Les Français ont besoin des libéraux !

Principe de précaution, je crains tout

Les libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français agir là où ils se trouvent. Et pour le reste, se souvenir de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : «Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux ».

Les libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français agir là où ils se trouvent. Et pour le reste,  se souvenir de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : « Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux. »

Par Jacques Legrand, ancien vice-président d’Alternative Libérale.

Principe de précaution, je crains tout

Pas de mois sans annonce de nouvelles normes dans les domaines les plus variés : Alimentation, Santé, Internet (Hadopi, etc.), Sécurité routière, Bâtiment, Commerce, Emploi, etc., complétées par une floraison de taxes en tous genres.

Un résultat de cette politique est de susciter une forme de stress permanent où chacun se demande ce qu’il a encore le droit de faire et comment, sans enfreindre un quelconque règlement. À l’encontre de l’objectif recherché par le pouvoir, on observe alors qu’une part de plus en plus importante des citoyens vit hors la loi : le nombre des automobilistes roulant sans permis a augmenté de 20% en 2011 !

Les Libéraux sont les seuls à dénoncer toutes ces formes d’intrusion dans la vie privée de chacun.

Depuis des décennies, les gouvernements dirigistes successifs s’ingèrent sans cesse dans le quotidien des gens, veulent leur dicter leurs choix de vie, sans que les citoyens leur demandent quoi que ce soit : ces politiques et leur armée de technocrates agissent ainsi sans aucun mandat pour le faire.

Mais l’abus des réglementations de toute forme – restrictions des libertés, interdictions diverses, sanctions au civil ou au pénal sans cesse augmentées – ne leur suffit pas : ils ont décidé d’envelopper les Français dans une vaste « doudoune » : le principe de précaution, abrité (lui-même…) dans la Constitution française depuis 2005. Mais pourquoi s’arrêter là ? Le pouvoir crée, dès l’année suivante, l’Observatoire du Principe de Précaution (sans doute pour veiller à ce qu’il ne s’échappe pas de ladite loi fondamentale… ?), générant des attitudes, des comportements qui restreignent le goût de l’initiative.

Dans la même veine, depuis le début de la campagne pour la présidentielle, c’est à qui proposera le plus de solutions pour protéger les Français.

En réalité, les Français ont seulement besoin d’être protégés de l’excès de pouvoir de leurs dirigeants. La gouvernance de ceux-ci, depuis 30 ans, a débouché sur un niveau de chômage, de pauvreté, d’endettement insupportable. Alors, pour continuer d’exister, croit-elle, cette classe politique disqualifiée multiplie les mesures dans les domaines qui ne la concernent pas.

En opposition la plus totale à cet esprit de peur généralisée, à cette vision triste et rabougrie de l’homme, les Libéraux proclament qu’une vie sans risque ne vaut pas la peine d’être vécue. Ils rappellent que, si parmi nos lointains ancêtres, des hommes n’avaient pas pris de risque nous serions encore en train de geler au fond des cavernes ! Quand les Français leur feront confiance, les Libéraux proposeront donc de remplacer l’Observatoire du principe de précaution par l’ARA, l’Agence du Risque Assumé, qu’ils sont prêts à gérer bénévolement.

Le Libéral livre ici son secret : il est porté par des valeurs positives. Chaque jour, il éprouve le bonheur d’être libéral, cette sensation forte de dépendre d’abord de lui-même, de pouvoir échanger, agir seul ou avec d’autres citoyens librement choisis. Il est capable de confiance en lui et dans les autres, sentiment sans lequel rien ne s’entreprend de fort et de durable. Il accueille avec bienveillance la révolution numérique qui met l’information à la portée de tous, sapant là une des sources principales du pouvoir des top-downers qui contrôlent les gens d’en bas, et donne enfin la parole à tous les citoyens qui veulent s’exprimer.

Les Libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français apporter leurs idées, leur engagement, agir là où ils se trouvent. Et pour le reste, les Libéraux souhaitent que les électeurs se souviennent de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : « Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux. »


Sur le web