La reconstruction du système judiciaire et des libertés publiques

Palais de justice de Paris

Dressant un bilan sévère du résultat de cinq ans de sarkozysme pour les libertés publiques et pour le système judiciaire, l’auteur de cet article formule des pistes pour favoriser la reconstruction des deux sous une présidence Hollande.

Dressant un bilan sévère du résultat de cinq ans de sarkozysme pour les libertés publiques et pour le système judiciaire, l’auteur de cet article formule des pistes pour favoriser la reconstruction des deux sous une présidence Hollande.

Par Roseline Letteron.

Palais de justice de Brive

Tout Président de la République nouvellement élu se trouve confronté au même risque, celui de décevoir ceux-là même qui ont voté pour lui. Dans le cas de François Hollande, le risque est peut-être moins élevé, car il n’est jamais entré dans le jeu de la surenchère électorale, se limitant à formuler soixante engagements précis, parfaitement accessibles à tous sur internet.

En cette période de crise financière et économique, les libertés publiques n’ont pas figuré au centre de la campagne électorale. Certaines d’entre elles ont été évoquées pour mieux les renier, et on se souvient du candidat Président mettant en cause les principes fondamentaux du droit des étrangers sans trop distinguer entre leur situation régulière ou irrégulière. D’autres ont été évoquées rapidement, comme l’intégration de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État dans la Constitution, l’une des propositions du nouveau Président Hollande.

Les libertés ont pourtant considérablement souffert durant le quinquennat qui vient de s’écouler. Elles n’ont pas réellement disparu, mais ont fait l’objet d’un  grignotage lent et insidieux, au bout du compte, bien plus dangereux qu’une remise en cause directe et massive qui a au moins l’avantage de susciter une opposition immédiate. Aujourd’hui, il serait utile de réaliser un audit pour mesure l’ampleur des dégâts dans ce domaine. Sans aller jusque là, bien modestement, je voudrais aujourd’hui dresser une petite liste des attentes dans ce domaine. Cette liste ne prétend pas être exhaustive, et nous espérons bien que les lecteurs viendront compléter ce travail préparatoire.

L’émergence de libertés nouvelles

Les plus visibles, celles qui constituent des promesses électorales identifiées, concernent l’émergence de libertés nouvelles. Le droit des homosexuels au mariage et à l’adoption, le droit de mourir dans la dignité,  l’adoption de principe de non-discrimination dans de multiples domaines. Ces réformes, à dire vrai, ne suscitent guère de difficultés, dès lors que le Président dispose d’une majorité parlementaire pour les voter.

Plus difficile en revanche seront l’insertion de la loi de 1905 dans la Constitution et le droit de vote des étrangers aux élections locales. Elles exigent en effet une révision constitutionnelle et le recours soit au référendum, soit au vote du Congrès à la majorité qualifiée des 3/5è. La première procédure peut sembler bien lourde, et la seconde procédure plus risquée, car on ne sait pas encore si la majorité parlementaire socialiste regroupera les 3/5è du Congrès.

Quoi qu’il en soit, ces réformes visibles ne doivent  pas cacher que l’objectif le plus immédiat doit demeurer la réparation des dommages causés aux libertés par le précédent quinquennat.

La remise en état des libertés traditionnelles

Ces dernières années ont vu un lent travail de grignotage de certaines libertés traditionnelles. On pourrait multiplier les exemples.

Ainsi de la liberté d’expression. Souvenons nous de la loi du 5 mars 2009 qui confère au Président de la République le droit de nommer les Présidents des sociétés France Télévision et Radio France, et de faire pression sur eux lorsque le contenu des programmes ne le satisfait pas. Ce texte n’a-t-il pas permis, indirectement, l’éviction pure et simple d’humoristes de France Inter accusés de se montrer trop caustiques à l’égard du pouvoir en place ?

Ainsi du droit au respect de la vie privée. Souvenons nous de l’extension considérable du champ d’application du Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), du « fichier des honnêtes gens » destiné à stocker des données biométriques sur l’ensemble des citoyens titulaires d’une pièce d’identité, voire du développement considérable de la vidéoprotection. Dans tous les cas, les intrusions dans la vie privée ont été autorisées, sur le fondement d’une démarche sécuritaire de plus en plus affirmée.

Ainsi enfin du principe de sûreté. Le droit récent se caractère par la multiplication des internements administratifs. Il est vrai que le Conseil constitutionnel a bien souvent censuré ce types de dispositions et imposé une intervention du juge judiciaire, mais sans réellement pouvoir contester le principe même de ces procédures. C’est vrai pour l’hospitalisation sans leur consentement des patients psychiatriques, la rétention des étrangers en « Centre de rétention administrative » avant leur éloignement, voire la rétention de sûreté qui maintient en détention des personnes condamnées à l’issue de leur peine, sur la seule base d’une évaluation subjective du risque de récidive qu’elles représentent.

Tous ces exemples, et bien d’autres encore, témoignent de la lente dégradation de nos libertés et nécessitent des réformes rapides. Mais ces dernières ne seront efficaces que si, au préalable, le nouveau Président s’est attaqué à la reconstruction du système judiciaire.

La reconstruction du système judiciaire

Le système judiciaire sort de cinq années de destruction. On pense d’abord à la réduction du nombre des postes, à la nouvelle carte judiciaire, en un mot aux conditions matérielles de l’exercice du service public de la justice. Mais cette dégradation n’est rien à côté de la destruction des fondements mêmes de la justice.

Le premier d’entre eux est la séparation des pouvoirs, mise à mal par les conditions de nomination des magistrats. La réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) effectuée par le Président Sarkozy apparaît purement cosmétique. Si le Président de la République ne préside plus le CSM, ce dernier ne rend cependant que des avis sur la nomination des membres du parquet et le Garde des Sceaux peut donc passer outre cet avis. Qui a oublié que Philippe Courroye a été nommé procureur de la République à Nanterre, malgré l’avis défavorable du CSM ? Il n’est guère surprenant, dans ces conditions, que ledit procureur ait attendu plusieurs mois avant d’envisager la saisine d’un juge d’instruction dans l’affaire Woerth-Bettencourt. Encore ne l’a-t-il fait qu’après injonction de la Cour de cassation.


Sur le web