Pourquoi je vais quitter la France et ce que vous y perdrez

Un billet d’humeur d’un futur exilé fiscal anonyme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi je vais quitter la France et ce que vous y perdrez

Publié le 12 mars 2012
- A +

Un billet d’humeur d’un futur exilé fiscal anonyme.

J’ai décidé de quitter la France.

Je ne cacherai pas les raisons — la raison ! — qui m’ont poussé à prendre cette décision. Je n’invoquerai pas le cadre de vie, le climat ou les paysages du pays qui m’accueille, ni ses habitants charmants. Je ne chercherai pas d’excuses. D’ailleurs, je ne me sens pas coupable.

Non, je le dirai sans honte, mon départ a une seule raison : je paie trop d’impôts.

Je sais que cette décision sera jugée, dénoncée, critiquée, méprisée, qu’elle me vaudra quantité d’épithètes : « égoïste, profiteur, accapareur, sans-cœur, avare, indifférent ».

Je serai coupable d’être riche.

Cette richesse pourtant, je ne l’ai pas acquise par le vol, la fraude et la violence mais parce que des gens me l’ont versé à la suite d’un contrat. Je ne crois pas que cela correspondait à une simple générosité de leur part. Ils ont accepté de me le céder parce que de leur point de vue, la valeur du service que je rendais excédait la somme qu’ils devaient verser pour l’obtenir. Si j’ai reçu autant d’argent c’est que de nombreuses personnes ont accepté de me payer pour les services que je leur rendais. Si j’ai reçu autant d’argent, c’est parce que j’ai rendu de nombreux services à la société.

En quoi devrais-je en avoir honte ? En quoi devrais-je me sentir coupable ?

Un autre argument en faveur d’impôts toujours plus élevés est que je devrais être fier de payer autant d’impôts qui enrichiront mon pays et atténueront la pauvreté.

Fier, je veux bien l’être des bonnes actions que j’accomplis mais là il n’y aurait vraiment pas de quoi. Quoi que je souhaite ou fasse, cet argent sera prélevé de toute manière. En quoi cet acte pourrait être méritoire puisque je ne saurai jamais (ou plutôt je ne le sais que trop !) si en l’absence de contrainte j’aurais agi de même ?

Aussi, ai-je l’impression que ceux qui veulent tant augmenter les taux de mes contributions ne s’intéressent non pas tant à ma vertu qu’à mon patrimoine. Ma vie, mes actes et leurs conséquences ne seront plus considérés par la société comme les conséquences de mes choix éthiques personnels (contribuer à mon bonheur, à celui de mes proches, à la prospérité générale de la société) mais comme une aubaine, un accident de la même nature que les bonnes récoltes, le beau temps sur les plages, ou l’enneigement des stations de sport d’hiver, événements à propos desquels la seule question qui importe est : quel profit en retirer ? Que seront-ils alors pour moi dès lors que je ne me sentirai plus considéré comme une fin mais comme un moyen ?

Et puis êtes-vous si sûr que l’argent qui m’aura été pris sera si bénéfique ?

Le Produit Intérieur Brut par habitants était à peu près de 30 500 euros en 2011. La dépense publique atteignant 56,2% du produit Intérieur Brut en 2011, celle-ci représentait 17 000 euros par français. Tout se passe donc en théorie comme si l’État distribuait 17 000 euros en faveur de chaque Français, plus de 68 000 euros pour une famille de quatre personnes… Et malgré cet argent des gens dorment dans la rue ! Alors est-ce que multiplier sans arrêt les dépenses est vraiment la solution ? Dans le pays où je vais, il y a moins de dépenses et de contributions. Pourtant, je n’y ai pas vu que la misère s’y était répandue, bien au contraire !

Croyez-vous en outre que l’argent que j’ai gagné je l’aurais conservé uniquement pour moi en multipliant les dépenses toutes plus extravagantes les unes que les autres ? Pensez-vous que, peut-être par orgueil si vous voulez, je n’en aurais pas conservé une part plus grande pour venir en aide aux personnes qui souffrent que ne le feront les administrations qui le recevront ? D’où viennent selon vous les dons qui permettent aux organismes caritatifs de soulager des famines ?

Alors, oui, je crois Victor Hugo qui affirmait : « qui donne aux pauvres prête à Dieu » mais je crois aussi Tristan Bernard qui ajoute : « qui donne à l’État prête à rire ».

Pour certains, je devrais rembourser à l’État tout ce qu’il a fait pour moi. Je veux bien rembourser mais alors que ces personnes m’expliquent comment faire.

Je suis anonyme et vous ne pouvez connaître mes revenus supérieurs à un million d’euro. Mettons-nous d’accord sur un chiffre de deux millions d’euros. Je risque désormais de payer à l’État au titre de l’impôt sur le revenu plus d’un million cent mille euros, contre plus de sept cent mille euros avec les anciens taux. Je ne sais comment évaluer les services dont j’ai bénéficié mais prenons comme hypothèse les 17 000 euros par personne évoqués plus haut. Je me permets alors de poser aux personnes qui considèrent que « je dois rembourser » les questions suivantes :

Comment peut-on rembourser si en versant chaque année plus de sept cent mille euros et en recevant l’équivalent de 17 000 euros en services divers on n’a pas remboursé ? Et si moi je n’ai pas remboursé, qui l’aura fait ? Pensez-vous que tout le monde devrait donner à l’État plus qu’il ne reçoit ? Quelle serait alors l’utilité de l’État ? Pourquoi des impôts, des taxes et des contributions ?

D’autres enfin pensent que mon départ signifie « que je n’aime pas mon pays ». Si vous croyez que votre pays se conduit avec vous d’une manière contraire à la justice, est-ce l’aimer, est-ce lui rendre service qu’accepter servilement l’injustice subie ? En l’acceptant ne risquez-vous pas de la voir s’étendre petit à petit, faisant toujours plus de victimes, si bien que ceux qui en tireront profit seront si peu nombreux que vous pourriez dire que votre pays tout entier en aura été victime ? La refuser, n’est-ce pas témoigner contre cette injustice et contribuer à l’atténuer ? N’est-ce pas enfin aimer son pays ?

Voir les commentaires (132)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (132)
  • Bien sûr que vous auriez dépensé l’argent de façon égoïste : il y a moyen d’être altruiste en France et cet altruisme permet de payer moins d’impôts : dons pour les associations, investissement dans les PME… Autant de mesures fiscales qui permettent d’aider ces concitoyens, et en plus de contrôler où va votre argent. Avantages fiscaux qui sont d’ailleurs réservés aux gros revenus, car ce n’est pas le Français moyen qui peut se le permettre… Se permettre le luxe de quitter le pays, alors que le reste de la France va en chier, c’est faire preuve d’incivisme, voilà le genre de d’attitude qui devrait vous priver de votre nationalité française.

    • Franchement, si seulement on pouvait se passer de la nationalité, y’a plein de Français qui signeraient des deux mains pour devenir ex- . Rien que votre discours puant d’esclave patriote est une motivation puissante.

      • Je ne dis pas que la nationalité est ce qu’il y a de mieux, mais il faut juste que les gens qui s’enrichissent comprennent que c’est grâce à l’encadrement socio-économique de l’ État qu’ils fustigent qu’ils ont ce qu’ils ont… Sans cet État, la majorité des gens n’auraient pas de quoi faire tourner l’économie : chez le Français moyen, 1h de travail correspond à 1 repas, le logement coûte à peu près 60 % des revenus totaux… Je suis d’accord avec vous, l’ État est peut être la pire chose qui existe, mais on ne peut pas cracher dessus, en le rejetant des que ça ne va plus… Il fallait le faire avant de se faire de l’argent…

        • @Moreshi:
          Votre raisonnement est un sophisme: VOus postulez que l’Etat est ce qui a permis aux riches de gagner de l’argent. VOus vous servez de ce postulat pour definir un dette morale et financiere.

          Or votre postulat de depart est faux. Les gens n’ont pas attendu l’Etat pour travailler. Les agriculteurs auraient plante meme si la PAC n’avait pas existe. Les plus belles entreprises francaises ne beneficient pas de subvention.

          Votre diatribe sur la generosite est une farce: L’Etat ne permet d’etre genereux qu’avec les assos qu’il nomme comme tel. Ainsi, donner de l’argent a un SDF qui n’est pas de votre famille sera taxe a plus de 60%. L’Etat taxe meme la generosite.

          Votre post est mal argumente, de mauvaise foi, portant un jugement de valeur sur des gens que vous ne connaissez pas et que vous jugez « egoistes » sans autre preuve que le fait qu’il ne s’adonnent pas a la generositE telle que concue par l’Etat.

          Soit vous etes vraiment un fanatique etatiste aveugle par des annees d’endoctrinement soit vous etes un menteur pietre qualite, mais quoi qu’il en soit vous etes a cote de la plaque.

          • Si le seul travail était source d’enrichissement, les ouvriers chinois seraient t plus riches que les ouvriers français… J’ai dis, encadrement socio-économique, je n’ai pas parlé que des aides reversées aux gens. L’Etat gère les lois qui créent de la sécurité, il établit les critères des échanges commerciaux, les garanties… Une fortune ne se fait pas d’un coup, il faut du travail, avant d’être riche, on est employé, ouvrier, on prend des risques, toutes les protections qu’on a à ce moment, c’est l’Etat qui la fournit…
            Soit dit en passant, je n’ai attaqué personne, que des idées, il serait élégant que vous en fassiez de même. Il est facile, lorsqu’on est à cours d’argument, d’agir de la sorte, j’en conviens, mais il me semble que les désaccords peuvent s’exprimer avec courtoisie, on n’est pas à l’assemblée nationale…

          • L’état n’a à offrir que ce qu’il prend à la société civile. A l’origine, toutes les garanties, tous les services, toutes lse règles et les critères en question, sont le fait des gens qui veulent bien les produire. Que tout ça soit passé par les mains de l’état, ne fait pas de ce dernier leur créateur.

        • Je regrette mais je ne suis complètement pas d’accord.
          « il faut juste que les gens qui s’enrichissent comprennent que c’est grâce à l’encadrement socio-économique de l’ État qu’ils fustigent qu’ils ont ce qu’ils ont… » Certainement pas ! Je suis à mon compte et ma réussite je la devrai à moi seul ! L’État, pour ce que j’en vois dans mon quotidien, est source de perte de temps et de tracas inutiles.
          « Sans cet État, la majorité des gens n’auraient pas de quoi faire tourner l’économie » Oh ! L’argent dont j’avais besoin au démarrage, ce n’est pas l’état qui me l’a donné. S’il n’y avait pas d’état, il n’y aurait simplement plus de taxe ni d’impôt. Ça s’arrête là.

          • Vous ne devez rien à l’état? Et les routes qui permettent le transport rapides de vos marchandises? Et les lois qui garantissent la « confiance » que je peux placer dès lors dans votre société ? Et la police qui assure la sécurité de vos biens? Encore ces mêmes lois qui empêche vos clients de vous planter, là, sans vous payer parce qu’ils n’en ont pas l’obligation? Les individus,sans état seraient libre d’interagir dites vous. Arghh, moi je me tire en courant et je n’interagis avec personne, ca devient une question de survie. Pour vous convaincre, regardez ce qui se passe lors des coupures d’électricité dans les grandes villes américaines: Plus d’interdits, la police est débordée et c’est le pillage de tous les magasins et la loi du plus fort.

          • @greg

            Au prix de l’essence il n’y a pas besoin d’impôts supplémentaires pour des routes. Le payement au transporteur couvre l’infrastructure, à l’aise.

            Les lois qui garantissent la confiance? Vous croyez sincèrement que l’état vous aide à recouvrer les impayés? C’est plutôt l’inverse dans ce cas, l’état protège les malfrats.

            La police vous aide à protéger vos biens? D’où le nombre de vols et de vigiles privés….

            Les clients, la confiance d’état, vaste blague.

            L’exemple des coupures d’électricité aux US est intéressant, par inadvertance en montrant votre doigt vous pointez la lune. Il y a quelques pillages, plus ou moins que les vols et les crimes quotidiens? Rien de bien extraordinaire, les villes ne sont pas à feux et à sang alors votre loi du plus fort est un mythe.

            Je ne dois rien à l’état, il m’a imposé ses choix de force, ce n’est pas une entente entre deux parties qui nous lie.

        • vous inversez les choses, la richesse existe AVANT l’état; l’état est un parasite qui détourne cette richesse pour le profits de ceux qui le soutienne. L’état ne créé rien, il détruit, il spolie, il écrase, il contraint, l’état est le cancer qui ronge la société depuis son l’apparition des premières villes. l aplus grande étape futur de l’évolution de l’homme adviendra lorsqu’il n’y aura plus d’état, plus de pays, plus de nationalités, juste des individus libre d’interagire avec les autre hors toute contrainte collectiviste avec pour seul devoir de ne pas empiéter sur la liberté d’autrui.

    • Si payer des impots reglaient les problèmes en France, alors il n’y aurait plus de précarité et plus de misères dans note pays.

      • Tout à fait, Naufrage.

        @Moreschi
        Les Chinois ont subi 50 ans de dictature communiste : la preuve n’est plus à faire que ce type de régime conduit à l’appauvrissement général du pays.
        Seul le travail permet l’enrichissement et certainement pas l’Etat et ses lois qui ne conduisent qu’à le ralentir.

        • Je n’ai jamais fait l’éloge du communisme, ni de l’Etatisme… Ce que je veux dire, c’est que aujourd’hui, nous sommes tous, individuellement, et qu’on le veuille ou non, le résultat de ce qu’on fait, et de notre environnement. Donc oui, la richesse obtenu par certains grâce à son travail, et grâce au cadre dans lequel il a travaillé, et ce cadre, pour l’instant, c’est l’Etat qui le fournit. En prenant l’exemple de la Chine, je voulais montrer l’importance du cadre justement, État communiste, peu propice à l’enrichissement personnel, un travailleur qui travaille plus que n’importe quel ouvrier français, gagne beaucoup moins…

          • Sauf que le « cadre » étatique servant à garantir les droits, ce sont des fonctions régaliennes qui se financent sans problème avec des impôts minimums. La plus grosse part des dépenses de l’État (et des prélèvements) sont des gaspillages, des pures pertes pour la collectivité. Au début du siècle, l’État représentait même pas 5% du PIB. Et ça n’empêchait pas les gens d’entreprendre, de travailler bref de vivre leur vie.

            Faut arrêter avec ce postulat comme quoi on devrait tout à l’Etat, c’est faux, ce sont les assistés du secteur public qui prospèrent sur le dos du privé, pas l’inverse !

    • Ne le tentons pas…

    • Propos ineptes dignes d’un totalitaire pur sucre… grâce à des gens de votre acabit, nous allons nous manger le mur du réel de plein fouet!

    • Bien sur qu’il aurait dépensé son argent de façon égoïste, tout comme vous. En nourriture, vêtement, loisirs etc etc. Toutes ces activités économiques qui créent des emplois en France.
      Donc en assouvissant ces plaisirs égoïste, il aurait entretenu l’économie française.
      Au lieu de cela, il va partir, ne paiera pas d’impôts du tout en France et ne consommera pas non plus en France. Ce sera une perte sèche totale pour notre pays et notre économie.

      Mais ces faits sont trop compliqués à appréhender pour des gens de gauche qui n’ont une vision toute particulière de l’économie…

  • Fuir le vol et l’exploitation de ces mafieux est tout ce qu’il y a de plus moral. Bonne continuation.

  • Papier vraiment touchant… J’ai peiné à ne pas verser une larme.
    On aimerait tellement pouvoir prendre ce futur petit immigré millionnaire dans ses bras et lui faire plein de calins….

    • @ Moreschi :

      les avantages fiscaux sont limités ….

      Et penser que l’état fait mieux la charité que le citoyen est une absurdité intellectuelle facilement démontrable : regardez, en France, pays champion du monde des impôts et de l’état nounou charitable seul rempart contre la pauvreté, regardez bien qui empêche les gens de crever de faim ?

      C’est une organisation privée, financée par le privée et non l’état, c’est les restos du coeur.

      @ MAXitax :

      il en s’agit pas de pleurer, mais de faire respecter lesprincipes philosophique de notre société, toute organisation (dont l’état) doit avoir pour but premier de protéger les droits naturels de l’être humain qui sont la liberté, le droit de propriété (même chose que la liberté), la liberté d’opinion et la résistance à l’oppression.

      Ici, tous les citoyens doivent prendre la défense « des riches » au nom du droit de propriété et de la résistance à l’oppression.

      Sinon, il se passera ce qui s’est passé pour le pasteur protestant Niemoller en Allemagne dans les années 30-40 : quand on est venu chercher les autres, cela ne me concernait pas, je n’ai rien dit, quand on est venu me chercher, il n’y avait plus personne pour dire quelque chose et me défendre ….

      • On est certainement plus enclin à vouloir protéger ses « droits naturels » à la propriété et à la liberté quand on est libre et propriétaire, que socialement exclu et pauvre de surcroit.

        « Ici, tous les citoyens doivent prendre la défense « des riches » au nom du droit de propriété et de la résistance à l’oppression. »

        Mais alors quid de:
        Ici, tous les citoyens doivent prendre la défense « des pauvres » au nom du droit de propriété et de la résistance à l’oppression. »
        ça sonne bizarre non???

        • @ MaxItax :

          Pouvez vous m’expliquer le rapport entre votre situation sociale et la défense de vos droits ?

          Donc, selon vous, à partir d’un certain niveau de confort matériel, les droits naturels disparaissent ?

          je ne comprends pas votre dernière phrase, que je sache, aucun homme politique ne s’attaque à la liberté des pauvres, personne ne les oppresse, personne ne les stigmatise, contrairement à nos concitoyens aisés ???

          Enfin, regardez bien ce qui est arrivé aux pauvres dans tous les pays où les gouvernements se sont attaqués aux riches (tous les pays communistes ou les dictatures, qui sont les premières à ne pas respecter le droit de propriété et la liberté).

          Et bien les pauvres (et les autres) ont tous sombré dans une misère énorme, sans comparaison avec la situation actuelle.

          Donc, oui, il faut l’affirmer et le répéter sans cesse, vous voulez protéger et aidrer les pauvres ? alors protégez les riches !!!!!

      • Les Restos du Coeur vous croyez qu’ils ne touchent pas une petite subvention par ci par là ?

    • Moquez vous, le résultat est le même : ça fait 700 000 € d’impôts en moins dans les caisses de l’état. 700k€ qu’il faudra soit enlever des dépenses, soit répartir sur les autres français.

    • il n’en a pas besoin lui.

  • J’ai cru à une blague, mais non. Vous êtes ce témoignage d’un néo-libéral désabusé possédant un pécule suffisant pour émigré et reconstruire sa vie ailleurs (ce n’est sûrement pas la classe moyenne qui osera y penser, elle peine déjà à partir en vacances !). Typiquement le genre de discours que l’on ne devrait maintenant plus tarder à entendre avec l’arrivé de Flamby. Il y a mille façons de se battre à nos côtés plutôt que de nous fuir. Mais vous en avez le droit.

    • « Il y a mille façons de se battre à nos côtés plutôt que de nous fuir. »

      Et qui porte ce combat en France ? Absolument personne. De l’extrême gauche à l’extrême droite c’est le même discours populiste et les mêmes insultes à l’encontre des créateurs de richesse. Un riche ou un patron est forcément un voleur en France ça ne ce discute même plus.

      • Un combat ne se fait pas par les urnes de toutes manières… Et le jour où l’on verra Bolloré, Lagardère et autres dans la rue, lutter contre l’Etat, n’est pas encore arrivé…

    • Je suis en plein dans la classe moyenne. Salarié, l’état m’a pris, l’année dernière, environ 70% de la richesse que j’ai produite, via les charges patronales, puis salariales, la CSG, le CRDS, la taxe d’habitation, la TVA, la TIPP, etc.
      Et vous savez quoi ?
      Je me tire aussi. Je vous laisse ce pays que vous dites aimer et que vous détruisez à force de bêtise égoïste.
      Ça fait 10 ans que, pour ma part, j’annonce ce qui vient. Personne n’écoute, ou presque. Et quand le bateau va sombrer, ce sera encore de notre faute.
      De la berge, je vous regarderai, la larme à l’œil et le cœur serré, mourir de votre propre bêtise.
      Faites des réserves, la nuit sera longue…

      • Les charges patronales et salariales sont de l’argent que vous devez à quelqu’un de toutes façons : vos salariés. La part salariale ne porte pas son nom pour rien, et une partie de la part patronales est calculée en fonction du travail fourni par vos employés, celle qui apparaît sur les fiches de paie… Quand je vois que, sans ces taxes là, je gagnerais deux fois plus d’argent, et quand j’entends que certains veulent se payer le luxe de se casser, alors que eux, ont largement de quoi vivre, c’est pas comme si ils comptaient les pièces jaunes pour s’acheter un paquet de pâtes, je trouve ça pas normal…

        • Desolé, je n’avais pas lu que vous étiez salariés, je vous demande de bien vouloir m’excuser… Autrement dit, tout le monde est taxé de la même manière, pourquoi les riches crient ils à l’injustice dans ce cas?

          • Parce que les 75% du sieur Hollande, par exemple, c’est juste sur le revenu. Moi, l’IR, c’était « seulement » 8%.
            Comprenons-nous bien : 8% de ce qu’il me restait à payer après charges patronales et salariales, et CSG & CRDS.
            C’est à dire 8% à ôter de 50% de la richesse produite à l’origine.
            Pour les « riches », comme vous dites, c’est pareil. Imaginez un PDG salarié, hors stock options (dont la valeur dépend du moment choisi pour l’exercice de l’option). Mettons que notre homme gagne 2 millions par an. En fait, l’entreprise a sorti 4 millions. Sur les 2 millions qui restent, il va payer 1,1 million. Restent 900 000. Mais notre PDG ne vient pas de naître. Ce n’est pas son premier revenu, il a mis de l’argent de côté, investi, etc. Il est fort improbable qu’arrivé à la cinquantaine, il n’ait pas au moins un patrimoine de 20 millions. Imposé au titre de l’ISF à hauteur de presque 300 000. Restent 600 000. S’il venait à en dépenser l’intégralité, il paierait 19,6% de TVA. 120 000 euros de moins.
            Restent moins de 500 000. Sur 4 millions. 12%.
            Il se tire, il a raison. Pourquoi rester ?
            Vos beaux yeux ne valent pas ce prix.

          • « Il se tire, il a raison. Pourquoi rester ? Vos beaux yeux ne valent pas ce prix. »

            Surtout qu’après avoir claqué 3.5 millions il ne récolte que des insultes et des promesses de lendemains ou on va encore plus lui prendre à ce « voleur de pauvre », ce « pourris égoïste qui ne pense qu’a lui. »

            Atlas Shrugged !

      • Si ce n’était que pour mes yeux, Smith aurait même chanté l’internationale 😛 S’en sortir avec 480 000 euro net, sachant que c’est variable et que je doute de la facilité a dépenser une telle en 1 an (du moins j’ai du mal à le matérialiser, je vis avec 40fois moins pour l’instant, j’ai bien l’intention de gagner plus, mais je suis encore jeune, j’ai le temps), et en plus avec un capital de 20 millions derrière, je ne pense pas que ce soit lui le plus à plaindre…

        • Ce n’est pas un concours de celui qui est le plus à plaindre mais un simple problème de gestion à long terme.

          Les vaches ont 600 kg de viande sur le dos ce qui est une injustice tant qu’il reste des gens qui meurent de faim, ont peut tous les tuer pour donner à manger immédiatement au pauvres mais en vérité l’année suivante tout le monde sera mort de faim.

          C’est en très résumé exactement ce que fait la France depuis 40 ans.

          • Mouais, en suivant le fameux PDG de l’exemple, si il ne dépense que 400 000 sur les 600 000, il épargne les 200 000, en 10 ans il a à peu près 500 000 en intérêt avec un taux à 2,5, il a toujours ses 20 millions en patrimoine, plus 2 millions (les 200 000 qu’il aura économisé chaque année sur 10 ans), soit 22 millions, il paye 40 000 d’ISF en plus (317 000 au lieu de 281 000, et pas 300 000).

            Mais comme en 10 ans les salaires auront augmenté de près de 20% (je me suis basé sur le SMIC les 10 dernières années, il me semble que l’augmentation est plus rapide en ce qui concerne un salaire de PDG) :
            Donc 4 800 000/2 = 2 400 000 on peut considérer qu’il lui restera donc environ 1 400 000 (et je crois que j’ai été pire que Hollande, désolé…)

            Moins 317 000, on arrondit à 1,1 millions… En 10ans, il a augmenté son patrimoine de 2 millions, il a augmenté ses revenus de 500 000, et il touche 500 000 d’intérêt… Donc malgré Hollande, il touchera 3 millions d’euro en plus par an 10 ans après (sans compter ce qu’il aura gagné entre-temps).

            3 millions, ça fait un peu plus 180 SMIC annuel…

            Je ne vois pas de quoi vous avez peur, il n’y a que 3 500 personnes qui gagne plus de 1,221millions par an (cours des comptes 2009), donc ça correspondra à quoi? 10 000 personnes concernées? sur 28 millions de personnes qui bossent, ça fait pas beaucoup… 0.04% …

        • Hé bien ne le plaignez pas. On vous demande juste de cesser de demander de le voler.
          Pourquoi ne pas le voler ?
          Pas parce qu’en le volant vous le faites fuir.
          Pas parce que vous le démotiveriez à créer des richesses
          Pas parce qu’imposer les riches à 100% ne rapporterait presque rien et serait donc inutile.
          Non. On ne vole pas les gens parce que c’est MAL.
          Vous savez, la morale, l’éthique, la justice, tout ça…

          • Alors, pour terminer gentiment ce thread, on va parler un peu moins business et économie. Citez-moi une époque sur les derniers 200.000 ans où la paix, la prospérité et l’eudémonisme recherchés dans ce billet ont été présents ne serait-ce une seule fois le temps d’une génération complète. Votre choix est de « sombrer » dans l’individualisme et de s’y plier. Expliquez-moi le principe de l’immigration et démontrez-moi l’inverse de ce point de vue. Admettons que nous fuyons la dictature économique vers le fameux pays des Bizounours (avouez-le, vous pensez quitter le pire pour le ‘un peu moins pire’), que se passera-t-il si la majorité de la population quitte l’état. Vous pourrirez donc encore plus ce qui est déjà pourri, tout va éclater et rirez des « méchants ignorants qu’avaient qu’à partir à temps » ? Pour finir, si jamais la Révolution éclate pour une vie meilleure, vous serez bien content de revenir en France et racontez à vos petits enfants: « ON s’est battu pour ça… » et pas « Moi j’me suis tiré le temps que ça se passe ». Je comprends le dégoût de voir nos efforts se réduire à ceux d’un Don Quichote, je ne suis pas ce genre d’hystérique qui voit Rouge mais je sais reconnaître les valeurs d’un vrai combat à la lâcheté pure et (trop) simple. Lire « 80 hommes pour changer le monde » vous donnera des possibilités intellectuelles (merci de m’avoir facilité le travail avec les Restos du coeur). Quitter l’horreur de l’économie en prenant l’économie pour échappatoire démontre le peu de décence qu’il ne vous reste. Bien à vous.

  • Excellent texte, comme toujours de la part de cet auteur !

    Oui, pour un citoyen honnête les revenus sont la mesure de son utilité sociale: il n’a pas volé sa richesse, au contraire il l’a bâti par ses efforts, et via les échanges marchands a reçu l’assentiment de la collectivité.

    C’est ce que le pays perd avec chaque départ: de la bonne volonté et des talents qui avaient fait la preuve de leur grande utilité.

  • Je ne gagnes pas 2 millions d’euros mais j’espére un jour faire plus d’1 million. Je n’ai pas envie de me dire qu’il y a maintenant un plafonds. Si je veux créer une entreprise avec un capital de 10 millions ça veux dire que je dois gagner 60 millions avec d’autres activités. WTF?

    Petites integorrations: quels pays a été choisi? Quid de la exit tax?

    • c’est 75% d’imposition sur le revenu, pas sur les bénéfices de l’entreprise. Donc il suffit de ne pas se rémunérer à + d’un million, et de réinvestir le reste…

      • Donc ça part du principe que j’ai l’intention de faire un grand groupe. Mettons, que j’ai une entreprise dans le numérique, elle ne peux théoriquement pas investir pour créer un hôtel. Il faut bien sortir cette argent pour le réinvestir.

        • Pour être plus précis, dans le cas d’un chef d’entreprise désirant sortir son argent de sa première société pour en en faire autre chose ses gains doivent être encore plus élevé. Mettons que son entreprise fait 300 millions, qu’ils restent pour lui 100 millions (excellente marge oui!). Sur ces 100 millions, il doit payer l’IS 33% pour simplifier, donc il reste 57 millions. Sur ces 57 millions, il devra payer 83% (75+8), donc il lui rests plus que 10 millions plus ou moins. Donc un chef d’entreprise qui commence maintenant devra creer plus de 100 millions d’euro, si il souhaite investir librement 10 millions. Pourquoi entreprendre alors?

          • Il me semble qu’on peut toujours créer une holding par apport de titres et l’utiliser comme un fond d’investissement familial. Mais on ne peut rien sortir de la holding sans se faire piller.

            Faut partir à HK, c’est bien plus simple ^^

  • C’est trop beau, le plan de vie des commentateurs qui attendent que les autorités leur livrent sur un plateau les revenus de ceux qui les ont gagnés par leur valeur.

    La mentalité gagnante, de nos jours.

    • Je n’ai pas vu de commentaires qui allaient en ce sens.
      Vouloir que tout le monde paye l’impôt à un Etat qui, je persiste et je signe, à permis à plusieurs de faire de l’argent, car c’est à ça qu’il sert, parce que l’Etat est,depuis Mitterand, le garde-fou de l’insurrection, au service des grandes entreprises, par exemple la dérégularisation des marchés, l’entrée de l’Etat dans les capitaux, qui a permis à certains groupes de monétiser une partie de leur actions pour réinvestir et de leur fournir en plus une garantie vis à vis des préteurs, (si ça coule, c’est l’Etat qui paye). Le cadre qu’il a créé : SMIC, qui garantie un revenu qui permet la consommation (et qui de surcroît permet de bloquer la négociation des salaires étant donné que les entrepreneurs tiennent désormais l’argument « je vous paye selon la loi », RMI, RSA, allocations chômages, les tarifs sociaux, sont autant de mesures qui font fermer leur gueule aux gens et créer un environnement favorable au développement de l’entreprise, car les gens sont dociles et peuvent consommer. Il y a aussi l’entretien des réseaux de communications, investissement dans la construction, etc qui sont favorables au développement de beaucoup d’activités.
      Je suis un travailleur, je bosse dans la restauration , j’essaie de développer une activité en parallèle pour pouvoir être à mon compte, j’ai eu des périodes d’inactivité où j’aurais eu droit au chômage, mais je ne l’ai pas demandé, car je suis contre la rémunération sans travail (même si je l’ai travaillé et qu’on me l’a pris), je ne me fais pas rembourser mes médicaments (« Ah bon? J’ai oublié de vous fournir un RIB? »). Je ne vis qu’à mes dépends, avec le peu que je gagne, et avec tout ce que donne. Je pense avoir le droit de trouver ça que certains se payent le luxe de partir et de revenir dès ça arrangera mieux leurs affaires, (on appelle ça des opportunistes je crois), car ils se regardent le nombril et ne réalisent pas que tout le monde est dans la même situation, quelques soient ses revenus.

      • Vous vantez les mérites de l’eau de boisson et personne ne peut contester ses bienfaits, mais vous oubliez un peu vite que l’eau était aussi une méthode de torture qui pouvait entrainer la mort. C’est la dose qui fait le poison.

        D’autres pays ont tout ce que vous décrivez en mieux, pour un cout bien plus modique avec des retraites assurées et sans sur-endettement.

        Parce qu’aux 70% d’impôts qui grèvent le cout du travail (50%+TVA) et le pouvoir d’achat des gens il va falloir ajouter le prix de la faillite prochaine parce que d’ors et déjà même en ponctionnant à mort les riches (en tuant instantanément l’entreprise) la dette est hors de contrôle, les retraites ne seront pas versées à tous et le social va subir des coupes drastiques en même temps que l’état n’aura plus les moyens de payer tout les fonctionnaires.

        Voilà ce que vos élites ont fait avec vos efforts : 38 ans sans un seul budget positif, des impôts au taquet ,des libertés réduite et une dette ubuesque. Ils prétendaient vous défendre il vous ont trahis.

        Votre pays est mort d’avoir oublié des règles de base: on ne maltraite pas les vaches à lait et on ne s’endette pas.

        • Ce que j’ai mis comme exemple (SMIC, RMI, RSA, etc) sont des choses pour lesquels je suis contre, ne vous méprenez pas. Ce que je voulais expliquer, c’est justement que ces outils que l’on fustige sont tout de même responsable de la stabilité sociale nécessaire au développement économique. L’Etat est un des responsables de l’enrichissement des gens. Sans lui, la question ne de l’exil ne se poserait simplement pas car tout le monde serait exactement dans la même situation. C’est comme dans le sport, il y en a toujours un qui gagne, mais si il n’y a pas d’arbitre pour juger on ne sait pas qui c’est. Je suis contre l’Etat, même si ma vision d’un monde sans Etat se rapproche plus de la philosophie de Kropotkine plutôt que de la théorie de Ricardo ou Smith. Après voilà, on vit dans un certain système, chacun en profite et en use à sa manière, c’est normal d’avoir un retour de manivelle. Sur ce, tout le monde parle de pays où il fait mieux vivre, l’auteur de l’article parle d’un pays où la misère et moins miséreuse qu’en France, mais sans jamais citer de noms… Quelles sont donc ces contrées où l’herbes est vertes et où le bambou fleuri chaque année?

          • Que se passait il avant le SMIC, avant le RSA ou avant le RMI, bref avant la gauche au pouvoir ? La classe moyenne française était elle inexistante ? N’y a-t-il eu aucune promotion sociale ? Je pense que c’est tout le contraire. Depuis qu’on a mis en place ces filets de sécurité, « l’ascenseur sociale est en panne ».

            Par contre, vous avez peut être le sentiment (ou les gens ont peut être le sentiment) que c’est pour leur bien et donc ça préserve la paix sociale. Mais dans ce cas, vaut il mieux continuer (à leur détriment) ou faire l’effort de leur expliquer et arréter les conneries ?

            Quant à l’exil, il faut bien comprendre que c’est la solution ultime. Quand les politiques n’écoutent pas le peuple et verrouillent tout au point de ne plus permettre aucun changement (où est le candidat libéral aux élections présidentielles ?), quelle solution reste-t-il si ce n’est de voter avec les pieds ? Est ce une décision facile ? bien sur que non, c’est même un sacrifice. Mais certaines personnes préfèrent sacrifier leur bien être sur l’autel de leur liberté plutot que l’inverse (et ils ont raison à mon sens).

          • « L’Etat est un des responsables de l’enrichissement des gens »

            Je suis bien d’accord avec vous sur le fait qu’un état est -en partie- responsable de cela, mais je le redis c’est la dose qui fait le poison.

            Pour les pays qui vont bien mieux c’est vite vu vous regardez le classement des libertés économiques et celui des dettes, vous croisez avec le classement de la démocratie, du chômage, de la liberté de la presse et vous avez une première idée. Ce sont de petits pays, très démocratique, libre économiquement avec des dettes maitrisable et un faible taux de chômage.

            http://www.heritage.org/index/ranking
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_démocratie
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_dette_publique
            http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html
            http://www.pays-monde.fr/classement-pays-taux-chomage_6.html

            Une chose est certaine, la France n’y est pas. C’est même la misère dans quasi tout les classements et il ne faut pas oublier que ce classement est à crédit en plus.

            Tout le monde peut vivre dans un châteaux quitte à rembourser le reste de sa vie, mais vivre dans une maison quelconque pour ce même prix….

  • Je partage pleinement ce point de vue…et moi c’est la belgique que je cherche à quitter…pour les mêmes raisons

  • Encore une parfaite démonstration de vacuité destinée a justifier l’injustifiable.

    Vous oubliez juste un ou deux détails, à commencer par le fait que chaque citoyen ne paye des impôts qu’en fonction de ses revenus. Ainsi vous nous expliquez par moult calculs savants que le PIB par habitant est de 17000 euros, mais vous oubliez de souligner que la plus grande majorité de ces habitants ont des revenus bien souvent inférieurs à 12000 euros par an.

    Ainsi pour ces personnes, 50% d’impôts signifie 6000 euros de revenus divisés par 12 soit 500 euros par mois pour vivre et payer toute les factures.

    Mais pour vous, 50% de 2 millions divisé par 12 signifie qu’il vous restera quand même la bagatelle de plus de 83000 euros à dépenser à la superette du coin chaque mois.

    Bref, vous êtes un parfait exemple de l’hôpital qui se fout de la charité…

    • « justifier l’injustifiable. »

      Le justifiable c’est d’avoir un pays qui soigne se vaches à lait pour pouvoir nourrir tout le monde à long terme même si ces vaches sentent la bouse.

      Le justifiable c’est de ne pas avoir les impôts parmi les plus élevés de la planète tout en réussissant l’exploit de claquer tout le fric et de vivre en plus à crédit pendant 38 ans:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Déficit_public_de_la_France

      Votre pays il est foutu, enregistrez bien mes paroles et souvenez vous en quand la dette va vous péter à la figure.

      A coté il y a des pays pas foutu du tout, ou les gens sont riches, protégés, ou le chômage est quasi inexistant et la faillite n’est pas à craindre. On y respecte les vaches à lait et on prélève juste ce qu’il faut pour qu’elles donnent un maximum.

      Vous justifiez quoi au juste ? Le droit de se péter la gueule à force de mauvaise gestion ?

      • Je suis d’accord avec votre analyse mais je me demandes par contre quels pays vous avez en tête? Il me sembles qu’on assiste à une monté en puissance socialiste en tous cas interventioniste quasi-mondiale.

    • Et vous, vous êtes un parfait exemple de voleur qui justifie ses crimes par la présence chez les autres de l’objet de sa convoitise.
      Comme vous être ou trop faible ou trop lâche pour aller voler vous-même, vous demandez à l’état de le faire à votre place, quitte à ce qu’il prenne sa commission.
      Ça ne rend votre position que moins défendable encore.

      • Ouh la! Ce n’est pas du vol, c’est rendre en parti ce qui est donné… Oui trop d’impôt c’est mal, mais ne confondez pas tout, si l’Etat n’était pas là, les grands n’auraient la moitié de ce qu’ils ont, les marchés ne seraient t pas stables, qui a reinjecté de l’argent dans les banques en 2008? Et en plus de ça, ils seraient à la merci des gens qui ont faim, et plus rien à perdre. Donc oui, qu’ils se cassent si il le veulent, mais qu’ils ne reviennent plus, et qu’ils n’aient plus la prétention de de se faire un centime en France. Dans ces conditions, le départ est justifiable.

        • Bien sûr que c’est du vol. Qu’est-ce que c’est que cette idée de « rendre ce qui est donné » ? D’une part, si c’est un don, il ne donne droit à rien en retour. C’est le principe du don. Et d’autre part, si ce n’est pas un don, c’est un prêt, et les détails doivent être négociés au moment du prêt, et non à l’échéance de son remboursement.
          Si votre banque vous traitait comme ça, vous en changeriez bien vite.
          Vous parlez du renflouement des banques en 2008. C’est un excellent exemple. Qui l’a demandé ? Les banques ? Non. On le leur a imposé. Les contribuables ? Non plus. Ils ont protesté. C’est l’état, tout seul, qui a décidé de puiser dans nos poches de l’argent à distribuer à des banques qui n’en voulaient pas.
          Quant au laïus sur ceux qui ont faim qui deviendraient violents, c’est bien beau, mais les budgets de la sécurité intérieure et de la justice combinés, c’est 24 milliards en 2012, sur 553 milliards de budget. A titre de comparaison, l’écologie, c’est presque 10 milliards, la solidarité, presque 13, la politique de la ville, 7,5, etc.
          Détails ici : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/LFI2012/depliant_budget2012.pdf
          Et c’est sans compter le montant astronomique des transferts sociaux dans ce pays.

          Il n’y a, en somme, pas commune mesure entre ce qui est prélevé -et pas qu’aux riches- et les « services » rendus. Elle est là, l’essence du vol. L’état interdit aux entreprise la vente forcée, ne consistant qu’à rendre obligatoire l’achat groupé de certains produits, mais n’hésite pas, de son côté, à nous vendre de force une multitudes de services, souvent de qualité médiocre, et nous les facture, en prime, à la tête du client.
          Ce n’est pas seulement du vol, c’est aussi de l’escroquerie et l’extorsion, et, vu le nombre de participants, de l’association de malfaiteurs.
          Rien moins.
          La récente idée d’exit tax n’étant, finalement, qu’une cerise de plus sur ce gâteau de merde.

          • Oui, je comprends mieux votre point de vue, même si sur le total des dépenses, il n’y a pas que la police et la justice qui sont a prendre en compte, ça ce n’est que le côté répressif, qui ne me semble pas faire parti de la pensée libérale, mais de la pensée conservatrice et aussi des pensées marxistes et autre forme de communisme, il y a aussi le maintien de la paix sociale.
            Sauf si l’on vend des armes et du sparadrap, il n’y a pas beaucoup d’argent à se faire dans un pays où les gens se tape dessus.

            Sinon trêve de plaisanterie, je suis contre l’idée d’Etat, même sous mes faux-airs de le défendre, c’est juste que j’aime bien contre-dire les gens, et quand je suis tombé sur l’article en buvant mon café ce matin, ça m’a titillé (et tant que je gagne, je joue), car je trouve l’article vide et pas concret. C’est une simple propagande politicienne qui manque de fond et est difforme. Ça m’a fait penser à une manif de la SNCF. Le débat m’a permis de voir des références et des liens, de chercher un peu de mon côté. Tant mieux, c’est toujours bien d’apprendre et de se confronter.

            Je ne crois pas plus en l’Etat qu’en la main invisible.
            Vous étiez ma distraction du jour.
            Vous avez raison de penser ce que vous penser, comme chacun à le droit de croire en ses convictions.
            Après, il y a une chose que tout le monde doit prendre en considération : personne n’est indispensable.
            Ce n’est pas parce que sur les 10 000 personnes concernées par la « future » tranche d’impôts, 5 000 partiront que ce sera la fin de la France et le gouffre (à force de creuser on se retrouvera bien de l’autre côté de toutes façons).
            Pas plus qu’ils ne seront une aubaine pour leur pays d’accueil.

        • Vous avez une drôle de manière de considérer le rôle de l’État. L’état ne donne rien à personne. L’état administre et gère l’argent qu’il prend aux contribuables, je dirais qu’il rend un service pour lequel les contribuables lui accordent un crédit d’argent à dépenser. L’État ne possède rien, ni ne gagne rien : il est à la disposition des citoyens qui lui confient leur argent. Normalement. Alors que selon votre point de vue, on dirait que l’État est vraiment très gentil de nous venir en aide en nous accordant majestueusement de quoi épanouir nos activités.

    • « chaque citoyen ne paye des impôts qu’en fonction de ses revenus »
      La bonne blague. Ce n’est vrai ni pour les plus pauvres, ni pour les plus riches, ça ne tient pas compte des taxes (TVA, TIPP en particulier) et c’est en plus bourré d’effets cliquets pour ceux qui restent et qui, effectivement, payent en partie des impôts en fonction de leurs revenus. Bref : n’importe quoi généralisant donc faux.

      • Oui, c’est tout à fait exact h16, je ne prétend en aucun cas que la France soit un pays égalitaire et juste, au niveau des impôts et taxes, ni au niveau d’autres sujets, mais là n’est pas la question.

        Je ne faisais que remettre les choses en perspectives par rapport à la majorité des gens qui vont dépenser la totalité ou plus de leurs revenus tout les mois et qui sont obligés dans tout les cas de subir et ceux qui gagnent beaucoup d’argent (et franchement tant mieux pour eux) et qui, à moins d’avoir la folie des grandeurs engloutiront difficilement la totalité ou plus de leurs ressources tout les mois pour payer leurs factures et leur vie.

        Par contre ces personnes viennent jouer les calimeros en disant, c’est trop injuste j’ai gagné 2 millions cette année et l’état veut m’en piquer la moitié et tout ça c’est à cause de ces salos de pôvres qui comptent chacun pour 17000 du PIB mais qui en fait n’ont jamais gagné et ne gagneront jamais cette somme de leur vie dans une année.

        [Trolol]
        Non mais tu te rends compte, dans une famille de 4, donc deux enfants en bas âge qui gagnent 17000 en fabriquant des chaussures de sport, la femme gagne 17000 en vendant des tupperwares chez ses copines et pareil pour son mari, c’est fou quand même, ces gens qui gagnent 68000 euros par an, ils ne payent même pas 1 million d’impôt, franchement c’est trop injuste!!!!
        [/Tropaslol en fait]

        Ils viendront pas te dire qu’en fait, le véritable problème est que l’état s’en met un peu trop dans les poches, dépense sans compter et ose ensuite venir te raconter qu’il faut augmenter encore et encore les impôts parce que bla bla, notre faute, la crise, etc…

        Et donc, ils nous balancent leur fiel dans ce genre de magnifique provocation en venant te dire, là tu vois, je me barre de ce pays, je vous laisse dans le caca, moi j’ai les moyens et toi non nananananère, parce qu’en fait tout ça c’est la faute des socialistes, bon, en même temps je savais pas que l’UMP était un mouvement de gauche.

        Pas de doute, on est bien en France, tous les uns contre les autres et surtout chacun pour soi! Quand je pense que notre devise c’est « Liberté Égalité Fraternité ».

        • Vous savez quoi, vous n’êtes pas aptes à juger de la pertinence qu’il y a à claquer 2 millions pas an. Vous les les avez pas gagnés. Ils ne sont pas à vous. L’éthiopien moyen doit aussi se demander ce qu’on peut bien faire avec 20000 par an. Il n’en sait rien, il ne les gagne pas. Mais je suis sûr qu’il voudrait bien qu’on vous en ponctionne 75%, pour équilibrer un peu avec ses 900€ annuels.
          Le truc, c’est que l’argent, pour être bien dépensé, doit l’être par celui qui l’a gagné. D’où la misère de tant de gagnants du Loto. D’où tous ces fils à papa qui finissent pauvres à force de claquer du frix sans en gagner. D’où l’état de la France aujourd’hui, où 50% de la population vit sur le dos de l’autre moitié.
          Et pour finir, l’égalité, c’est une question de droit, et non de résultat. Vous avez le droit de faire des études, de faire des emprunts, mettre vos couilles sur la table, et de tout risquer pour monter une boîte et vous faire du blé. Vous aurez du coup le droit de vous planter, aussi.
          Mais vous avez le droit d’être un salarié pépère à 35 heures par semaine. Mais vous n’avez pas le droit de jalouser les résultats du labeur d’autrui. Personne ne vous empêche de prendre des risques et de vous casser le cul à bosser 80 heures par semaine.
          Il ne s’agit pas d’égalité, il s’agit de jalousie.

        • « Je ne faisais que remettre les choses en perspectives par rapport à la majorité des gens qui vont dépenser la totalité ou plus de leurs revenus tout les mois »

          Oui c’est bon on connait la rengaine, les larmes et tout ça, merci, on paie de cent à dix-mille fois plus que toi pour les pauvres. Ce que t’explique l’article c’est que quand tu maltraites les entrepreneurs ils se barrent et t’as plus rien pour les nourrir tes pauvres.

          Et c’est ça qui n’est pas moral. Un troupeau ça ce soigne, ça ce gère.

          Quand à force de prise de risque et de travail je crée des richesses et que l’état me prend 70% tout de suite et encore plus si je veux transmettre donner ou épargner on est bien dans le vol et la spoliation plutôt que dans le partage le droit et la justice peu importe ce qu’il me reste. Même au moyen-age ils n’osaient pas ces taux hormis les pillages mais ils avaient au moins l’intelligence d’aller piller les autres.

           » je vous laisse dans le caca »

          Caca que TES élites ont créée, les dettes c’est elles, les mauvaises conditions c’est elles, la faillite c’est elles et sur qui tu tape là ? Sur nous.

          Tu crois qu’après 38 ans sans un seul budget positif leurs donner plus d’argent va régler le problème ? mais tu rêve mon gars, autant filer une barrique de vin à un alcoolique. Quel loi physique ou économique permet ce miracle de claquer en moyenne 20% de plus que les gains pendant 38 ans d’afillée ? Sur quel monde dans quel univers ?

          http://www.les-crises.fr/budget-etat-france/

          « Et donc, ils nous balancent leur fiel dans ce genre de magnifique provocation »

          Et bien on ira balancer notre « fiel » et nos « 700’000 euro » chez d’autres pauvres qui seront tout content de ce contenter de la moitié de nos richesses à savoir toujours plusieurs milliers de fois plus que tu ne donne. Tu pourra continuer à pleurer et nous on sera enfin remercié d’avoir tant créé et tant donné : tout le monde est content.

          T’auras qu’a monter ta boite et là on te souhaite vraiment bonne chance sans aucune rancune, parce que tu va en avoir sacrément besoin et que pour prix de tout tes efforts tu ne récolteras que des insultes et des accusations.

        • Welcome to the reel world, L’UMP est bien un partie de gauche toujours à augmenter les impôts, les réglementation, les aides…
          Nous avons tous les moyens de nous barrer de ce pays de merde, si des miséreux du mali, du Bangladesh ou autre peuvent partir de leur pays alors pourquoi les « pauvres » nantis de France ne le pourrait pas?
          je gagne le smic et je vais partir, ras la casquette de ce pays de geignard et d’envieux, dégoûté de ce pays lamentable qui n’a plus aucun avenir. Dans 30 ans la France ressemblera à une friche industriel genre Detroy

    • Quelle grande majorité? jusqu’à’ nouvel ordre il y a grosso modo 5 millions de « smicar » en France qui gagne grosso modo 13000 par ans et net cela fait environ 9500 euros PLUS toutes les aides sociale.

      le jour ou l’horizon de TOUS les français sera restreint aux seuls achats dans la supérette du coin, la france ne sera plus qu’un champ de ruine agonisant. Ces discourt Marxiste venant expliquer à tout à chacun ce dont il a besoin pour vivre est proprement gerbant. c’est la pire des dictature. Je gagne le smic et moi aussi je vais quitter la France, ce pays dont les rêves sont resté bloqué en 1917, ce pays de vieux ou les valeurs suprême sont le fonctionnariat et l’envie.

  • Sérieux, les gars barrez vous ! Ça fera baisser les prix de l’immobilier un peu.

    Si l’État français fait défaut, l’Europe fait défaut et donc tout le monde fait défaut.

    Croire que l’argent a une valeur sur le long terme, voilà votre erreur, vous ne faites que précipiter votre propre chute par simple excès de cupidité.

  • Que de commentaires! Le sujet est sensible! Notre futur exilé pose une question intéressante: à quoi servent les prélèvements? Des gens dorment dans la rue, les resto du cœur prospèrent, les inégalités devant la santé, l’éducation sont continuellement dénoncées, et pourtant la dépense publique représente plus de la moitié de la création de richesse en France. Sans que personne ne se pose une question toute simple: l’argent est-il bien employé? Non, au contraire, face à ces inégalités, la réponse est qu’il faut plus de dépenses, et plus de prélèvement. Et personne ne regarde du côté d’un pays nordique tel que la Suède, qui a suivi la voie qu’emprunte aujourd’hui la France, jusqu’à ce que ses dépenses publiques représentent plus de 75% de la richesse créées. Aujourd’hui, ce pays a fait machine arrière, et ses dépenses publiques sont inférieures à celles de la France. Il cherche à les réduire encore, allant même jusqu’à créer un système de vouchers dans l’éducation. Il ne s’agit pas là d’un pays ultra-libérale! C’est même un parangon de sociale-démocratie. Et, comme dans tous les pays socio démocrates, c’est la classe moyenne qui finance. Les riches ne gagnent pas assez pour financer des dépenses de plus de 50% du PIB, et ils peuvent toujours partir.
    On parle d’incivisme, de devoir. Mais nos politiques n’auraient-ils pas le devoir civique de bien gérer les finances?

    • Je trouve votre commentaire assez pertinent, l’exemple suédois par contre l’est moins, la Suède a une population de 9.3 millions d’habitants.
      Les politiques ne gèrent pas les finances, ils en jouissent, ils « bénéficient » de privilèges exorbitants, c’est là la principale raison qui a motivé le choix de leur « profession ».

  • Le socialisme et l’islamisation sont des deux puissants motifs pour quitter la France: Le patriotisme ne peut pas aller jusqu’à sacrifier la liberté de ses enfants.

    Socialisme et islam s’ajoutent pour déchristianiser, c’est-à-dire fusionner la morale et les prérogatives régaliennes dans les même mains.
    Ce qui signifie la fin des libertés.

    La rapidité du phénomène et son accélération ne laissent pas de doutes quant à la seule issue raisonnable.
    Si jamais on parvient à le faire refluer dans moins d’une génération, les exilés rentreront participer à la reconstruction. Après, leurs descendants auront rompu toute attache.

    Je dénonce depuis longtemps l’idéologie de la justice sociale, qui exprime l’idée selon laquelle les revenus supérieurs à la moyenne sont une injustice. Idéologie funeste car
    1 – Elle est fausse, de tels revenus sont justes dès lors que personne n’a été contraint ou trompé (notion d’honnêteté)
    2 – Elle détruit la notion de charité, qui reliait le riche au pauvre au nom de la morale. Le pauvre dépend du riche pour sa subsistance, et le riche du pauvre pour son salut (ou sa fierté, ou sa satisfaction morale, tout cela revient au même). Maintenant le riche est honni, et le pauvre le hait, car sa richesse est une injustice dont le pauvre est la victime et le riche le coupable.

    Le capitalisme naît spontanément du libéralisme, qui découle de l’anthropologie chrétienne.
    Le christianisme est en voie d’être éradiqué par ses ennemis, qui sont ceux du capitalisme et du libéralisme.
    Mettons-nous à l’abri des cataclysmes que cela ne peut manquer d’engendrer, pour avoir les capacités d’y remédier le moment venu.
    Charité bien ordonnée…

  • Je pense que vous vous embourbez tous dans un débat qui n’a pas lieu d’être.

    On est libre de nos actions, et libre de penser ce qu’on veut.

    Si le pays dans lequel on vit ne correspond pas a notre idéal de société, et qu’on a la possibilité d’en changer, pourquoi se priver ?

    Et ce n’est pas après avoir craché pendant des années sur une catégorie de personne, qu’il faut se plaindre lorsque finalement, vous obtenez ce que vous recherchiez : leur départ.

    Je suis jeune, je ne suis pas riche, j’aime la france pour sa culture, son climat et sa population, mais je sais que mon futur ne se trouve pas dans ce pays.

  • Bon! Pour finir sur une note de bonne humeur, vu que les gens qui (prétendent) gagner énormément semblent surtout être des rageux plus qu’autre chose, je vais répondre pour vous à la question que pose cet article.

    « Pourquoi je vais quitter la France et ce que vous y perdrez »

    Donc en fait, on ne va rien y perdre, on va récupérer vos clients, empocher le pognon que cela nous rapportera de faire des affaires avec eux et puis comme on est moins bête que vous on cherchera et trouvera les possibilités de payer le moins d’impôts possible.

    Car la nature déteste le vide et le comble rapidement, en fait dans la vie, rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme…

    • Dans la nature oui. Dans le système économique non. Exemple: il se casse, ses clients adoraient ses services, ils continuent les échanges mais en faisant abstraction des frontières. Vous savez Skype, moyens de paiement en ligne tout ça tout ça…

      En plus comme il sera moins taxé ses tarifs seront peut etre encore plus attractifs.

      Bref vous avez du pain sur la planche.

      Sinon d’accord avec l’auteur. Je pars le plus tôt possible. Genre dans un an ou deux.

    • Chuck: « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme… »

      Gaffe ! J’en connais un qui a été guillotiné pour moins que ça !

      • Mais vous oubliez que pour se transformer tout système ou toute chose a besoin d’énergie …. c’est tout le problème de l’entropie qui se pose alors ….

  • Et tous les contrats que t’as passé, c’est pas parce que la France t’as offert un cadre légal, t’as permis de les exécuter, et d’obtenir réparation dans le cas contraire? C’est beau d’essayer de justifier la lâcheté par « je paie trop d’impôt », et de publier des articles anonymes pour satisfaire sa conscience! On s’en souviendra et on se vengera!!

    • « On s’en souviendra et on se vengera!! »

      Ah la nostalgie des camps vous étreint, on le comprend c’est dans vos gênes.

  • L’etat : vous a eduque soigne donne la liberte de circuler et de penser librement , il est dommage de vous persuader que vpus ne devez votre reussite qu’a vous meme

    • l’état de donne rien, il prend et il faut le remercier de ce qu’il vous laisse. un peu comme si un voleur vous dévalise et généreusement vous laisse votre télé en vous disant que’il vous fait un cadeau.

    • En tout cas une chose est sûre : si réussite j’ai, je ne la dois en tous cas certainement pas à vous, ne vous en déplaise…

  • On y arrivera jamais…
    D’un côté, des philosophes voudraient une population exclusivement composée de gagneurs, de lève tôt, de créateurs, d’investisseurs, d’épargnants, de courageux, voire de chanceux. Ils cherchent le pays de cocagne, où leurs compatriotes seraient à leur image : parfaits…
    Les philosophes de l’autre bord, eux, voudraient que toute la misère du Monde viennent se réfugier dans un pays où chacun serait bon, partageur, solidaire, accueillant, juste, égalitaire…
    Or, mon expérience personnelle est que dans tous les pays que j’ai visité, les lumières et les abrutis, les bons et les méchants, les durs au mal et les fainéants, étaient toujours répartis dans les mêmes proportions et qu’on en comptait pas plus en France qu’ailleurs.
    Pourquoi ne pourrait-on pas s’occuper de nos affaires entre nous pour commencer ? Reconnaître que les Français ne sont pas fait tous pareils, et qu’il y a des génies, des entrepreneurs, des dynamiques, mais aussi ceux qui attendent qu’on s’occupent d’eux, des modestes, des rêveurs, etc…
    Tout ce beau monde a le droit de vivre et a des besoins incontournables comme un logement, des habits, de la nourriture, une éducation et des soins. Et tout ce beau monde a aussi besoin de liberté, de garder ce qu’il a bien acquis et encore de liberté !
    Je ne peux pas blâmer celui qui préfère s’exiler. Pourtant, il y a de fortes chances qu’il ait été formé par notre système éducatif, soit né dans nos structures hospitalières et soigné grâce à notre organisation, etc…
    Dans le même temps, des fois on ne reconnait plus le pays. Tous les jours, je vois des checkpoints où les flics arrêtent les automobiles de façon aléatoire pour vérification. Comme dans un pays en guerre (Paris 1943, Alger 1958, Derry 1989, Bagdad 2010, etc.) On demande leur pièce d’identité à ceux-ci. On entre chez ceux-là en leur absence pour faire le compte de leurs possessions. On prend leur argent sur leur compte en banque sans jugement, etc…
    Alors, il n’y a que deux solutions ? Partir ? Ou ouvrir les frontières et ne plus revendiquer le territoire ?

    • Dans votre exemple, les premiers « philosophes » ne demandent pas que tous soient parfaits, mais que les mérites de chacun soient reconnus. Qu’on cesse de taxer les « gagneurs » parce qu’ils ont gagné afin de donner aux « partageurs ». C’est facile de vouloir partager l’argent des autres. Mais à terme, on les fait fuir.
      Et à force de faire fuir tous ceux qui bossent, entreprennent, réussissent, investissent, et créent de la richesse, on reste juste avec des pauvres qui tendent la main pour vivre, et personne pour rien mettre dedans.
      Toutes les opinions ne se valent pas, comme vous semblez l’entendre. Il y a ce qui marche, et ce qui ne marche pas.
      A terme, il y a ceux qui réussissent, et ceux qui meurent de faim. Ce n’est pas un jeu.

      • @ DoM P
        Vous avez parfaitement raison, il faut reconnaître les mérites de chacun. Encore reste-il à définir ces mérites dont vous parlez…
        Je trouve aussi qu’on exagère avec les taxes et les impôts de ceux qui créent de la richesse. Cette richesse, cela peut être des produits, des services, du sang, de la force, de la bonté (et même si l’on en mange pas), etc…

        Nous habitons tous la même maison, ou territoire, ou pays.
        Imaginez que vous avez une famille (peut être est-ce le cas).
        Chez vous, c’est bien un système en commun, le communiste ? Vous gagnez l’argent, votre femme peut être aussi (ou le contraire) et vous partager le fruit de votre labeur avec vos gosses et peut être le conjoint. Si un de vos quatre enfants a moins de mérite que les autres, il ne mange pas ? Il doit dormir dehors ?

        Je le répète, il y a des besoins incontournables pour tout le monde, qu’on assure cela, et les « gagneurs » peuvent garder le reste. Tout est une question de mesure et d’organisation. Mais pas plus que les communistes, les libéraux ne peuvent changer l’homme.

        • D’une part, une famille n’est pas un pays. J’ai décidé de vivre avec ma compagne, d’avoir ou non des enfants, etc. Cela entraîne une responsabilité. _Ma_ responsabilité.
          D’autre part, si un des enfants se comporte moins bien que les autres, effectivement, il pourra être privé de sortie, avoir moins de cadeaux à Noël ou aux anniversaires, etc. Encore le principe de responsabilité.
          Mes enfants dépendent de moi parce qu’ils sont mineurs et que c’est la nature de l’être humain que d’être dépendant avant d’obtenir son… indépendance.
          Et justement, lorsqu’on l’obtient, on reçoit avec la responsabilité. Ça vient par lot.
          Vous ne pouvez pas demander à avoir l’un sans l’autre, ni voler à autrui sa responsabilité pour vous offrir une indépendance factice.
          Vos actes ont des conséquences. Être adulte, c’est les assumer.
          A titre d’exemple, ma compagne, mère célibataire, a décidé avant que nous nous rencontrions, de quitter son travail qu’elle jugeait sans avenir, de reprendre ses études, et d’obtenir un master.
          Autour d’elle, personne n’a fait de même. Tous sont restés à perpétuer l’existant, sans effort. Boulot la journée, télé le soir, etc.
          Dans 10 ans, elle gagnera probablement 5 fois le smic.
          Par « solidarité », ceux qu’elle a laissés derrière lui demanderont une grosse part de ses revenus.
          Qui était présent à l’aider, pendant ses études ? Qui l’a aidée pour qu’elle n’ait pas à choisir entre acheter un yaourt et une paire de chaussettes pour son enfant ? Qui était à ses côtés lorsqu’elle travaillait pour gagner sa croûte, étudiait pour se faire un avenir, et éduquait sa fille en même temps ?
          Pas grand monde. On lui a même conseillé d’arrêter en arguant qu’elle toucherait nettement plus d’aides en tant que mère célibataire sans emploi, plutôt qu’avec une bourse d’étudiante (En France, il n’est pas prévu qu’on puisse avoir des enfants et étudier. Si on étudie, tout le reste saute)
          On taxe toujours le résultat, jamais on ne participe à l’effort.
          Belle mentalité…

          • Un pays est une grande famille. Les Français s’entraident quand il y a un problème quelque part. Si les Allemands décident d’envahir l’Alsace et la Lorraine, les Bretons, les Ardéchois et les Basques, etc. qui eux ne sont pas directement menacés iront tout de même se faire trouer la peau pour aller aider les Alsaciens et les Lorrains.
            Vivre dans un pays qui fournit éducation, soins quasi gratuits, etc. cela créé des responsabilités vis à vis des autres. Nous sommes d’accord.
            Les Français qui se « comportent mal », comme vous dites, sont effectivement privés de sortie (ils n’en ont pas les moyens), ils ont moins de cadeaux à Noël et aux anniversaires, etc. Cela est la réalité et je ne vais pas pleurer sur leur sort.
            Je vous parle de ceux qui ne savent pas où dormir, qui mangent les aliments dont les autres ne veulent pas, qui ne peuvent pas payer le chauffage.
            J’ai l’impression que nous sommes deux personnes raisonnables et que nous voyons que l’organisation de notre pays ou famille laisse à désirer depuis trop longtemps. Il faut rééquilibrer dans le sens de l’effort, du travail, de la créativité.
            Mais on ne peut pas jouer à Néron pour tout brûler pour reconstruire sur les cendres.

          • Je me suis mal fait comprendre. Un pays n’est pas une famille. Dans une famille, il y a des liens forts. On peut sans discuter donner sa vie pour celle de son enfant. Pas pour un type dont on n’a jamais entendu parler à l’autre bout du pays. Ça n’est pas vrai.
            Le cas des guerres est à part. On ne se sacrifie pas pour des inconnus français, mais pour un but commun. Notez la différence.
            Vous dîtes que « Vivre dans un pays qui fournit éducation, soins quasi gratuits, etc. cela créé des responsabilités vis à vis des autres ». Non, nous ne sommes pas d’accord. Nous sommes d’ailleurs en désaccord total sur l’essence même de la responsabilité. La responsabilité découle, pour un adulte conscient, de sa volonté d’agir de telle ou telle manière. Il sera responsable des conséquences. Mais vous ne pouvez rendre responsables ceux qui ne sont pas libres de choisir, c’est pourquoi liberté rime avec responsabilité.
            Un pays qui « fournit » l’éducation obligatoire (d’une piètre qualité, soit dit en passant) ne crée pas de responsabilité chez ceux à qui il impose ses méthodes. De même pour les soins qui n’ont rien de « quasi gratuit », j’en veux pour preuve le montant astronomique des sommes prélevées sur mes revenus pour financer la Sécurité Sociale.
            Alors, les français qui ont décidé, à 18 ans, qu’il était plus cool de prendre un job, de s’émanciper, de draguer, de s’acheter une voiture, et tout ce qui va avec au lieu de se taper 5 ou 10 ans d’études supplémentaires n’ont strictement aucun droit moral sur les revenus de ceux qui étudiaient souvent 80 heures par semaine au même âge. Il sont pauvres aujourd’hui et les autres sont riches. Ce n’est que justice. Vous vous souviendrez de ceci :
            « Que faisiez-vous au temps chaud ?
            Dit-elle à cette emprunteuse.
            – Nuit et jour à tout venant
            Je chantais, ne vous déplaise.
            – Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
            Eh bien! dansez maintenant. »

            • Eh, j’aime bien La Fontaine, mais il n’avait pas prévu que les cigales, armées du droit de vote et donc d’une majorité et de gendarmes iraient faire les poches aux fourmis.

          • Bon, là vous racontez n’importe quoi… En colère ? Des frustrations ?

            Pourquoi vos parents sont restés en France ?
            On ne peut pas profiter d’une chose et cracher dans la soupe après.
            Je ne suis pas un fan de l’éducation nationale, mais il me semble qu’il y a pire. Vos parents auraient dû aller vivre sur une île déserte et de là bas vous pourriez faire vos déclarations à la noix…
            Vous même, personne ne vous retient.
            Si vous savez nager, vous trouverez bien un paradis quelque part.

            Et puis, il ne vous vient même pas à l’idée que faire dix ans d’études, ce n’est pas donner à tout le monde, intellectuellement et financièrement ?

          • Je ne dis pas n’importe quoi. Cherchez un peu la définition du mot responsabilité : « Fait d’être responsable, de devoir répondre de ses actes ou de ceux de quelqu’un d’autre, ou d’avoir à sa charge des décisions. » En droit : « Obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu’elle doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences »
            La responsabilité a forcément une origine interne. Je suis responsable de ce que je dis. Pas vous, par exemple. On ne peut pas vous mettre sur le dos mes propos du simple fait que nous partagions la même nationalité. Ça devrait être évident.

            Qu’il y ait pire que l’éducation nazionale n’est pas un argument. En quoi le pire d’ailleurs m’engagerait-il vis à vis de la mauvaise qualité d’ici ? Curieuse façon de penser.

            Quant à mes parents, vous voudrez bien les laisser tranquilles. Ils ont fait leurs choix, en fonction de leurs contraintes et de leur époque. Eux, c’est eux, moi, c’est moi.

            Quant à votre suggestion de quitter le pays, vous noterez que c’est, justement, le thème de cet article. Je suis en recherche active d’emploi en Suisse. J’ai fini, effectivement, par être suffisamment dégoûté par la jalousie et la malhonnêteté des mes concitoyens pour laisser ma raison imposer ses choix à mon cœur.
            Vous n’avez pas de quoi en être fiers, je vous assure…

            Et pour ce qui est des 10 ans d’études, voyez-vous, ce n’est, justement, _donné_ à personne. C’est du boulot, de l’investissement, des efforts, un pari sur l’avenir. Toutes choses sans intérêt si ce sont les autres, au travers d’un état spoliateur, qui font main basse sur les revenus et avantages qui en découlent.
            2+2 font 4, vous savez, même si vous vous fâchez tout rouge.

          • Oui, oui, on sait. Vous vous êtes fait tout seul sans l’aide de personne. Il n’y avait rien préalablement à votre naissance. Strictement aucune structure par lesquelles il vous a été possible d’acquérir des savoirs, des compétences, une valeur, etc…
            C’est ça le malheur qui me fait dire que le pays entier est foutu. Il n’y a apparemment que deux camps et dans ces deux camps l’exagération a pris le pouvoir. Vous avez mal lire mon premier post. Ou bien vous vous en foutez de ce que dise les autres. Rien n’est valable en dehors de votre opinion.
            Bien sûr, il y a trop d’impôts, trop de taxes, trop de fonctionnaires, trop de clientélisme, trop de dogmatisme, trop de réglementations, etc…
            Mais une partie des richesses mises en commun dans le pays depuis quelques générations vous ont permis de naître et de vous développer dans un pays qui offre de nombreuses possibilités (dont vous entre autres avez bénéficié).
            Le problème avec votre fuite en Suisse, ce n’est pas une question d’en être fier ou pas. C’est qu’on s’en fout, en fait.
            De toute part, y en a marre des leçons de morale !

          • « ce n’est pas une question d’en être fier ou pas. C’est qu’on s’en fout, en fait. »

            On le sent bien d’ailleurs à vos commentaires. Pleins d’autres articles attendent votre désintérêt total.

            « Vivre dans un pays qui fournit éducation, soins quasi gratuits »

            Content que vous n’ayez pas la facture, nous on la paye et elle est foutrement trop salée pour le service rendu.

            « Un pays est une grande famille. Les Français s’entraident  »

            Comme dans « J’ai fini ma semaine de 75h dont 50 pour payer mes impôts (et vos soins « gratuit »), j’ai payé mon abonnement de train et je ne peut pas rentrer chez moi à cause des grèves » ?

            Ou comme dans « j’ai payé comme un con toute ma vie pour les autres et je ne récolte que des insultes et l’opprobre générale » ?

          • Vous me faites dire ce que je n’ai pas dit. Je ne me suis pas fait seul, mais je suis seul responsable de ce que je suis. Ce que les autres ont permis, c’est bien, merci. Mais je ne l’ai pas demandé. M’est avis que sans le système actuel, j’aurais eu mieux, pour moins cher. Me rendre par force responsable de la facture de ce qu’on m’a forcé à consommer pendant qu’on m’interdisait la concurence, ça s’appelle de l’extorsion. Peu importe comment vous le présentez.
            Quant aux leçons de morale, on ne serait pas obligé d’en faire, si vous ne tentiez pas de nous expliquer que fuir l’opression fiscale est lâche est qu’il est normal d’être taxé à 75% parce qu’on a eu une éducation en France. (Ce qui, par ailleurs et dans mon cas, est pour l’essentiel faux : mon instruction eut lieu en école privée catholique puis aux Etats Unis. Notez qu’on ne me fait pas de réduction sur mes impôts pour autant…)

          • « Ce que les autres ont permis, c’est bien, merci. Mais je ne l’ai pas demandé. M’est avis que sans le système actuel, j’aurais eu mieux, pour moins cher. »

            Ouais, j’ai bouffé, mais je n’ai rien demandé. Et en plus c’était trop salé, je suis sûr que sans la cantoche, le cuisinier et les producteurs de légumes, j’aurai eu mieux…

            Le système actuel est un héritage des générations précédentes qui l’ont construit. Vos parents entre autres y ont contribué.
            Vos arguments cela revient à :
            « J’ai hérité d’une baraque, mais les saligauds qui me l’ont laissé ont bouché la cheminée, le toit n’est pas en super état, et il faut refaire toute l’électricité… »
            Le seul truc que je vous accorde, c’est que vous z’êtes un vrai Français. Toujours à se plaindre, comme tous les autres.

          • « Quant aux leçons de morale, on ne serait pas obligé d’en faire, si vous ne tentiez pas de nous expliquer que fuir l’opression fiscale est lâche est qu’il est normal d’être taxé à 75% parce qu’on a eu une éducation en France. »

            Oh oh, je suis très curieux de voir où j’ai écris cela dans un de mes posts. Décidément, vous ne lisez pas. Vous interprétez tout au plus.

          • Quand on ne veut pas comprendre…
            C’est comme votre exemple de l’héritage… Personne n’est obligé de l’accepter, l’héritage. Vous savez pourquoi ? Parce qu’on ne peut être tenu pour résponsable des choix et des actes d’autrui.
            Nos positions sont irreconciliables : Vous voulez me rendre esclave. Je suis capable de tout pour vous en empêcher. Vos discours parsemés de poncifs vieux comme le monde n’y changeront rien. Je me tire. Je vous laisse la place bien chaude. Essayez de produire autant que moi, et donnez gaiement ce qu’on me prend de force. Et bon courage.

          • Je ne pense pas que vous vous barrerez, tout comme l’anonyme de l’article n’existe sûrement pas.
            Quand on vit une situation qui ne nous convient plus, pas la peine de faire des grands discours ou de donner des explications que personne ne demande. On se barre, c’est tout. Tout au plus, on dit qu’on va acheter des cigarettes…
            Ceux qui gueulent, qui menacent ou veulent expliquer pourquoi ils vont se barrer; en fait veulent rester par qu’ils ont la trouille de partir. Ils veulent seulement se faire peur, essayer d’obtenir une concession, un avantage supplémentaire ou un emmerde de moins.
            Si un Français vivant à l’étranger nous lit et nous écris pour nous dire qu’il s’est barré sans prévenir, alors celui là je le félicite d’avance. Je lui dirai qu’il a sûrement bien fait. Et je penserai qu’il nous laisse avec les incompétents, les profiteurs et les pleurnichards…

          • « Quand on vit une situation qui ne nous convient plus, pas la peine de faire des grands discours ou de donner des explications que personne ne demande. On se barre, c’est tout »

            La logique…Si vous les lisez et répondez autant pas la peine de dire que « personne ne les demandes ».

            Ensuite on pourrait retourner votre affirmation contre tout ceux qui gueulent contre les patrons, les riches, les entrepreneurs et veulent absolument taxer tout ce qui produit encore des emplois et de la richesse.

            La dernière fois que j’ai regardé c’était devenu l’hymne national Français : Taxer, taxer encore, taxer un peu plus. Qu’ils la ferment aussi selon vous ? Une bonne paire de pied et en route pour les paradis socialistes ?

            Nous on est peinard, on dis rien, on est inaudible dans les médias, on ne manifeste pas, jamais ! On paye, on paye encore, on paye un peu plus et là on annonce juste que si ça continue il ne va plus rester grand monde pour payer la note. Ça me semble vaguement utile dans la déferlante actuelle que les cochons de payeurs s’expriment pour une fois.

            De « ragnagna » vous êtes maintenant descendu à « pas la peine d’en faire un article » Votre truc c’est parler, parler encore, parler un peu plus pour ne rien dire ?

  • Le renard qui s’enfuit espérant échapper à la meute de chiens et aux cavaliers ligués contre lui, le plus souvent, il ne convainc personne, il y laisse sa peau, rousse en général…

  • Rien de nouveau dans l’exil fiscale, si ce n’est le côté victimisation et larmoyant du billet. Je comprend la décision de cet anonyme à quitter la France et je trouve cette décision normale. je voudrais juste lui rappeler qu’il a au moins les moyens de quitter ce pays ce qui n’est pas forcément le cas de millions de gens qui sont également pressés comme des citrons (et qui vont l’etre très bientôt un peu plus).

    • Ah ? Pourquoi n’ont-ils pas les moyens ?
      Qu’est-ce qui les en empêche ?
      que ce ne soit pas simple est une chose, mais impossible, je ne vois pas.
      Même le Viêt-Nam communiste laissait échapper des boat people. On n’en est fort heureusement pas là…

      • rester n’a rien d’impossible également

        • je me suis permis de rétutiliser le mot impossible de votre post que je ne n’avais pas utilisé dans le mien

        • Non. Mais vous noterez que personne ne reproche à ceux qui restent de rester, ni ne leur dit que c’est impossible.
          Votre commentaire laissait penser qu’il était, sinon impossible, du moins particulièrement difficile de s’expatrier pour ceux qui n’étaient pas très riches.
          Je me contente de noter que des millions de gens dans le monde, notamment parmi les plus pauvres, s’expatrient chaque année. Les solutions semblent exister…

          • Vous aurez egalement note que je ne reproche pas a cet anonyme de partir Ou alors vous ne m’avez pas complètement lu. Quand aux milliers de gens pauvres qui s’expatrient dans le monde, je ne vois pas bien le rapport. Si cet anonyme a envie de partir et qu’il en a les moyens cela ne me gêne pas mais inutile d’afficher le côté victime. Qui y a t il de tragique à son départ franchement? Je lui souhaite autant de réussite dans sa nouvelle vie qu’il en a eu en France.

          • « Qui y a t il de tragique à son départ franchement? »

            Le tragique c’est que quand on maltraite les créateurs de richesse et que le droit devient une notion à géométrie variable le pays est certain de s’enfoncer dans la pauvreté.
            1000 fois essayé, 1000 fois vérifié.

            Ce soucis de l’intérêt général qui est totalement nié à ces « voleurs égoïstes » (cf: l’ambiance française) est ce que vous appelez vous « afficher le coté victime ».

            C’est uniquement tragique pour la France. Les réactions moyenne partant de « bon débarras » en passant par « voleur » pour conclure par « salaud on ce vengera », on peut en conclure que la France est foutue.

    • Si il peut quitter la France c’est qu’il s’en est donné les moyens

  • Une fois enlevé les minables rationalisations contratsocialistes, que reste-t-il?

    Ceci:

    Mon voisin (ou ma soeur, on mon oncle) a plus que moi.

    C’est injuste. Par définition c’est injuste.

    Donc,

    je suis donc justifié à lui piquer.

    Mais

    je suis un couard (ou une couarde)

    Donc,

    je demande aux autorités de lui piquer pour moi.

    Ce qui se transforme très vite en:

    Mon voisin est plus pauvre que moi. Mais, il existe.

    C’est injuste. Par définition c’est injuste.

    Donc,

    je suis donc justifié à lui piquer.

    Mais

    je suis un couard (ou une couarde)

    Donc,

    je demande aux autorités de lui piquer pour moi.

    • Les plus démunis se devraient de saluer le départ de cette personne , et pour une seul raison nombre d’entre eux sont victime de la régulation du marché de l emploi et/ou ne peuvent pas se mettre facilement a leur compte par contraintes/exigence administrative .alors combien de victimes de la sur-régulation ???

      l’APL n est elle pas un outrage à la loi de l offre et de la demande dans un marché comme un autre .

      Le libéralisme est pas à l avantage exclusif des riches .

  • @ ilmryn Votre post est baigné de tragique; Vous êtes vous même dans l’ambiance française où l’on découvre cette vision binaire, les créateurs de richesse qui sont les victimes et les autres (tous les autres?) , les méchants. Je ne sais pas si vous êtes victime du discours politique ambiant qui consiste à rechercher perpétuellement des bouc émissaires aux problèmes de notre pays (ce qui n’arrangera rien) plutôt qu’à s’intéresser aux vrais dont les solutions sont pourtant à notre portée. Je n’ai pas envie de pleurer sur le billet de cet anonyme puisque qu’en terme de maltraitance (si trop payé d »impôt est de la maltraitance, ce que je conçois) , je suis moi-même maltraité, peut- être vous également et très probablement des millions d’autres. il n »y a donc pas plus de tragique ni d’importance à donner à la situation de cette personne que celles que connaissent des millions d’autres.
    Si le choix de partir est plus fort que celui de rester (ce n’est pas un droit à géométrie variable mais bien une décision perso) , j’aimerai simplement souligner que d’autres l’on fait avant lui (et encore actuellement) sans ce côté larmoyant insupportable . Moi je reste même si je suis maltraité et j’utiliserai mon bulletin de vote pour que cette personne puisse revenir créer un jour des richesses dans notre pays. Alors suis-je dans la catégorie « bon débarras », « voleur » ou « salaud on se vengera ».

    • Vous être dans la catégorie « mouton »
      😀

      • « Mouton » c’est tout, très pauvre l’argumentaire.

      • les commentaires du pauvre petit fils de riche devenu riche à son tour grace à papa maman, c’est juste pathétique….. école privée , études aux états unis!!!!! tout cela serait donc à la portée de tous pauvre naze???? t’as pas choisi de naitre dans ce pays qui te vole? encore tu est bien né ta famille avait déjà les moyens de t’envoyer dans le privé puis à l’etranger .
        malheureusement çà t’as pas vraiment ouvert l’esprit t’est toujours une victime qui se vante de payer pour les pauvres, mais que paie tu? plus vous vous etouffé dans votre pognon plus vous devenez bete et mechant……… les memes qui vote fn, que la différence insupporte et qui sont tellement bien protégé dans leurs bulle de tunes qu’ls ne sont meme pas capable de voir que dans tout ces  » profiteurs de pauvres  » il y a de vrais souffrances………….puis tu sais j’ai jamais vu trop de tocards à grosse berlines donné quoi que ce soit à autrui à part (ce que tu fais depuis le début) du mépris et de l’indifférence (sauf bien sur qd il s’agit de les critiquer) le gosse de riche qui regarde son nombril et repete ce que çà famille lui à appris…….. le gueu est caca, il faut juste s’en servir pour faire le sale boulot et critiquer ce qu’il nous coute ce paresseux de pauvre qui sert à rien………….. des gens comme toi c’est une chance qu’il se casse avec leurs tunes et leurs arrogance…….. bon vent l’ami surtout ne revient pas le salaud de pauvre sera toujours la

    • Ah tiens. Il y a un vote qui permet ça ?

  • Qu’il est bon de constater que les faux arguments et la mauvaise foi n’ont pas quitté ce beau pays… Qu’il est merveilleux de voir que des robins des bois modernes sont prêts à faire rendre gorge aux méchants capitalistes, bandits des grands chemins de notre si glorieuse époque!
    Le temps passe mais les spoliateurs restent, toujours avec les mêmes arguments de justice sociale, d’égalitarisme à la petite semaine, de répartition soi-disant plus juste. Et si celle-ci ne se fait pas comme ils le souhaitent ou assez vite, ils sont tout prêts à prêter main forte dans un but de pure justice, il va sans dire… on se croirait presque aux alentours de 1792 ou 1917!
    Fascinant!
    CPF

  • Comme je comprends le raisonnement de notre futur exilé fiscal.
    De mon côté, mes revenus sont moindres environ 150000 € par an et ne justifient pas un exil fiscal.
    De mon côté je vais quitter la france parceque je rejette les franchouillards d’aujourd’hui et cette sous culture généralisée. Je ne supporte pas cette société qui ne mérite plus de porter ce beau nom de Française. Je quitte ce pays parceque je sais que la partie est perdue. Ce pays va continuer à dégringoler puisque personne n’est capable de le réformer et qu’une névrose collective débilitante s’est répandue dans la société faisant de ce peuple le plus pessimiste du monde. J’habite déjà à l’étranger et suis en droit d’adopter sa nationalité et de renoncer à la nationalité française. C’est ce que je vais faire.Messieurs Sarkozy et Hollande ne pourront pas me rattraper et je pourrais tourner la page. Bonne chance à ceux qui restent. La France est dans le coeur de ceux qui l’aiment. Pas besoin d’un passeport pour être un vrai français.

  • Ne vous laissez donc pas intoxiquer par le bi partisme, bonnet blanc et béret bonnet …
    Tout le monde sait que le problème réside dans l’absence de volonté de taxer ceux qui s’enrichissent sans cause … et que nos dirigeants oligarques s’appuient sur ceux qui tout en gagnant « beaucoup » méritent ce qu’ils gagnent.
    Et pour cela et depuis toujours on les rend « solidaires » avec des tranches d’impositions qui préservent les voleurs maffieux !
    patience … un jour ou l’autre, l’état, les fonctionnaires, les élites, les monarchistes, les maffieux officiels …. verront s’appliquer, enfin, la devise : « Liberté, Egalité, fraternité » …
    En attendant, faites comme les autres … si vous gagner votre argent à « l’extérieur » … expatriez une partie !
    Si c’est à l’intérieur … c’est une autre musique !

  • Monsieur,
    Une partie de ce que vous décrivez est certainement vrai.
    Par contre une partie de vos arguments est vraiment bête…
    Et surtout : aujourd’hui il faut être vraiment con pour payer autant d’impôts en France vu tous les systèmes d’évasion existants ! Prenez un conseiller fiscaliste, vous faites partie des 10% de riches un peu trop couillon qui raquent, c’est marrant !

  • Heureusement que tout le monde ne pense pas de la même manière que cet individu.
    Heureusement qu’il y a des gens assez concernés pour devenir militaire, policier, pompier, medecin, professeur, contribuables!
    Heureusement que ces personnes sont assez altruiste pour concevoir que payer des impôts sert aussi à la sécurité d’un Etat et à la santé d’un pays!
    A ce qui estime que la taxe à 75% pour des revenus très supérieurs est trop: une personne qui gagne 1200euros a elle seule: on compte 500 euros de loyer, 150 euros de charges, 100 euros d’impôts divers
    Je pense que le citoyen lambda est déjà taxé depuis longtemps à 75% alors monsieur le Riche vous n’allez pas nous faire pleurer et non je ne comprends pas votre mentalité

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles