Les Français ont besoin des libéraux !

Les libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français agir là où ils se trouvent. Et pour le reste, se souvenir de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : «Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Principe de précaution, je crains tout

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français ont besoin des libéraux !

Publié le 17 mars 2012
- A +

Les libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français agir là où ils se trouvent. Et pour le reste,  se souvenir de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : « Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux. »

Par Jacques Legrand, ancien vice-président d’Alternative Libérale.

Principe de précaution, je crains tout

Pas de mois sans annonce de nouvelles normes dans les domaines les plus variés : Alimentation, Santé, Internet (Hadopi, etc.), Sécurité routière, Bâtiment, Commerce, Emploi, etc., complétées par une floraison de taxes en tous genres.

Un résultat de cette politique est de susciter une forme de stress permanent où chacun se demande ce qu’il a encore le droit de faire et comment, sans enfreindre un quelconque règlement. À l’encontre de l’objectif recherché par le pouvoir, on observe alors qu’une part de plus en plus importante des citoyens vit hors la loi : le nombre des automobilistes roulant sans permis a augmenté de 20% en 2011 !

Les Libéraux sont les seuls à dénoncer toutes ces formes d’intrusion dans la vie privée de chacun.

Depuis des décennies, les gouvernements dirigistes successifs s’ingèrent sans cesse dans le quotidien des gens, veulent leur dicter leurs choix de vie, sans que les citoyens leur demandent quoi que ce soit : ces politiques et leur armée de technocrates agissent ainsi sans aucun mandat pour le faire.

Mais l’abus des réglementations de toute forme – restrictions des libertés, interdictions diverses, sanctions au civil ou au pénal sans cesse augmentées – ne leur suffit pas : ils ont décidé d’envelopper les Français dans une vaste « doudoune » : le principe de précaution, abrité (lui-même…) dans la Constitution française depuis 2005. Mais pourquoi s’arrêter là ? Le pouvoir crée, dès l’année suivante, l’Observatoire du Principe de Précaution (sans doute pour veiller à ce qu’il ne s’échappe pas de ladite loi fondamentale… ?), générant des attitudes, des comportements qui restreignent le goût de l’initiative.

Dans la même veine, depuis le début de la campagne pour la présidentielle, c’est à qui proposera le plus de solutions pour protéger les Français.

En réalité, les Français ont seulement besoin d’être protégés de l’excès de pouvoir de leurs dirigeants. La gouvernance de ceux-ci, depuis 30 ans, a débouché sur un niveau de chômage, de pauvreté, d’endettement insupportable. Alors, pour continuer d’exister, croit-elle, cette classe politique disqualifiée multiplie les mesures dans les domaines qui ne la concernent pas.

En opposition la plus totale à cet esprit de peur généralisée, à cette vision triste et rabougrie de l’homme, les Libéraux proclament qu’une vie sans risque ne vaut pas la peine d’être vécue. Ils rappellent que, si parmi nos lointains ancêtres, des hommes n’avaient pas pris de risque nous serions encore en train de geler au fond des cavernes ! Quand les Français leur feront confiance, les Libéraux proposeront donc de remplacer l’Observatoire du principe de précaution par l’ARA, l’Agence du Risque Assumé, qu’ils sont prêts à gérer bénévolement.

Le Libéral livre ici son secret : il est porté par des valeurs positives. Chaque jour, il éprouve le bonheur d’être libéral, cette sensation forte de dépendre d’abord de lui-même, de pouvoir échanger, agir seul ou avec d’autres citoyens librement choisis. Il est capable de confiance en lui et dans les autres, sentiment sans lequel rien ne s’entreprend de fort et de durable. Il accueille avec bienveillance la révolution numérique qui met l’information à la portée de tous, sapant là une des sources principales du pouvoir des top-downers qui contrôlent les gens d’en bas, et donne enfin la parole à tous les citoyens qui veulent s’exprimer.

Les Libéraux ont la solution à la crise : laisser les millions de Français apporter leurs idées, leur engagement, agir là où ils se trouvent. Et pour le reste, les Libéraux souhaitent que les électeurs se souviennent de ce que disait, il y a déjà deux cents ans, Benjamin Constant : « Prions l’Autorité de rester dans ses limites : qu’elle se borne à être juste ; nous nous chargerons d’être heureux. »


Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • « Les Libéraux ont la solution à la crise »

    Vous oubliez de préciser, pour tous les frileux pétochards socialisants, qu’ils ne possèdent pas la recette du bonheur durable et gratuit pour tous ici et maintenant.

    Sinon entièrement d’accord avec cet excellent article.

  • « Les Français ont besoin des libéraux ! »
    Non, vous pouvez aller crever la bouche ouverte, ailleurs.

  • Le principe de précaution :

     » Mieux vaut pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.  »

    Proverbe Shadok


    .

    • Remplace « pomper » par « dépenser l’argent gratuit des autres et les faire chier avec des lois et normes à la con » et c’est tout bon. ^^

      • ha!ha!je crois que tu as profondément raison:shaddock,c’est un mot que j’utilise de plus en plus frequemment pour désigner l’ordre de notre société.on détruit tout en espérant améliorer,mais comme on le fait mal ,on revient en arrière.résultat tout empire et on se demande s’il ne vaut mieux pas rester immobiles.les français n’ont pas besoin des libéraux mais de quelques mesures libérales.les libéraux sont trop surs d’avoir raison,ils sont aussi dangereux que les marxistes

        • « ils sont aussi dangereux que les marxistes »
          Les libéraux ne traînent pas 100 millions de cadavres dans leurs pattes.

  • C’est ça prions l’autorité. les libéraux classiques me sortent plus encore par les yeux que les socialistes. Au moins avec eux on sait à quoi s’attendre. Ce sont tout simplement des malades qui veulent tout contrôler dans les moindres détails et qui ne réussissent qu’à engendrer des massacres financiers et humains. Pour les premiers cités, on ne sait jamais si c’est du lard ou du cochon. Si l’on doit prier l’autorité, c’est admettre que les hommes et les femmes qui la compose sont supérieurs aux autres qui dépendent de leur bonne grâce pour pouvoir vivre librement. Pour le reste l’article est très intéressant.

    • Prier : 1/ Demander grâce une divinité.
      2/ Demander à quelqu’un.
      3/ Ordonner.

      Si vous choisissiez la prière impliquant une soumission, libre à vous. Mais n’accusez pas les autres de faire de même. La citation de Constant se comprend dans le sens de « demander poliment mais fermement ».

      Quant à dire que les libéraux sont des malades souhaitant tout contrôler, j’aimerais bien savoir où vous êtes aller chercher ça.

      • Il faudrait commencer pare lire et comprendre les commentaires avant de répondre. Je parlais des socialistes pas des libéraux.
        Pour ce qui concerne la définition du mot prier, lorsque le verbe est placer en tête de phrase, je ne vois pas d’autre signification que le sens premier, c’est à dire une soumission à un être supérieur. De toute façon essayer de convaincre un soi disant libéral (classique) que l’état ne sert à rien d’autre qu’à engendrer des massacres revient à demander à un socialiste de ne pas intervenir. Peine perdue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

On entend souvent, et pas plus tard que la semaine dernière, qu’un parti cherche des idées, des propositions pour construire un programme. En novlangue : « pour nourrir le débat ». Comme si les partis politiques étaient des lieux de débat.

C’est donc le parti RDLREM (Renaissance De La République En Marche) qui sollicitait ses élus pour faire remonter des idées récemment.

Ce parti au pouvoir depuis 5 ans, élu sur un projet, est à la recherche d’idées pour gouverner la France.

Qu’est-ce à dire ? A-t-il déjà réalisé son proj... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles