Français si vous saviez, tribune de Philippe Simonnot

Un mauvais diagnostic de la crise de 2008 a conduit à de mauvaises mesures de relance par la dépense publique, avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui de niveaux intenables de dette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Français si vous saviez, tribune de Philippe Simonnot

Publié le 28 avril 2012
- A +

Un mauvais diagnostic de la crise de 2008 a conduit à de mauvaises mesures de relance par la dépense publique, avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui de niveaux intenables de dette.

Par Philippe Simonnot, pour Nouvelles de France.

Extraits, article intégral à lire ici.

Au départ, en effet, le diagnostic a été mensonger. L’origine de la crise de 2008 était à trouver non dans des « défaillances d’un marché dérégulé », comme l’ont dit et répété les politiques et les médias, mais dans les excès de la Puissance publique. Dès lors, l’État dont on célébrait le « Grand Retour » sur la scène économique (qu’il n’avait en vérité jamais quittée) ne pouvait qu’enfoncer les pays malades dans leur propre maladie. Crise dans la crise, l’agitation au chevet de l’euro a poussé l’interventionnisme étatique, par le truchement de la Banque Centrale Européenne, jusqu’à la caricature et en violation flagrante des Traités – avec la complicité honteuse de « Merkozy ». Le fantôme de Keynes, le célèbre économiste britannique, a de nouveau été sorti de la tombe où l’on croyait l’avoir enfermé.

De deux choses l’une : ou bien les gouvernements prennent des mesures pour réduire le fardeau d’une dette qui n’est pas soutenable quand les taux d’intérêt sont supérieurs au taux de croissance de l’économie, et ces mesures briseront la « relance » annoncée. Ou bien les États poursuivent leur fuite en avant, les taux d’intérêt remonteront, le poids de la dette s’alourdira un peu plus, et la relance sera tout aussi molle.

Extraits, article intégral à lire ici.

Lire l’article plan de relance du Wikibéral ou l’article multiplicateur keynésien.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

ukraine marchés investir à contre-courant démocratie économique
1
Sauvegarder cet article

Force est de reconnaître que, dans l’imaginaire collectif, la finance jouit d’une mauvaise réputation. Dans Le Marchand de Venise de Shakespeare déjà, Shylock fait signer un contrat usurier au marchand Antonio : en cas de défaut de paiement, le contrat autorise le créancier à prélever une livre de chair sur son débiteur. Shylock est l’archétype du financier contemporain : avide, sans scrupule et inhumain.

La finance fait surtout figure de bouc émissaire idéal pour nombre d’hommes politiques de tous bords. Pour certains, c’est même l’en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles