Démystifier les élections avec la théorie des choix publics

James Buchanan, Prix Nobel d'économie

Alors que le premier tour de la présidentielle approche, voyons comment décrypter les élections grâce à l’approche de la théorie du choix public.

Alors que le premier tour de la présidentielle approche, voyons comment décrypter les élections grâce à l’approche de la théorie du choix public.

Par Damien Theillier.

James Buchanan, Prix Nobel d'économie

Elections, piège à cons ? Selon la théorie des choix publics, développée à l’Université George Mason de Virginie par les professeurs Gordon Tullock et James Buchanan, les élections font partie intégrante d’un marché politique. Les acheteurs de ce marché, les électeurs, recherchent des faveurs et des privilèges du gouvernement. Les politiciens sont les fournisseurs de ces faveurs et de ces privilèges, dans le but de satisfaire les intérêts de la majorité.

James Buchanan explique ainsi que les politiques ont plus intérêt à flatter l’opinion dominante qu’à vouloir la faire évoluer. Et comme dans ce beau pays, à peine 30 % des Français croient aux vertus de l’économie de marché, aucun candidat ne veut prendre le risque de leur dire la vérité. C’est pourquoi il est rationnel pour les politiques de fustiger le libéralisme, de s’en prendre aux riches, à la finance et à la liberté d’entreprendre.

Une petite révolution mentale

L’école du Public Choice est à l’origine d’une nouvelle manière d’envisager la politique. Elle ambitionne d’appliquer l’analyse économique aux institutions politiques, afin de mieux comprendre le processus de formation des politiques publiques.

Comment les décisions collectives sont-elles prises ? Le point de départ de la théorie des choix publics est que les hommes politiques ou les électeurs qui prennent ces décisions doivent être considérés comme des gens ordinaires qui cherchent à maximiser leur propre intérêt et non comme des personnes désintéressées, au service d’un hypothétique bien commun. Nous croyons naïvement que lorsque les gens sont élus, ils sont en quelque sorte transformés et motivés par l’intérêt public. Une telle chose n’arrive que très rarement. Quand une personne devient un homme politique ou un bureaucrate, il est toujours d’abord motivé par son intérêt personnel. Les gouvernants cherchent par exemple à maximiser la taille de leurs budgets, car ils peuvent ainsi augmenter leur rémunération réelle en termes de salaire et de divers avantages.

Même si un décideur unique voulait agir pour le bien public, la théorie des Choix Publics nie qu’un intérêt collectif puisse exister en dehors des multiples intérêts individuels. Le résultat de l’analyse, c’est donc la démystification complète de l’État, censé être l’incarnation de l’intérêt général.

Si ses objets d’étude restent ceux de la science politique traditionnelle (l’État, les règles de vote et les élections), son originalité tient à sa méthode, héritée de la théorie économique traditionnelle, l’individualisme méthodologique et la théorie de l’action rationnelle. Pour comprendre les phénomènes politiques, il faut partir des comportements individuels et supposer que les agents cherchent à agir rationnellement dans leur propre intérêt.

Homo politicus et homo economicus

Le modèle du Public Choice insiste sur le fait que l’intérêt personnel, qui motive l’action humaine dans le secteur privé, peut être appliqué aussi bien à la prise de décision dans le secteur public. En bref, homo politicus et homo economicus sont les mêmes… Pour les universitaires de l’école des Choix Publics, marché économique et marché politique sont un seul et même marché, en ce sens que les personnes qui interagissent dans ces marchés sont motivées par des objectifs similaires et leur comportement peut être analysé avec les mêmes outils.

La théorie des Choix Publics suppose que les politiciens veulent gagner les élections – sans quoi ils ne seraient pas des politiciens longtemps. Pour atteindre leur but, ils proposent des mesures censées refléter les préférences de la majorité. Ils font donc des études de marché : les sondages.

Les résultats sont différents, non pas parce que les élections seraient guidées par d’autres raisons que celles qui guident les choix privés, mais parce que, dans les marchés privés, ceux qui cherchent leurs propre intérêt prennent des décisions qui ne touchent qu’eux-mêmes ou leur entreprise. Au contraire, sur les marchés politiques, les électeurs et leurs représentants, guidés par leurs propres intérêts, prennent des décisions qui touchent tout le monde.

L’ignorance rationnelle des électeurs

Il y a une tendance surprenante dans notre société à considérer l’ignorance comme étant synonyme de manque d’intelligence ou de bêtise. La vérité, selon l’École du Public Choice, c’est qu’il est « rationnel » pour la plupart des gens de rester dans l’ignorance de certains sujets.

La raison pour laquelle l’ignorance peut être rationnelle, c’est que l’acquisition de l’information entraîne des coûts. Ces coûts peuvent être payés en temps ou en argent, mais dans tous les cas, ils ne sont pas nuls. Cela signifie que de nombreuses situations existent dans lesquelles il est tout à fait rationnel pour des gens normaux de ne pas investir trop de temps ou d’argent sur un sujet particulier.

Le cas le plus fréquent d’ignorance rationnelle se produit en période électorale. Très peu d’électeurs peuvent se permettre d’investir de leur temps ou de leur argent pour s’informer sur les questions politiques et sur les programmes des candidats. Or plus l’électeur est occupé, plus il est rationnel pour lui de rester politiquement ignorant. En effet, le coût d’acquisition de l’information est très supérieur aux avantages pouvant être retirés de cette information, d’autant que l’influence d’un vote sur le résultat de l’élection est infinitésimale par rapport à ce coût.

Le résultat de ce phénomène est la propension des électeurs à croire ce que les politiciens leur disent. La balance est systématiquement favorable aux candidats qui présentent les propositions les plus extravagantes en termes de nouveaux droits (et donc de coûts cachés). L’examen détaillé de la façon dont ces promesses seront accomplies peut toujours être remis à plus tard ou abandonné et remplacé par une nouvelle plate-forme de promesses farfelues.

Sur le web. Article paru initialement sur 24hGold.