Les services régaliens de l’État deviennent payants

La justice à 35€, l'appel à 150€ ... Les services régaliens ne sont ils pas censés être financés par l’impôt ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Palais de justice de Paris

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les services régaliens de l’État deviennent payants

Publié le 16 avril 2012
- A +

La justice à 35€, l’appel à 150€ … Les services régaliens ne sont-ils pas censés être financés par l’impôt ? Nous sommes le pays le plus fiscalisé du monde et voici que nous considérons désormais comme « normal » d’avoir à payer pour les services régaliens.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Palais de justiceSachez le, désormais, saisir la justice vous en coûtera 35€. Oui, 35€ par instance, de quelque nature qu’elle soit, quelque soit la juridiction. En contestation de cette mesure, le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 janvier 2012 par la Cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par M. Stéphane C. Cette question était relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de l’article 54 de la loi n° 2011-900 du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011 (n° 2012-231 QPC), article instaurant cette « contribution » de 35€. Le prétexte de cette taxe, pardon, « contribution », est le financement de la réforme de la garde à vue résultant de la loi du 14 avril 2011 relative à la garde à vue, notamment de l’aide juridictionnelle.

Le Conseil a également été saisi le 3 février 2012 par le Conseil d’État, dans les mêmes conditions, d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par M. Philippe K. et la Confédération Force Ouvrière relative à la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit de cette même disposition ainsi que de l’article 54 de la loi n° 2009-1674 du 30 décembre 2009 de finances rectificative pour 2009 (n° 2012-234 QPC). Là, il s’agit d’instaurer une taxe, pardon, cette fois-ci il s’agit d’un « droit » de 150€ (en plus des 35 précédemment cités) à l’instance d’appel lorsque la représentation par un avocat est obligatoire devant la cour d’appel. Le prétexte, cette fois ci est le financement de l’indemnisation des avoués près les cours d’appel à la suite de la suppression, par la loi du 25 janvier 2011 portant réforme de la représentation devant les cours d’appel, du privilège professionnel dont ils jouissaient. Le Conseil constitutionnel a joint les deux QPC pour statuer par une seule décision.

Et vous savez quoi ? Il a écarté les griefs soulevés et jugé les dispositions contestées conformes à la Constitution (Décision N°2012-231/234 QPC du 13 avril 2012).

Les services régaliens, au moins eux, ne sont-ils pas censés être financés par l’impôt ? Nous sommes le pays le plus fiscalisé du monde et voici que nous considérons désormais comme « normal » d’avoir à payer pour les services régaliens. Bien sûr, j’entends la majorité d’entre vous dire que 35€, ce n’est rien. Mais, d’une part, comme je l’évoquais dans un article précédent, en supprimant les tribunaux de proximité, en fermant un certain nombre de « petits » tribunaux et maintenant en instaurant une taxe de 35€, on incite de plus en plus les Français à régler leurs différents hors la justice. Ce n’est pas sain pour le fameux « vivre ensemble ». Si on prend l’habitude de régler ses comptes soi-même pour les broutilles, on va vite les régler soi-même pour les différents plus importants. Les communautés, en particulier la communauté musulmane, vont se voir encouragées à faire appel à d’autres formes de tribunaux, « juges de paix » pour certains, tribunaux islamiques pour d’autres (cela est déjà le cas en Grande-Bretagne), appliquant d’autres lois et statuant sur d’autres logiques que celles de la République. C’est de la désagrégation de l’unité de la nation. D’autre part, l’expérience nous apprend que toute nouvelle taxe commence toujours sa carrière à un niveau « supportable » pour, petit à petit, année après année, atteindre le seuil maximum tolérable.

Il nous en coûtera donc de plus en plus cher de faire appel à la justice. La prochaine étape sera probablement l’achat par chaque Français majeur de son pactage et de son arme en cas de mobilisation, ou la taxe d’intervention de la police dont le montant variera selon que la gravité de votre appel nécessite un ou plusieurs véhicules d’intervention… Ne riez pas, nous en reparlerons dans quelques temps…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Martin Giraud.

Une ritournelle revient constamment dans le débat public, affirmant que le libéralisme économique serait condamnable car il serait mauvais pour les personnes modestes.

Malgré la longue tradition libérale occidentale ayant abouti à une hausse sans précédent de notre niveau de vie depuis deux siècles, cette idée s’est ancrée chez une majorité de gens depuis quelques décennies.

Elle n’est bien sûr pas nouvelle, mais elle transcende désormais la plupart des courants politiques, alors qu’elle était auparavan... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Nicolas Jutzet. Un article de Liber-Thé

Le socialisme conserve un grand pouvoir de séduction et il bénéficie actuellement d'un retour à la mode particulier sous le couvert de diverses revendications sociales, écologiques et économiques. Entre plan de relance, mesures collectivistes et toute-puissance de l’État, il prend différentes formes.

Pourtant, cette idéologie a échoué dans le passé et continuera de le faire, pour deux raisons principales : c’est un système immoral et irréaliste. C’est sa nature qui explique ses échecs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles