Faire faire par l’État pour s’éviter les remords ?

Nous ne voulons pas voler notre voisin. Mais si on vote une loi qui le fait pour nous ? L’État, sous notre mandat, collecte l’argent de notre voisin et nous le remet, ou bien le verse à la cause qui nous tient à cœur. Et, il ne faut pas s’en faire, car maintenant c’est juste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Faire faire par l’État pour s’éviter les remords ?

Publié le 21 avril 2012
- A +

Nous ne voulons pas voler notre voisin. Mais si on vote une loi qui le fait pour nous ? L’État, sous notre mandat, collecte l’argent de notre voisin et nous le remet, ou bien le verse à la cause qui nous tient à cœur. Et, il ne faut pas s’en faire, car maintenant c’est juste… Voyons, c’est une loi qui a été votée démocratiquement !

Par Pierre-Yves Saint-Onge, de Montréal, Québec.

On dit souvent que la gauche déresponsabilise les individus. C’est un gros problème avec le gouverne-maman… on se s’occupe plus de nos vieux, de nos pauvres, et de pleins d’autres questions, car le gouvernement va s’en occuper pour nous. Quand quelque chose ne va pas bien dans notre vie, c’est la faute du gouvernement. On l’entend souvent. Mais on ne réalise pas toujours à quel point ce phénomène est profond.

Prenons deux minutes pour regarder cet effet pervers à la base.

En tant qu’individu moral, bien peu d’entre nous seraient prêts à prendre une arme et aller combler ses “besoins fondamentaux” et ses “acquis” en allant se servir chez son voisin. En effet, que ce soit n’importe quelle cause, éducation, santé, manque de revenus, subventions culturelles, ou toute cause à la mode, on se résignerait à “vivre avec”. Nous n’irions pas voler notre voisin pour améliorer notre niveau de vie. Nous n’irions pas le regarder dans les yeux et lui faire remarquer qu’il a une voiture et que nous, nous n’en avons pas les moyens, et qu’il devrait nous verser de l’argent pour égaliser notre situation. Ça ne se fait pas, ce n’est pas civil, et ce n’est pas moral.

Par contre, la démocratie et la primauté de la loi nous permettent de le faire, en transférant notre pouvoir à un État qui nous représente. Nous ne voulons pas dérober à notre voisin le fruit de son travail… mais si on vote une loi qui le fait pour nous ? L’État, sous notre mandat, collectera l’argent de notre voisin et pourra nous le remettre, ou bien le verser à la cause qui nous tient à cœur. Et, il ne faut pas s’en faire, car maintenant c’est juste… Voyons, c’est une loi qui a été votée démocratiquement ! Et nous pouvons dormir sur nos deux oreilles, car nous n’avons jamais volé personne.


Sur le web

Lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites est sur le devant de la scène. Élisabeth Borne a présenté le plan du gouvernement qui est un énième plan de sauvetage qui ne résoudra rien. Comme dans le cas de la Sécu.

 

La présomption fatale

Les politiciens se croient d’un autre limon que le commun des mortels. Le commun des mortels en est convaincu aussi et a abandonné la souveraineté sur sa vie pour se jeter pieds et poings liés entre les mains avides des politiciens.

Le gouvernement veut confondre « le gouvernement et la société ». Il p... Poursuivre la lecture

Les collapsologues ont tout à fait raison : nous vivons bien une période d’Apocalypse, à la nuance près que ce n’est pas la planète qui s’effondre, c’est l’État qui part en totale déconfiture.

En quarante ans de "néolibéralisme" (entendez par là en quarante ans de soviétisation menée par des fils à papa parisiens pourris gâtés) la France s’est propulsée avec vigueur et confiance dans une trajectoire menant tout droit dans le mur.

Le prétendument meilleur système de santé au monde est en fait un dispensaire qui ne tient que par m... Poursuivre la lecture

pass sanitaire Guerre en Ukraine individus
2
Sauvegarder cet article

Un des principes fondamentaux autour duquel se regroupent les libéraux est celui de la liberté individuelle.

Il serait donc logiquement en tête des arguments que porterait un candidat libéral à une élection. Ce serait pourtant une assez mauvaise idée.

 

Un principe assez difficile à expliquer et à défendre

On vous renverra souvent les objections suivantes.

Objection 1 : nous avons déjà la liberté individuelle. C'est vrai, si nous mettons de côté les confinements, contraintes administratives, codes et autres lo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles