Diverses non-annonces de la part du Premier ministre

Il apparaît clair que le changement fiscal n’est visiblement pas « pour demain ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Diverses non-annonces de la part du Premier ministre

Publié le 3 juin 2012
- A +

Lors d’une récente interview, Jean-Marc Ayrault a fait quelques « non-annonces ». Parmi celles-ci, il apparaît clair que le changement fiscal n’est visiblement pas « pour demain ».

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a confirmé hier matin sur RMC/BFMTV que les impôts allaient augmenter. C’est le contraire qui eut été une annonce.

« Ils augmenteront pour certains, et moins pour d’autres. » Outre le caractère « précis » de cette annonce, vous remarquerez que nous y apprenons au moins une chose : les impôts augmenteront pour tout le monde, ce qui semble être déjà une rupture par rapport au discours de campagne qui laissait entendre que seuls les riches paieraient.

« Ils augmenteront pour les plus riches, pour ceux qui peuvent contribuer », a indiqué le Premier Ministre, en mettant en avant ses deux priorités : « progressivité de l’impôt sur le revenu » et « justice fiscale ». Nous sommes heureux d’apprendre que le barème de l’IRPP n’est actuellement pas progressif et, bien évidemment, attendons avec intérêt d’en savoir un petit peu plus sur la définition gouvernementale du terme « justice ».

Il a toutefois écarté tout « big bang fiscal ». Nous voilà prévenus, la grande réforme fiscale n’est pas à l’ordre du jour. Le changement fiscal n’est visiblement pas « pour demain ».

Deux mesures ont été évoquées lors de cet entretien : un plafonnement global des niches fiscales fixé à 10 000 euros par an et le plafonnement des parts de quotient familial qui serait abaissé pour les revenus supérieurs à 6 fois le SMIC [1].

Par ailleurs, Jean-Marc Ayrault a confirmé, comme l’avait fait hier Cécile Duflot, le doublement du plafond des dépôts du livret A, sans toutefois, pouvoir en préciser la date [2].

Dernière « information », une vraie, cette fois, le Premier ministre a annoncé prévoir le maintien des heures supplémentaires défiscalisées pour les très petites entreprises, sans pour autant préciser le seuil de salariés. Un ralliement tardif au « travailler plus pour gagner plus » ?

—-
Sur le web.

  1. Nous préparons un article sur les conséquences désastreuses de la suppression de la « niche » Scellier
  2. Nous avons déjà eu l’occasion de commenter cette information le mois dernier.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Si le gouvernement s’obstine à croire qu’il peut faire plier l’Europe du Nord et continuer à bénéficier de l’euro sans faire de réforme, on va se retrouver avec un Franc qui vaudra autant que des roubles !
    Bon, il est temps d’ouvrir un compte bancaire au Luxembourg au cas où…

  • Le doublement du plafond du livret A, n’est-ce pas un dispositif qui sert à prendre de l’épargne fiscalisée (assurance vie, actions, etc.) pour le mettre sur du non-fiscalisé ? Donc des revenus moindre pour l’État mais aussi qui voudrait « placer » 30K€ à 2,25% ? Je fais également partie de ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une non-annonce et que cela ne sert pratiquement à rien.

  • C’est quoi pour ce monsieur une très petite entreprise!

    • Cette définition n’est pas subjective, elle concerne simplement les entreprises ayant un statut de TPE ( Très Petite Entreprise ) qui dépend de la richesse qu’elle créée et du nombre d’employés qu’elle contient !

  • « ce qui semble être déjà une rupture par rapport au discours de campagne qui laissait entendre que seuls les riches paieraient »
    –> Non, non , ils avaient annoncé 40 milliards d’augmentation d’impôts. Mais cette annonce avait vite disparue dans le brouhaha de la polémique des « 75 % pour les riches ».

    « en savoir un petit peu plus sur la définition gouvernementale du terme « justice ». »
    –> La Justice pour la gauche c’est de prendre à ceux qui travaillent (et encore plus à ceux qui créent de la richesse) pour le donner à ceux qui ne font rien. Les Socialistes se voient comme des Robin des Bois modernes, alors qu’en fait ils sont le « Prince Jean ». Celui qui spoliait les travailleurs, paysans, artisans de leurs revenus pour ce remplir les poches et ceux de sa cours !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Rien n’est plus naturel que de souhaiter transmettre librement les biens que l’on possède. Si le droit de propriété n’est pas une fiction, ce principe de base est essentiel. En général, la transmission se fait vers les enfants, mais toute liberté doit exister dans ce domaine. Il appartient à chaque individu de choisir ses légataires ou ses donataires.

L’impopularité des droits de succession et de donation dans tous les pays confirme ce principe, qui semble relever de ce que les anciens appelaient le droit naturel. Pourtant, certains Ét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles