Pourquoi j’ai soutenu Sarkozy en 2007 et pas en 2012

Très nombreux sont les libéraux qui ont voté pour le réformateur Sarkozy en 2007 et, devant le bilan du quinquennat, ne l’ont pas soutenu en 2012. La défaite du candidat UMP face à François Hollande leur doit beaucoup. Pour éclairer ces choix, Contrepoints a donné la parole à un d’entre eux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 096 passage de relais

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi j’ai soutenu Sarkozy en 2007 et pas en 2012

Publié le 8 mai 2012
- A +

Très nombreux sont les libéraux qui ont voté pour le réformateur Sarkozy en 2007 et, devant le bilan du quinquennat, ne l’ont pas soutenu en 2012. La défaite du candidat UMP face à François Hollande leur doit beaucoup. Pour éclairer ces choix, Contrepoints a donné la parole à l’un d’entre eux.

Par Matthias Huberschwiller.

Nicolas Sarkozy est arrivé en 2007 comme candidat réformateur. Il devait être celui qui réformerait la France, engluée dans un État-providence énorme, dans un système social trop lourd pour sa compétitivité, dans des règlementations du travail trop lourdes pour avoir un taux de chômage faible et une croissance forte.

Beaucoup de libéraux à l’époque l’ont soutenu. Certains, dont moi-même ont fait campagne pour lui, pensant que les réformes nécessaires à notre pays ne pouvaient venir que d’un candidat réformateur de droite, un peu à la manière de Margaret Thatcher en 1979, qui est arrivée à la tête d’un Royaume-Uni ruiné par 30 ans de socialisme.

Son programme était de restaurer le travail, la compétitivité des entreprises, de libérer les forces de travail en France, de diminuer le poids de l’administration que supportent les entreprises. 5 ans après, qu’en est-il de ces promesses ?

La dépense publique a explosé ! De nouvelles taxes et impôts ont été créées ! La promesse de diminuer le nombre de fonctionnaires n’a pas été tenue ! La réforme du code du travail tant attendue, et si importante pour notre compétitivité a complètement été abandonnée !

Le candidat Nicolas Sarkozy en 2012 a été fidèle à ce qu’il a été durant ce quinquennat. Le candidat réformateur de 2007 n’est pas réapparu. Son projet était de continuer dans la droite ligne de ce qui a été fait pendant 5 ans : hausse des impôts et taxes, augmentation du poids de l’État, dépenses publiques toujours plus importantes pour satisfaire sa clientèle électorale.

Nicolas Sarkozy en 2012 n’avait plus aucun lien avec le libéralisme, mais était un conservateur socialiste. Conservateur sur les questions de société, conservateur dans sa volonté de réguler l’immigration. Socialiste dans sa volonté de toujours plus d’État dans l’économie, dans sa volonté de toujours plus vouloir réguler la vie des français à leur place.

Lorsque la dépense publique en France atteint 57% du PIB, et que l’on est en crise, on ne peut pas dire que c’est parce que l’intervention est trop faible ! Un candidat de la droite et du centre, pour pouvoir gagner en 2017, devra faire le constat, que l’interventionnisme à outrance à échoué ! Que les recettes du passé, de toujours dépenser plus, réguler plus, ont échoué ! Que la seule alternative pour la France est dans plus de liberté et plus de responsabilité ! C’est seulement comme ça que la France pourra sortir de la crise ! Il faut reconstruire une opposition crédible au socialisme, et non pas faire dans la surenchère de socialisme !

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Quelle arrogance M. Hervé Lambel.

    Chacun a le droit de s’exprimer selon ses sensibilités et ses capacités.

    L’auteur du post semble plutot jeune et c’est rassurant de voir qu’à son age on peut poser un diagnostic cohérent sur une situation politique assez complexe.

    Peut être ferez vous mieux?

  • Les promesses ont été trahies.

    Pas celle de faire exploser la dette, exactement comme quand il était ministre de Balladur.

    Pour le reste, il n’ jamais rien fait hormis brasser des courants d’air et poignarder ses « amis » politiques.

  • Evidemment qu’on peut maintenant nous taxer de naïveté mais son discours était tellement plus libéral, tellement plus favorable au travail et à la responsabilité individuelle que tout le blabla ambiant… que nous y avons cru. Je pense que nous pauvres jeunes naïfs avons été assez nombreux à voir de l’espoir dans ses promesses, conscients que nous sommes de la situation du pays. Il ne faut pas être condescendants avec nous parce que je suis sûre que vous tous avez un jour cru les promesses d’un candidat quelconque 😉
    Maintenant, on ne vote plus. Tant pis.

  • Faut arrêter… En 2007, le programme de Sarkozy n’était pas libéral, il était bassement démagogique (Je vais donner aux riches, aux pauvres, aux grands, aux petits, etc…). Ce qui lui a fait gagner l’élection en 2007, c’est son adversaire : faut voir qui il y avait en face !!!

    La Ségolène était minable, hystérique, etc…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles