Le bourbier syrien

À quoi bon nous pousser, à toute force, à retirer nos troupes d’Afghanistan, au risque de passer pour des alliés bien inconsistants si c’est pour nous précipiter aussitôt en Syrie ? Le droit d’ingérence humanitaire semble encore à l’œuvre malgré toutes les preuves accumulées de sa notoire inefficacité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 224 Hollande GI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bourbier syrien

Publié le 5 juin 2012
- A +

À quoi bon nous pousser, à toute force, à retirer nos troupes d’Afghanistan, au risque de passer pour des alliés bien inconsistants si c’est pour nous précipiter aussitôt en Syrie ? Le droit d’ingérence humanitaire semble encore à l’œuvre malgré toutes les preuves accumulées de sa notoire inefficacité.

Par Marc Suivre.

Depuis que François la Mouise est à l’Élysée, la presse parisienne se répand en louanges. On nous vente à grands tours de rotatives, cette désormais fameuse « Présidence normale ». Une fois posé ce principe intangible, sommes-nous plus avancés quant à sa signification ? Eh bien non ! Pour les Hollandolâtres, la normalité s’entend par opposition à l’anormalité de l’usurpateur Hongrois. Pour l’esprit partisan, cela peut s’entendre mais pour le commun des mortels quel sens donner à cette apparente simplicité ? Nous en sommes donc réduit à l’analyse des faits, pour tenter comprendre ce qu’est un « Président normal » et, curieusement, c’est par le biais de la politique étrangère que nous avons enfin la réponse à cette lancinante question.

Mou du genou s’en va-t-en guerre

Grâce au dossier Syrien, nous savons désormais qu’un Président normal c’est un Président suiviste. Les mêmes qui dénonçaient les gesticulations de Sarkozy en fonction du 20h00 du jour, se complaisent maintenant à tenir des discours de matamores, en s’invitant – en toute simplicité – dans la dite lucarne enchantée. Prenant appui sur les analyses géostratégiques des spécialistes du raccourci orienté (les journalistes de télévision), le pouvoir Hollandiste nous déclare pratiquement en direct, la guerre à la Syrie. Qu’allons-nous donc bien pouvoir aller foutre dans ce merdier proche oriental à nul autre pareil et pour quelles raisons irions-nous ? Mystère et boule de gomme, le plan de com’ Hollande c’est de s’émouvoir comme la ménagère de moins de cinquante ans, pas de donner des explications.

Comme toujours, nous allons nous mêler de ce qui ne nous regarde plus – depuis bientôt 70 ans [1] – au nom du droit-de-l’hommisme d’indignation. Nous ne mourrons pas pour les enfants d’Alep ni de Houla mais pour la conscience des BHL et autres habitués du Flore, que les derniers massacres en date perpétrés par la famille Assad empêchent de dormir. Gageons que si l’on suggérait d’envoyer en première ligne les rejetons de ces beaux esprits, le pacifisme ferrait un retour en force, mais passons… Il faut bien reconnaître que les Assad n’en sont pas à leur coup d’essai. Avec 13 000 morts, le fils est même bien loin des 25 000 du père qui en 1982 procéda à une sévère – quoi qu’efficace – répression. Il faut dire qu’à l’époque les Soviets soutenaient la Syrie et que les indignés sur commande Germanopratins, ne savaient rien refuser à la patrie des travailleurs. D’un autre coté, ils étaient tellement occupés à commenter le « crime contre l’humanité » commis par Sharon et Israël à Sabra et Chatila…

La Syrie n’est pas la Libye

Alors à quoi bon nous pousser, à toute force, à retirer nos troupes d’Afghanistan, au risque de passer pour des alliés bien inconsistants si c’est pour nous précipiter aussitôt en Syrie ? Au nom de quel principe imbécile, ce qu’il ne faut plus faire chez les Talibans – à savoir se mêler de la manière dont s’administrent les hommes au moyen d’une religion « intrinsèquement pacifiste et humaniste » – deviendrait-il une « ardente obligation morale » chez les Alaouites ?

Le droit d’ingérence humanitaire, cher au bon Docteur Kouchner, est encore à l’œuvre malgré toutes les preuves accumulées de sa notoire inefficacité. De la Somalie au Darfour en passant par l’Irak, l’Afghanistan et bien sûr la Libye, la liste est longue des dictatures renversées pour le plus grand bénéfice… d’une autre. Ne nous y trompons pas, partout où l’Occident croit sauver le monde, les barbus en profitent pour reprendre la main et substituer une oligarchie religieuse à une junte ou à un clan. Nous pourchassons des laïcs, certes corrompus et sanguinaires, pour les remplacer par des Imams dont la concussion n’est qu’une question de temps et l’épandage du sang d’autrui, un rite purificateur.

Dans le cas de la Syrie, la substitution ne sera pas sans répercussion, tant les enjeux géopolitiques sont immenses. Par la grâce d’un ennemi commun – Israël – Damas est, aujourd’hui, devenue l’alliée inconditionnelle de Téhéran. Ce qui, il nous faut bien l’admettre,  n’avais rien d’acquis en 1980. Ce faisant, pour la première foi depuis l’Imam Ali, l’Iran voit sa sphère d’influence élargie au monde Arabe, en s’assurant au passage, un débouché sur la Méditerranée. Dans le même temps, la liaison est assurée avec le Hezbollah libanais, figure de proue du Chiisme dans la région. Autant dire que les Mollahs ne voient pas d’un très bon œil toutes les gesticulations en cours autour de leur ami Bachar. En réalité, nos dirigeants s’appuient sur l’émotion populaire (qui ne résistera pas à notre premier militaire mort) pour faire le jeu des puissances du Golfe, notoirement incommodées par la puissance iranienne.

Un conflit qui remonte à la nuit des temps

Dans la guerre séculaire que se livrent les deux principales tendances de l’Islam, le conflit Chiites Sunnites vient en réalité épouser un antagonisme bien plus ancien, celui de l’antique rivalité entre les Perses et les Arabes. La religion est un moyen, puissant, mais rien de plus, pour prolonger cette vieille querelle qui est aussi celle du nomadisme face au monde sédentaire. Le foyer ininterrompu de civilisation de la Région – comprendre la Perse – se trouve de nouveau remis en question par des Bédouins qui sont d’autant plus forts que leurs terres gorgées de pétrole, leur a donné des richesses qu’ils ne pouvaient espérer, au vu de l’aridité de leurs territoires de divagation naturelle.

Dans ces conditions, une intervention occidentale, qui plus est entreprise au nom de principes droits-de-l’hommistes universellement rejetés par les deux parties en présence, a toutes les chances de produire des ravages, dont nous n’avons pas fini de payer les conséquences. S’ils se trouvent coupés de Téhéran par de biais de nos frappes « chirurgicales », il y a fort à parier que les « fous de Dieu » libanais ne renouent avec leurs vieilles habitudes des années 70 et 80. Après avoir dévasté leur pays, ils viendront nous faire sauter des bombes, au nom de la légitime lutte contre le grand Satan. Si dans le même temps, Israël a l’idée géniale de profiter de l’occasion pour bombarder l’Iran, nous en prenons au moins pour vingt ans. Surtout depuis que nos socialistes n’ont rien de plus pressé à faire que de démanteler le commandement des forces anti-terroristes en France, au nom de la nécessaire et juste lutte contre le Sarkozisme…

Tout ça pour quoi ?

Tout ce merdier donc,  pour qu’au final nous établissions le « doux règne » de la majorité Sunnite à Damas. Outre le fait que présenter le conflit syrien en des termes aussi réducteurs qu’une lutte entre deux conceptions de l’Islam est inepte – les Alaouites ne sont pas des Chiites mais des Ismaéliens – c’est faire bien peu de cas de la réalité complexe du régime syrien. Comme toute dictature autocratique qui se respecte, la Syrie des Assad compte des soutiens bien au-delà de la seule minorité religieuse qui lui sert de socle. D’abord parce que des Chrétiens aux Druzes en passant par les Kurdes et les Turkmènes, ce pays compte une multitude de minorités. Qu’ensuite, sans même revenir sur les origines françaises de la domination des Alaouites sur l’armée, force est de constater que le régime s’est appuyé, comme toutes les dictatures arabes de la même époque, sur un  parti unique (le Baas en l’occurrence). Que celui-ci, comme ses homologues, était laïc et transcendait donc nettement les obédiences religieuses. Dans ces conditions, il est aussi illusoire que réducteur, de présenter cette affaire comme celle de la domination d’une minorité religieuse sur une majorité oppressée. Et quand bien même, est-ce une raison suffisante pour aller risquer la vie de nos soldats ?

Au final si malgré, l’opposition réaliste de la Russie et de la Chine, nos Tartarins parviennent à renverser le fils de son père, qu’adviendra-t-il ensuite ? Nous aurons à la place, de gentils Salafistes sponsorisés par nos « amis » du Golfe. Est-il nécessaire de rappeler, ici, tout ce que l’Occident doit à cette mouvance fondamentaliste de l’Islam ? En effet, le 11 septembre, les terroristes qui précipitèrent leurs avions contre les tours jumelles et le Pentagone n’étaient pas Chiites. Ce n’est pas l’Iran, pourtant frontalière, qui fit du pays des Talibans, un joyeux camp d’entrainement géant pour malades désireux de se faire sauter en public. Le Hezbollah libanais n’a pas entrainé Mohamed Merra, ni structuré les réseaux Kelkal. En vérité, en nous précipitant comme des moutons à l’assaut du régime syrien, nous faisons le jeu de nos plus intraitables ennemis.

Conclusion

Il n’est pas question pour autant de rester les bras croisés à regarder ailleurs, pendant que le pouvoir syrien massacre à tour de bras. Nous devons isoler le régime et prendre le temps de susciter l’émergence d’une force d’opposition crédible, formée à notre mode de vie et prête à prendre le relais. À ce moment-là, nous pourrons agir pour les installer au pouvoir. Bref, il nous faut faire ce que les pétro-monarchies font avec les fondamentalistes et non leur servir de bras armé. Si les Quatarii ou les Saoudiens veulent mourir pour Homs, grand bien leur fasse, nous pouvons même leur vendre les armes pour ce faire. Nos soldats, eux, ne doivent risquer leur vie que pour défendre nos valeurs et placer ceux qui s’en revendiquent en position d’éclairer leurs compatriotes. Pour y parvenir nous devons commencer par être fier de ce que nous sommes. Osons enfin définir ce qui nous caractérise par rapport aux autres. Abandonnons ce fantasme imbécile de village mondial où tout se côtoie et tout se vaut. Affirmons haut et fort, qu’au contraire,  toutes les cultures ne se valent pas et que la nôtre, quoi qu’imparfaite,  est sans doute mieux à même d’assurer l’épanouissement des individus. Si nous ne le faisons pas, si nous nous cachons derrière notre petit doigt et le complexe de l’Homme Blanc, alors il ne sert alors à rien de sauter comme des cabris derrière notre poste de télévision. Le monde n’a que faire de l’indignation occidentale.

—-
Sur le web.

  1. Depuis 1946 très précisément et la fin du mandat Français.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Très bel article…et tellement VRAI !

  • « Il n’est pas question pour autant de rester les bras croisés à regarder ailleurs, pendant que le pouvoir syrien massacre à tour de bras. Nous devons isoler le régime et prendre le temps de susciter l’émergence d’une force d’opposition crédible, formée à notre mode de vie et prête à prendre le relais. À ce moment-là, nous pourrons agir pour les installer au pouvoir. »

    Même pas, nous n’avons pas à agir aujourd’hui, ni demain.

  • Les propos de Hollande sont d’autant plus dangereux que nous avons actuellement 1200 hommes au Liban au frontière de la Syrie au sein de la FINUL. Il est donc illusoire de croire à une intervention purement aérienne comme en Libye. Les syriens attaqueraient très probablement la FINUL, directement (artillerie par exemple) ou via le Hezbollah. Autant, il pouvait être intéressant de faire tomber un leader qui avait depuis toujours déstabilisé la région et sponsorisé le terrorisme en Libye, autant ce n’est pas le cas en Syrie.

  • pour info, BHL est invité aux Matins de France Culture à partir de 7 h 40. La confrontation avec Brice Couturier risque d’être intéressante.

  • Plus précisément, BHL débarquera aux Matins de France Culture, mercredi 6 juin.

  • L’article était intéressant jusqu’à sa conclusion déplaisante.

    L’isolationnisme et la neutralité sont la seule solution face à ces bouleversements. Et s’il y a intervention, il ne s’agit pas d’imposer notre culture. Ces gens là en ont déjà une. Il s’agit de veiller au respect de certains droits primordiaux pour que la culture qu’ils choississent puisse s’exprimer librement. Enfin l’article oublie soigneusement de mentionner le caractère socialiste, avant laïc, du parti Baas. Cette fermeture de l’économie et du pays a engendré les maux actuels ainsi que le climat délétère entre communautés. Oui, les alaouites ont bénéficié du règne des Assad. C’est une conséquence naturelle d’un régime socialiste clientéliste.

  • Article sympa hormis la conclusion.
    Chacun son pays, chacun son foutoir

  • la fin de Bachar assed ou la fin du monde surtout après ces avertissements d’ALLAH ces forts séismes dans le monde prochaine réunion de l’Onu avec bachar assed et leurs chef satan a l’enfer satan le vrai guide de bachar assed et les ennemis d’ALLAH et ces Prophète depuis Adam a ce jour

  • Très bon article.
    La conclusion est particulièrement évidente pour qui a un temps soit peu vécu à l’étranger et s’est confronté à d’autres cultures. Ce qui concerne peu de francais.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles