Pourquoi Nicolas Sarkozy a perdu (ses soutiens libéraux)

Pourquoi et comment Nicolas Sarkozy a-t-il réussi à perdre les libéraux qui avaient voté pour lui en 2007, et ainsi à perdre probablement la présidentielle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Nicolas Sarkozy a perdu (ses soutiens libéraux)

Publié le 22 avril 2012
- A +

90% des lecteurs de Contrepoints qui nous ont contacté avaient exprimé leur intention de s’abstenir. Pourquoi et comment Nicolas Sarkozy a-t-il réussi à perdre ainsi les libéraux qui avaient voté pour lui en 2007, et ainsi à perdre probablement la présidentielle ? Le bilan libéral d’un quinquennat.

Par PLG, de la rédaction de Contrepoints.

Nicolas Sarkozy le 1er février 2012

Comme beaucoup d’entre vous, la rédaction de Contrepoints a suivi la campagne présidentielle de 2012 avec un intérêt très relatif. Doux euphémisme. Au-delà de l’absence attendue d’un candidat authentiquement libéral, c’est plutôt le déluge de propositions au mieux démagogiques, au pire totalitaires, entre les deux souvent dangereuses, qui aura marqué la fin du premier, et peut-être unique, quinquennat de Nicolas Sarkozy. Comment en est-on arrivé là ?

« On pourrait qualifier votre programme de libéral (sic) », disait un journaliste au candidat Sarkozy en 2007. « Est-ce une insulte ? » avait répondu celui-ci. À cet instant, nombre d’entre nous espérions secrètement que, ça y est, cette fois-ci enfin, après douze années d’apathie neurasthénique chiraquienne, enfin un libéral allait entrer à l’Élysée, et mener de front les si nombreuses réformes nécessaires. Bien sûr, son action passée et certaines de ses « réussites » mises en avant laissaient poindre un doute, inquiétude sourde, comme la hausse des impôts et le « sauvetage » d’Alstom en tant que Ministre de l’économie. Mais bon, après tout, tout dogmatiques que nous étions, nous acceptions le fait que pour prétendre diriger la France, il fallait bien faire quelques concessions aux interventionnistes, rasséréner les partisans de l’État fort. C’était il y a cinq ans.

Aujourd’hui, que reste-t-il ? Que reste-t-il du bouclier fiscal, « mesure de bon sens », qui devait faire que « chaque individu travaille au maximum la moitié du temps pour l’État » ? Certes, dès le début de son mandat, N. Sarkozy fit preuve de l’imagination qu’on lui connait en créant des dizaines de taxes inconnues du grand public. Cela n’intéressait personne, mais concernait tout le monde. Mais enfin le « bouclier » demeurait, symbole des limites à donner à l’État-providence (État-dépense ?) pour les uns, symptomatique des mesures inégalitaires, donc forcément injustes, du « Président des riches » pour les autres. Cinq ans plus tard, le bouclier s’est fissuré, transpercé d’impôts et de taxes dont la lame toujours affûtée a fini, après avoir fait couler beaucoup d’encre, par tuer les derniers espoirs des plus optimistes.

Que reste-t-il, aussi, de la réforme du marché du travail tant de fois annoncée, et tant de fois abandonnée ? « Il faut absolument simplifier le code du travail » nous disait Nicolas. Nous applaudissions, au moins pour le principe. Cinq ans après, rien. Ou si peu. Il est toujours aussi difficile et désincitatif pour un employeur de se lancer dans la bataille pour l’emploi. Bataille contre une armée bureaucratique parfaitement organisée pour massacrer l’initiative privée. Quant au fameux contrat de travail unique, ce fut une balle à blanc. À noter, quand même, de rares rescapés : les auto-entrepreneurs. Mais pour combien de temps ?

Que reste-t-il, encore, de la grande transformation du système universitaire ? Certes, les Universités sont dorénavant à peu près autonomes. Mais à quoi bon choisir son budget et ses professeurs, organiser ses cours, si l’on ne peut choisir son public ? La sélection à l’entrée a été abandonnée avant même d’être annoncée. Pourquoi ? Par crainte des blocages dus aux démocratiques (sic) et tolérants (re sic) syndicats étudiants de gauche et d’extrême gauche, entre autres. N. Sarkozy, prêt à nettoyer la « racaille au Karcher » s’est trouvé impuissant devant une bande d’étudiants lobotomisés par les discours propagandistes antilibéraux. Proposition 1 du programme : mettre fin à l’impuissance publique. Aïe.

Et la crise dans tout ça ? C’est vrai, il restera toujours difficile de mesurer les résultats du quinquennat de manière objective. En statistique, une perturbation est appelée un bruit. Là, c’est une tornade. Pour autant, la crise ne peut tout excuser. Un vrai libéral aurait compris qu’on ne répond pas à des déficits par plus de déficits. Réduire la taille de l’État, couper dans les dépenses en commençant par supprimer les gaspillages que nous dénonçons à longueur d’articles ici même aurait été bien plus efficace que de lancer un grand emprunt, substituant encore un peu plus à l’initiative privée la mauvaise gestion publique. Le résultat ne s’est pas fait attendre. 66%. C’est la part de la dépense publique dans l’économie. 56% de dépenses, +10% de capital emprunté à rembourser chaque année. Schématiquement, deux tiers de nos décisions ne nous appartiennent plus. Au-delà de 40% on tombe dans une économie administrée, prévenait Valéry Giscard d’Estaing. Seuil qu’il avait lui-même dépassé, comme quoi… Aujourd’hui Sarkozy fustige les « drogués de la dépense publique ». Que n’a-t-il fait une cure de désintox plus tôt ?

Et maintenant ? Cinq an après, on ne prend pas les mêmes et on recommence. L’aveuglement des étatistes atteint son comble, le probable futur Président peut déclarer sans choquer qu’il taxera marginalement les plus hauts revenus à 75% et l’ancien espoir des libéraux fustige les marchés, coupables de « folie ». Taxation des expatriés dont on ne sait d’ailleurs pas très bien qui ils sont, remise en cause de la libre circulation en Europe, surtaxation des entreprises du CAC40, coupables certainement d’avoir trop contribué à créer des richesses… N’en jetez plus !

Nous vous avons donc demandé cette semaine de nous transmettre vos intentions de vote pour cette nouvelle élection. Sans surprise, peu d’entre vous ont affirmé vouloir revoter N. Sarkozy, et pour ceux qui ont déclaré vouloir le faire quand même, généralement à contrecœur. Aucun ou presque n’a appelé à voter Hollande, jugé pire que Sarkozy. Parmi les plus désespérés, certains ont déclaré vouloir voter J.-L. Mélenchon, pour « accélérer la chute ». Pourquoi pas ? Quand on est au fond du trou, on ne peut que remonter ! Nous soupçonnons pour le lecteur en question que son prénom, Jean-Luc, n’est pas anodin, allez savoir… De même, certains d’entre vous, exaspérés, ont choisi Marine le Pen. Nous ne jugeons évidemment personne ; être libéral c’est, par nature, être tolérant et respecter les choix de chacun. Cela montre en tout cas un sentiment d’exaspération teinté de désillusion. Nombreux sont les orphelins de cette triste campagne. D’autres encore ont affirmé, non sans humour, que dès Dimanche ils deviendraient Suisses. Raclette pour les uns, raclée pour Sarkozy. Mais d’une manière générale, l’abstention s’est très largement affirmée comme le « vote » majoritaire (plus de 90% des mails). Le changement, c’est maintenant, mais le libéralisme, c’est pour plus tard !

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • absolument désolant , votre article. Votre vision de la société réservée à la finance est un suicide sociétal. Immature et arrogant : vous devriez en rester au monopoly,

  • Merci diana pour votre commentaire. Je me permets, de manière sincèrement non arrogante, de vous conseiller de vous renseigner sur ce qu est le libéralisme. Votre commentaire montre que vous avez des préjugés trop fort pour qu il soit pertinent.

    • ça ne change rien au fait qu’en plus d’être arrogant et de mauvaise foi, vous vous appuyez sur des éléments totalement faux

  • j’ai voté bayrou au 1er tour , je voterai contre sarkozy pour le 2em, il l’aura bien cherché ;

  • Comment avoir été si naïf en prenant le conservatisme de Sarkozy pour du libéralisme? En Hexagonie personne ne peut se prétendre du libéralisme s’il ne défend pas au moins une vision fédérale du fonctionnement de  » l’état « , ie l’administration et les élus.

  • Elle peut avoir voté indifféremment pour l’un des 10 candidats, tous interchangeables dans leur vision de la finance.

  • Intéressant, par contre, le chiffre de 66% de dépenses publiques m’a fait tiquer. D’où provient ce chiffre ?

    • PIB : 2146 M €; dépense publique : environ 1450 M € Ratio dépense/PIB = environ 67% . C’est schématique mais c’est pour donner l’ordre de grandeur.

      • Aux états-unis, le taux d’imposition des plus riches était fixé à 91% de 1941 à 1964 (logique après une guerre mondiale), et il est resté au-dessus de 70% jusqu’en 1980, puis 50% en 1986.

        Bizarrement, le taux d’imposition des très riches n’était pas un soucis au USA. époque différente avec une économie en plein boom. Aujourd’hui, les USA sont dans une merde incroyable, et même leurs milliardaires proposent d’augmenter un peu leurs cotisations.

        Évidemment, de nombreux problème dans la gestion des finances de l’état ne doive pas être mis de côté parce qu’on va taxer les riches. Mais ce n’est pas une proposition qui me choque.

        Évidemment, même si hollande est un peu de droite pour un gaucho, ni lui, ni sarko ne sont des libéraux. Et ils ne s’attaqueront jamais aux vrais problèmes dans la gestion des finances de l’état.

        • Sauf que dans le premier cas (91%) la crise s’est prolongée, et que dans le second (70%) les niches fiscales permettaient une imposition effective de l’ordre de 35% si j’ai bonne mémoire.

      • Chiffre Hélas faux.
        Les dépenses publiques représentent à peu près 56% du PIB.
        La part des dépenses de l’Etat est quant à elle à peu près égale à 27% des dépenses publiques…
        (Chiffres du ministère du budget)

  • Je comprends parfaitement le JL, vu que j’ai un peu le même genre de dilemme pour le second tour, et même trilemne : abstention, comme au premier tour, Sarkozy, ou bien vote Hollande? Si je vote pour le prochain quinquennat, je vote Sarkozy ou pas du tout : ça ne changera rien ou si peu, alors autant prendre le moins mauvais des candidats. Mais puisque, justement, ça ne changera rien, à quoi bon me déplacer et légitimer un système électoral dont je ne veux plus? Si je vote pour les trente-cinq prochaines années, en revanche, Hollande s’impose : les français ont manifestement besoin que l’expérience quotidienne leur rappelle ce que le socialisme veut réellement dire, et la droite un peu moins antilibérale que la gauche de comprendre qu’elle doit assumer ses idées jusqu’au bout au lieu de se montrer lâche. En gros le principe de désinfection abordé ici à propos de l’élection américaine ayant finalement conduit à l’élection de Reagan, également adopté par Chirac quand il décida de dissoudre l’assemblée nationale et si vous croyez réellement qu’il n’avait pas prévu la cohabitation en résultant je ne peux rien faire pour vous : il savait par expérience que « les premiers ministres ne sont pas présidentiables »! En poussant un peu plus loin, étant donné que la majorité parlementaire à venir essuiera la tempête et ses conséquences, et que le sénat a déjà basculé, lors des législatives nous devrions voter n’importe-quoi-sauf UMP afin de bien marquer le coup. Reste que me déplacer pour mettre un bulletin socialiste dans l’urne reste a priori au-dessus de mes forces, a fortiori FN, donc en l’absence de candidat libéral je resterai probablement chez moi, mais je comprendrais parfaitement que des libéraux votent PS aux prochaines élections pour les raisons que je viens de décrire.

  • La seule question pertinente qu’il faut se poser est la suivante : quel est le pire des candidats, et faire son choix.

  • Comment peut-on s’abstenir pour permettre à Hollande d’être élu pour 5 ans quand on est libéral? 5ans qui ruineront la France. Ce voyageur qui vote ainsi me rappelle celui qui veut se venger, il achète un billet Paris-Lyon aller et retour en déclarant  » Je vais me venger du chef de gare : je vais bien à Lyon mais je ne reviens pas !

    • Fool me once, shame on you; fool me twice, shame on me.

      Sarkozy a fait ses preuves, en termes de ruiner le pays. On se demande ce qu’il faut de plus pour l’éliminer. Au suivant.

  • Totalement d’accord avec Diana, cet « article » déborde d’arrogance.
    Le plus grave reste cependant qu’il contient des éléments qui sont faux. Il est possible d’en relever énormément dans ce travail bâclé, mais tous les analyser prendrait trop de temps. Il convient de se concentrer sur les deux plus grosses énormités.
    1) « Le résultat ne s’est pas fait attendre. 66%. C’est la part de la dépense publique, donc de l’État, dans l’économie ». Savez-vous que l’Etat ne représente qu’une partie de l’ensemble des dépenses publiques? Ecrire  » dépense publique, donc de l’Etat » est une erreur plus que grave venant d’un « article » se prétendant « expert » en économie.
    2)  » le probable futur Président peut déclarer sans choquer qu’il taxera les plus hauts revenus à 75% ». Encore une énorme bêtise. Savez-vous comment fonctionne l’impôt sur le revenu? Le taux de 75% ne concerne que la dernière tranche d’imposition!

    Quoiqu’il en soit, vous reprochez à Diana de ne rien connaître au libéralisme, mais vous n’y connaissez pas grand chose non plus en économie et en finances publiques. Je viens de découvrir Contrepoints, le « nivellement par le haut ». Avec des papiers de ce genre perclus d’erreurs graves et de si mauvaise qualité, le nivellement ne peut se faire que par le bas, contrairement à ce que vous annoncez. Ce site est à déconseiller à toutes les personnes intéressées par l’économie et la politique.

  • Souligner l’arrogance de l’article c’est être pour Sarkozy? Quelle intelligence…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles