Les USA et l’UE suivent des trajectoires de croissance distinctes

La croissance économique dans les pays du G7 devrait être plus vigoureuse au cours du premier semestre de 2012.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les USA et l’UE suivent des trajectoires de croissance distinctes

Publié le 29 mars 2012
- A +

La croissance économique dans les pays du G7 devrait être plus vigoureuse au cours du premier semestre de 2012, mais la reprise reste fragile et devrait se dérouler à des rythmes différents en Amérique du Nord et en Europe.

Dans la dernière Évaluation économique intérimaire de l’OCDE, Pier Carlo Padoan prévoit que les économies du G7 progresseront de 1,9% au premier comme au deuxième trimestre de 2012, même si l’on s’attend à de fortes disparités au sein de ce groupe de pays. Les prévisions pour le premier semestre de 2012 font apparaître une croissance soutenue aux États-Unis et au Canada, mais beaucoup plus faible en Europe, où les perspectives restent incertaines. Aux États-Unis, le rebond actuel de l’emploi, le regain de confiance des consommateurs, la hausse des cours des actions et l’expansion du crédit soutiennent la reprise, avec une croissance attendue à 2,9% au premier trimestre et à 2,8% au deuxième trimestre. Au Canada, l’activité devrait progresser de 2,5% au cours de chacun des deux premiers trimestres.

L’optimisme qui prévaut pour l’Amérique du nord tranche avec la situation beaucoup plus précaire en Europe, où le manque de confiance des consommateurs et la montée du chômage annoncent une nouvelle dégradation de l’activité. L’OCDE prévoit que les trois plus grandes économies de la zone euro – l’Allemagne, la France et l’Italie – connaîtront une contraction de 0,4% en moyenne au cours du premier trimestre, suivie d’une reprise modérée de 0,9% au deuxième trimestre. Sur un plan individuel, l’activité pourrait s’accélérer en Allemagne au cours du premier semestre, avec une croissance de 0,1% au premier trimestre et de 1,5% au deuxième. Les perspectives sont moins favorables en France, avec un recul de 0,2% au premier trimestre, suivi d’une progression de 0,9% au deuxième. En Italie, la faiblesse de la production industrielle et le moral des ménages laissent présager une récession lors des deux premiers trimestres. Ceci étant, les tout derniers indicateurs sont plus encourageants et devraient se traduire par une croissance légèrement plus forte que prévu au deuxième trimestre.

La croissance japonaise devrait connaître une forte reprise au premier trimestre pour atteindre 3,4, pour ralentir à 1,4 au second trimestre.
Divers facteurs menacent la reprise, comme la hausse des prix du pétrole, l’essoufflement des économies de marché émergentes, notamment de la Chine, et le ralentissement de la croissance du commerce mondial qui témoigne du fléchissement de la demande globale.

L’action des pouvoirs publics restera déterminante, en particulier dans la zone euro, où il faudra aller de l’avant afin de compléter les mesures engagées pour renforcer les cadres budgétaires, mettre en place des pare-feux financiers et engager des réformes structurelles fondamentales.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Depuis la crise du covid et son « quoi qu’il en coûte », nous assistons à une transgression économique sans précédent.

En effet « l’argent magique » coule à flots et les Français ont été nettement plus indemnisés avec le chômage partiel lié au covid, qui s’élevait en France à 84 % du salaire net et sans descendre en dessous du SMIC, contre 60 % (67 % pour enfants à charge) en Allemagne.

Le fait que pendant cette période les Français ont économisé 175 milliards d'euros de plus grâce au chômage partiel (sur un total ... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles