Pourquoi j’ai soutenu Sarkozy en 2007 et pas en 2012

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 096 passage de relais

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi j’ai soutenu Sarkozy en 2007 et pas en 2012

Publié le 8 mai 2012
- A +

Très nombreux sont les libéraux qui ont voté pour le réformateur Sarkozy en 2007 et, devant le bilan du quinquennat, ne l’ont pas soutenu en 2012. La défaite du candidat UMP face à François Hollande leur doit beaucoup. Pour éclairer ces choix, Contrepoints a donné la parole à l’un d’entre eux.

Par Matthias Huberschwiller.

Nicolas Sarkozy est arrivé en 2007 comme candidat réformateur. Il devait être celui qui réformerait la France, engluée dans un État-providence énorme, dans un système social trop lourd pour sa compétitivité, dans des règlementations du travail trop lourdes pour avoir un taux de chômage faible et une croissance forte.

Beaucoup de libéraux à l’époque l’ont soutenu. Certains, dont moi-même ont fait campagne pour lui, pensant que les réformes nécessaires à notre pays ne pouvaient venir que d’un candidat réformateur de droite, un peu à la manière de Margaret Thatcher en 1979, qui est arrivée à la tête d’un Royaume-Uni ruiné par 30 ans de socialisme.

Son programme était de restaurer le travail, la compétitivité des entreprises, de libérer les forces de travail en France, de diminuer le poids de l’administration que supportent les entreprises. 5 ans après, qu’en est-il de ces promesses ?

La dépense publique a explosé ! De nouvelles taxes et impôts ont été créées ! La promesse de diminuer le nombre de fonctionnaires n’a pas été tenue ! La réforme du code du travail tant attendue, et si importante pour notre compétitivité a complètement été abandonnée !

Le candidat Nicolas Sarkozy en 2012 a été fidèle à ce qu’il a été durant ce quinquennat. Le candidat réformateur de 2007 n’est pas réapparu. Son projet était de continuer dans la droite ligne de ce qui a été fait pendant 5 ans : hausse des impôts et taxes, augmentation du poids de l’État, dépenses publiques toujours plus importantes pour satisfaire sa clientèle électorale.

Nicolas Sarkozy en 2012 n’avait plus aucun lien avec le libéralisme, mais était un conservateur socialiste. Conservateur sur les questions de société, conservateur dans sa volonté de réguler l’immigration. Socialiste dans sa volonté de toujours plus d’État dans l’économie, dans sa volonté de toujours plus vouloir réguler la vie des français à leur place.

Lorsque la dépense publique en France atteint 57% du PIB, et que l’on est en crise, on ne peut pas dire que c’est parce que l’intervention est trop faible ! Un candidat de la droite et du centre, pour pouvoir gagner en 2017, devra faire le constat, que l’interventionnisme à outrance à échoué ! Que les recettes du passé, de toujours dépenser plus, réguler plus, ont échoué ! Que la seule alternative pour la France est dans plus de liberté et plus de responsabilité ! C’est seulement comme ça que la France pourra sortir de la crise ! Il faut reconstruire une opposition crédible au socialisme, et non pas faire dans la surenchère de socialisme !

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Quelle arrogance M. Hervé Lambel.

    Chacun a le droit de s’exprimer selon ses sensibilités et ses capacités.

    L’auteur du post semble plutot jeune et c’est rassurant de voir qu’à son age on peut poser un diagnostic cohérent sur une situation politique assez complexe.

    Peut être ferez vous mieux?

  • Les promesses ont été trahies.

    Pas celle de faire exploser la dette, exactement comme quand il était ministre de Balladur.

    Pour le reste, il n’ jamais rien fait hormis brasser des courants d’air et poignarder ses « amis » politiques.

  • Evidemment qu’on peut maintenant nous taxer de naïveté mais son discours était tellement plus libéral, tellement plus favorable au travail et à la responsabilité individuelle que tout le blabla ambiant… que nous y avons cru. Je pense que nous pauvres jeunes naïfs avons été assez nombreux à voir de l’espoir dans ses promesses, conscients que nous sommes de la situation du pays. Il ne faut pas être condescendants avec nous parce que je suis sûre que vous tous avez un jour cru les promesses d’un candidat quelconque 😉
    Maintenant, on ne vote plus. Tant pis.

  • Faut arrêter… En 2007, le programme de Sarkozy n’était pas libéral, il était bassement démagogique (Je vais donner aux riches, aux pauvres, aux grands, aux petits, etc…). Ce qui lui a fait gagner l’élection en 2007, c’est son adversaire : faut voir qui il y avait en face !!!

    La Ségolène était minable, hystérique, etc…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Fabien Bottini[1. Qualifié aux fonctions de Professeur des Universités en droit public, Université Le Havre Normandie.]. Un article de The Conversation

Le 1er mars dernier, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à trois ans de détention, dont un ferme, pour corruption et trafic d’influence. À l’appui de cette sanction, les juges ont souligné que ces infractions avaient porté « gravement atteinte à la confiance publique en instillant dans l’opinion publique l’idée selon laquelle » la justice pouvait « faire l’... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Après sa condamnation devant le tribunal correctionnel de Paris pour « corruption et trafic d’influence », Nicolas Sarkozy contre-attaque en s’adressant directement aux médias. Condamné ce lundi à trois ans de prison dont un ferme, l’ancien président de la République s’est fendu ce mardi d’un entretien dans Le Figaro en forme de plaidoyer pro domo.

Il y dénonce « une injustice profonde » et affirme ne pas accepter d’être condamné pour une chose qu’il n’a pas faite. Nicolas Sarkozy affirme également que le jugem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles