Faut-il conserver tel quel le statut des intermittents du spectacle ?

Le régime de l’intermittence du spectacle est un véritable scandale. Pourquoi ? Pour deux raisons, l’une pratique l’autre philosophique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 992

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il conserver tel quel le statut des intermittents du spectacle ?

Publié le 13 avril 2012
- A +

Le régime de l’intermittence du spectacle est un véritable scandale. Pourquoi ? Pour deux raisons, l’une pratique l’autre philosophique. Explications.

Par Le Parisien Libéral.

Ça n’est pas seulement le post du blog Les Dessous du Social – Le Figaro qui incite à réagir, quoi que quand on lit :

« Les 105 100 intermittents du spectacle représentent 0,8 % des salariés affiliés au régime général d’assurance-chômage, 3,4 % des effectifs indemnisés mais 5,9 % des dé­penses. Les allocations versées en 2009 se sont montées à 1,3 milliard d’euros pour près de 225 millions de cotisations encaissées. Résultat ? Le déficit 2009 du régime des intermittents se monte à plus d’un milliard. »

Il y a déjà de quoi réfléchir.

À vot’ bon coeur, les Con-tribuables !

L’interview de Hollande au quotidien Le Parisien est éloquente. Le candidat socialiste dit :

« L’intermittence fait vivre un grand nombre d’industries, pas simplement des associations (il oublie les clowns de Delanoé). Ce statut est utile pour ses bénéficiaires, mais aussi pour les employeurs, qui ne pourraient pas vivre sans. Ce qui est contesté par un certain nombre de partenaires sociaux, c’est qu’il repose essentiellement sur les cotisations chômage. »

Pourtant, le régime de l’intermittence du spectacle est un scandale.

Pourquoi ? Pour deux raisons, l’une pratique l’autre philosophique.

Sur le plan pratique, le régime est détourné, la presse comme Le Point ou les autorités telles que la Cour des comptes traitent du sujet régulièrement.

Sur le plan plus philosophique, l’assurance chômage est, comme son nom l’indique, une assurance, c’est-à-dire une cotisation couvrant un risque par définition incertain. Si les artistes savent à l’avance qu’ils seront en moyenne six mois par an au chômage, est ce qu’il est logique qu’ils soient couverts par un régime assuranciel ?

Il est urgent que les artistes deviennent des auto-entrepreneurs, ou alors des salariés en CDI, bref qu’on les sorte de cette case d’intermittent aussi étriquée qu’injuste. Le statut de l’intermittence du spectacle doit disparaître, tout simplement, au profit de la liberté contractuelle et de l’incertitude, corollaire de la pratique artistique. Si les intermittents du spectacle et, plus largement, tous les titulaires de régimes spéciaux d’assurance chômage et retraite veulent des prestations personnalisées, ils peuvent s’adresser à Axa, Allianz ou tout autre assureur qui sera sans doute ravi de leur proposer des contrats.

Enfin, quand on y pense, comment des artistes peuvent accepter, sur le plan personnel, de voir leur liberté sournoisement subventionnée par le contribuable racketté en catimini ? Qu’ils ne disent pas que sans cela, nous n’aurions ni théâtre ni arts de quelque sorte que ce soit. On voit bien que la télévision grand public (sans connotation péjorative du tout, puisque la télévision populaire produit d’excellents programmes comme Top Chef) est la première utilisatrice de ce système de prédation des salariés du régime commun. La musique, le théâtre, la peinture n’ont pas besoin de formulaires, de décrets et de chargés de mission interministériels. Ils ont besoin d’hommes et de femmes motivés par leur créativité.

Il est vraiment temps de dépolitiser le système français de prestations sociales et d’instaurer, d’une part, le salaire complet, un revenu universel garanti et, d’autre part, une flat tax sur l’ensemble des revenus.

À l’heure des réseaux sociaux, les artistes peuvent, comme Grégoire, rencontrer directement leur public et monétiser leur talent, sans intermédiaires.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (124)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (124)
  • La personne qui a écrit l’article n’a pas la moindre idée de ce que c’est être un intermittent. Pourrait il faire l’effort d’en rencontrer histoire qu’on lui explique a quoi ça sert et ce qu’on en pense. Je suis prêt a discuter avec le mec qui a écrit cet article et qui n’est tout simplement pas au courant de ce qui se passe. ( je suis intermittent je précise). Ça me ferait plaisir d’expliquer le système aux gens qui ne le connaissent pas. Parce qu’avec un article pareil les gens sont trompés. Voila.

    • On vous écoute. Vous avez, il me semble, toute la place pour expliquer votre situation. Sont-ce les chiffres de l’article qui sont faux, ou bien est-ce l’aspect « philosophique » qui vous dérange ?

    • Oui des réponses, à quel niveau l’article est-il faux. Vous contestez mais n’apportez pas de contre argument. Vous ne convaincrez personne de cette manière.

    • Les faits sont têtus. L’intermittent du spectacle, même de bonne foi, est payé par les salariés permanents qui cotisent parce que c’est obligatoire.
      Il participe à des créations artistiques dont les vedettes reçoivent des émoluments phénoménaux et dont les producteurs gagnent assez bien leur vie.
      C’est à eux qu’il devrait demander des améliorations de son statut et de sa rémunération et pas aux autres salariés à coup de manifestations violentes.
      Ils feraient peut être un effort !

    • Je ne vous comprends pas, Manuel. L’article ne fait que critiquer l’injustice évidente d’un système de redistribution des richesses aux profit des uns et aux dépens des autres, surtout quand il s’agit d’un système IMPOSE par l’Etat.

      Ce à quoi vous répondez de façon à mon sens inappropriée en tentant de nous expliquer votre métier.

      Un peu comme si à la question « combien ? » vous répondiez « parce que ».

    •  » je suis intermittent je précise »
      Tu m’étonne!!

    • Aucune explication du système n’est nécessaire. 1 milliards d’euros par an de déficit cela résume et explique très simplement que le système est pourris et DOIT être réformé. Mais alors pourquoi ce système existe? très simple, comme les gens ne sont pas près à dépenser leurs argents pour aller voir certains spectacles et que l’état (en général) ne souhaite pas augmenter les impôts pour financer la culture, les hommes politiques ont décider de faire les poches en douce de tous les gens qui travaillent à travers une taxe sur l’assurance chômage. CQFD

    • Absolument, Je Confirme !!

  • Le problème des intermittents du spectacle, c’est que cette catégorie regroupe aussi bien les électriciens, que les acteurs…
    Ainsi M. Depardieu est un intermittent du spectacle… trouvez l’erreur

  • Vous oubliez deux autres effets pervers :

    Il y a vingt, non trente ans, j’ai fait des figurations dites « intelligentes » c’est-à-dire que j’avais un court texte à dire. Cela pour la télévision régionale, donc des budgets bien moindres que ceux du cinéma. A l’époque, je touchait 2000 francs par cachet, soit 300 euros aujourd’hui. Ce montant était important puisque nous savions que ce travail était intermittent et qu’il fallait vivre entre.

    Actuellement, pour les même prestations, un comédien perçoit moins que cela. Puis que les producteurs savent que la période entre deux cachet sera prise en charge par l’Assedic. Donc, se sont les comédiens qui sont les premières victimes de ce système.

    Et l’autre tare est que les comédiens ne sont plus sélectionné sur leur talent, mais sur leur capacité à négocier les contrat les moins chers pour les producteurs et les plus juteux pour eux.
    La solution souvent adopté, est que le producteur déclare des cachets très élevés, mais ne verse rien au comédien. Le comédien ne coute donc que le montant des charges sociales qui lui permettront de toucher des indemnités plus élevées.

    Résultats, il y a une quantité d’individus, sans aucun talent, qui écument les plateau et les salles de théâtres (subventionnés ?) au détriment des acteurs doués qui savent moins magouiller.

    Le résultat est flagrant : Le moindre comédien de série américaine est bien plus talentueux que la plupart des nouveaux comédiens français.

  • la connerie tue, mais très lentement, que faites vous de bien dans votre vie, monsieur. En temps que contribuable, je préfère que mes impôts aide au mieux vivre des personnes donc avec une grande diversité culturelle que de financer les usuriers de tout poil (qui eux, nous coûtent beaucoup plus cher que les intermittents) ou un porte avion qui tombe en panne tous les matins. Les critiques style, les mauvais comédiens français sont également stupide, chaque individu est différent et la proposition culturelle doit lui offrir le choix sinon, nous vivrons dans une société uniforme proche du totalitarisme. Que ce système soit à réformer, c’est une évidence mais dans le sens que les coûts sociaux n’incombent pas majoritairement sur le travail mais plus sur les capitaux spéculatifs. Je n’aime pas ce monde fait de haine, de mépris, d’inculture, de rejet et d’égoïsme dans lequel nous vivons de plus en plus, à ce rythme là, la société humaine n’en n’a plus pour très longtemps, société où les parents mangent leurs petits

    • « Je n’aime pas ce monde fait de haine, de mépris, d’inculture ».
      Cette phrase ne manque pas de sel quand on voit que votre propos débute par une insulte gratuite adressée à l’auteur sur un ton agressif.
      C’est donc cela la « culture » que vous défendez : l’incapacité de dialoguer de façon apaisée et argumentée ?

      • je veux bien dialoguer, mais pas sur des arguments fallacieux, il y a moins d’insulte (de mépris) dans mon post que danc cet article. Imaginez que pour les chauffeurs routiers (ce n’est qu’un exemple) si l’on ne prend en compte que les chauffeurs routiers qui sont au chomage, il est certain que le rapport indemnité/charges sociales sera déficitaire. De même pour les intermittents qui regroupent des comédiens, musiciens, techniciens (on utilise beaucoup de menuisiers, d’electriciens de peintres etc… dans le cinéma) on ne comptabilise que ceux qui sont intermittents et pas les musiciens comédiens, personnel des salles de spectacle permanent, bref, on comptabilise que ceux qui travaillent de manière partielle, il est donc tout à fait normal que le régime soit déficitaire. Pour réaliser une situation exacte, il faudrait comptabilisé sous les secteurs qui vivent de la culture (personnel permanent, industrie musicale, chiffre d’affaire engendré par les festival, etc…)

        • Je suis près à parier que le régime des chauffeur routier est parfaitement équilibré, il bossent à plein temps….eux.
          Quand au contribuable ils aimeraient bien contribuer moins et profiter de leur argent durement gagné plutôt que l’état choisissent à leur place ce qui est important pour eux. C’est le genre de tyran de votre espèce qui pourrit la société humaine depuis quasiment le début de son existence. Vous faites partis de la petite minorité qui s’arroge le droit de décider pour les autres fusse à la pointe des baïonnette pour les récalcitrants. Dans votre discourt suffisant et plein de mépris vous venez expliquer la vie à la pauvre populace qui ne sait pas ce qui est bon pour elle.

    • JE VEUX
      LES SOUS
      DES AUTRES

      JE VEUX
      LES SOUS
      DES AUTRES

      JE VEUX
      LES SOUS
      DES AUTRES

      • vous êtes Banquier ?

        • non fonctionnaire ou homme politique au choix

          • « non fonctionnaire ou homme politique au choix »
            Excellent!!:) le fonctionnaire qui accuse l’intermittent de couter aux contribuables et en plus de pas en foutre une, c’est le comble du comble 🙂

            Mon pauvre clown je te sens bien seul sur ce forum..Pour rester sérieux, revoir le statut d’intermittent je peux le concevoir car, je ne le trouve pas forcement adapté et illogique sur plusieurs points et je trouve qu’il engendre beaucoup d’abus, autant du coté employeur que salarié. Je pense que ces abus pourraient être corrigés et bénéfiques pour les intermittents eux memes..bref c’est un long débat et pour cela il faudrait réunir dans gens du terrain très bien informés sur le sujet.
            Mais de manière générale, un spectacle coute cher et rapporte peu voir pas du tout… que ce soit du spectacle de rue, de la danse contemporaine, du théatre ou un festival de musique avec des têtes d’affiches, un événement est rarement rentable, il y’a donc forcément un manque à gagner qui doit être financé par l’état. Je comprend que pas tout le monde puisse etre d’accord avec ce principe mais si vous voulez une diversité culturelle, autre chose que du « top chef » justement ou du johny halliday au stade de france (lui meme intermittent-exemple d’abus), le contribuable doit mettre la main au portefeuille 🙂 comme il le fait pour plein d’autres intérets communs….

            • Bien envoyé pib ! C’est sûr, sans subvention, culture pourrie. Sans subvention, pas de Van Gogh. Pas de Flaubert. Pas de Rembrandt ni de Verdi. Pas de Shakespeare. Pas de Hokusai. Siècle après siècle après siècle de top chef et de Johnny Halliday.

      • Gratuits les sous.

  • désolé, je n’avais pas vus votre référence à Top Chef (réalisé certainement par de nombreux intermittents) , si votre bagage culturel se résume à cette émission, je ne m’étonne pas de votre article.
    Au passage, vous parlez de Hollande, mais depuis 10 ans, qui gouverne ?, je n’ai vu nul part que Sarko ait voulu réformer le système, bien trop peur que ces petits copains producteur qui sont les grands bénéficiaires de ce système lui volent dans les plumes

    • « Au passage, vous parlez de Hollande, mais depuis 10 ans, qui gouverne ? »

      Un socialiste : https://www.contrepoints.org/2011/11/13/55299-sarkozy-ce-socialiste

      Vous avez d’autres questions ?

      • vous devriez être heureux, le statut d’intermittent est le type même de l’idéal liberal

        • parce que grâce à ce système, c’est l’employeur qui réalise les plus gros profits, pas de salarié à rémunérer dans les périodes de moindre activité et une flexibilité à toute épreuve. En parlant de parasite (nous sommes tous des parasites, réfléchissez bien) savez vous que pour bien pratiquer un instrument de musique en tant que professionnel, il faut le pratiquer au moins 4 à 5 h par jour rien que pour la pratique, pour trouver du travail, il faut monter des projets, trouver le financement, répéter. Dans ce métier  »Monsieur qui se croit d’utilité publique » il faut savoir tout faire (un peu comme un artisan mais cela semble à des années lumière de votre pauvre réflexion). Nos sociétés sont régressive et nuisible à cause d’individu tel que vous

          • Le clown, le clown … plutôt le voleur, oui. Les gens dont vous voulez faire piquer l’argent par la force, via la police et la justice pour le donner à votre petite personne pleurnicharde (mais c’est que j’ai une sensibilité d’artiiiiste, moâ) travaillent plus dur que vous, qu’ils soient caissière, ouvrier, secrétaire, coiffeur, chauffeur, programmeur, employé de centre d’appels, j’en passe et des meilleures.

            Voleur.

        • ce n’est pas injuste de travailler et les corps de métier que cite ce cher nick de cusa nostra sont assurément très pénible et moins gratifiant mais simplement pour ce travail là, il n’y a aucune rémunération. Je suis d’accord avec vous pour le reste donc plus de subvention pour l’agriculture, plus de remise de charges sociales, plus de niche fiscale, plus de fric pour les militaires qui ne rapportent rien, plus de medecin car l’urssaf, nous piques notre fric, plus de politique, ça coûte trop cher, plus de banque, ça sert pas à grand chose

        • lucillo, quel est votre profession, la mienne est musicien, Pour votre profession, vous avez bien été obligé de vous former, apprendre un métier, faire des études (en général gratuite en France). Dans ma profession (ce n’ai pas un hobbie), il faut s’entretenir constament, apprendre tout le temps, et ce temps n’est pas rémunéré mais me permet d’être performant pour me procurer du travail j’espère que dans votre profession, c’est la même chose, sinon quel intérêt si ce n’est celui d’évoluer. Qu’appelez vous « vivre comme un homme », je ne fais pas les poubelles, rassurez vous. J’exerce un métier intéressant et exigeant, je ne suis pas un musicien extraordinaire mais je ne suis pas non plus un mauvais musicien, je fais de nombreux spectacles et les personnes qui y assistent on l’air heureux d’être là. Figurez vous que dans cette profession comme dans toutes les autres, si on est mauvais, très vite, on ne travaille plus et il n’y a plus aucun revenu très vite. Simplement, l’organisation de ce secteur d’emploi est fait de tel façon que le temps de travail réellement rémunéré ne correspond en rien au temps passé pour fournir se travail. Quand je vais jouer à 800km de chez moi, je parts la veille et reviens le lendemain, 3 jours de travail pour 1 jour rémunéré (je me demande vraiment ce que vient faire cette notion de vivre comme un homme, une femme ça travaille aussi) Quand vous serez malade (ce que je ne vous souhaite aucunement) vous coûterez certainement plus cher à la société que ce que vous aurez cotisé, et à aucun moment, je ne vous traiterez de parasite. Le sous titre de ce site est « le nivellement par le haut », à en voir le niveau de réflexion, la barre ne doit pas être très haute

          • En tant qu’intermittent je suis assez d’accord avec l’article. Il y a de l’abus de la part d’employeurs mais aussi de certains intermittents qui en abusent franchement. Plusieurs fois on m’a demandé « d’échanger » des contrats pour avoir le minimum d’heures et c’est une pratique assez courante entre intermittents.
            J’en vis depuis près de 10 ans mais pour ça j’ai du me battre pour chercher mes contrats et montrer mon expérience. Ce n’est pas aux autres salariés de financer mon incompétence.

    • çà veut dire quoi ? la culture est ce qui différencie l’homme de l’animal et permet de communiquer plus facilement avec d’autres personnes. Il ne faut pas juger les personne sur leur bagage culturel mais sur leur envie d’apprendre

      • Où l’on apprend que l’espèce humaine a émergé grâce à la subvention.

        • « Les gens dont vous voulez faire piquer l’argent par la force, via la police et la justice pour le donner à votre petite personne pleurnicharde (mais c’est que j’ai une sensibilité d’artiiiiste, moâ) travaillent plus dur que vous, qu’ils soient caissière, ouvrier, secrétaire, coiffeur, chauffeur, programmeur, employé de centre d’appels, j’en passe et des meilleures. »

          Faudrait que tu viennes faire un petit stage je crois, une petite tournée de 6mois à travailler 20h par jour payé 8 et déclaré 8… à dormir dans un camion ou un flight case et bossé toute la journée en plein caniard, j’en connais plus d’un qui ont pas duré longtemps, comment se permettre de dénigrer un travail sans en avoir la moindre connaissance….PS:je suis ingé son, je travail 2500 heures réelles, mon travail est a 90% de la manutention, j’ai 2 hernies discales et 30ans..alors arrettez de mettre tout le monde dans le meme panier, vous ne connaissez absolument rien à ce milieu, des faignants y’en a comme partout et des profiteurs aussi.

          • Mais mon gars, c’est ta vie, tu l’as choisie. Je ne la dénigre pas et personne ici, mais mène là sans exiger qu’on pique l’argent d’autrui par la force pour que tu mènes la vie que tu t’es choisie. Assume.

        • @lepib83

          Rien ne vous interdit de changer de boulot si vous le trouvez si pénible.

          Vous savez, la plupart des métiers indépendants demandent aussi du travail, comptent beaucoup d’heures non payées. Or, ces personnes n’exigent pas de vivre sur le dos du contribuable pour autant.

          Seriez-vous de noble sang pour vouloir être traité de façon différente ?

          Votre métier, vous l’avez choisi. Quand on fait des choix, on assume.

          • « travailler 20h par jour, payées 8, déclarées 8… » Il est peut-être déjà là le problème. Ce n’est pas à la société de payer pour cette « exploitation ».

          • Je m’aperçois que mon commentaire est mal placé, il était en réponse @lepib83

  • Pour la partie « philosophique », je crois que la culture n’a pas à être rentable, c’est ce qui fonde la liberté de l’acte créatif.

    Pourquoi sans cesse chercher à stigmatiser certaines catégories de la population (un coup les roms, un coup les fonctionnaires, un coup les intermittents …) ?
    Chacun d’entre nous fait ce qu’il peut pour vivre avec ce qu’il sait faire.
    Le modèle de rentabilité de l’entreprise est il réellement un horizon indépassable ? A appliquer à tous les domaines de l’activité humaine ?

    Par ailleurs si on cherche de l’argent, autant aller le chercher là ou il est. Niches fiscales, transactions financières, etc. Le droit de vivre et de travailler de 100 000 intermittents du spectacle vaut bien plus à mes yeux que le droit de Mr Bolloré à s’acheter un nouveau yacht.

    • « Le modèle de rentabilité de l’entreprise est il réellement un horizon indépassable ? A appliquer à tous les domaines de l’activité humaine ? »

      Pouvez vous assurer/pérenniser quelque chose sans un quelconque revenu?

      « Le droit de vivre et de travailler de 100 000 intermittents du spectacle vaut bien plus à mes yeux que le droit de Mr Bolloré à s’acheter un nouveau yacht. »

      Travailler ou acheter un Yacht ne sont pas des Droits.

      • Droit ou pas droit, c’est une question de choix de politique économique. Un yacht ça sert a rien, des artistes qui travaillent, ça sert. Mais passons, l’idée était de dire que les intermittents n’ont aucune espèce de responsabilité dans la crise. Celle ci étant plus due à une réduction des recettes qu’a un hausse des dépenses. Stigmatiser les intermittents ne sert qu’a diviser. C’est la méthode du pouvoir.
        Les intermittents sont dans leur immense majorité dans des situations sociales très difficiles. Ils sont soumis directement à la volonté des marchés évènementiels. Quant ces derniers n’ont pas besoin d’eux, alors ils reçoivent des indemnités, pour vivre. Et c’est bien normal car sinon personne ne ferait ce job.

        Il y a une différence entre

        • « Un yacht ça sert a rien, des artistes qui travaillent, ça sert. »

          Le fait qu’un bien ou un service ait une utilité ne regarde que celui qui achète le bien ou fait appel à un service. C’est ce qui fait la légitimité d’un bien ou d’un service en particulier.

          « . Stigmatiser les intermittents ne sert qu’a diviser. C’est la méthode du pouvoir. »

          Ca tombe bien. Ce qui est dénoncé dans l’article ce ne sont pas les intermittents mais le régime de l’intermittence.

          • « Le fait qu’un bien ou un service ait une utilité ne regarde que celui qui achète le bien ou fait appel à un service. C’est ce qui fait la légitimité d’un bien ou d’un service en particulier.  »

            Dans votre pensée libérale/libertarienne, je le conçois. Je tiens juste à exprimer l’idée qu’en sortant de ce cadre idéologique, on peut raisonnablement considérer qu’il existe des investissements inutiles (et parfois même nuisibles) à l’espèce humaine. Je prends pour exemple la division internationale du travail, ou le gaspillage énergétique (pour généraliser le propos), qui, si ils apportent un profit immédiat à certains, restent néfastes à la fois socialement et écologiquement.

            « Ca tombe bien. Ce qui est dénoncé dans l’article ce ne sont pas les intermittents mais le régime de l’intermittence. »

            Vu ce qu’on lit dans certains commentaires, l’amalgame semble facile.
            Je reste d’avis que la péréquation des couts par l’Etat est une solution dans certains domaines (comme la culture ou l’education) où le marché n’est pas efficient.

          • @Guillaume

            1/ Renseignez-vous sur ce qu’est l’idéologie avant de considérer une philosophie du droit comme en étant une.

            2/ Comment faites-vous pour estimer qu’un investissement est inutile à l’espèce humaine ? C’est une commission de bourreaucrates qui vont décider cela ? Quelles solutions apportez-vous, sans cela réduire la population dans l’extrême pauvreté ?

        • « Un yacht ça sert a rien »

          Un yacht peut servir à organiser des fêtes et à inviter des connards d’artistes pour distraire les convives.

          • La médiocrité de ces insultes en disent long sur la hauteur de vue que vous avez sur la société des hommes, qui est, il me semble, autrement plus complexe que ce que votre idéologie vous donne comme certitudes.
            j’ai connu des libéraux bien moins cons.

  • Le « parisien Liberal » vous etes tout SAUF liberal , votre article est limite diffamatoire , mais surtout TOTALEMENT infondé et FAUX , mais je suppose que vous faites parti de cette caste extreme pour qui le mot SOLIDARITE n’existe pas . Bref le but de cette reponse n’est pas de vous donner du grain à moudre mais de vous demander d’écrire un article similaire sur TOUS les avantages dont d’ailleurs vous devez vous aussi bénéficier en voici quelques unes parmi tant d’autres Les primes aux agriculteurs, pecheurs, camionneurs , les defraiements non taxables des deputes, senateurs , ministres , tous leurs avantages en nature voiture de fonction repas etc, mais aussi les avantages des CE , destickets restaurants , des niches fiscales , des tickets transports et autres avantages des grosses sociétés , les voyages dits d’études etCC… vous voyez vous avez encore sujet à écrire avant de taper sur les artistes qui EUX contrairement à certains qui gagnent des fortunes par mois et ne feront pas un seul match gratuit au stade de France au profit du Sida, du cacncer ou des reto du coeur ( suivez mon regard) car les artistes ont les galas des enfoirés , toutes les manifestations qu’ils animent benevolement pour aider les causes X ou Y ca vous l’avez oublié dans votre article …. BIZAREMENT

    • Mon dieu, comme vous illustrez à merveille la fameuse maxime de Bastiat : « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

      Vous n’avez pas honte ?

  • Non pas honte , car lorsque , comme ce week-end, j’ai organisé et effectué BENEVOLEMENT des spectacles (NB Ce qui m’a d’ailleurs couté de l’aregent) pour une oeuvre caritative , que cela a rapporté environ 10.000 euros ENTIEREMENT reversé , alors là NON je n’ai pas honte Question laisseriez-vous 1 mois de salaire pour les resto du coeur ou autres ??? ( Précision: 10.000 euros n’est pas 1 mois de mon salaure et bien loin de cela , mais l’effort pour arriver à cette somme) Je peux aussi vous donner des chiffres officiels sur ce que j’ai deja effectué sur de TRES nombreuses années , cela vous donnerez peut-être le tourni , et je ne suis pas le seul dans ce cas parmi mes collègues « petits artistes inconnus » que nous sommes et selon vous « profiteurs d’un système » !!!…..

  • @ Ted, Manuel, et le Clown

    en attendant vous n’avez pas encore apporté un seul fait qui vienne contredire l’article, cela vous donne peu de crédit.

    • il y a des phrases cultes ici !

      « L’idéal libéral serait que l’État retire ses sales pattes du monde des arts et de la création artistique et qu’il cesse de subventionner à coups d’argent volé aux contribuables des légions de parasites. »

      « Où l’on apprend que l’espèce humaine a émergé grâce à la subvention. »

      • @ Ted : ce post n’est pas une attaque ad hominem contre tel ou tel intermittent, mais contre le REGIME des intermitents. Donc, de même, ne jugez pas mon sens de la solidarité. Mais puisque vous en parlez, envoyez moi un mail leliberal@hotmail.fr , je recrute pour des maraudes pour aider les SDF parisiens.

        Sinon, vous parlez de s primes aux agriculteurs, pecheurs, camionneurs , les defraiements non taxables des deputes, senateurs , ministres , tous leurs avantages en nature voiture de fonction repas etc, mais aussi les avantages des CE , destickets restaurants , des niches fiscales , des tickets transports et autres avantages des grosses sociétés , les voyages dits d’études etCC

        VOUS ETES MAL TOMBé !
        Nos « amis » de « droite » et du centre nous prennent justement pour des populistes parce qu’on passe notre temps à dénoncer ces travers. Lisez le Cri du Contribuable et autres sites anti ultra étatisme et vous comprendrez.

        Vous pouvez aussi, spécifiquement, lire le blog le Parisien Liberal. On y dénonce la PAC http://leparisienliberal.blogspot.fr/search?q=PAC à longueur de posts, ou les députés qui refusent de voter une baisse de 10% de leurs rémunérations.

  • « Et lorsque vous parlez de « voleur » là c’est de la diffamation »

    Non, c’est juste la vérité. Et quand il trouve une justification à son geste, le voleur est également un salaud.

  • Laisse béton Ted, il comprenne rien à la vie, ce sont des gros bofs qui ne sont surement jamais rentré dans un théâtre, tu l’as vu l’art pour eux c’est top chef et pourquoi pas le « big deal » ou la fete à la saucisse aussi…pfffff c’est grave..

    • Nous sommes peut-être des beaufs, mais vous pour assumer* vos choix comme un homme, bof bof.

      *: Sans exiger qu’on pique l’argent des autres par la force pour les assumer pour vous.

    • En tout cas, vu vos phote d’ortaugraf, on peux aitre cert1 que vous est-te cultivaient.

      • Oui vu comme cela, il ne sert à rien de débattre. Le message que j’essayai juste de faire passer c’est que avec ou sans les intermittents la production d’un spectacle n’est que très rarement rentable..et désolé Nick, on ne peut pas comparer notre monde actuel avec celui des siècles derniers…bien-sur que sans subventions il y aurait des artistes mais les moyens de production ne sont plus les mêmes quand même, fini les festivals en tout genre,fini le festival d’avignon, fini aussi pour 90% des lieux de diffusion, l’accès à la culture dans les endroits difficiles, les concerts gratuits, fini aussi les animations culturelles dans les hopitaux etc…
        Je disais sur mon premier post être ok pour changer ce statut, et pourquoi pas fonctionner en indépendant, c’est bien le sujet de ce forum?? ce que je ne conçoit pas c’est être traiter de voleur ou de fainéant sans pouvoir débattre tranquillement.
        Je vois juste à travers ce que j’ai pu lire que ce qui vous révolte c’est de mêler la culture au portefeuille du contribuable puisque ca ne le concerne pas directement, c’est bien ca??
        Mais alors par exemple je n’ai pas d’enfant, je ne vois pas pourquoi mes impôts partirai dans la fabrication de nouvelles écoles publiques dans ce cas la..je trouve cela bizarre comme façon de penser.
        Je ne cherche juste à comprendre et discuter trankillllou

        • « Mais mon gars, c’est ta vie, tu l’as choisie. Je ne la dénigre pas et personne ici, mais mène là sans exiger qu’on pique l’argent d’autrui par la force pour que tu mènes la vie que tu t’es choisie. Assume. »

          Nick, j’ai bien dit être ok pour revoir ce statut, pour des raisons personnelles mais aussi pour un intérêt commun.. Le problème c’est que c’est tout un système à modifier, ça ne sert à rien de casser du sucre sur le dos des intermittents, ce n’est pas le sujet du forum, il s’agit si j’ai bien compris de trouver une alternative à ce statut.
          Si moi même demain je décide de facturer mes prestations je ne pourrai même pas le faire car mes employeurs ne voudront pas.. bref, c’est tout un système à repenser et crois moi que je serai le premier à vouloir le faire.

        • ‘tends, ‘tends, je vais repenser.

          Minute, je repense, là, j’arrive.

          Ayé !

          Alors, tu fais un tableau ou un livre ou opéra ou un concert. Bon. Tu me suis jusque là ? Ca te coûte tant à monter. Bon. Maintenant tu vends. Le tableau ou le livre ou les billets. Alors. Soit ta recette dépasse tous tes coûts et tu vis. Soit ce n’est pas le cas et tu n’est pas fait pour cette activité, trouve autre chose. Ou travaille mieux.

          Comme tout le monde.

          Mais mais mais … ça marche ! C’est génial.

        • «j’ai bien dit être ok pour revoir ce statut, pour des raisons personnelles mais aussi pour un intérêt commun.. »

          Un intérêt commun dans lequel tu trouves du profit sur le dos des autres ?
          Sur quelle base objective est-ce un intérêt commun ? Tu te bases sur une surestimation personnelle de l’importance de la production artistique.
          De plus, on ne peut pas dire que ce soit hyperefficace, la subvention.
          Au fait, The Artist n’a eu aucune subvention.

  • Oui biensur et c’est comme ca que ca se passe d’ailleurs, un spectacle se vend, s’achète. Mais c’est pas tout a fais aussi simple malheureusement et on en revient à ce qui à était dit plus haut il me semble.
    Si on se base sur ce que tu dit uniquement, que reste t’il comme type de culture??: le Showbiz, la star academy,etc Je grossit peut etre un peu mais c’est la réalité.
    Alors oui on peut éviter le statut d’intermittent, car d’ailleurs il me semble qu’il n’y a qu’en France qu’il existe de cette manière la,
    Mais la culture et l’événementiel n’est pas un secteur rentable et nécessite un financement de l’état à partir du moment ou l’on souhaite garder la meme diversité que celle que nous avons. Sinon il faudra accepter que le billet de concert ou de théatre puisse passer de 10/20 euros à 200euros mais dans ce cas la tu prive une partie de la population. C’est la ou rentre jeu la notion d’intérêt commun.
    Apres je suis d’accord aussi pour dire qu’il y a des abus comme partout, qu’il y a des mauvais artistes, qu’on puisse se demander si il en sont d’ailleurs etc…
    Mais serieusement Nick, pour toi l’état ne doit absolument pas intervenir dans la culture??

    • Personne n’a dit que l’art est facile. Peu de choses sont faciles dans ce bas monde. Cependant, est-ce que ça justifie les aides de l’état de personnes qui ont autant de difficultés ?
      Et franchement, je suis aussi dans le domaine artistique. Lorsqu’on fait les choses correctement, on ne peut pas dire que ce soit si difficile que cela.

    • Ton argument « Star Ac » est nul et non avenu au vu des nombreux siècles précédents. Ceci n’est pas un argument.

      L’Etat n’a pas à privilégier un métier par rapport à un autre. Ni les banquiers, ni les pharmaciens, ni les enseignants, ni les notaires, ni les taxis, ni les cheminots, ni la culture. Personne. Pourquoi ? Parce que c’est spolier les autres. C’est enfreindre les droits d’autrui. C’est pas bien. Ta maman ne t’a pas appris ça ?

      Et puis, que les autorités s’emparent de la culture, c’est franchement lugubre. Orwellien.

      • C’est lugubre dans beaucoup de pays développés alors…on ne parle pas de s’emparer la culture, ni de la controler, mais de la financer c’est pas pareil.

        Change de pays:)

  • Que fais tu des théatres municipaux, des scenes Nationales, du festival d’avignon,de la fetes des lumieres de lyon, des vieilles charrues, du 14 juillet, des clowns dans les hopitaux publiques etc etc….
    Je travail par exemple avec le ballet national de marseille, anciennement école de pietragalla et roland petit, je peux t’assurer que sans aide ils mettent la clé sous la porte….tu en fais quoi???

    • On les revend. S’ils ne s’en sortent pas, ils doivent trouver comment rentabiliser leur travail ou fermer.
      Et s’ils ne s’en sortent pas, c’est que ce qu’ils passent n’intéressent pas grand monde, bref, il n’y a donc pas de raison de subventionner des spectacles inintéressants ou qui n’intéressent que quelques cultivés. Dans ce cas, on parle alors de produit de luxe. Faut-il subventionner le luxe ?

      • Oui the artist, on est en plein dans une grosse production de cinéma…bref donc si pour toi les exemples que j’ai cité un peu plus haut sont « inintéressants » alors je suis désolé mais ça sert à rien que l’on débatte. Le problème n’est pas que ces spectacles ne se vendent pas mais ne se vendent pas au prix qu’ils devraient. Si tu veux rentabiliser un spectacle il faut le vendre 10 fois le prix actuel, et la ca deviendrait un luxe comme tu dit..alors oui le débat entre toi et moi est peut etre « est ce que la culture est un luxe ou pas..  »
        Est ce que les enfants, les gens quels qu’ils soient ont droit d’accéder à cette culture ou est elle réservée à un publique élitiste…
        Pour moi la culture doit être pour tout le monde et est nécessaire au même titre que l’éducation par exemple (financé par le contribuable d’ailleurs)
        Tu dit travailler dans le domaine, que fais tu?

        • « Un intérêt commun dans lequel tu trouves du profit sur le dos des autres? »
          Non, je dis cela car le système d’intermittent actuel est vraiment à revoir selon moi, dans l’intérêt de tous, des intermittents eux mêmes, de l’industrie du spectacle et de l’état.

        • Où j’habite on peut voir un opéra en direct d’un grand opéra du monde, dans conditions technnique impeccables, dans une salle de cinéma équipé des meilleurs systèmes pour le prix d’un billet de cinéma. Top qualité, prix accessible à tous.

          Quand tu dis « ne se vendent pas au prix qu’ils devraient », ça veut dire, en bon français, ce que tu fais toi n’intéresse pas les gens.

          Ce qui se passe ici c’est que tu exiges notre argent pour compenser l’absence d’intérêt pour ce que tu fais.

          Trouve toi un job.

          • Pietragalla n’interresse pas les gens donc??c’est cela que tu essaye de me dire??Le festival d’avignon non plus ??
            Qu’en sais tu sur les aides que reçoit ton sois disant grand opéra??
            Tu ne répond qu’a une partie, à ce qui t’intéresse, sans prendre aucun recul, c’est juste une vision très étroite que tu as.
            Tu sais cette volonté de financement de l’état pour la culture ce n’est pas moi qui l’ai inventé, c’est l’état qui l’a choisi, celui dans lequel tu vit et les gens pour qui tu votes car aucun ne contredit cet idée. Donc plutot que je change de job, change toi de pays si t’es pas content.

            Un job j’en ai un qui me prend tout mon temps, je ne touche quasiment pas d’assedic, et quand j’ai du temps libre je fais une autre activité en autoentrepreneur ou je cotise également donc je n’ai rien à devoir à qui que se soit, tu sais quoi je suis même propriétaire d’une maison, merci de me l’avoir payé j’y suis très bien..:)

          • Tu me parles d’une retransmission sur grand écran d’un opéra la?? et pour toi c’est pareil qu’un opéra un vrai?? faut sortir le dimanche

      • La culture n’est pas un produit même si certains s’entêtent à parler de produits culturels. On ne crée pas une oeuvre en pensant à son succès, on ne la markete par en amont, on ne sollicite aucun institut d’études pour réaliser des études de marché, des analyses de panels. On n’opère pas de prétest consommateurs. Voilà la garantie du succès d’un produit et donc je me répète, l’art n’est pas un produit puisqu’il n’est pas pensé ainsi.
        Je me passerais de vous donner un cours de marketing du luxe mais contrairement à ce que vous sous-entendez, les produits de luxe n’intéressent pas qu’un petit nombre de personnes: ils intéressent tout le monde, font envie à tout le monde mais ne sont accessibles qu’à une minorité de fortunés. Votre démonstration spectacle peu fréquenté = produit de luxe ne tient donc pas la route.
        La qualité d’une représentation, d’un livre ou d’un film ne se juge pas à sa fréquentation, ni à son succès (l’histoire de l’art le prouve bien). Il y a un nombre d’artistes vénérés actuellement qui ne l’étaient pas de leur vivant (et qui étaient même durement critiqués) donc l’argument « intérêt du grand public » contemporain à l’oeuvre et à l’artiste ne vaut pas grand chose non plus. Par contre vous soulèvez un point intéressant: « ça n’interesse que les quelques cultivés ». En privant les moins cultivés de l’accès à l’art, on ne fait que renforcer cette inculture et donc on ne fait que renforcer les inégalités (sociales, économiques etc.). Pour venir d’un milieu ouvrier banlieusard immigré et pour aujourd’hui évoluer sereinement dans un milieu bourgeois cultivé, il m’a fallu maitriser des codes, des références. Ces codes et références je les ai acquis en lisant à la bibliothèque du quartier, en me rendant au cinéma du coin, en allant au théâtre de la ville avec ma mère*. Cette dernière si le prix de la culture avait été plus élevé n’aurait pu participer à mon instruction, j’aurais été condamnée à regarder les Feux de l’amour et le Big Deal, je ne serais pas où j’en suis aujourd’hui. Où j’en suis aujourd’hui me permet d’être autonome financièrement, de payer mes impôts, de contribuer. C’est un cercle vertueux. La rentabilité de l’art n’est pas immédiate, elle l’est sur le long terme, culturellement et donc socialement et économiquement parlant. La Culture est à subventionner par l’Etat au même titre que l’Education. Elle en est le corollaire. Il ne nous viendrez pas à l’esprit de remettre en question le principe de l’Ecole laïque républicaine et accessible à tous. Il faut penser la Culture en ces termes. Et surtout, il faut se battre pour la diversité des modes d’expressions, la diversité des créations, ne pas se fonder sur le seul succès éphémère et temporaire. Il ne faut pas confondre l’Artiste et le Statut d’intermittent: questionner ce dernier ne doit pas revenir à mépriser le premier.
        * exemple de ces codes et références que je mentionne: entretien d’embauche dans un grand groupe « vous aimez lire?
        – oui.
        – votre auteur favori?
        – Flaubert.
        – Moi aussi. Eh bien faisons un petit jeu, faisons un top 5 de nos textes préférés de Flaubert. Si ce sont les mêmes, je vous embauche. »
        Je peux également vous donner des exemples de dîners mondains où le réseautage est la clé. Pour réseauter, il faut avoir des points communs et sachez que Le Mépris de Godard est bien plus souvent mentionné que Camping d’Onteniente. Je pourrais continuer longuement…

        • Je souhaite ajouter un dernier point: pour que les gens soient plus intéressés par la culture et l’art, il faudrait les sensibiliser et les éduqués. L’école doit préparer ça, ce qu’elle ne fait pas, ce qui explique le peu de fréquentation des lieux de Culture (et ecore je pense que cette allégation est discutable). Egalement, cela signifie choisir de se triturer un peu le cerveau et de réfléchir, ce qu’on ne nous encourage pas à faire. On nous encourage à nous regarder le nombril, à regarder les nouvelles acquisitions du voisin et à les envier. Il y a toute une réflexion à mener sur notre société et le sens qu’on souhaite lui donner et si le rôle de l’artiste suscite la polémique c’est parce qu’il cristallise les difficultés que nous avons à mener cette réflexion, à nous remettre en question.

  • « L’Etat n’a pas à privilégier un métier par rapport à un autre. Ni les banquiers, ni les pharmaciens, ni les enseignants, ni les notaires, ni les taxis, ni les cheminots, ni la culture. Personne. Pourquoi ? Parce que c’est spolier les autres. »
    Oui, ok et je suis bien d’accord avec toi je te l’ai déjà dit mais tu n’écoute pas, je suis éventuellement pour la réforme de ce statut, de changer ce système.. ce que j’essaye de dire c’est que même sans système intermittent, les techniciens, les spectacles se vendront donc plus chers, les charges des employeurs seront plus grandes et donc pour garder la même culture qu’aujourd’hui il faudra soit que l’on aide encore plus en contrepartie les diffuseurs, les entrepreneurs, soit le prix des places sera multiplier par 10 et donc la culture n’appartiendra qu’aux riches…

    • Et les fonctionnaires c’est pas le contribuable qui les paye?? ils sont pourtant très nombreux.
      Tu as des enfants, moi non, rien à foutre de payer les profs et les écoles des autres alors, ils ont cas tout privatiser rien à foutre. C’est comme ca que tu penses?? Mais mon gars va vivre sur une île déserte tu paiera pas d’impots!!

      • Raisonnement bancal, pensée faible et conclusion exprimant le souhait d’éliminer son contradicteur (un classique quand on est à court d’argument pertinent). Le débat ne se résume pas à savoir s’il faut ou non des impôts mais quels sont les impôts légitimes et moraux, ce qui nécessite de mobiliser un peu plus d’intelligence.

        Indubitablement, les sommes versées aux intermittents du spectacle sont financés par une spoliation préalable injustifiable et contribuent à produire une sous-culture politisée, sous le contrôle ferme de l’Etat, dans le but d’empêcher l’émergence de produits culturels concurrents. En outre, l’argument de la culture qui serait réservée aux riches est la tarte à la crème de l’intelligentsia gauchiste, alors que le prix d’accès à la culture ou à la connaissance n’a jamais été aussi faible, pour ne pas dire nul.

        • Bubulle au lieu de rester dans ta bulle je pense que tu n’a pas du lire tout ce que j’ai écrit.. MOI ETRE D’ACCORD POUR SUPPRIME STATUT INTERMITTENT, COMPRIS?? pour le débat a justement dévié sur ce que tu dit, est il moral et légitimes que l’état participe à financer une parti de la culture??
          Tu dis que le prix de la culture est faible voir nulle, oui effectivement, et pourquoi à ton avis??
          PS: je ne vote pas à gauche désolé.

  • « Ton argument « Star Ac » est nul et non avenu au vu des nombreux siècles précédents. Ceci n’est pas un argument. »

    De comparer le monde d’aujourd’hui avec celui des siècles derniers ne l’ai pas non plus désolé, et ca c’est vraiment nul.

  • Donc pour résumé, change de pays ou alors essaye de remonter le temps si tu préfère vivre à la l’époque de la monarchie.

    • Bonjour à tous,

      J’espère pouvoir rétablir quelques vérités concernant ce « statut d’intermittent » tant décrié. Je suis moi-même intermittent du spectacle, mais ceci n’est pas un métier, comme beaucoup semblent le croire… c’est un statut, uniquement. Je suis pour ma part opérateur de prise de vue, cameraman si vous préférez. Pour répondre au gens qui imaginent qu’il n’y a pas besoin de diplôme pour travailler dans le spectacle, je vous dirai simplement que j’ai du passer un bac S que j’ai eu avec mention bien, pour pouvoir intégrer un BTS audiovisuel et entrer ensuite à l’école nationale supérieure Louis Lumière qui m’a donné un diplôme d’ingénieur. C’est une filière très sélective. Certains autodidactes arrivent à occuper des postes équivalents sans ces diplômes, parce que l’audiovisuel fonctionne comme les corporations artisanales, en comptant sur le mérite et pas uniquement sur le parachutage après l’école. On apprend des anciens. C’est une école de l’humilité.

      En ce qui concerne les 507 heures cela paraît peu et ça l’est d’un certain point de vue. Mais il est difficile d’évaluer le temps réel que travaille un intermittent, de la même manière qu’un professeur ne travaille pas uniquement quand il est en classe. Il y a, par exemple, les répétitions pour les acteurs et les musiciens qui ne sont pas systématiquement rémunérées. Nos conditions horaires réelles feraient bondir la plupart d’entre vous,… Il m’est régulièrement arrivé de devoir travaillé plus de 15h d’affilée sans pause en étant déclaré 8h.

      Pensez-vous réellement que nous travaillons 3 mois et que nous prenons 8 mois de vacances? Le travail ne nous attend pas et nous sommes en permanence en recherche. Cette situation est très précaire, avec une situation financière et familiale chaotique. Mais je ne connais aucun intermittent qui ne veut pas travailler car nous avons choisi les métiers du spectacle par passion, non par confort.

      Ensuite, si on en vient aux chiffres, imaginez toutes les activités qui découlent plus ou moins directement de la présence d’un théâtre, d’un cinéma, d’un festival… À Avignon, les hôteliers et restaurateurs font près de la moitié de leur recette annuelle pendant le mois du festival.

      Il y a des abus qui sont souvent perpétrés par des sociétés de production sans scrupules qui ne payent un employé intermittent qu’à mi-temps en comptant sur les caisses du chômage pour compléter les salaires qu’il ne veulent pas donner. Cette fraude est commune, mais aucune des réformes du statut ne s’attaque à ce problème.

      Ne dénigrez pas ce statut qui permet à la France d’avoir une excellence aussi bien artistique que technique dans les domaines de la télévision, du cinéma, du spectacle vivant. Cherchez à comprendre la façon dont les gens travaillent et de quoi ce système est fait avant de dire tout et n’importe quoi.

      Imaginez une vie sans cinéma, sans musique, sans spectacles, sans sport à la télévision…

      Merci à tous et bonsoir

      • En réalité tout cela se résume par une différence de conception de la société, en effet la subvention permet non seulement au monde de la culture de subsister, mais aussi à celui la santé, à l’éducation . . .

        Si on supprime complètement les subventions pour les artistes, pourquoi ne pas supprimer complètement celles pour le régime d’assurance maladie, car c’est un système de cotisation déficitaire refinancé par l’état. Seul les plus riches auraient la possibilité de se faire soigner, pour l’éducation seul les plus riches auraient la possibilité d’accéder à des études de qualité. Est ce monde là que vous chérissez ?

        Pour ma part, l’argent reste un moyen et non pas une fin. Certes il y a des abus, parlons en, sur TF1 depuis 30 ans, qui a bâtit sur empire sur des coûts salariaux très bas grâce à ce statut, les mêmes qui paient des fortunes des animateurs TV, argent qui pourraient être partagé et utilisé pour payer de véritables CDI. Ce même Martin Bouygues d’employer des ouvriers sans papiers au noir pour ses constructions, est ce plus acceptable que les subventions culturelles ? Car en réalité ce sont précisément les employeurs qui en bénéficient souvent le plus. Et honnêtement quand on est millionnaire, on peut vivre suffisamment bien non ? Pourquoi cacher de l’argent ???? Ne peuvent ils pas concevoir de gagner un peu moins et de vivre aussi bien?

        Considérez pour l’immense majorité des intermittents le coût réel de la subvention, sur 43 cachets de 200 euros, les cotisations représentent environ 5000 e pour l’assurance chômage, et une indemnisation d’environ 12000 e par période de versement, soit une différence de 7000 e payée par l’assurance chômage, sur ces 7000 euros, vous enlevez le coût de la vie quotidienne, essence, tél/internet, loyer, nourriture, consommation de matériel, de vêtements, donc TVA etc… si cela peut réprésenter 600 e par mois, cela fait sur 10 mois et demi à peut près 6000e, soit une différence de 1000 euros qui resterait à l’allocataire.

        Richesse redistribuée, société en bonne santé.
        Quid de la fuite fiscale ? entre 50 et 80 milliards d’euros estimés ! Est ce normal ? Est ce plus acceptable que les riches profitent du système ou que les petits profitent d’un statut leur garantissant une place dans la société à moindre coût?

        Vous parlez souvent de « parasites », merci d’élever le débat, savez vous que la plupart des musiciens qui ont « réussi » ( vous sitez Grégoire ) sont accompagnés par des intermittents du spectacles ? Que les concerts que vous aimez aller voir, ou autres émissions culturelles sont d’aussi bonne qualité grâce à corps de métiers du spectacle qualifié et performant ? Ceux qui vous permettent de vous distraire, au cinema, à la TV, sur scènes, sont ils des « parasites » ? Les banquiers qui profitent des faiblesses des pauvres en leur infilgeant des frais bancaires et taux d’emprunts exhorbitants ne sont ils pas non plus des « parasites »???
        Je prend par exemple Raphaël le chanteur, que je n’estime pas très brillant, artistiquement parlant, est issu de la bourgeoisie, quoi de plus facile avec beaucoup d’argent et un peu de talent de se retrouver au devant de la scène… gros moyens, gros publics, gros revenus, dans notre société certains jugent la réussite d’un individu sur l’argent qu’il gagne, ne pouvons nous pas considérer la richesse d’un être humain avant sa capacité à accumuler avant tout le maximum d’argent??

        La réalité c’est un système qui coûte cher en effet, mais c’est une mesure sociale, de partage des richesses, posons nous la question du financement en effet, étant intermittent je ne me sens pas chômeur, je travaille sans cesse, je ne compte jamais mes heures, être indemnisé par l’assurance chômage n’est pas forcément valorisant. Il en reste que c’est une subvention pour la création, n’en déplaise à nos détracteur, l’immense majorité des intermittents, font rire, pleurer, innovent, inventent sans cesse, sont un miroir ou un échappatoire, donnent du rêve , c’est toute la différence entre la vision libérale de la société qui semble être la vôtre et une vision de partage des richesses.

        Sur ce…. bonsoir.

  • Commentaire risible, quand on parle d émission populaire intéressante, en parlant de top chef….
    Grégoire en plus d être un « mauvais » artiste n est pas intermittent car il gagne trop… Raisonnement qui oublie tous les intermédiaires, en gros, « deviens populaire pour gagner plein de sous, mais fais rien pour faire avancer la culture ». Merci de faire moisir l art

  • Monsieur….. j’ai bien peur qu’en ces circonstances, je ne puis accéder au même niveau de culture que vous… Effectivement, si pour vous Grégoire et Top Chef représentent ce qui se fait de mieux en matière culturelle….. je ne peux vous comprendre! Rappelez moi au fait….. « nivellement par le haut »????

    • Droite et culture n’ont jamais fait bon ménage …
      C’est vrai que c’est plus facile de diriger un peuple d’abrutis par une télévision insipide de séries américaines à bas coûts qu’un peuple ouvert à des idées larges …
      Messieurs de la droite, vos qui vous targuez d’appartenir à un pays mondialement reconnu … n’oubliez jamais que c’est notre culture qu’on nous reconnait en premier lieu !

      • Mon dieux je tombe sur post par hasard, et que dire… Je suis un parasite et voleur…
        Et bien je préfère être ça qu’un abruti de première,bande de naze ignorant, vous méritez certainement votre triste vie.
        Je profite a fond de mon métier, touche rarement les assedics (trop de taf), donc je me contre fout que vous souhaitiez la mort de mon statut (excepté par solidarité avec, les corps de métier moins productifs).
        Mais alors me dire que ça fait 25 ans que je parcours le monde, rencontre de nouvelles cultures de nouveaux amis, que j’en prend plein les yeux et le coeur, sur votre dos.. m’éclate au plus haut point 🙂 A vous lire vous devez avoir une vie bien fade, et vous mériteriez un petit séjour en immersion dans certaines tribus auprès de vrais humains et non dans votre petit monde haineux.
        Je suis intermittent je m’éclate et je vous emmerdes bandes de moutons.

      • Et bien non, si tu ne touche pas ton chômage, tu n’es ni parasite ni voleur (d’ailleurs les intermittents ne sont pas des voleurs, ils ont la loi pour eux, ils sont « juste » des parasites quand ils estiment normal de bosser 3 mois pour passer le reste de l’année au frais de la princesse.)
        Le problème n’est pas le rythme de vie, le mode de vie ou quoi que ce soit, c’est uen question de justice : si tu veux un salaire, tu bosses, tu ne veux pas bosser, tu n’as pas de salaire. Tu préfères faire du spectacle que de bosser dans un bureau ? Comme je te comprend, mais ce n’est pas un argument pour que ceux qui se font chier dans un bureau payent pour toi.
        Tu vois l’idée ?

      • « you seem to travel » et non pas travelled.

        Can you explain me : Horrible ! explain to me

        Que ça fait petite piseuse de 3ème qui se prend pour une bilingue par ce qu’elle arrive à lire twilight.

        Ringarde

      • have travelled, sinon
        Mais oui, je suis d’accord

    • Un résumé en qqs phrases pour les gens qui n’ont pas envie d’écouter 20mn de relents gauchistes pour te prouver que tu as tord ?

  • Les éléphants se battent contre les singes pour déterminer qui mérite le plus de cacahuètes pendant que les actionnaires du CAC 40 se repaissent tranquillement des revenus que vous dégagez.

  • Tout ceci est faux…
    je vous invite à visionner les 2 excellentes vidéos disponibles sur You Tube, qui démontrent que le déficit n’existe pas…et que tout ceci, n’est qu’idéologie.
    http://www.youtube.com/watch?v=tC9ifnAumLM

    lLa deuxième vidéo démonte point par point l’émission « C dans l’air », qui reprend exactement ( quel hasard???) les même points..
    http://www.youtube.com/watch?v=HYhGvFSSRLA

    En vous remerciant…

    • patricius: « les 2 excellentes vidéos disponibles sur You Tube »

      LOL !

      C’est sortie des écoles pour les révolutionnaires aux idées et culotte courte.

  • Ce qui me fait rire , c’est que la plupart des gens qui parlent des artistes n’ont pas la moindre idée de ce que ça représente.
    Je suis musicien , je bosse comme un dingue et jusque très tard.
    Je continue de me former et d’apprendre , mais tiens vous qui êtes si condescendant. Apprenez , maîtrisez et entretenez cette maîtrise d’au minimum trois instruments (ah bah oui c’est le minimum !) Ah , et puis je vous laisse le loisir d’étudier « la partition intérieure » de Jacques Siron , « Manuel pratique de l’harmonie » de Rimsky Korsakov, et je vous laisse passer des heures à faire du solfège chanté avec « Europaïsche Kundstleid » hein (enfin pour ne citer qu’eux) ! On se rappelleras le jour ou vous n’en maîtriserez ne serait-ce qu’un dixième , en attendant il y’en a qui bossent et qui comme tout le monde méritent d’être payé. On ne s’improvise pas musicien , on le devient à force de travail. Faut arrêter de regarder « The Voice » mes cocos.

    • Wawa: « plupart des gens qui parlent des artistes n’ont pas la moindre idée de ce que ça représente. »

      Et toi tu confond ton blog « j’étale ma vie » avec les commentaires d’un article. Merci d’être venu mais ça n’a aucun rapport avec l’article.

    • Ecoute mon grand,
      ta vie on s’en tamponne comme de l’an quarante. T’as choisi d’être musicien, assume. Tu voulais pas faire concierge ou comptable par ce que ça ne faisait pas mouiller les filles, assume.
      Si t’es pas assez payé pour gagner ta vie avec ton art, ben t’en fait pas ton métier, t’en fait ton hobby, comme beaucoup de personne ayant des hobby sur terre (le modélisme, la couture, le bricolage, la cuisine).

  • Je vais avouer que je n’ai pas lu l’intégralité des messages ci-dessous, Mea Culpa, Mea Maxima Culpa.
    Ceci dit, la partie que j’ai lu me dégoûte et me choque profondément. Quoique quand je vois l’inculture et le mépris des gens par rapport aux activités culturelles dans le monde d’aujourd’hui, je ne suis pas complètement surpris de ce que j’ai pu lire.

    1. Les intermittents du spectacles regroupent énormément de personnes, entre les acteurs, metteurs en scène, réalisateurs, musiciens, ingénieurs son, ingénieurs lumière, et j’en passe.

    2. Le cinéma (en particulier mais le théâtre également) est une économie en soi qui fait travailler des chauffeurs de camions et de limousines, aux cuisiniers en passant par les stars, les maquilleuses, les habilleuses, les coiffeuses, les peintres, les décorateurs, les preneurs de son, les musiciens, les scénaristes, les cascadeurs, les spécialistes des effets spéciaux, les machinistes, les gardes du corps, etc etc.

    3. Il ne faut pas oublier les heures non rémunérées où les intermittents travaillent à perte sur des périodes parfois importantes et non rémunérées : répétitions, montage de projet et autres démarches. Ils sont donc, grâce à ce statut au chômage et peuvent subvenir tant bien que mal à leurs besoins.

    4. Il existe des statuts tellement plus abusifs, comme les profs par exemple (oh oui jetez moi l’opprobre, j’aime ça) qui font leurs 15 à 20 heures de cours par semaine et se plaignent de leur boulot. (Pour ceux qui me diront : « oui, mais ils corrigent des copies, font du boulot à la maison et tout, et tout, se référer à mon 3. et eux sont payés pareil, qu’ils soient chez eux ou au taf). Le déficit du régime des intermittents du spectacle est d’un milliard d’euros, soit (et encore les chiffres que j’ai trouvés d’autres sources ne sont pas les mêmes, mais soit.), le déficit du régime de la SNCF et de la RATP s’élève à près de QUATRE milliards d’euros, et là on ne dit rien, ce ne sont pas des « clowns » (quoique), ce sont des fonctionnaires, ça ne choque personne.

    5. Devenir intermittent du spectacle est extrêmement difficile, il faut avoir travaillé 507 heures (soit approximativement 3 mois de travail à 8 heures par jour) au cours des 319 derniers jours pour les artistes ou des 304 derniers jours pour les ouvriers ou les techniciens, soit 10 mois environ. Sachant que, les heures de travail effectif ne sont pas toutes comptabilisées. De plus, un intermittent travaille souvent plus d’une dizaine d’heures par jour mais n’en a que 8 déclarées, puisque c’est ce que l’employeur doit déclarer au minimum car, je vous le rappelle, la rémunération est basée sur une journée de travail de 8 heures déclarées non pas travaillées.

    6. Là je vais parler pour les acteurs, mais monter sur scène est une grande source d’angoisse, même si c’est un plaisir aussi, ne nous le cachons pas. Mais c’est quand même très difficile, et demande d’énormes capacités sur soi. Alors vous, qui fustigez ce métier, montez sur scène devant ne serait-ce qu’une cinquantaine de personnes, sachant que vous allez devoir les divertir pendant une heure et demi pour des clopinettes et que s’il y a le moindre couac, la moindre phrase mal dite, le public dans son entièreté va vous le reprocher jusqu’à la fin de vos jours. Faites-le pour essayer.

    7. et sans doute le plus important des points, si nous n’avions pas ce statut d’intermittent, et surtout si les acteurs de la vie culturelle française étaient encore plus méprisés, vous n’iriez plus au théâtre (pour les gens qui vont au théâtre bien entendu), vous n’iriez pas dans les festivals ( Bis Repetita) où même dans les petites salles de concert.
    Vous pourrez aller voir Johnny (je n’ai rien contre lui mais avouez que s’il n’y avait que lui, se serait un peu réducteur, non?) et regarder les séries américaines sur TF1, puisque la majorité des films et séries télévisées faites en France, (je parle de celles de qualité comme Rome ou les Borgia par exemple, non pas que je les aime particulièrement mais il y a de la qualité, ça c’est sur) n’existeront plus (Rome à déjà du s’arrêter au bout de deux saisons pour manque de fonds économiques).

    Donc pour conclure, si vous aimez Johnny Halliday, les feux de l’amour et le foot à la télé, oui fustigez les intermittents du spectacle, de toute façon c’est perdu pour vous. Mais si vous voulez pour vous et les générations à venir, un peu de culture, d’amusement, d’émerveillement, s’il vous plaît, il faut les soutenir dans leur noble quête. Et comme disait un fameux empereur romain, Jules César pour ne pas le citer :  » Que veut le peuple? Du pain et des jeux ». ( Je peux vous donner la citation latine si vous voulez mais l’intérêt est moindre)

    Sur ce, bonne journée, bonne soirée, bonne nuit, à vous de choisir.

    • Hakkay: « le déficit du régime de la SNCF et de la RATP s’élève à près de QUATRE milliards d’euros, et là on ne dit rien, ce ne sont pas des « clowns » (quoique), ce sont des fonctionnaires, ça ne choque personne »

      Si nous, et pas qu’un peu, lisez le site, ceux que vous citez ont tous une place de choix !

      Il existe des milliers de métiers difficiles et précaire qui mériteraient les mamelles étatiques: pour qu’ils ne se perdent pas, pour qu’on garde un savoir faire, parce qu’ils apportent une chose culturelle ou une valeurs morale ou philosophique pour quelqu’un.

      Bien sur vous allez me rétorquer que la culture « c’est spécial » avec votre couplet de merde sur « TF1 » comme si le choix était binaire entre TF1 et vos productions tellement mirifiques.

      C’est du terrorisme intellectuelle et un irrespect total pour votre publique que vous considérez comme tellement abrutis que vous exigiez qu’on leurs vole leurs biens pour vous imposer à eux.

      Il existe bien d’autre activités autrement plus noble que poser son cul devant les chaines publique, il existe bien d’autres chaines qui passent des choses largement aussi intéressantes voir même plus et on ne vous demande pas de nous les payer.

      Débrouillez vous comme tous le monde, faites payer les gens qui vous veulent, attirez les autres par des productions de qualité et ne volez pas les autres pour exister.

      • Pour le déficit, je vous joint deux liens, vous en faites ce que voulez.
        Mais j’ai l’impression que sur ce site y’a vraiment de tout (comme partout) et qu’il faut recouper les sources, trier tout ce que l’on voit où ce qu’on entend… Donc voyez par vous même.

        http://mobile.liberation.fr/culture/2013/03/18/le-deficit-des-intermittents-n-existe-pas_889485

        • Hakkay: « Pour le déficit, je vous joint deux liens, vous en faites ce que voulez. »

          Pas de dette, pas de déficits, pas de chômage, pas d’impôts au taquets, tous les indicateurs mentent, tous les comptes sont truqués et tout les malheurs (qui n’existent pas) viennent de quelques méchants de la finâônce internationale aux ordre des traitres sociaux.

          Libération LOL !

  • Cet article complaît notre poussiéreux et « classiciquieux » système français : considérer qu’être artiste n’est pas un métier comme un autre. Ce qu’il faut réformer ce n’est pas le SMIC, car c’est avorter l’espoir des artistes en herbe en les effrayant sur leur avenir. Ne prenons pas les étapes dans le désordre : commençons d’abord par rappeler que l’art est un tribut nécessaire de la société, qu’il faut encourager, jusque dans la rue. Et à dire et dire encore que celui-ci est la clé de la guérison de l’hexagone. Les petits citoyens de notre chère France ont tendance à l’oublier.
    Si notre pays se meurt c’est qu’il est obnubilé par ses dettes et qu’il pense malheureusement une très mortelle combinaison : moins d’art pour moins de dettes. Quelle horreur !

    Une politique pour les vieux à la bourse percée, voilà ce que nous sommes in fine!

    • Là dessus, il faut savoir que la dette de l’Etat est d’à peu près 14%, donc ça veut dire que si l’Etat dépensait 14% de son « salaire » pour rembourser la dette on en aurait plus. Et si vous vous aviez juste à dépenser 14% de votre salaire par mois pour rembourser votre maison, votre voiture, tous les crédits qui vous ont été alloués et que vous remboursez tant bien que mal? La vie ne serait pas tellement mieux?^^ Relativisons avec cette dette « monumentale » (sic).

      • Hakkay: « il faut savoir que la dette de l’Etat est d’à peu près 14% »

        Vu sur youtube ? LOL !

        Les rentrées de l’état sont de ~300 milliards, comment vous remboursez une dette de 1700 milliards avec 14% de cette somme, ils l’expliquent aussi sur youtube ?

        Surtout que dans le même temps les dépenses sont de 400 milliards, ils expliquent aussi comment -100 milliards remboursent 1700 milliards ?

    • Siham: « Si notre pays se meurt c’est qu’il est obnubilé par ses dettes »

      C’est l’inverse, la dette on se la traine depuis 1974 et depuis 38 ans pas un seul gouvernement n’a cru bon de signer un seul budget positif, dépensant en moyenne 20% de plus que les rentrées chaque année. (23% du budget c’est ce que cache les gentils « 3% de PIB »)

      « Obnubilé par la dette » ? oh oh oh !

      Par contre le petit problème qui se pose après 38 ans d’incompétence économique c’est que les impôts sont au taquet, que les bébés qui naissent ont déjà leurs futurs impôts au taquet et que les caisses sont totalement vide.

      Siham: « le SMIC, car c’est avorter l’espoir des artistes en herbe en les effrayant sur leur avenir. »

      Le « SMIC » et autres « mesure « sociââles pour notre jeunesse » (avec trémolo dans la voix) on en mange depuis 40 ans et la France fait partie de ces pays qui ont un chômage des jeunes record en Europe. Ça ne marche pas, ça n’a jamais marché nul part. En plein effondrement avec des résultats aussi minable il faut être sacrément désinformé pour les prôner encore.

      Le chômage des jeunes est de 25% en France, un jeune sur quatre quand d’autres pays arrivent parfaitement à des scores de 4% à 5%. Ce n’est pas difficile; regardez la boussole France et prenez la route exactement inverse.

      Siham: « moins d’art pour moins de dettes. Quelle horreur ! »

      Moins d’art d’état fonctionnarisé basé sur le pillage de la population c’est plus d’art libre basé sur la passion, la liberté et l’excellence.

  • C’est une honte d’entendre une fois de plus que le statut d’intermittent est un scandale.
    Le déficit intermittents n’existe pas !!
    Cf. article publié dans les pages Rebonds de Libé :
    http://www.liberation.fr/culture/2013/03/18/le-deficit-des-intermittents-n-existe-pas_889485

    • Vous direz ça aux intermittents qui souffrent de ce statut complètement tyranique.

      • Drôle: « Quand on a une voiture, on se contente pas de regarder ce qu’elle coûte, sinon, on ne roulerait jamais. »
        ————————————————————————————

        Non, on roule avec ce qu’on a les moyens de se payer sinon on fini sous les ponts.

        Des tonnes de domaines seront toujours plus productif avec des monceaux d’argents qui-ne-coutent-rien. Évidemment plus on augmente le flot, plus le rendement diminue parce que sans la sélection naturelle, des tas de cousins, frères, amis, connaissances se servent ou distribuent sans vraiment contribuer de manière positive.

        Le problème n’est pas de déterminer si il fait mieux vivre dans une maison au bord de mer qu’un F3 dans une banlieue, la cause est entendue, mais si on a les moyens de cela. Si vivre dans la maison implique qu’on fini sous les ponts surendetté le F3 est quand même préférable.

        Quand la grave et inévitable récession de l’état touchera la France et sa société profondément imbriquée dans ce flot d’argent-gratuit le cinéma sera un des premiers touché.

        Drôle: « C’est aussi ce régime qui permet que la France soit selon l’année 2° ou 3° -mais plutôt 2°- exportateur de produits culturels dans le monde »
        ————————————————————————————

        Sources de ces chiffres et nature de la « culture » exportée ?
        En 2009 les films français faisaient 37% d’entrée en France.

        • Marrant. Je suis tout à fait d’accord sur ce qui est du copinage dans le cinéma et dans tous les arts. Il faut que les artistes rencontrent les producteurs, et c’est tellement plus simple quand ils sont de la famille. Mais considérez que ce ne sont pas nécessairement eux qui bénéficient des aides.
          Cela empêche des visions plus singulières et le cinéma de genre, qui est la grande vertu du cinéma américain. Pareil pour la série. La France a une ambition européenne et vaguement francophone, du coup, elle pense un peu moins à concurrencer des productions mondiales mais elle tire tout de même son épingle du jeu.

          Pour en finir avec la mauvaise métaphore de la voiture, il faut aussi voir ce qu’elle permet. Les intermittents irriguent la pub, le spectacle vivant, la musique, le cinéma, le jeu vidéo etc… et bien d’autres domaines de services et de produits culturels et produisent une certaine richesse dont ils ne bénéficient pas directement. C’est aussi à considérer.

          Malgré tout, je pense qu’il y a du bon dans ce système français. Les grands studios étasuniens sont endettés, par exemple. Malgré leurs énormes bénéfices.

          Alors, je n’ai pas tous les chiffres. J’avais entendu en conférence. Pour résumer, dans le cinéma, la France se tirait la bourre avec le Royaume-Uni et sa déferlante Harry Potter (coproduit avec la Warner, quand même) , après le phénomène du Seigneur des Anneaux qui commence à dater. La France était brillant second en Europe, loin derrière les USA qui tenaient presque la moitié du marché. Pour la littérature, je ne sais plus trop, mais pour le jeu vidéo, la France demeure 3° derrière le Japon et les USA qui lui sont récemment passé devant. En ce qui concerne la musique, je ne sais plus trop. Ca doit pas être très brillant et le Royaume-Uni doit nous dépasser – ce qui n’est pas certain.

          J’ai cet article, concernant le cinéma. Il faut savoir que le cinéma américain domine quasiment tous les marchés et que la performance du cinéma français est assez remarquable. UniFrance est la seule source dont je dispose, concernant le cinéma.

          http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18600861.html

          Pour l’instant, sur le reste des sujets, il faudra se contenter de ma bonne foi. Mais si mets la main sur un document fiable, je ne manquerai pas de vous le faire savoir.

          Et pour finir, au sujet de la sélection naturelle qui vous semble si chère, je peux évoquer Kubrick, qui n’a jamais eu d’oscar (ah si, meilleure photo) et dont un film sur deux était un bide à la sortie. Mais son oeuvre restera, pas comme Michael Bay. Heureusement qu’il existe de simples esthètes qui l’ont financé.

          Je pense qu’une économie mixte est la seule solution. Une part encadrée, une part far-west. Parce que la régulation est bien

  • article d’une rare incompétence et d’une rare imbécilité. Combiner autant de méconnaissance de ce dont on parle en si peu de mots et rare. Seul un crétin qui n’a rien compris à comment on en est arrivé là et qui profite vraiment du système peut énoncer autant d’imbécillités.. Pour commencer… le contribuable n’a rien à voir là dedans! on dirait un neu-neu qui parle de la mécanique quantique.

    Vous voulez la vérité nue ? lisez La démonstration est claire et cruelle pour votre verbatim

    http://www.liberation.fr/culture/2013/03/18/le-deficit-des-intermittents-n-existe-pas_889485

    • les pays qui nous entourent ne sont aucunement un desert culturel.
      Pourtant, aucun ne subventionne d’artistes autoproclammés.

      C’est même un handicap pour la qualité des oeuvres, de laisser survivre par nos impots des gens qui n’ont aucun talent, à part de se faire financer leurs loisirs par les autres

      • http://pratclif.com/economy/LIVRE_NOIR_ENA.pdf

        Page 75

        «Dans la culture, il y a une sorte de snobisme qui prévaut : il n’y a jamais de spectacle nul,
        ce sont les spectateurs qui ne sont pas au niveau.

        Ce sont des « artistes » sans notion de
        gestion. A cela se greffe l’intérêt des réseaux animés par les énarques qui freinent la réforme
        de l’Etat. Ils profitent de l’Etat pour s’enrichir car c’est de plus en plus difficile de s’enrichir
        dans le privé. Il n’y a aucun risque à s’enrichir grâce à l’Etat tandis qu’il y a de gros risques
        dans le privé. La Cour des comptes a fait un rapport sur les disfonctionnements au sein du
        ministère de la Culture qui est le ministère le plus mal géré qui soit.

        La plupart des autres pays européens n’ont pas créé un Ministère de la Culture à part entière,
        mais l’ont associé à d’autres domaines étroitement liés. L’Espagne et la Suède, entre autres,
        l’ont regroupé avec l’Education nationale comme le souhaite Marc Fumaroli, Académicien et
        auteur de L’Etat culturel, Essai sur une religion moderne. La Suède par exemple a un budget
        annuel culture 2005 de 5 millions d’euros contre 2,7 milliards d’euros en France. Par habitant,
        l’Etat suédois dépense ainsi 0,55 euros contre 45 euros pour la France. Lorsque l’on pense au
        rayonnement culturel de la Suède, on évoque évidemment les Nobel. Les prix Nobel sont la
        propriété d’une fondation privée comme nous n’en avons pas en France dans la culture.
        François Pinault avait tenté un essai il y a quelques mois, avec l’issue que l’on connaît.

        La Suède, c’est ABBA ( sans intermittents )

        GB Montrez moi les intermittents sans quoi les Beatles n’auraient pas été possibles

        « Le grand reproche que l’on peut adresser à ce que l’on appelle «politique culturelle» en
        France, c’est de pousser l’Etat à préférer, par un souci obsessionnel d’«image», des
        interventions spectaculaires et coûteuses dans des domaines où beaucoup de choses
        pourraient fort bien se défendre toutes seules; elles deviendraient même plus inventives et
        imaginatives si elles étaient moins ouvertement protégées par une administration sortie de ses
        compétences propres et se prenant pour impresario, voire, comme Néron, artiste elle-même.
        La politique culturelle pousse l’Etat à se montrer moins empressé et dispendieux dans les
        domaines où il est vraiment seul à pouvoir intervenir dans l’intérêt de tous, sans tenir compte
        de la rentabilité immédiate. C’est cette dérive qu’il importe de corriger.
        Il est très probable que l’«exception culturelle» serait plus persuasive aux oreilles, et
        prestigieuse aux yeux, de nos partenaires étrangers si elle pouvait s’appuyer sur une
        définition moins laxiste et plus rigoureuse des «oeuvres de l’esprit», ne donnant pas
        l’impression de servir avec plus de zèle la paille que le grain, les paillettes sur la peau que les
        cellules de la matière grise. »

        • Bref, comme ca devenait trop voyant d’augmenter encore un budget de la culture déjà pharaonique ( pour caser les Enarques et leurs relations ), Jack Lang a trouver l’astuce de pomper 1-2 milliards ailleurs, en tapant dans la caisse du chomage….

          Avec les socialistes, il y a toujours un moment ou l’argent des autres viendra à manquer…..

    • Pierre Overlay, elle est très drôle votre vérité nue ! Passons sur le côté propagande, quelque peu irritant mais toujours de la même incompétence et de la même imbécilité… Extraits de l’article :

      « …l’analyse médiocre et infondée produite encore récemment par la Cour des comptes. »

      Les journalistes et les intermittents feraient un meilleur travail que les financiers de la Cour des comptes ? lol (ça fait du bien à lire ! re lol). 🙂

      « …le déficit étant toujours l’argument utilisé dans n’importe quel domaine pour réformer à la baisse. Même s’il était fondé, on pourrait trouver des solutions pour améliorer les recettes en cherchant d’autres sources de financement. »

      Le déficit est la démonstration d’un problème (mauvaise gestion…). Donc oui, il doit être utilisé comme argument pour faire des modifications (quand ça ne marche pas, on arrête ou on modifie).

      Quant à trouver d’autres sources de financement. Ce passage vaut à lui seul le détour. Voler le fruit du travail des autres pour améliorer ses propres petits intérêts, il y a toujours du monde pour ça. Mais lorsqu’en plus, c’est pour proposer des choses pathétiques qui vont intéresser 500 personnes dans un pays de 65 millions d’habitants, c’est de l’abus.

      « Pour commencer… le contribuable n’a rien à voir là dedans! »

      Et bien si ! Quand on va pleurer auprès de l’Etat pour obtenir « des ressources », celles-ci ne tombent pas du ciel. Neu-neu.

      • la France dans les derniers rangs depuis 30 ans à
        l’Eurovision de la Chanson.

        Pourtant, avec tous nos talentueux intermittents, le talent ( voir l’exemple Danois ) devrait ruisseler……………..

  • Bonsoir,

    Il me semble que de graves erreurs ont été commises lors de la rédaction de cet article. Tout d’abord le « déficit » n’est pas de 1 milliard, mais de 300 millions d’euros.
    Et concernant l’éventualité de mettre en CDI ou en auto entrepreneur… Un intermittent ne peut être en CDI, il travaille pour divers production et ne peux donc pas être en assigné à un seul employeur.
    Il ne faut pas oublier non plus que les techniciens comme artistes cotisent pour la SS et l’assedic ! On a tendance à l’oublié. Mais comme le regime général, il y a des charges !
    En CDD, il est impossible de souscrire à des prêts, certes c’est un choix de vouloir travailler dans l’artistique. Mais n’allez pas croire que les intermittents se tournent les pouces, ils travaillent, cotisent. Et n’ont pas de prime…
    Alors ne soyez pas haineux et surtout revoyez vos sources pour ne pas avoir des propos qui sont faux.
    Dernière question, savez vous quelles sont les retombées économiques d’un tournage ou d’un évènement dans une ville ou village pour les commerces, taxis, réputations ?
    Cela serait intéressant d’essayer de voir un peu ce que peut engendrer l’artistique.

    Bien cordialement.

    k

    • Je rigole en voyant des gamins , même pire sans savoir ce que veut dire exactement le statut, et si on parlait des footballeurs ?? Ca vous fera du bien , non?? Au lieu de dire , j’ai pas les moyens de voir un concert, spectacle, un conseil: « offrez-vous une tablette tactile ou un match de foot !  » Non sans déconner , vous aimez pas les intermittents, c’est votre problème .
      Ruinez-vous de mensonges par ce genre d’article , de toute façon , le gars qu’il a fait connait pas la vérité , il a qu’a faire un article sur  » Beckam  » Enfin si il ose !!

  • Alors d’une, les intermittents ne sont pas tous des artistes, une majorité sont des techniciens alors revois déjà ton article au lieux de généraliser.
    et deuxièmement, il me semble qu’ont cotises aussi alors ont est aussi des contribuables, de plus bizarrement les chiffres (1.3 milliard d’euros) ne sont pas les mêmes partout (beaucoup moins d’après de nombreux organisme sérieux et approuvés).

    Alors au lieux de fustiger les intermittents (car vraisemblablement vous parlez d’un sujet que vous ne connaissez pas) allez plutôt cracher sur toutes ces entreprises qui engagent leur employés permanent sous un statut d’intermittent et ceux qui ont des femmes de ménages sous ce même statut! Mais bien sur on ne va pas allez embêter ces grosses boites (TV souvent) ont préfères taper direct sur les doigts de ceux qui galères de plus en plus a trouver du travail. Une grosse partie des intermittents font bien plus que les 507 heures demandé, encore une fois nous aussi ont payent pour le statuts et donc ceux qui font plus d’heures que prévue participes en grande partie pour ceux qui ne peuvent pas en faire autant alors dire que c’est le contribuable qui paye toujours plus…merci mais faut arrêter la, au lieux de s’attaquer aux fraudes qui coutes vraiment très cher et a NOUS tous pas que a vous ne vous inquiétez pas! on préfère encore une fois nous montrer du doigt…. C’est marrant l’état diminue les budgets dans la culture, donc moins d’embauche dans les lieux publiques (théâtres, opéras ect…) donc participe activement à la précarité de nos emplois (en tant que technicienne je le ressent bien, moins d’embauche dans l’année sur les même lieux et je ne parle pas des rémunérations… et quand a trouver une place en CDI après un départ en retraite… c’est une légende urbaine aujourd’hui) et en parallèle veux nous sucrer le statut… Il n’y a que moi qui vois qu’il y a un problème???

    En tous cas cessez de parler d’un sujet que vraisemblablement vous ne connaissez pas… Tous ce que je vois c’est qu’il faut une tête de turc pour justifier les problème qu’il y a en France et en ce moment c’est les intermittents! (Non la France ne deviendra pas le pays des bisounours une fois que le statut aura stupidement été supprimer se que je n’espère mais vraiment pas, sa va juste aggraver les choses) Les gens se font laver le cerveaux et ils aiment sa. Encore une fois la France devrais s’attaquer aux fraudeurs qui abusent de se statu en le donnant a tous va a des gens qui n’en ont pas besoins et sanctionner de facon plus severe sa reglerai deja beaucoup de problèmes!

  • Mesdames, messieurs, quel triste spectacle ( sans jeu de mots ) que vos commentaires… Chacun tire la couverture à soit, aucun intérêt… Se stigmatiser les uns les autres ne mène nul part. Ne vous trompez pas de cible, et au lieu de vous tirez dans les pattes, tournez vous vers l état qui est responsable de cette situation. Diviser pour mieux régner, vous prouvez là que nos dirigeants font le job. Si j étais moins taxée j irais volontiers plus souvent assister à des événements culturels de tout genre et de ce fait les intermittents auraient plus de travail ou du moins plus de revenus ( sous condition que l état ne surtaxe pas non plus les bénéfices de ces événements ) et auraient moins besoin d’aide de l état ( générée par les taxes qu on m imposent mais sans que je profite de leurs fruits ). De plus celui que cela n intéresse pas ne participe pas et comme ça personne ne se sent flouer. Dans cette même logique on peut penser élever le niveau culturel de la population qui d une manière plus large y aura plus facilement accès, et aussi élever qualitativement les arts dans leur ensemble puisque ce qui sera mauvais ne rapportera pas et donc disparaîtra. C est peut être un avis simplet mais pour moi la liberté c est ca, il faut laisser les choses se faire simplement… Mais s’il vous plait tournez vous ensemble dans la bonne direction et combattez votre ennemi commun qui n est autre que l état!

  • Tout d’abord Gérard Depardieu n’est pas intermittent comme j’ai pu le lire dans les commentaires !! Il y a un plafond salaire + indemnité de 5000€ par mois environ, Depardieu quand il fait un film touche plusieurs millions d’euros, il dépasse le plafond pour plusieurs années !! Par contre il paye énormément de charges sociales qui vont dans le pot commun ! Ceux qui veulent que les intermittents du spectacle en sortent, pas de problème ! Par contre on récupère toutes les cotisations du milieu de spectacle, on va voir qui va être gagnant !! Pour rappel la culture pèse 3,2 % du PIB, soit plus de 60 milliards d’euros, vous me faites marrer avec votre chiffre de 1 milliard de déficit, qui en plus est faux ! Donc encore une fois, on ne parle que de ce que coutent les intermittents, mais pas de ce qu’ils rapportent !!

    Ensuite un artiste c’est pas un artisan maçon ! Là je parle pas de Depardieu mais des petits artistes des campagnes. Un artiste ne peut pas se mettre en libéral, il n’arrivera pas à gagner sa vie correctement pour des raisons simples de calendrier et de dates. Quand un maçon trouve un chantier, il le met à la suite de l’autre. Quand vous appelez un plombier pour un problème de robinet, il va vous répondre  » ah mon p’tit monsieur, je peux pas venir avant la semaine prochain » et vous allez attendre. Moi en tant que musicien, il m’arrive d’avoir 5 demandes sur une même journée, et je ne peux en faire qu’une ! Par contre, les 4 autres je ne peux pas les mettre à la suite. Je passe plus de temps à refuser du travail à cause du fait de la date unique de la prestation qu’à signer des contrats !!! Par contre tout le travail en amont de démarchage pour trouver des contrats et ensuite les refuser car les dates ne correspondent pas personne n’en parle !! C’est du temps, non payé, de l’investissement en com de ma poche etc… Pour qu’un artiste soit en libéral, il faudrait qu’il soit rémunéré à hauteur de son activité, et là ça va faire mal, la culture ne serait accessible qu’aux plus riches. S’il y a un régime spécifique pour ces métiers, c’est que justement l’activité est spécifique, et au sein même du spectacle, il y a des centaines de spécificités et de cas différents. Donc avant de critiquer et de crier au scandale, renseignez vous, et je mets au défit tout les grincheux d’être intermittent du spectacle ! Entre ceux qui en seront incapables et ceux qui jetterons l’éponge au bout de 6 mois ça me ferait bien rigoler !!

    Cette histoire d’intermittence est un pur scandale, oui, mais pas du côté dont vous en parlez ! Le scandale c’est que c’est le patronat qui a créé ce régime spécial au moment du plein emploi, pour avoir une main d’oeuvre qualifiée à portée de main, accessible et flexible, en quantité suffisante à des moments donnés sans pour autant se bloquer avec des CDI. Le système fonctionne très bien, sauf que maintenant que le chômage augmente, ça ne leur convient plus !! Ils veulent la flexibilité de l’embauche/débauche, mais par contre ne pas en subir les effets financiers… Le beurre, l’argent du beurre, la crèmerie et plus si affinité !!

  • Comme souvent on mélange tout . Les comédiens, musiciens, danseurs, et techniciens du spectacle vivant qui, pour beaucoup d’entre eux « galèrent » pour exercer leur métier, n’ont rien à voir avec les spécialistes qualifiés et grassement payés de l’audio-visuel, ni avec les stars du PAF qui profitent honteusement de ce système. Les sociétés de « prod » , les chaines TV, privées ou publiques sont les premières bénéficiaires. Qu’on réforme le régime, et qu’on le réserve au spectacle vivant, beaucoup plus risqué, et nécessitant souvent de longues répétitions,mais que l’on exclue tout le reste. De plus , n’en déplaise aux syndicats, le meilleur moyen d’éviter les abus est d’ abaisser les plafonds, et d’instaurer des franchises strictes.

  • n’importe quoi, cet article !!!
    si la France a encore des festivals, un cinéma, des spectacles, des concerts… de qualité, c’est grâce à cette exception culturelle et c’est génial. Désolé, mais un danseur, un musicien, un acteur… ont besoin de temps pour répéter, s’entraîner, faire ses gammes, penser, entretenir sa sensibilité et je trouve normal et heureux que l’on lui paye cela.
    si l’on transpose votre discours au monde du sport, il faudrait que les footballeurs ne soient payés qu’au moment des matchs !!! Bien évidemment, c’est ridicule !!!

    En revanche, le vrai problème, c’est l’extension de ce statut génial à des professions non-artistiques et c’est cela qui décrédibilise ce statut. Ainsi, artisans menuisiers sur un film, cadreurs à la télévision, peintre-décorateur… devraient, je suis d’accord, être affiliés à un statut d’indépendant (artisan, libéral, auto-entrepreneur, peu importe) et ne pas toucher d’aide entre deux contrats : leur profession ne le nécessite pas. Quand on pense que pour la Coupe du Monde, l’équipe de télévision comptait 110 intermittents du spectacle payés 6000€ nets nourris logés et qu’ils vont toucher plusieurs semaines de chômage selon ce taux-là pour être restés un mois au Brésil… ça, c’est scandaleux !

    Donc, avant de conchier ce merveilleux statut, faisons d’abord le ménage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le Haut-Commissariat au plan marocain, « entre le troisième trimestre de 2021 et celui de 2022, avec une création de 136 000 postes en milieu urbain et une perte de 194 000 en milieu rural, l’économie nationale a perdu 58 000 postes d’emploi au niveau  national » et le taux de chômage a atteint au troisième trimestre de l’année 2021 12,3 % au niveau national,

Effrayant et réel, les jeunes Marocains ont du mal à décrocher un emploi. Chaque entreprise publique ou privée voulant conjuguer croissance et bénéfice passant par la concep... Poursuivre la lecture

travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

 

Depuis la crise du covid et son « quoi qu’il en coûte », nous assistons à une transgression économique sans précédent.

En effet « l’argent magique » coule à flots et les Français ont été nettement plus indemnisés avec le chômage partiel lié au covid, qui s’élevait en France à 84 % du salaire net et sans descendre en dessous du SMIC, contre 60 % (67 % pour enfants à charge) en Allemagne.

Le fait que pendant cette période les Français ont économisé 175 milliards d'euros de plus grâce au chômage partiel (sur un total ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles