Relancer la croissance : pourquoi François Hollande fait fausse route

Sans avoir l’air d’y toucher, le nouveau chef de l’Etat français s’engage dans une très mauvaise direction : celle du financement de la croissance par création monétaire. Une catastrophe, selon Frédéric Georges-Tudo, auteur de « Salauds de riches ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 170 croissance monétaire

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Relancer la croissance : pourquoi François Hollande fait fausse route

Publié le 24 mai 2012
- A +

Sans avoir l’air d’y toucher, le nouveau chef de l’Etat français s’engage dans une très mauvaise direction : celle du financement de la croissance par création monétaire. Une catastrophe, selon Frédéric Georges-Tudo, auteur de « Salauds de riches ».

Par Frédéric Georges-Tudo.

Extrait. Article intégral en ligne sur le Plus Nouvel Obs.

Ne nous y trompons pas, cette question en cache une seconde autrement plus lourde de conséquences : l’Union européenne doit-elle se résoudre à accroître l’injection de monnaie dans son économie afin de la faire repartir ? Autrement dit, le temps est-il — une fois encore — venu de faire tourner la planche à billet à plein régime ? Les déficits publics européens ayant atteint des niveaux qui ne permettent plus d’actionner le levier de la dette, c’est bien de cela qu’il s’agit à moyen terme.

[…]

Sans entrer dans des explications économiques trop pointues, attardons-nous quelques instants sur le mirage consistant à considérer que la création monétaire (qui plus est lorsqu’elle est associée à des taux d’intérêt fixés par l’État à un niveau artificiellement bas) engendre de la croissance. Il vient du fait que l’on confond toujours monnaie et richesse.

Or, battre monnaie n’a jamais accru la quantité de richesses disponibles. À court terme, une telle action a certes deux conséquences que l’on pourrait croire positives. En effet, cette manne surgie de nulle part augmente le pouvoir d’achat. Dans le même temps, une portion non négligeable de la population est en mesure de placer ses excédents de revenus dans des projets promis à un bel avenir (immobilier résidentiel, internet, placements boursiers, etc.).

Article intégral sur Le Plus du Nouvel Obs.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans une interview récente, Manon Aubry, tête de liste La France insoumise (LFI) pour les élections européennes de 2024 a déclaré :

« Austérité, le tout-marché et le libre-échange amènent le chaos. [il faut] rompre avec le libre-échange, l’austérité et le tout-marché pour imposer le protectionnisme, la solidarité et les biens communs ».

Elle, et plusieurs Européens, croient que le marché libre est à l'origine des problèmes mondiaux. La solution réside dans plus de concentration de gouvernance fiscale et financière à Bruxelles ai... Poursuivre la lecture

Le libertarien Javier Milei a été élu président de l'Argentine le 19 novembre, avec 55,7 % des voix. Mais les choses ne seront pas faciles pour Milei.

Le 24 novembre, quelques jours après l'élection, j'ai rencontré Nicolás Emma, responsable de la section de Buenos Aires du parti de Javier Milei, au siège du parti dans la capitale argentine. Plusieurs autres organisateurs du parti étaient également présents, notamment Gustavo Federico et Facundo Ozan Carranza. Au cours des conversations avec ces personnes et d'autres personnalités du pa... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

La réflexion critique sur le thème de l'inflation est aussi ancienne que l'économie elle-même, et elle va bien sûr au-delà de l'économie en tant que science. Le problème de l'inflation commence dès lors que l'on confond la rareté des moyens réels avec une rareté de l'argent, autrement dit lorsqu'on tente de masquer la rareté des moyens réels en créant de la monnaie.

 

Un expédient individuel qui pénalise le collectif

Le point de vue économique individuel (microéconomique) d'un groupe de personnes devient la référence pour u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles