Pourquoi la France a perdu le train de la mondialisation

Philippe Manière n’avait pas publié de livre depuis 2003. C’est chose faite avec Le pays où la vie est plus dure, Grasset, 2012, essai parfaitement argumenté à l’usage de ceux qui considèrent la mondialisation comme la cause de nos malheurs économiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
le pays ou la vie est plus dure 070212

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la France a perdu le train de la mondialisation

Publié le 8 avril 2012
- A +

Philippe Manière n’avait pas publié de livre depuis 2003. C’est chose faite avec Le pays où la vie est plus dure, Grasset, 2012, essai parfaitement argumenté à l’usage de ceux qui considèrent la mondialisation comme la cause de nos malheurs économiques.

Par Bogdan Calinescu.
Publié en collaboration avec l’aleps.

De toute évidence, Nicolas Sarkozy n’a pas lu le dernier livre de Philippe Manière. Dans sa Lettre aux Français, les premières pages sont entièrement consacrées aux « ravages de la mondialisation » et aux « graves conséquences de l’ouverture des frontières ». Il accuse aussi l’Europe d’avoir mené cette politique d’ouverture à l’égard du monde. Le président se trompe et pour comprendre pourquoi, il faut lire l’ouvrage de Philippe Manière. Accuser les autres – les Américains, l’Europe, les Chinois… – a toujours fait partie des sports préférés des Français. Comme d’ailleurs le spleen économique. En 2010, plus de sept Français sur dix estimaient que la France était en déclin. Concernant la mondialisation, seulement deux Français sur dix considèrent que la France est porteuse de nouvelles opportunités. Le bouc émissaire est tout désigné.

Pourtant, en regardant attentivement les chiffres et les statistiques, on s’aperçoit que les malheurs de la France sont plus anciens, bien avant la vague de la mondialisation. Le problème du chômage – la principale préoccupation des Français – est beaucoup plus grave chez nous que dans la plupart des autres pays développés. Nous sommes à la sixième place pour ce qui est du taux de chômage sur 34 pays membres de l’OCDE. Et nous sommes deuxième pour ce qui est des dépenses publiques (56,6 % du PIB). Depuis 30 ans, notre taux de chômage a toujours été supérieur à la moyenne de l’OCDE. Et aussi supérieur à la moyenne européenne (sauf sur une période de 5 années). Les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon, la Suisse, l’Allemagne ou les Pays-Bas ont affiché durant cette période un taux de chômage souvent deux fois inférieur au nôtre. Et ces pays sont bien plus mondialisés que le nôtre : les échanges internationaux représentent 130% du PIB pour les Pays-Bas, 90% pour la Suisse, 60% pour l’Allemagne et… 40% pour la France.

Le paradoxe c’est que nos grandes entreprises se sont, pour la plupart, adaptées à la mondialisation. Elles investissent un peu partout dans le monde et créent des emplois. Si elles préfèrent délocaliser c’est parce que le coût du travail est extrêmement élevé en France. Il faut réformer le droit du travail – le principal ennemi de l’emploi en France – et baisser les coûts et nous aurons des milliers d’emplois créés ici aussi. Les ouvriers allemands ou néerlandais ne sont pas moins protégés que ceux français. Et néanmoins, dans ces pays il y a presque le plein emploi malgré la mondialisation !

On peut aussi se demander où sont les belles entreprises françaises nées de la mondialisation ? Où sont nos Google, Facebook, Zara, Ikea, Nokia ou SAP ? Les grandes entreprises qui font la gloire de la France dans le monde sont toujours les plus anciennes : Oréal, Total, Accor… en France, il n’y a pas de « bébé de la mondialisation », écrit justement Philippe Manière. La cause ? De trop nombreux patrons issus des grandes écoles (ENA, X…) et aucun qui ait gravi les échelons de l’entreprise, rigidité et réglementations, peur de la fiscalité… Peur de trop réussir et d’être stigmatisé plus tard. Et aussi le retard pris dans le domaine de l’innovation (nous sommes classés onzième en Europe).

Face à la désinformation économique ambiante, lire un ouvrage de Philippe Manière fait toujours du bien.

—-
Sur le web.

Acheter sur Amazon

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Oui c’est vrai ça, pourquoi les français veulent t-ils vivre heureux ? Avoir une sécurité social, profiter un peu de la retraite, avoir des congés payé, pourvoir ce projeter dans l’avenir. Tout ça c’est vraiment d’un ringard.

    Il faut passer au 40h minimum, virer le smic, privatiser la sécu, CDD pour tous, primauté des convention collective sur la loi… heu quoi d’autre…ah oui retraite par capitalisation et privatiser les centres pénitencier et faire bosser les gens dedans, bien sûr les droits de l’homme ne s’applique pas à l’intérieur puisque ce sont des animaux.

    Oui vous avez parfaitement raison, face à la désinformation économique ambiante, lire un ouvrage de Philippe Manière fait toujours du bien.

    • @pop

      Avant de partager des richesses, il faut d’abord en produire. La France s’entête à partager un gâteau (les acquis du passé) qui se rapetisse, au lieu de créer un environnement favorable à la création de richesse (qui profitera alors à tous).

    • @ pop
      Bien sur les Allemands et les Hollandais meurt dans la rue faute de soins, de sécurité sociale.
      Bien sur les Allemands et les Hollandais ne partent jamais en congés.
      Tout le monde voit bien les enfants décharnés dans les rues de Munich ou d’Amdsterdam.

      Quant au retraite par capitalisation, elle permetttrai à un smicard une meilleure retraite que maintenant ( le problème c’est qu’il ne financerai plus les retraites dorées de la fonction publique)

      • Pop n’aime pas la « retraite par capitalisation » parce qu’il y a « capital » dedans. Il ne sait pas ce que ça veut dire, mais « c’est mal »…

    • Pop, Vous pensez vraiment convaincre quelqu’un avec un post aussi indigent en arguments? C’est risible.

    • J’adore ces français qui se plaignent tout le temps mais qui, quand on leur décrit le problème français, semblent affirmer que nous vivons au paradis alors que par delà nos frontières, fussent-elles seulement le Rhin, la Manche ou les Pyrénées, les hommes vivent un enfer capitaliste où ils meurent humiliés du sable dans la bouche …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles