Bazainville ou la douillette calcification française

À Bazainville, le conseil municipal a su résister à la relocation de 30 emplois. Ouf, nous avons frôlé une baisse du chômage !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bazainville_Mairie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bazainville ou la douillette calcification française

Publié le 13 mai 2012
- A +

Encore une fois, c’est d’un cheveu que le pire aura été évité en France, à Bazainville plus précisément, où une entreprise allait agrandir ses locaux et troubler l’ordre local avec des emplois et de la taxe professionnelle. Heureusement, les élus de la République, faisant barrage de leur corps et de leur vote, ont bien vite rétabli le calme républicain et claqué le sordide entrepreneur. La calcification du Bisounoursland peut reprendre.

C’est un peu surpris que j’ai appris, au détour d’un article assez court, que l’opticien Krys cherchait actuellement à relocaliser sa production de verres, auparavant effectuée en Thaïlande, vers Bazainville dans les Yvelines.

Cette relocalisation passe par l’agrandissement de ses locaux. Normalement, cela ne pose guère de problème puisque le terrain appartient à l’entreprise, troisième groupe national d’opticiens, et qu’il s’agit essentiellement de faire modifier le plan d’occupation des sols, dépendant de la mairie, pour y permettre l’édification de 2400 m² de bâtiments supplémentaires.

On imagine sans mal ici que cette extension allait provoquer, outre le passage du coefficient d’occupation de 0,3 à 0,5 (soit une augmentation subite de 66% !), une gêne évidente pendant la construction des nouveaux édifices, avec des camions qui font vroum-vroum, des bétonneuses qui font pout-pout-pout, des maçons moustachus qui parlent fort et sentent un peu la sueur sous leurs lourds casques de chantier, et tout ça, sans compter qu’après la construction, on pouvait s’attendre à l’arrivée de nouveaux salariés, probablement inconnus de la commune, avec tout ce que cela suppose de maladies et d’habitudes étranges.

Bref : le vote, secret, a été soumis dernièrement au conseil municipal qui a, heureusement, empêché cette petite révolution dans la commune par un refus bien senti, de huit conseillers sur 15, à ce genre d’aventures douteuses. Non mais.

Mairie de BazainvilleLa raison du refus est simple, évidente, limpide : l’extension proposée par l’opticien à ses bâtiments défigurerait l’entrée du village, pardi ! Avec ces nouvelles constructions, la commune ressemblerait alors à une zone industrielle ! Finis les champs à perte de vue où rien ni personne ne travaille ! Finie la douce quiétude des après-midi de mai à peine troublée par le petit grincement de la porte du Pôle Emploi local ! Fini le charme multi-centenaire d’un petit village français qui s’enorgueillit de sa mairie de style boîte à chaussure !

Vous pensez que j’exagère et que les élus municipaux sont, en réalité, pétris de la nécessaire vigilance devant toute nouvelle construction, afin d’éviter par exemple les zones inondables (vous y avez pensé, à Xynthia, hein ?) les zones marécageuses, les anciennes mines de sel ou de charbon qui menaceraient de s’effondrer, les anciens cimetières indiens, les zones de dépôts toxico-nucléaires desquels des zombies putréfiés se réveillent régulièrement sans crier gare et tout ça…

Eh bien non : on peut écouter ici les déclarations de l’un des conseillers qui explique que l’installation risquerait d’enlaidir franchement l’entrée du village…

Sauf que je vous encourage à aller voir sur place (par exemple avec Google Maps et les photos locales de la charmante commune, puisque Google Street View est disponible là-bas) : on pourra constater que la zone en question (Chemin de la Fosse) n’est pas à proprement parler à l’entrée du village, et que le risque que ce village soit défiguré est tout de même assez peu probable.

Je résume : sur les quinze personnes qui forment le conseil municipal (dont la liste est ici), huit ont donc estimé que la beauté de l’entrée du village (ci-dessous) — situé à plus de 500 mètres du Chemin de la Fosse où sont les ateliers Krys — primait sur la trentaine d’emplois nouveaux que le groupe entendait créer.

entrée de Bazainville

Les personnes qui sont actuellement en recherche d’emploi dans le secteur, les personnes qui ont voté, directement ou indirectement, pour ces conseillers, les individus qui vont payer cette année les impôts locaux de cette commune, impôts d’autant plus élevés que la taxe professionnelle sera plus basse qu’avec ces extensions et ces emplois, tous ces individus seront ravis d’apprendre que l’intérêt général est bien défendu par cet octet rusé de conseillers municipaux dont le bruit des épaisses pantoufles sur le parquet de la mairie ne trouble que rarement les calmes matinées de Bazainville.

La France a, vraiment, besoin de ces fiers représentants d’une époque révolue ! Le pays vibre à l’unisson de savoir qu’enfin se battent en son sein de fiers soldats de la naphtaline et de l’ossification complète. Il était temps ! Nous allions frôler une baisse du chômage.

Rendormez-vous sur vos deux oreilles, certains des conseillers de Bazainville, vigilant et aux aguets, ne laisseront pas la douillette campagne se faire envahir d’emplois et d’opportunités ! Rendormez-vous sereins, ce pays est délicieusement foutu.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Yann-Maël Larher a co-fondé son cabinet d’avocats Legal Brain Avocats et un cabinet conseil Okay Doc pour valoriser l’expertise des chercheurs dans les entreprises et appréhender toutes les dimensions de l'innovation.

Lauréat du Prix des Talents de la Recherche décerné par RUE 89 et FABERNOVEL, en 2017 il a soutenu sa thèse intitulée « Les relations numériques de travail » à l'université Panthéon-Assas. Il intervient désormais afin de favoriser l'adoption de nouveaux modes de travail et faciliter l’organisation de la société numérique.... Poursuivre la lecture

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles