Benoît XVI en visite en Amérique latine

Le pape Benoît XVI est parti hier matin de l’aéroport romain de Fiumicino pour un voyage de six jours qui le conduira ce week-end au Mexique et en début de semaine à Cuba

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Pape Benoit XVI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Benoît XVI en visite en Amérique latine

Publié le 24 mars 2012
- A +

Le pape Benoît XVI est parti hier matin de l’aéroport romain de Fiumicino pour un voyage de six jours qui le conduira ce week-end au Mexique et en début de semaine à Cuba. Mais Benoît XVI aura du mal à tenir la comparaison avec son prédécesseur polonais, Jean-Paul II, qui ne suscitait jamais autant d’enthousiasme et de ferveur populaire que lorsqu’il voyageait en Amérique latine.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Le pape Joseph Ratzinger arrive à Cuba dans quelques jours, mais on sent déjà de loin comme un parfum d’encens. Dans un pays où beaucoup de ceux qui prient le jour dans les églises allument la nuit des cierges à un dieu africain, la visite de Sa Sainteté réveille l’enthousiasme mais aussi la curiosité.

Les catholiques préparent leurs liturgies pour recevoir en grande pompe Benoît XVI, pendant que beaucoup d’autres se demandent si sa venue apportera un changement significatif à la situation politique et sociale de la nation. Les gens veulent croire que le Saint Père va donner une impulsion au processus des réformes de Raoul, en les accélérant et en leur donnant plus de profondeur. Les plus optimistes se mettent à rêver que la plus haute figure du Vatican parvienne à ce à quoi devrait parvenir la rébellion populaire ; un véritable changement.

Il y a trop de différences entre ce mois de mars où Sa Sainteté atterrira sur l’aéroport de la Havane et la venue de Jean-Paul II en janvier 1998. Celui qui était aussi connu sous le nom de « pape voyageur » était arrivé précédé d’histoires qui le liaient à la chute des régimes d’Europe de l’Est. Ratzinger pour sa part arrivera à un moment où déjà toute une génération de cubains née après la chute du mur de Berlin, ne connait même pas la signification du sigle URSS. À la fin des années quatre vingt dix, Karol Wojtila nous a incendié le cœur, y compris les agnostiques comme moi, en prononçant plus d’une douzaine de fois le mot « liberté » sur la Place de la Révolution.

Mais aujourd’hui, dans un climat d’apathie et de découragement, il sera plus difficile pour Ratzinger de mobiliser par ses paroles la même émotion. Sa visite sera plutôt un pâle reflet de la précédente parce que nous ne sommes plus les mêmes et ce n’est pas le même pape.

—-
Sur le web
Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Sa visite sera plutôt un pâle reflet de la précédente parce que nous ne sommes plus les mêmes et ce n’est pas le même pape. » Tout ce qu’on peut souhaiter à l’auteur, c’est qu’elle ait finalement tort et que son attente implicite soit satisfaite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles