Aiguilleurs du ciel

Le regard de René Le Honzec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 948

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Aiguilleurs du ciel

Publié le 1 avril 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec

Système baptisé « clairance » : ensemble de pratiques dénoncées dans Le Figaro qui mettent en péril les atterrissages et les décollages : travail à mi-temps illégal, sous-effectif dans la tour de contrôle… Les « petits arrangements » se font au détriment de la sécurité.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Cette question peut surprendre tant sont nombreux les syndicalistes et dirigeants politiques qui déclarent à l’occasion de chaque grève : « le droit de grève est un droit constitutionnel ». Cette insistance est d’ailleurs étonnante. Est-il rappellé à chaque élection que le droit de vote est un droit constitutionnel ? Pourquoi faut-il le rappeler à l’occasion des grèves ?

 

La réponse n’est pas simple

La Constitution ne mentionne pas le droit de grève.

Certes, son préambule affirme que « le peuple français proclame so... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Par Adrian Borbély et Pauline de Becdelièvre.

La SNCF est contrainte d’annuler plus d’un tiers de ses trains les 23, 24 et 25 décembre à la suite d’un nouveau débrayage d’une partie des contrôleurs qui réclament « une meilleure reconnaissance des spécificités de leur métier », soit des augmentations de salaire et des mesures liées à la gestion de leur carrière. Environ 200 000 personnes ont vu leur train annulé et certaines n’ont pas de solution de repli, les trains restant étant complets, tout comme les cars et les loueurs de voitures... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles