De l’alternance en Démocratie Animale

Du clan socialiste aux affidés trop gras, sut se faufiler un Panda, pour réclamer justice et des égaux repas, quoique chez Laurent il mangeât

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Panda-geant

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De l’alternance en Démocratie Animale

Publié le 13 mai 2012
- A +

Du clan socialiste aux affidés trop gras, sut se faufiler un Panda, pour réclamer justice et des égaux repas, quoique chez Laurent il mangeât…

Un fable politique de Thierry Guinhut.

« Quid rides ? Mutato nomine, de te Fabula narratur »
Horace, Satira I, 1.

D’animale démocratie, le Président
Était un petit coq nerveux.
Dressé sur ses ergots, impulsif, vaniteux,
On le conspuait souvent.
Du Fouquet’s il avait mangeoire
Au soir de sa victoire ;
De l’écume des yachts, il aimait l’amitié
Où renards d’industrie et gourmets de finance
Le conviaient à faire bombance.
Quoique péchés mignons sur cassettes privées,
Les cris de la gazette ont giflé sans pitié
Ce volatile impie qui en vils vermisseaux
Croquait le peuple et ses badauds.
Il fustigeait racaille et traitait au karcher
Ceux qui de délinquance et veule assistanat
Coûtaient beaucoup trop cher
À la nation à plume bouffante et poil ras.

Quoiqu’au fumier doré, Maître Coq travaillait.
Au syndicat des loups, il rogna la retraite,
À leurs rouges drapeaux, il sut bien tenir tête.
À nos marmottes fonctionnaires il sabrait
Les bataillons mangeurs d’impôts.
Car la Crise était là, serpent au large dos,
Boa de dettes et python de récession
Qu’il ne savait résoudre avec sa seule action,
Empêtré qu’il était par son bonapartisme
Et le refus général du libéralisme.

Quand du clan socialiste aux affidés trop gras,
Sut se faufiler un Panda,
Pour réclamer justice et des égaux repas,
Quoique chez Laurent il mangeât.
Attisant Calomnie, suivi par ses loups rouges,
Ses éléphants roses et leurs mœurs corrompues,
Sans compter ses verts perroquets obtus,
Leur fiscale furie fustigeant ce qui bouge,
Il mena sa campagne en flagornant la rue.
On l’appelait Flamby ou Sociale Espérance.
Et sous son air bonhomme, son onction et sa panse,
La foi en l’État providence
Cachait la fatuité et la rapacité.
Le voilà Président en chassant Coquelet…

Mais en traquant le riche, il a soin d’appauvrir
Et le riche et le peuple et le pauvre et le rire.
Notre Flamby flambeur flambera l’animal,
L’épilant, le plumant, la femelle et le mâle ;
Ne nourrissant que le chômage,
Les exilés fiscaux, l’entreprise en ravage.

Comme au pied du mur on voit le maçon public,
Au Sieur Panda on accroît la pandémie
De Dette et Déficit.

Il croyait se jouer, grâce à Pensée Magique
Du réel, du monde et de l’art économique.
Qui sait, de Charybde en Scylla,
Si, pire trésorier, le révéré Panda
Ne nous écroulera.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles