La bulle financière sur la dette allemande atteint son point haut

L’Allemagne emprunte désormais à des taux quasi nuls. Autrement dit, quelque soit la période de stabilité, le mouvement suivant se fera à la hausse. Et puis viendra la question du défaut allemand.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
eurozone

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bulle financière sur la dette allemande atteint son point haut

Publié le 24 mai 2012
- A +

L’Allemagne emprunte désormais à des taux quasi nuls. Autrement dit, quelque soit la période de stabilité, le mouvement suivant se fera à la hausse. Et puis viendra la question du défaut allemand.

Par Pasm, depuis Bruxelles, Belgique.

D’après l’Echo.

“Pour la pre­mière fois, l’Al­le­magne a em­prun­té mer­cre­di sur le mar­ché obli­ga­taire avec un cou­pon zéro, c’est-à-dire qu’elle ne paie­ra pas d’in­té­rêt sur cette dette.

La Bun­des­bank, char­gée de l’opé­ra­tion, a in­di­qué avoir levé 4,55 mil­liards d’euros d’obli­ga­tions à deux ans (Schatz). La de­mande a été forte: plus de 7,74 mil­liards d’euros d’offres ont été re­çues.

→ Le taux de ren­de­ment moyen, qui ré­sulte du rap­port entre l’offre et la de­mande, est res­sor­ti à un ni­veau quasi nul (0,07%), un nou­veau plus bas his­to­rique pour des obli­ga­tions al­le­mandes de ce type.

Et en jouant sur le rap­port entre l’offre et la de­mande, en ne pla­çant pas la to­ta­li­té de l’émis­sion (sur les 5 mil­liards d’euros pré­vus, la Bun­des­bank a re­te­nu 455 mil­lions d’euros pour le mar­ché se­con­daire), l’Al­le­magne a tech­ni­que­ment em­prun­té à taux zéro.

C’est la pre­mière fois que l’Al­le­magne émet­tait une obli­ga­tion à cou­pon zéro, toutes échéances confon­dues. Le pays peut se per­mettre ce luxe grâce à son sta­tut pri­vi­lé­gié de “va­leur sûre” en Eu­rope, ren­for­cé par la mon­tée ac­tuelle des in­cer­ti­tudes sur une sor­tie éven­tuelle de la Grèce de l’euro.”

Cerise sur le gâteau ! On vous garde le meilleur pour la fin

“L’Al­le­magne n’a ce­pen­dant pas l’in­ten­tion d’émettre des obli­ga­tions à des cou­pons né­ga­tifs, a pré­ci­sé l’Agence fi­nan­cière: “Un cou­pon de 0% reste pour l’ins­tant la li­mite”.”

via Gros succès pour l’émission à taux 0% de l’Allemagne: L’Echo.

Maintenant que le taux zéro est atteint, il n’y a plus qu’un chemin possible. Quelque soit la période de stabilité, le mouvement suivant se fera à la hausse. Et puis viendra la question du défaut allemand.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • C’est un peu n’importe quoi cette idée de bulle.

    Une bulle c’est quand on se trompe sur les flux de valeur futurs liés à un actif. Ici, il s’agit d’une obligation à maturité de deux ans. Sauf si votre thèse est que l’Allemagne fera défaut sur sa dette dans les deux prochaines années, l’article n’a pas de sens, car le retour de l’actif considéré est parfaitement certain.

    • Quand on entend des gens affirmer sérieusement que le retour d’un actif financier est absolument certain, c’est bien qu’on est dans une bulle. 😀

    • Un état ne peut pas faire faillite, c’est parfaitement certain, voyons.

      oh, wait …

      • Il faudra donc écrire un billet sur le scénario de faillite de l’Allemagne dans les deux ans à venir… J’imagine que l’extrême droite grecque y gagnera les élections et que les phalanges grecques envahiront l’Europe jusqu’à Berlin, provoquant le défaut inattendu du pays. Et comme les marchés n’auront rien prévu, on pourra a posteriori conclure à la bulle…

      • H16, toi, user d’un « homme de paille » pareil ??? tss tss
        Acrithene ne prétend pas qu’un état ne peut pas faire faillite, il dit que l’Allemagne ne fera pas faillite dans les deux ans. Tu contestes cette analyse ?

    • « Une bulle c’est quand on se trompe sur les flux de valeur futurs liés à un actif. »… Ben non, pas du tout…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le 20 mai 2022, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, a été chaleureusement accueilli lors de sa visite d’État à Berlin. L’Allemagne qui quémande du gaz ne pouvait pas faire moins quand on sait que le jour où Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance des républiques pro-russes du Donbass, le Qatar avait fait savoir qu’il avait des obligations avec des clients en Asie et qu’il n’y aurait pas assez de gaz pour satisfaire la demande des pays membres de l’UE. Le pays exporte à son maximum, tant la demande en ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles