6 ans et déjà pédophile !

Comment dénoncer avec humour la tentation sécuritaire qui menace nos libertés?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

6 ans et déjà pédophile !

Publié le 12 mai 2012
- A +

Comment dénoncer avec humour la tentation sécuritaire et le fichage qui menacent nos libertés ?

Un billet d’humeur de Martini du site Ne Cede Malis.

Communiqué de l’Agence Fausse-Presse :

Plus de peur que de mal : les parents des élèves de la petite école primaire de la banlieue de Denver ont été soulagés d’apprendre que le satyre pédophile qui sévissait en classe de CP a été exclu. Comme l’a expliqué le principal de l’école, le jeune âge du criminel (6 ans comme les autres élèves) n’entre pas en compte dans sa politique de tolérance zéro. Suspecté de récidive, le coupable sera inscrit dans le fichier des délinquants sexuels, à vie.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Yves Naudet.

La récente polémique sur le secret de la confession et l’affirmation de la classe politique suivant laquelle il n’y a rien au-dessus des lois de la République méritent une réflexion sur ce grave sujet, d’autant plus que le problème a été soulevé à propos des crimes de pédophilie dénoncés par la commission Sauvé.

Il convient de distinguer le débat général (n’y a-t-il rien au-dessus des lois de la République) du cas particulier du secret de la confession.

Antigone face à Créon

Dire qu’il n’y a rien au-... Poursuivre la lecture

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par Yoann Nabat[1. Doctorant en droit privé et sciences criminelles, Université de Bordeaux.]. Un article de The Conversation

La question revient inlassablement après chaque attentat : l’auteur était-il « fiché S » ? Si ce n’est pas le cas pour l’assaillant de Samuel Paty, la question se pose néanmoins pour ses éventuels complices.

Pour nombre d’entre nous, le « fiché S » serait celui qu’on soupçonne de terrorisme, qu’on surveille. Il serait l’individu dangereux que d’aucuns souhaiteraient voir enfermer, ou au moins expulser. Il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles