François Lenglet sur la Parabole de la vitre cassée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
lenglet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Lenglet sur la Parabole de la vitre cassée

Publié le 8 avril 2012
- A +

François Lenglet, rédacteur en chef de BFM, fait référence à la « parabole de la vitre cassée » de Frédéric Bastiat pour expliquer l’importance de distinguer les effets de long terme des effets immédiats dans les phénomènes économiques.

Par Damien Theillier.

L’arrivée de Free va-t-elle détruire des emplois ? Faut-il, comme le préconise François Hollande, bloquer les loyers ? Dans une chronique de « BFM Business », François Lenglet décortique ces deux questions d’actualité et cite Frédéric Bastiat et sa « parabole de la vitre cassée » pour expliquer les effets créateurs de la concurrence et les effets destructeurs de l’interventionnisme étatique.

Ou comment un économiste français du XIXe siècle continue à nous éclairer. Son approche était centrée sur la différence entre ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

Tout le monde voit les inconvénients immédiats de la concurrence mais seul le bon économiste voit ses effets créateurs à long terme. De même, tout le monde voit les avantages de l’intervention de l’État à court terme. Mais seul le bon économiste voit ses effets destructeurs.

La chronique de François Lenglet sur BFM Business  :

 

François Lenglet, qui cite ici Bastiat pour analyser l’actualité économique (c’est suffisamment rare pour le signaler), est le rédacteur en chef de cette radio. Et chose étonnante (mais rassurante en un sens), il n’a pas une formation d’économiste, ni de journaliste mais de philosophe.

Titulaire d’une maîtrise de lettres et d’une maîtrise de philosophie, il a vécu deux ans à Shanghaï (Chine) comme professeur de littérature française et correspondant en Asie pour L’Express.

En voilà un qui n’a pas eu l’esprit déformé par les théories néo-kéynésiennes fumeuses qu’on enseigne à l’université. Ce n’est certainement pas à l’école qu’il a entendu parler de Bastiat. Il s’est formé par lui-même en lisant, comme il le dit dans cet entretien.

À écouter tous les jours ici.

—-
Sur le web.

Lire aussi : Quelques articles qui analysent l’actualité économiques à l’aide de la « parabole de la vitre cassée ».

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Suite au triptyque sur la fabrique du consentement (ou plus exactement, l’extorsion du consentement), il apparaît profitable d’y ajouter deux addenda : le premier relatif au clergé médiatique et le second tenant à la délégation de responsabilité sans signature.

Ces deux éléments constituent deux courroies majeures de la transition vers un régime post-démocratique tel que l’avait élaboré dès 2004 le chercheur anglais Colin Crouch.

Car la post-démocratie c’est l’évolution de la démocratie vers une tyrannie qui conserve malgré tout... Poursuivre la lecture

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles