes de l’adversité qui accable notre pays et qui, en particulier depuis 2007, me paraissent relever plus de l’atrophie morale et intellectuelle des hommes que de tout autre motif.

Par Philippe Robert.

En ce début du mois de juin 2012, il m’apparaît utile d’exercer un droit d’inventaire libéral sur les causes directes et profondes de l’adversité qui accable notre pays et qui, en particulier depuis 2007, me paraissent relever plus de l’atrophie morale et intellectuelle des hommes que de tout autre motif.

Si je fais l’impasse sur les périodes antérieures à 2007, c’est parce que celles-ci, désormais, ne sont plus guère susceptibles de faire l’objet d’une véritable contestation historique, les faits étant à quelque chose près actés et le temps faisant rapidement son œuvre.

En revanche, l’action de Nicolas Sarkozy comme celle, naissante mais aisément prévisible jusqu’au clash en cours d’élaboration accélérée, de François Hollande doivent faire l’objet d’une attention spéciale et sans aucune concession de la part des libéraux.

S’agissant de Nicolas Sarkozy, il faut être lucide. Cet homme politique à la personnalité particulièrement complexe ne s’est pas du tout montré à la hauteur de la haute fonction qu’il a occupée pendant cinq ans : un échec global aux conséquences dramatiques…

Car si François Hollande se trouve aujourd’hui en place, il faut bien que quelqu’un en porte la responsabilité et qui, mieux (ou pire) que Nicolas Sarkozy Imperator, aura joué avec un rare talent un rôle ne comportant, qui plus est, aucune possibilité de circonstance atténuante ?

Exit donc “Sarko” à qui l’on peut souhaiter bon vent dans une nouvelle vie le plus loin possible de la politique politicienne qui s’acharne, dans notre malheureux pays, à salir à plaisir quasiment tout ce qu’elle touche au plus grand mépris du peuple français.

François Hollande est donc en place. Son gouvernement n’a pas attendu longtemps avant de faire des siennes, ce qui nous donne d’avance et comme prévu un avant–goût amer de la catastrophe annoncée qui, sous peu, va s’abattre sur la France.

À ce titre, les élections législatives se profilant à l’horizon immédiat ne me paraissent pas devoir changer la donne actuelle en profondeur, au contraire dirais-je même ! Mais les Français ayant décidé d’aller jusqu’au bout de la nuit, foutre, qu’ils y aillent et haut les cœurs !

Je me permets tout de même de penser que cette escapade aux allures de suicide collectif de la part de mes compatriotes va leur coûter la peau des fesses et peut-être même, si personne ne se propose pour préparer l’avenir, valoir à la France une régression carabinée à la grecque…

Par définition, les libéraux sont des esprits libres et ont donc une tendance marquée à pratiquer l’individualisme dès lors qu’il s’agit de promouvoir la philosophie libérale qui, en aucun cas, ne se limite à la seule économie : elle s’étend à l’ensemble des activités humaines.

En politique, la pensée libérale est douée d’une force extraordinaire qu’elle puise à la source même de la liberté ; ainsi, le libéralisme politique peut-il s’honorer, grâce à Margaret Thatcher et à Ronald Ragan, d’avoir anobli la pratique du pouvoir par la puissance de la liberté.

Puis-je alors réitérer une idée qui n’est pas mienne, certes, mais qui me paraît aujourd’hui fondamentale pour permettre aux libéraux de briser le mur du politiquement correct qui les enferme à l’instar d’un mur de Berlin : le “shadow cabinet”, en français le cabinet fantôme.

Car si les think tanks libéraux existent bien et sont là pour approfondir la pensée libérale et en promouvoir la diffusion la plus large, ils ne sont certes pas faits pour l’action politique directe ; cette tâche revient en propre à des associations actives en politique à l’instar, par exemple, du Parti libéral démocrate (PLD).

Aussi suis-je convaincu de la plus vive nécessité de suivre comme son ombre et avec méthode le gouvernement Ayrault dans son action déjà clairement dirigée contre les intérêts vitaux de la France et des Français. Créons alors ce “shadow cabinet” libéral qui, en l’occurrence, se révèlera vite de salut public !

Après la fausse droite éjectée par une gauche elle-même sans nul doute rapidement perdue de réputation, le libéralisme jamais appliqué en France devra vite apparaître comme l’ultime recours pour relever une nation gravement meurtrie. Libéraux de toutes parts, prenez les armes !!

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles