Pékin bat Bruxelles à son propre jeu

À vouloir élever insidieusement des barrières protectionnistes au prétexte de protéger l’environnement, l’Union Européenne se lance dans un jeu qui pourrait bien se retourner contre ses intérêts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 858 Chine

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pékin bat Bruxelles à son propre jeu

Publié le 15 mars 2012
- A +

À vouloir élever insidieusement des barrières protectionnistes au prétexte de protéger l’environnement, l’Union européenne se lance dans un jeu qui pourrait bien se retourner contre ses intérêts.

Un article d’Open Europe.

On récolte ce que l'on sème.

La semaine dernière, à Bruxelles, nous avions organisé une table ronde très intéressante à propos des échanges commerciaux entre l’UE et l’Asie – dont l’importance ne doit pas être sous-estimée étant donnée la situation économique délicate que connaît l’Europe actuellement, c’est le moins qu’on puisse dire.

Au cours de sa présentation, le député conservateur Syed Kamall a mis en garde contre la volonté de l’UE de maintenir un « agenda anti-business » dans les négociations commerciales, notamment par des normes environnementales excessives, de sorte que « nous faisons de tout, sauf du commerce. »

Aujourd’hui, le piège du protectionnisme vert semble se refermer sur nous : d’autres blocs commerciaux peuvent répliquer par la mise en œuvre de pratiques similaires.

En effet, nous apprenons que l’Union européenne, les États-Unis et le Japon ont déposé une plainte auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce mettant en cause la Chine qui chercherait à limiter ses exportations de terres rares. C’est une situation très fâcheuse dans la mesure où il s’agit de minéraux essentiels à la production de biens de haute technologie, tels que les voitures hybrides, les armes, les télévisions à écran plat, les téléphones portables, les lampes à vapeur de mercure ou les lentilles de caméra. Et comme la Chine représente plus de 90% de la production mondiale des 17 minéraux de terres rares utilisés pour fabriquer ce genre de produits, l’Europe est assez dépendante sur ce type de commerce.

Mais voici le tour tordu que nous joue la Chine : Pékin prétend que ce n’est qu’ « une question de protection de l’environnement ». Le Ministre du Commerce du pays a déclaré dans un communiqué :

L’objectif politique de la Chine est de parvenir à un développement durable afin de protéger les ressources et l’environnement. Ce n’est donc pas une manœuvre de distorsion des échanges commerciaux pour protéger les industries nationales.

Finement joué. Maintenant, nous ne cherchons certainement pas à défendre ici le point de vue de la Chine. Nous souhaitons simplement faire remarquer humblement que si l’Europe continue de flirter avec les barrières commerciales de toutes sortes, y compris les ‘vertes’, d’autres peuvent nous prendre à notre propre jeu.

Voilà sans doute quelque chose à méditer alors que certains dirigeants européens appellent à un « Buy European Act ». Tôt ou tard, on récolte ce que l’on a semé.

—-
Sur le web
Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Bof, la Chine a trouvé là un prétexte pour prendre une mesure qu’elle aurait prise de toute façon. Globalement on peut trouver que le protectionnisme européen est une mauvaise idée, mais il faut de toute façon s’attendre à voir davantage de barrières douanières s’élever dans les années qui viennent, quelque soit par ailleurs le comportement de l’Europe à cet égard.

  • Oui,c’est peut-être vrai économiquement, mais très certainement faux politiquement. Personne n’a jamais gagné en se couchant d’avance en négociation.

    Et les moyens de pression divers et variés, alternés ou persistants, font parti du jeu de la négociation.

    Un chinois pourrait vous le dire.

  • L’article énumère les produits technologiques dont la fabrication requiert des « terres rares » (voitures hybrides, les armes, les télévisions à écran plat, les téléphones portables, les lampes à vapeur de mercure ou les lentilles de caméra).

    L’énumération n’est bien sûr pas exhaustive, Toute la haute technologie requiert des terres rares.

    Mais il y a un absent de marque dans cette énumération : « les éoliennes ». Sans néodyme, pas d’aimant permanent suffisamment puissant pour faire un générateur moderne … donc plus d’éolienne.

    Ce point doit aller droit au coeur de tout écolo qui se respecte.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ce vendredi 2 février, les États membres ont unanimement approuvé le AI Act ou Loi sur l’IA, après une procédure longue et mouvementée. En tant que tout premier cadre législatif international et contraignant sur l’IA, le texte fait beaucoup parler de lui.

La commercialisation de l’IA générative a apporté son lot d’inquiétudes, notamment en matière d’atteintes aux droits fondamentaux.

Ainsi, une course à la règlementation de l’IA, dont l’issue pourrait réajuster certains rapports de force, fait rage. Parfois critiquée pour son ap... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Les milieux financiers découvrent tardivement les faiblesses du modèle chinois, pourtant perceptibles depuis une décennie. C’était prévisible pour tout observateur de la démographie, des mécanismes de développement et du communisme.

On peut penser notamment aux dettes souscrites en contrepartie de faux actifs, par exemple pour la construction de logements, alors qu’il y a de moins en moins de jeunes pour les occuper ou d’infrastructures redondantes, faisant momentanément la joie des bâtisseurs. Je me doutais bien que ces dettes sortira... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles