Contrôle au faciès

Le gouvernement prépare un texte qui permettra aux forces de l’ordre de délivrer un récépissé à chaque personne dont l’identité est contrôlée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 215 contrôle faciès

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrôle au faciès

Publié le 1 juin 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Le gouvernement prépare un texte qui permettra aux forces de l’ordre de délivrer un récépissé à chaque personne dont l’identité est contrôlée.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Stade de France Darmanin délinquants
7
Sauvegarder cet article

Gérard Darmanin nous refait le coup : il ne fait rien, envoie des policiers au casse-pipe pour arrêter des gens qui vendent des choses que personne ne vous force à acheter, et il vous explique que grâce à ça, et donc implicitement grâce à lui, vous vivez dans une société plus sûre.

Mais la société est-elle plus sûre quand on pourchasse les dealers ? Rien ne le prouve mais Darmanin ne le sait pas. Et que puis que ne ferait-on pas pour chasser sur les terres électorales de Marine Le Pen et de LR ? En ce moment il semble qu’il y ait beauc... Poursuivre la lecture

Après six ans de développements inaboutis dans la douleur, le projet de logiciel de rédaction des plaintes, petit nom : Scribe, destiné à faciliter, harmoniser et moderniser le travail de la police et de la gendarmerie dans le contexte du passage à une procédure pénale intégralement numérique, a été purement et simplement abandonné à la fin de l’année dernière. Perte sèche pour les contribuables : 13,3 millions d’euros, selon un rapport d’audit de la Cour des comptes publié le 1er juillet dernier.

Une paille, finalement, quand on pense... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles