L’hélium, gaz précieux, grâce à l’État !

En ne laissant pas le marché fixer les vrais prix, l’Etat encourage le gaspillage des ressources naturelles. Nouvel exemple avec l’hélium.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 955

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hélium, gaz précieux, grâce à l’État !

Publié le 4 avril 2012
- A +

En ne laissant pas le marché fixer les vrais prix, l’État encourage le gaspillage des ressources naturelles. Nouvel exemple avec l’hélium.

Par Pierre-Yves Saint-Onge, depuis Montréal, Québec.

Bravo l’État!

Savez-vous quelle est la valeur réelle de votre bonbonne d’hélium que vous avez acheté pour gonfler les ballons de votre fête d’enfant ? 5$ ? 10$ ? Vous êtes loin de la réponse !

Le physicien et prix Nobel Robert Richardson a voulu avertir que le monde serait à court d’hélium d’ici 25 à 30 ans. Pourquoi ? À cause de l’intervention gouvernementale, bien sûr.

80% des réserves planétaires de cette ressource non-renouvelable se retrouvent dans le Sud-Ouest des États-Unis, en grande partie dans la National Helium Reserve à Amarillo au Texas. Cette réserve avait été créée à l’époque comme réserve stratégique… Sous une loi de 1996, cette réserve doit être vendue d’ici 2015, sans aucune considération envers l’offre mondiale ou le prix du marché.

Donc, l’hélium est vendu à un prix beaucoup plus bas que le prix du marché, selon Richardson, et à ce niveau de prix, est trop abordable pour être recyclé. Dans ce cas, nous le consommons de façon très négligente, par décret gouvernemental, et sans aucune considération pour la diminution des stocks.

Si ces stocks arrivent à zéro, vous pouvez dire adieu à des équipements tels que les scanners MRI ou les détecteurs de radiation, entre autres.

Donnant un exemple, Oleg Kirichek du Rutherford Appleton Laboratory en Grande-Bretagne, explique les conséquences d’aujourd’hui sur ses opérations : « It makes me really angry. It costs £30,000 a day to operate our neutron beams, but for three days, we had no helium to run our experiments on those beams. In other words, we wasted £90,000 because we couldn’t get any helium. »

Pensez-y lors de votre prochaine fête : selon le professeur, pour refléter adéquatement la rareté de l’hélium, chaque ballon devrait coûter 119.51$ !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Quid des spéculateurs?

    C’est un gaz qu’on peut acheter partout et facile à stocker. Il n’y a pas de raison que les spéculateurs soient passés à côté de ce marché.
    Peut-être un manque d’informations, mais j’en serais étonné. Quand les média s’emparent d’une information, il est souvent trop tard pour miser dessus.

  • L’hélium est produit continuellement par la radioactivité. Il est actuellement extrait du gaz naturel donc il ne va pas en manquer de sitôt mais sinon, on peut en produire autant qu’on veut avec des centrales nucléaires à sels liquides thorium.

    Si son prix est aussi bas, c’est parce qu’il y en a tellement qu’on ne sait quoi en faire, pas à cause de l’interventionnisme d’Etat. Comme les technos de production, jadis monopoles US, sont maintenant dans le domaine public, si la conso augmente et que les prix montent, des salauds de capitalistes vont investir dans de nouvelles usines.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Il est surprenant qu’à la veille d’une très grave crise de l’énergie ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schistes localisé sous nos pieds et dont nous avons la pleine maîtrise.

Le 13 juillet 2011, un an avant les élections présidentielles et sans doute afin de s’assurer la bienveillance des écolos de tout poil mais aussi de l'opinion, la majorité parlementaire, à l’initiative du député Christian Jacob PR, réputé de droite, a fait voter une loi qui interdisait non seulement l’exploitatio... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

On pourrait définir l’écologie en disant qu’elle consiste à inscrire le développement de l’homme de façon aussi harmonieuse que possible dans son environnement, mais ce n’est pas exactement comme cela qu’elle est née ni qu’elle s’est développée.

Quand les questions écologiques font leur apparition dans le débat public à la fin des années 1960, l’inquiétude dominante concerne l’épuisement des ressources. La démographie est galopante, la consommation aussi ; comment tout cela ne finirait-il pas en effondreme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles