Français si vous saviez, tribune de Philippe Simonnot

Un mauvais diagnostic de la crise de 2008 a conduit à de mauvaises mesures de relance par la dépense publique, avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui de niveaux intenables de dette.

Un mauvais diagnostic de la crise de 2008 a conduit à de mauvaises mesures de relance par la dépense publique, avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui de niveaux intenables de dette.

Par Philippe Simonnot, pour Nouvelles de France.

Extraits, article intégral à lire ici.

Au départ, en effet, le diagnostic a été mensonger. L’origine de la crise de 2008 était à trouver non dans des « défaillances d’un marché dérégulé », comme l’ont dit et répété les politiques et les médias, mais dans les excès de la Puissance publique. Dès lors, l’État dont on célébrait le « Grand Retour » sur la scène économique (qu’il n’avait en vérité jamais quittée) ne pouvait qu’enfoncer les pays malades dans leur propre maladie. Crise dans la crise, l’agitation au chevet de l’euro a poussé l’interventionnisme étatique, par le truchement de la Banque Centrale Européenne, jusqu’à la caricature et en violation flagrante des Traités – avec la complicité honteuse de « Merkozy ». Le fantôme de Keynes, le célèbre économiste britannique, a de nouveau été sorti de la tombe où l’on croyait l’avoir enfermé.

De deux choses l’une : ou bien les gouvernements prennent des mesures pour réduire le fardeau d’une dette qui n’est pas soutenable quand les taux d’intérêt sont supérieurs au taux de croissance de l’économie, et ces mesures briseront la « relance » annoncée. Ou bien les États poursuivent leur fuite en avant, les taux d’intérêt remonteront, le poids de la dette s’alourdira un peu plus, et la relance sera tout aussi molle.

Extraits, article intégral à lire ici.

Lire l’article plan de relance du Wikibéral ou l’article multiplicateur keynésien.